WRC : AU RALLYE DE SARDAIGNE, HIRVONEN PASSE À TRAVERS LES PIÈGES

MIKKO HIRVONEN AU COMMANDEMENT EN SARDAIGNE

 

Au RALLYE DE SARDAIGNE, MIKKO HIRVONEN, pointe en tête ce vendredi soir.

Mikko Hirvonen signant son troisième temps scratch de la deuxième étape. Le Finlandais dispose de plus d’une minute d’avance  (1’09’’6) sur la Ford Fiesta du Russe Evgeny Novikov, son inattendu dauphin depuis les abandons successifs de Loeb, Neuville, Solberg et Latvala.

INCROYABLE !

Mais pourtant vrai.

 

 

Il est suivi de la Ford Fiesta d’Ott Tanak, 3éme à 2’18’’3. Le Français Sébastien Ogier au volant de sa Skoda Fabia S2000, pointe pour l’instant à une magnifique 4éme place, à 3’35’’7. Devant  la MINI de l’Australien Chris Atkinson, 5éme à 3’54’’9

Parmi les abandons du jour outre Loeb et Neuville, Petter Solberg a cassé la direction de sa Fiesta dans l’ES7 remportée par Evgeny Novikov.

Jari-Matti Latvala est lui aussi le grand perdant de l’ES4. Le Finlandais est parti à la faute en endommageant le radiateur de sa Fiesta

 

 

De cette journée, on retiendra encore l’EXPLOIT du Français Sébastien Ogier qui au volant de sa petite Skoda Fabia S2000 a signé le meilleur temps dans l’ES5 en Italie. Le Français offre le premier scratch de l’histoire de la discipline à une S2000

À en croire la liste des abandons, la deuxième journée du Rallye d’Italie était particulièrement délicate. Tandis que Sébastien Loeb et Daniel Elena se retiraient, Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen réalisaient un sans-faute en passant à travers les pièges du parcours sarde.

L’équipage finlandais du Citroën Total World Rally Team est solidement installé en tête, avec plus d’une minute d’avance sur la concurrence.

 

 

Tombée pendant une bonne partie de la nuit, la pluie avait largement détrempé les chemins de terre de l’île méditerranéenne.

Les Citroën DS3 WRC chaussaient donc les pneus Michelin Latitude Cross tendres pour les trois spéciales de la matinée.

Dès les premiers kilomètres dans Monte Lerno (ES3), une folle série de rebondissements débutait lorsque la DS3 WRC de Sébastien Loeb était signalée arrêtée.

« J’avais quelque peu surestimé une note et nous avons touché des pierres qui étaient à l’extérieur d’un virage. J’ai senti que la direction avait été abîmée, j’ai cherché à continuer, mais elle a fini par se bloquer et nous nous sommes garés au bord de la route. Lors des reconnaissances, nous avions crevé à cet endroit et je n’avais pas pu me concentrer correctement sur la notation, d’où cette erreur. Ce serait sans doute passé si je n’avais pas été totalement à l’attaque comme ce matin. Je suis juste un peu déçu d’abandonner, car je prenais beaucoup de plaisir au volant. Comme il n’y a plus rien à gagner, nous avons décidé de ne pas repartir demain. »

C’est rare un abandon pour l’équipage récemment sacré nonuple Champion du monde en Alsace !

 

 

Pendant ce temps, Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen réalisaient le meilleur chrono, avant de récidiver dans Castelsardo (ES4).

Dans Tergu -Osilo (ES5), le Finlandais devait comme ses adversaires gérer l’usure de ses gommes.

Au cumul, Mikko ralliait l’assistance déportée de Sassari avec une belle avance de 25 secondes.

Il lâchait :

« Le déroulement de cette matinée a été plutôt surprenant, mais tout s’est bien passé pour nous. Les pneus se sont fortement dégradés et la voiture glissait énormément, mais nous n’avons pas commis d’erreur. Nous allons passer en gommes dures pour l’après-midi. »

Contrairement à ses adversaires, Mikko embarquait deux roues de secours pour cette seconde boucle. Cette stratégie lui permettait de disposer d’une monte ‘fraiche’ pour les 30 kilomètres de Monte Lerno (ES8) et il terminait la journée par un nouveau scratch.

 

 

Avec plus d’une minute d’avance sur Evgeny Novikov, le pilote de la DS3 WRC n°2 pouvait avoir le sourire en regagnant Olbia :

« Je suis évidemment très heureux de mener avec un bel écart. Je ne m’attendais pas à ce que l’étape se déroule de la sorte. Je pensais devoir batailler avec Seb, Petter et Jari-Matti, mais tous ont connu des problèmes et ça a été un peu plus facile, même si je n’apprécie pas particulièrement ces situations où il faut gérer. Il y a encore deux journées au programme, je reste donc très concentré. »

Yves Matton, le patron de Citroen expliquait :

« Le déroulement de ce rallye confirme le niveau de difficulté des spéciales de la Sardaigne »

Avant de poursuivre :

 « Tout le monde a attaqué cette journée sur un rythme élevé, à commencer par nos deux pilotes qui avaient la victoire pour objectif. Seb a fait une petite erreur qui s’est avérée éliminatoire tandis que Mikko a réalisé une course exemplaire. Il n’est pas leader par défaut, car il était déjà dans la bagarre quand ses adversaires ont connu leurs problèmes. C’est très positif dans l’optique de la saison prochaine, quand Mikko devra être un candidat permanent à la victoire. »

 

Déception pour l’équipe Ford

 

L’équipe Ford, a subi une double déception après les accidents de ses deux pilotes dans la seconde étape du Rallye de Sardaigne.

Contraints à l’abandon, Petter Solberg et Jari-Matti Latvala reprendront le départ samedi avec respectivement 10 et 25 minutes de pénalités.

Deuxième ce vendredi matin, Petter Solberg avait entamé la journée sur un rythme prudent afin de préserver ses pneus sur un revêtement abrasif.

Dans l’après-midi, avec une voiture chaussée de gommes dures parfaitement adaptées aux conditions, le Norvégien était toujours deuxième quand il a heurté un rocher dans l’avant-dernière spéciale.

« Nous avions pourtant décidé avec Chris de ne pas trop attaquer. J’étais satisfait de ma position au classement. Je conduisais avec l’objectif de préserver mes pneus. Dans un virage gauche, la roue avant a heurté un rocher du côté intérieur. Cette pierre ne figurait pas sur mes notes. L’impact a entraîné trop de dégâts. Ma course s’est arrêtée là. Paradoxalement, je n’aurais peut-être pas heurté cette pierre si j’avais attaqué plus en laissant ma voiture partir dans de plus amples dérives. »

 

 

Sixième après avoir subi une crevaison le premier jour, Jari-Matti Latvala avait regagné deux places dans la première spéciale de la matinée. Mais il est parti à la faute dans l’épreuve suivante :

« Cette spéciale était nouvelle et je voulais  poursuivre ma remontée au classement. En freinant en descente dans un virage gauche étroit et sur un revêtement glissant, ma voiture a élargi sa trajectoire et a heurté un rocher. Quand nous sommes revenus sur la route, j’ai vu de la vapeur s’échapper du radiateur. J’ai parlé à Mikka et nous avons vérifié si un voyant d’alerte n’était pas allumé sur le tableau de bord. Quand j’ai porté de nouveau mon regard sur la route, j’ai réalisé que je ne pourrais pas suffisamment freiner avant le virage droite suivant. Nous avons tiré tout droit dans un champ et la voiture a heurté un poteau. Nous n’avons pu poursuivre. C’est de ma faute. J’aurais dû rester concentré sur ma conduite et laisser Mikka se préoccuper du tableau de bord. »

Directeur de l’équipe Ford, Malcolm Wilson avouait son énorme déception mais ne baissait pas les bras :

« Nous payons le prix de deux erreurs. Nos pilotes vont repartir demain avec l’objectif de mener leurs voitures jusqu’à l’arrivée et de poursuivre ainsi notre série ininterrompue de résultats dans les points au championnat constructeurs »

 

NEUVILLE APPUIE SUR PAUSE

 

Partis à la faute dès les premiers kilomètres de l’ES3, Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul allongeaient la liste des abandons.

« J’ai fait une erreur, je n’étais pas suffisamment concentré et j’ai mal interprété la note de Nicolas. Nous sommes sortis et la voiture s’est renversée sur le côté. Nous avons réussi à reprendre la course après six minutes. Ma DS3 WRC marchait bien, mais elle avait perdu beaucoup d’huile lorsqu’elle était couchée et nous avons préféré abandonner. De plus, je m’étais brûlé les doigts en poussant la DS3 et j’aurais eu les plus grandes difficultés à aller au bout de cette journée. Nous repartirons demain en Rally2. »

Passés au travers des pièges, Luca Pedersoli et Matteo Romano sont remontés aux portes des points, puisqu’ils occupent la 11e position du classement général.

Christian COLINET

Photos : Jo LILLINI

 

 IMPRESSIONNANTS PEDERSOLI – ROMANO

MADS OSTBERG

 

SEBASTIEN LOEB

 

 

WRC

About Author

gilles