RALLYE OILIBYA DU MAROC : LA BELLE JOURNEE D’ERIC VIGOUROUX ET ALEX WINOCQ

 

VIGOUROUX toujours leader !

 

 

Formidable parcours du plus Californien des pilotes Français de Rallye-raid.

Cinquième de l’étape avec son Trophy Truck, à 19’47  » du vainqueur du jour,  la Mitsubishi du Hollandais Ten BRINKE, navigué par le Français Pascal MAIMON, le duo VIGOUROUX- WINOCQ, conforte cependant sa place de premier au commandement de l’épreuve et ce après les ennuis de transmission de la MINI du Polonais Krzystztof HOLOWYCZC, ce jeudi matin en début de spéciale.

Derrière TEN BRIKE,  la seconde place de l’étape revient  à l’autre MINI, celle du Russe Leonid NOVITSKIY, à 8’48 » qui devance dans l’ordre, la Toyota Pik up Overdride de son compatriote OGOROTNIKOV, 3éme à 15’53 » et la BMW de l’équipage, formé du Chilien Boris GARAFULIC et du Français Gilles PICARD, 4éme à 17’01.

Au général provisoire, VIGOUROUX en 15 Heures 28’11 » précède NOVITSKIY de 42’15 » et  SPINELLI de 50’37 ». Suivent, GARAFULIC à 1 Heure 13’10 » et le premier camion, l’IVECO de Gérard de ROOY, 5éme à 1 Heure 54’03 ».

Il est suivi du second IVECO de Miki BIASION, 6éme, lui, à  2 Heures 49’21

 

 

A l’arrivée, Éric à qui nous apprenons qu’Holowczyc  est arrêté sur la piste et qui l’ignorait, nous confie :

«  J’ai cherché à rouler aussi vite que possible. Sur que d’apprendre les ennuis de Krzysztof, renforce notre situation. L’horizon s’éclaircit sérieusement mais la course est loin d’être finie. Chaque jour depuis le départ un des favoris, en auto comme en moto, rencontre des soucis. Mais à la veille de l’arrivée, de nous retrouver en tête, c’est franchement une bonne, très bonne et agréable surprise  »

 

 

de revenir sur sa journée :

« Ce vendredi, après les étapes de dunes, représentait toutefois la spéciale de tous les dangers. Je suis parti plein     gaz, car je ne voulais pas perdre de vue la MINI du Polonais. Arrivé dans les dunes, j’ai immédiatement senti que j’étais mieux que lui. Plus à l’aise incroyablement avec ma 2 roues motrices. On a d’ailleurs pratiquement roulé 5 bornes, portière contre portière ! Je l’ai ensuite perdu de vue.»

Normal, il s’était arrêté, victime de sa transmission, selon Sven Quandt le boss du Team X raid. Mais cela Éric l’ignorait à cet instant !

Voir toute la détresse du très attachant pilote polonais Krzysztof Holowczyc, stoppé dans son élan et son désir de victoire

 

 

Éric qui poursuit :

Soudain, en parvenant au sommet d’une dune, quelques mètres, trois quatre maximum avant la crête, je me suis planté. Posé. Il m’a manqué un rien. J’ai manqué de vitesse, tout simplement. En voulant très certainement probablement trop assuré. »

 

 

 

Et, il nous détaille la suite :

«  On s’est pas affolé, on a sauté avec Alex en  dehors du Trophy et pelleté pour le dégager.  On a alors vu passer une MINI. Instant d’angoisse mais c’était la Orangecelle du Russe Novitskiy et non la jaune et verte du leader Holowczyc Du coup de ne pas l’apercevoir, nous a redonné le moral. Mais nos ennuis n’étaient cependant pas terminés.»

 

 

 

Et, de nous expliquer :

«  Subitement, la boite automatique n’a plus fonctionné. Bloqué en 4. On a donc, la gorge serrée et nouée, effectué les 120 derniers km cahin-caha en souhaitant aller au bout. On ne voyait toujours pas la MINI d’Holowczyc. Et finalement, tout se termine bien puisqu’on conserve la tête ! Mais que de stress  ! »

Désormais, il lui reste ce samedi l’ultime et sixième étape ce qui représente 160 km

Éric, enchainant :

«  Il va nous falloir être prudent. Et confirmer notre beau parcours. Mon équipe d’ERV va devoir bosser ce soir  pour nous permettre de garder notre place »

Avant de conclure :

« Dommage qu’on ait rencontré ces deux ennuis aujourd’hui car sinon, vu notre position à l’arrivée, je pense que nous aurions fait un festival. Mais que de tensions, de stress, de ne jamais avoir aperçu, ni su ou se localisait Holowczyc. En tout cas, il faudra que j’invite plus souvent mon père. »

 

 

Et de nous préciser :

« Cela fait la 3éme fois seulement qu’il vient sur un Rallye et à chaque fois j’ai gagné… Les 24 Heures Off road du Maroc et les 24 Heures TT de Paris les deux épreuves de Jean Louis Dronne alors si demain,  je confirme, je vais l’inviter à chaque fois ! »

En tout cas au vu de sa belle semaine dans le sud Marocain, Éric nous disait sa folle envie de revenir sur le Dakar :

«  Mais il me faut un sponsor »

Et d’ajouter :

«  Pour 2014, je planche depuis de longs mois sur un tout nouveau projet. J’attends avant la fin de l’année la réponse d’un constructeur »

Lequel, en tout cas ne sera plus Chevrolet !

Ayant eu des nouvelles par téléphone ce jour, depuis le lointain Qatar, de Nasser Al Attiyah, nous informons Éric que l’ancien vainqueur du Dakar en 2011, avec l’un des VW Touareg, se prépare à effectuer son grand retour avec un Buggy Américain équipé d’un moteur… Chevrolet et de pneumatiques Toyo !!!

Comme son actuel Trophy Truck …

 

Quoiqu’il en soit, avec une confortable avance, on peut logiquement considérer que sauf catastrophe toujours possible en sport mécaniques et il n’en a pas manqué ici quotidiennement cette semaine, depuis le départ d’Erfoud que l’équipage Vigouroux-Winocq se trouve positionné sur une orbite victorieuse !,

Gilles GAIGNAULT
Photos : OACV – François ROPHE – Driss DOUAD – Autonewsinfo

 

Sport

About Author

gilles