F1 –GP D’INDE : VETTEL ET RED BULL RENAULT QUATRIEME VICTOIRE CONSECUTIVE

 

 

Sebastian Vettel a survolé le Grand Prix d’Inde et remporte au volant de sa Red Bull-Renault, son quatrième Grand Prix consécutif.

A trois courses de la fin du Championnat millésime 2012, l’Allemand possède désormais 13 points d’avance sur Fernando Alonso, second ce  dimanche avec sa Ferrari.

Et, au vu de sa fin de saison éblouissante, on voit mal comme,  il ne pourrait pas décrocher son troisième sacre mondial et consécutif !

Mark Webber, l’Australien du Team Red Bull -Renault,  complète le podium.

Côté Français,  Romain Grosjean termine 9éme. Jean-Éric Vergne est 16éme et Charles Pic, lui, 19éme.

 

 

Le succès de Sebastian Vettel de Red Bull Racing lors du Grand Prix d’Inde porte le nombre de victoires d’un moteur Renault à 150. Le motoriste est ainsi troisième sur les tablettes, à 16 longueurs du Ford-Cosworth.

Renault est arrivé en F1 en 1977 en engageant ses propres monoplaces. Il a remporté de nombreuses courses, aussi bien en tant que constructeur que motoriste. Après les débuts à Silverstone en juillet 1977, Renault a signé sa première victoire au GP de France 1979 et l’a emporté avec tous les moteurs développés : le 1,5 litre V6 turbo, les V10 3.5 et 3.0 litres puis l’actuel 2.4 litres V8.

 

 

Questionné ce dimanche après cette nouvelle victoire, Jean-François Caubet, le patron de Renault Sports, lâche :

« Avec cette victoire, nous franchissons une deuxième étape importante en deux courses. Après avoir signé notre 200éme pole position en Corée, nous enregistrons aujourd’hui, 150 succès en un peu plus de 500 départs. Cela fait un ratio de 30% de victoires. A Viry, tout le monde peut être fier car nous avons gagné avec tous les moteurs que nous avons conçus. Du V6 au V10 à angle ouvert en passant par le V8 actuel, tous ont remporté de nombreux succès et même des titres. Cela démontre la force et la profondeur de nos talents, ainsi que notre capacité d’adaptation. Nous voulons remercier, une fois encore, toutes les équipes et tous les pilotes qui nous ont donné l’occasion de briller. »

 

 

Redescendu du podium, Vettel, l’HEU-REUX vainqueur, expliquait :

« Ce furent deux années incroyables pour nous ici car nous sommes venus deux fois gagner ici après avoir fait la pole Il y a toujours des trophées sympa, je suis donc content de venir en chercher un nouveau cette année. Je ne sais pas quoi dire sur le circuit, à part que j’aime bien son rythme. Le premier secteur est un peu lent, avec de longues lignes droites, mais les deux suivants sont très agréables. Je pense qu’on s’y éclate tous. J’adresse un grand merci à mon équipe, à chacun qui pousse très fort. Je ne pense pas qu’il y ait une seule chose qui fasse la différence. Ni aujourd’hui, ni hier, ni ce week-end. C’est chacun de nous, ici en piste et à l’usine à Milton Keynes. Je suis ravi d’en faire partie. »
A ses côtés, Fernando Alonso, son dauphin du jour et au classement provisoire du Championnat, enchainait :

«  Ce n’est pas évident en ce moment de lutter contre Red Bull, mais nous ne baisserons jamais les bras. Nous sommes contents pour nos rivaus de Red Bull, nous devons les féliciter ce week-end, ils ont été fantastiques, donc ‘Bien joué Sebastien, bien joué Red Bull !’ Nous voulons être contents, nous voulons connaître la joie, mais au Brésil, pas juste ici. »

Et, il précisait :

« Nous avons perdu des points, mais c’était plus ou moins le plan ce week-end. Nous n’étions pas assez rapide pour nous battre contre eux. Nous avons cédé le minimum, de meilleures courses viendront. Nous étions plutôt rapides dans les lignes droites, mais nous avons encore besoin d’un peu de grip dans les virages. J’espère que ça va arriver. Il faut remercier l’équipe pour cette fantastique Vmax qui nous a offert de bonnes manœuvres de dépassements. »

 

Pour sa part, le grand Marc Webber, 3éme larron du podium Indien, poursuivait :
« J’ai aimé la bagarre aujourd’hui mais ce fut difficile de rester dans le rythme. Il y a eu quelques problèmes à régler du cockpit mais les gars ont fait du bon boulot. Lewis et Fernando  étaient très rapides en pneus ‘dur’ et sans le KERS – tombé en panne – c’était très difficile et je me suis donné à fond. »)pl;^k;;jy' »é

Le pilote Australien a bataillé dur jusqu’à l’arrivée pour conserver sa troisième place que convoitait le pilote McLaren-Mercedes d’Hamilton. Il conserve ainsi sa quatrième au classement du championnat Pilotes, derrière Vettel et Alonso et Kimi Räikkönen, qui parti du septième rang, arrive à la même place.

Et devance donc toujours Webber de cinq points.

Quant aux Français,  Romain Grosjean qui s’était élancé depuis le 11éme rang, termine finalement 9éme. Jean-Éric Vergne et Charles Pic, se classant eux, respectivement aux 17éme et 19éme rangs

 

Aurélie ELBAZ
Photos : Teams – RED BULL – PIRELLI

 

 

Victoires Renault 1979-2012

Par moteur 1.5 V6 Turbo : 20 – 3.5 V10 : 38 –  3.0 V10 : 47 – 2.4 V8 : 45

Par pilote

Vettel : 25 | Hill : 21 | Alonso : 17 | Prost : 16 | Mansell : 15 | Villeneuve : 11 | Schumacher : 9 | Webber : 9 | Arnoux : 4 | Senna : 4 | Patrese : 4 | Boutsen : 3 | Jabouille : 2 | Herbert : 2 | Fisichella 2 | De Angelis : 1 | Coulthard : 1 | Frentzen : 1 | Berger : 1 | Trulli : 1 | Maldonado : 1

Par Écurie

Williams : 64 | Red Bull : 34 | Renault (Enstone) : 20 | Renault (France) : 15 | Benetton : 12 | Lotus : 5

 

F1 Sport

About Author

gilles