F1 : VETTEL ET WEBBER EN 1ére LIGNE AU GP D’INDE

 

Première ligne verrouillée par Red Bull Racing en Inde

Le pilote Red Bull Racing-Renault Sebastian Vettel démarrera le Grand Prix d’Inde depuis la pole position, avec son coéquipier Mark Webber à ses côtés.

C’est la 3éme course consécutive où la première ligne est monopolisée par l’équipeRed Bull Racing.
Vettel a avalé les 5km125 du Buddh International Circuit en 1’25’’283, moins d’un dixième de seconde devant Webber.

Le double Champion du monde en titre signe ainsi sa 35éme pole position en carrière, ce samedi à Greater Noida. L’Allemand devançant sur le fil, son coéquipier Australien, Mark Webber.

Le pilote McLaren, Lewis Hamilton complète le Top 3, devant son équipier Jenson Button, 4éme et qui s’élancera donc à ses côtés depuis la seconde ligne.
L’actuel dauphin de Vettel au classement provisoire du championnat du monde, Fernando Alonso, n’a pu faire mieux que 5éme et il partagera lui la 3éme ligne avec son partenaire Félipe Massa.

 

 

Sebastian Vettel lâche:

« C’était une séance serrée, surtout à la fin. J’ai commis une erreur dans mon premier tour, au 4éme virage, et c’était fichu, ce qui n’était pas prévu. Jusque-là, tout s’était plutôt bien passé, donc on a décidé bien sûr de faire une deuxième tentative, avec le seul train de pneus qui nous restait. Heureusement, j’ai réussi à faire un bon tour, même si j’aurais pu aller un peu plus vite. Mais j’ai été trop prudent au 4éme virage, en faisant attention cette fois-ci de ne pas bloquer les roues avant. »

Mark Webber, poursuit :

« Je manquais d’adhérence sur le premier secteur et je suis passé dans l’herbe synthétique à la sortie du dernier virage. Je suis plutôt surpris d’être si bien placé sur la grille. J’ai fait de mon mieux, j’ai été ralenti par les McLaren, qui tentaient de mettre leurs pneus en température, et finalement je n’ai pas fait de tentative supplémentaire. »

Quant à Lewis Hamilton, lui il enchainait :

« Je suis content de cette position sur la grille, car l’équipe a fait du très bon travail ce week-end pour trouver les bons réglages sur la voiture. Nous ne sommes pas assez rapides pour être devant eux – les Red Bull-Renault – en qualifications, mais je suis sûr qu’on pourra aller les chercher en course. C’est ce qu’on a pu voir lors des essais libres de vendredi, sur les longs relais, donc je suis très confiant et très excité par cette course. »

 

 

De son coté, Fernando Alonso, semblait accuser le coup :

« Nous avons fait le maximum avec ce que nous avions, mais il n’y avait aucun moyen d’être devant les Red Bull et les McLaren. Au bout du compte, la cinquième place n’est pas si mauvaise. Il est évident que terminer devant Red Bull est notre objectif mais aujourd’hui c’était impossible de les battre, au moins en qualification, quand nous avons eu une voiture comparable, il était possible de se battre avec Vettel et nous avons même été devant eux. Mais maintenant nous luttons contre Adrian Newey et, en ce moment, nous ne pouvons rivaliser avec lui. »

 

 

Bel hommage au brillant ingénieur qui depuis deux décennies, a fait successivement la pluie et le beau temps de toutes les équipes avec lesquelles il a collaboré, leur offrant à tour de rôle des titres mondiaux à la pelle

Qu’il s’agisse de Williams ou de McLaren.

Désormais, payé à ‘’ prix d’O’ par le magnat des canettes de boissons énergétiques, Dieter Matechitz, il fait le bonheur et la gloire de l’écurie Red Bull !

Sur que pour être devant, Ferrari aimerait bien s’attacher ses services …

Mais il n’est par contre pas certain que Newey veuille quitter l’Angleterre pour s’installer à Maranello.

Car même en y mettant le prix, le Président de la Scuderia, Lucas Cordero di Montezemolo, ne décidera certainement pas Adrian à déserter Milton Keynes ou il touche déjà un salaire équivalent à celui de ses pilotes.

 

Aurélie ELBAZ
Photos : Red Bull et Teams

 

F1 Sport

About Author

gilles