MOTO : HOMMAGE A CHRISTIAN LEON (1948-1980)

 HOMMAGE A CHRISTIAN LEON

 

 

Christian Léon ?

Personne parmi les plus anciens, n’a oublié ce fantastique pilote qu’était Christian Léon

Né le 11 mai 1948 à Osny (95), celui qui fut un immense Champion moto, s’est tué le  8 novembre 1980, sur la piste Japonaise de Riyuo, le circuit d’essai de l’usine Suzuki

En mémoire de Christian Léon, ce pilote moto légendaire, disparu en 1980, une superbe exposition-hommage, a donc eu lieu les 26, 27 et 28 octobre derniers à Osny (Val d’Oise), sa commune de naissance où il repose.

 

 

Mais revenons à son exceptionnel parcours.

Le nom de Christian Léon, est étroitement lié à l’endurance et à la marque Honda, puisqu’il fut triple vainqueur du Bol d’Or (1978, 1979 et 1980) et deux fois victorieux aux 24 Heures du Mans (1978 et 1979) associé à son compère, Jean-Claude Chemarin sur les Honda d’usine, confiées alors à Honda France.

 

 

 

Il fut aussi sacré plusieurs fois Champion d’Europe car à l’époque le titre de Champion du monde d’endurance, n’existait pas encore.  Sinon, sur que la paire Léon-Chemarin, eut décroché quelques couronnes mondiales !!!

Toutefois, les motards – même les plus jeunes – savent que Léon, fut aussi un formidable pilote de vitesse, puisqu’il a remporté plusieurs courses Internationales dont à l’époque le très prestigieux Trophée du Million qui se déroulait à Magny cours et a participé à trois championnats du monde 500.

Son talent pur, que tous reconnaissaient, ne lui a néanmoins pas permis de disposer de motos compétitives pour disputer les podiums, comme ce fut le cas pour d’autres pilotes Français à cette époque, hormis Michel Rougerie, Patrick Pons – le tout premier tricolore toutes disciplines confondues en sports mécaniques autos et motos à avoir décroché un titre de Champion du monde – et Christian Sarron.

 

 

Sa personnalité discrète voire timide, sa gentillesse et sa modestie, n’ont également surement pas facilité une carrière en Grand Prix, peu à la hauteur de ses possibilités financières.

Dommage. Car Christian, c’était le talent à l’état pur…

Néanmoins, il fut très vite repéré par les importateurs Français, Ossa, Kawasaki puis Honda qui lui confièrent des bécanes de premier plan.

 

 

Christian Léon a toujours eu une vie « normale » et familiale alors que son métier, sa passion et son talent déjà évoqué en faisaient un homme hors normes.

Après sans doute la déception de ne pas avoir eu une réelle réussite en vitesse, il s’est dirigé vers les courses d’endurance et le succès International, n’a alors pas tardé !

Et ce pour le plus grand bonheur de Honda.

Après une belle histoire avec Honda, ponctuée d‘innombrables succès, Christian avait ressenti l’envie de se remotiver…

 

 

Et il avait été sollicité d’abord par Jean-Bernard Peyre. Puis après sa tragique disparition dans un accident de la circulation survenu en aout 1980, près de Velizy, il avait accepté celle de Dominique Meliand, le pote et responsable technique de ‘’ Nono ‘’  le surnom de JBP, chargé par la famille Peyre, de poursuivre le contrat avec Suzuki

Hélas, malheureusement, c’est en essayant une Suzuki officielle, il avait décidé – on l’a dit –  de changer de marque, à la fin de la saison 1980, que

Christian Léon a trouvé la mort sur le circuit de Riyuo, la piste d’essai de Suzuki au Japon.

Pour la communauté motarde, très proche de ses Champions, le choc fut énorme, bien au-delà de la tristesse.

Une communauté déjà endeuillée cette même année 1980, par les disparitions successives d’Olivier Chevallier au Castellet le 6 avril et de Patrick Pons, le 12 août à l’hôpital de Silverstone.

Cette épouvantable série pour les pilotes Français d’exception, ne prendra pourtant fin, que le 31 mai 1981 avec le nouvel accident mortel dont fut victime, Michel Rougerie sur le circuit de Rijeka, en Yougoslavie.

 

 

Plus de trente ans après, deux admirateurs passionnés connaissant Christian Léon à des titres divers, ont donc proposé à la mairie d’Osny, sa ville natale, d’organiser une exposition (gratuite) en sa mémoire.

L’accueil a été plus que favorable puisque la municipalité Osnyssoise, avait déjà fait preuve d’une reconnaissance remarquable envers Léon, une rue et l’un des deux stades de la ville portant, en souvenir, son nom.

 

 

La famille de Christian Léon a bien sûr donné son aval.

Les deux organisateurs, Jean-Jacques Boyer et Jean-Claude Jacq (l’un des administrateurs du site de référence bike70.com), ont ensuite alerté le petit milieu de la compétition moto de ces années magiques.

La réponse a été celle attendue :

Quatre des motos mythiques, dont la Honda 1000 RSC de 1980 venue spécialement de Barcelone, avec lesquelles Christian Léon s’était distingué ont pu être présentées.

 

 

De même que ses trois Bol d’Or et de nombreux souvenirs : Combinaisons, casques, autres coupes, médailles. Objets, confiés par sa famille.

Jean Jacques Boyer et Jean Claude Jacq, ont ensuite utilisé le réseau social Facebook avec un groupe intitulé « in memory of Christian Léon » pour assurer une large promotion à l’exposition.

Les sites et réseaux internet, dont celui d’Autonewsinfo et la presse spécialisée moto (ancienne et actuelle) ont également joué leur rôle.

La mairie occupant un château dans un parc superbe et l’hommage s’étant tenu principalement dans une salle du XVIe siècle, la beauté des lieux a également contribué au succès complet de cette exposition émotionnellement très intense.

Le public très nombreux, les anciens co-équipiers de Christian Léon, tous les pilotes – dont l’auteur de ces lignes–  ayant couru les mêmes épreuves que Christian, se souviendront longtemps de cette exposition, moment rare, peut-être unique, dans l’histoire de la moto Française.

L’ancien pilote – victorieux en juillet 1983 du GP d’Angleterre en 250cc – et actuel Président de la FFM (Fédération Française de Motocyclisme) Jacques Bolle, avait tenu à être présent.

 

François Gomis

Photos : Collection LEON – François BEAU – Stan PEREC – Jean Pierre BOULME – Jean Claude JACQ – Bruno LAURENT  et  DR

www.bike70.com et BIKE 70 sur Facebook

 

JACQUES BOLLE,PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE MOTO

Nécrologie Sport

About Author

gilles