RALLYE DU CONDROZ: VICTOIRE DE LA FORD DE BERND CASIER DEVANT LA MINI DE SNIJERS

 

VICTOIRE pour la FORD Focus de Bernd CASIER.

Ce dernier l’emporte  devant la MINI JCW WRC de Patrick Snijers , second à 26’’3.

Casier ajoute une deuxième victoire d’affilée après celle décrochée lors de l’East Belgian Rally. Patrick Snijers, grâce à cette deuxième place au Condroz, termine Vice- champion de Belgique des Rallyes derrière Pieter Tsjoen, sacré depuis l’Omloop van Vlaanderen, et devant Vincent Verschueren.

Tsjoen qui déjà sacré et assuré du titre National de Champion de Belgique, ne s’était pas inscrit au Condroz !

De cette édition 2012, laquelle s’est déroulée dans des conditions habituelles comme le veut la tradition – pluie, boue, routes ultra-glissantes –  on note encore les 3éme et 4éme places de Xavier Bouche (Citroën) et Stéphane Lhonnay (Skoda).

Sans négliger les succès  d’Anthony Martin (Mitsubishi) en Groupe N et de Cédric Cherain (Renault) en 2 roues motrices.

 

 

Concernant le pilote Français Éric Brunson, il n’a malheureusement pour lui pu poursuivre l’épreuve, sa Subaru Imprenza du Team Belge First, étant victime d’un bris de cardan entre l’ES3 et l’ES4, samedi

 « Je ne suis pas fatigué de mon week- end. Ma course, a très courte car elle s’est arrêtée subitement dès la première étape samedi, en me rendant au départ de la 2éme boucle après les 3 premières ES. Un cardan a cassé à l’arrière droit sur la Subaru sur le parcours routier. Ce genre d’incident ne m’était jamais arrivé. Sur le coup, j’étais un peu écœuré car je venais de passer par l’assistance. J’étais vraiment dépité… Un problème inattendu. Pour l’instant, je n’ai pas encore eu le fin mot sur cette défaillance. Je dois en discuter en ce début de semaine avec mon préparateur car je ne dispose pas encore de l’info. Visiblement, il s’est passé quelque chose. Il n’y avait aucune raison que ce cardan casse, car aucune contrainte en montant sur le podium  pour prendre le départ  de la suite de la journée. Sur que je ne termine pas et ne finit pas sur note espérée en venant au Condroz. Au moment de cet incident rerettable, j’étais bien parti. Je figurais à la seconde place du classement provisoire seulement précédé par Bernd Casier en tête avec 8’’ après les trois premières spéciales mais 4’’ devant Snijers.  J’étais donc satisfait car c’était ma toute 1ére participation à cette épreuve que je découvrais. Un Rallye que je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi complique au niveau adhérence. Un Rallye  très difficile. Donc, j’avais débuté assez prudemment après mes trois reconnaissances  et mes premiers chronos étaient satisfaisants dans la mesure où les autres à la bagarre devant connaissaient le tracé par cœur depuis le temps qu’ils le pratiquent. Mais après une bonne entame face à Bernd, j’avais sincèrement bon espoir de pouvoir gagner. Je suis un peu déçu que ma saison se termine ainsi. Car c’est fini pour 2012. Je reste confiant pour la saison prochaine. »

Et, Éric Brunson de nous préciser :

« Je débuterais la saison 2013, chez moi au Rallye de la Cote Fleurie autour de Deauville-Trouville. C’est ma petite friandise.»

Et, il poursuit :

« Actuellement la grande discussion est de savoir avec quelle auto je vais rouler. Car je suis en pleine réflexion. Je roule avec la Subaru depuis 2008 et je pense avoir maintenant envie de piloter une autre auto. »

Éric précisant en conclusion :

«  Je pense à une Ford ou éventuellement à une Citroën. Mais il faut d’abord penser au budget. »

Souhaitons-lui, de réussir cette nouvelle étape dans sa carrière et qu’il redémarre 2013, gonflé à bloc…

A l’arrivée, Bernd Casier, heureux vainqueur, lâchait :

 « Quand j’ai ressenti des vibrations dans la transmission, j’ai cru une nouvelle fois que la malédiction me poursuivait dans ce rallye après mes abandons survenus en 2010 et 2011. A l’assistance, les mécanos ont vu qu’une fixation de l’arbre de transmission était touchée. Après une réparation de fortune, je suis reparti en me montrant encore plus prudent, notamment sur les bosses et dans les portions de terre. Entre chaque spéciale, mon équipier Pieter Vyncke se penchait sous l’auto pour vérifier que la pièce incriminée n’était pas sur le point de lâcher. Finalement, tout a tenu et je peux enfin ajouter le Condroz à mon palmarès. »

De son côté, Patrick Snijers, son dauphin, enchainait :

« J’ai donné le maximum, surtout dimanche quand j’ai vu que Bernd Casier connaissait des soucis. Je voulais le mettre sous pression et j’ai vraiment exploité à fond la fabuleuse tenue de route de la Mini WRC. Mais le handicap de puissance du moteur 1.6 turbo était trop net par rapport au 2litres turbo qui équipe la Ford du vainqueur. Cela dit, je me suis bien amusé car c’était un vrai Condroz ! »

Quant au 3éme sur le podium, Xavier Bouche, lui il ajoutait :

« Terminer sur le podium avec cette Xsara WRC au volant de laquelle je n’avais pas effectué le moindre test constitue évidemment une fort belle satisfaction. Ce résultat prouve que cette auto a son mot à dire en Belgique. »

Christian COLINET

Photos : Florent OUDJHANI

 

Sport

About Author

gilles