OILYBIA RALLYE DU MAROC : COUP DOUBLE POUR ERIC VIGOUROUX ET SON TROPHY TRUCK. CHUTE DE MARC COMA EN MOTO

 

 

Les deux informations majeures de cette 3éme journée sur l’OILIBYA Rallye du Maroc, sont d’une part la chute mais fort heureusement sans gravité de l’Espagnol Marc Coma et d’autre part, la magnifique journée vécue par Éric Vigouroux et son navigateur, Alexandre Winocq dans l’habitacle de leur imposant Trophy Truck qui a survolé l’étape… entre Erfoud et Zagora

Cette troisième étape du rallye OiLibya du Maroc, menant les concurrents d’Erfoud à Zagora, a été le théâtre de pas mal de rebondissements.

Incidents mécaniques, accidents en piste aussi !

Cette fois, la tête de la course, tant en motos qu’en autos, n’a pas été épargnée. Si bien que ce soir, à mi-parcours du rallye, les classements sportifs ont été sensiblement bouleversés.

 

 

Et si le Portugais Goncalves au guidon de son Husqvarna 450 n°5 et son compatriote Helder Rodrigues qui chevauche lui, la toute nouvelle Honda CRF 450 Rally en moto et les Français Vigouroux et Winocq aux commandes du surpuisssant Trophy Truck ont animé l’étape, toute l’attention s’est portée aujourd’hui sur l’Espagnol Marc Coma avec la KTM 450 Factory, n°1, victime d’une chute au premier tiers de cette spéciale de près de 300 kilomètres, et hélas malheureusement pour lui, contraint à l’abandon.

HELDER RODRIGUES ET MARC COMA AU DÉPART CE MATIN

 

 

Rapidement secouru et notamment par Helder Rodrigues qui le suivait à distance, l’infortuné Champion Catalan était relevé avec l’épaule gauche déboîtée !

Mais venons-en au déroulement de cette 3éme journée.

Dressée sur un plateau rocheux, à quelques kilomètres du village de Tamegroute, la ligne d’arrivée s’anime à l’arrivée des premiers motards.

Très vite l’information filtre.

Marc Coma, a chuté au km 100. Chacun y va de son commentaire…

Mais, finalement, plus de peur que de mal pour le Champion catalan qui, transporté en hélicoptère à l’hôpital d’Er Rachidia, souffre simplement et fort heureusement, on l’a dit, que de blessures minimes à l’épaule.

 

 

Arrivé premier sur la ligne, Helder Rodrigues et sa Honda CRF 450 Rally, se fait coiffer au scratch par l’ Husqvarna 450 de son compatriote Paulo Goncalves, mais il reprend néanmoins la tête du général provisoire.

Paulo Goncalves qui nous confie :

« Je suis parti très fort ce matin, lorsque j’ai vu Marc sur la piste, il m’a dit que tout était Ok. Ensuite, je me suis appliqué sur la navigation et tout s’est bien déroulé… »

 

 

Helder Rodrigues le  » bon  »samaritain nous expliquait l’incident qui l’avait retardé sur la piste :

« Je me suis arrêté près de 8 minutes près de Marc Coma. Il se plaignait de l’épaule. J’ai appelé les secours et attendu qu’un autre concurrent arrive. Ensuite, un peu bizarrement, je n’ai plus trop pensé à rien et j’ai repris la course sur un rythme élevé… »

Quand on ne cesse de dire que ces motards sont des êtres  » hors norme  » !!!

 

 

Arrivé à son tour, Cyril Despres enchainait:

« En voyant que Marc ne revenait pas sur moi avant la mi-course, j’ai eu un mauvais pressentiment. Malheureusement, au ravitaillement, l’on m’a confirmé qu’il avait chuté et qu’il était blessé. Je n’ai vraiment plus roulé sur la seconde moitié de spéciale… »

 

 

Après deux étapes difficiles, c’est le Chilien ‘Chaleco’ Lopez désormais sur une KTM 450, qui complète le podium du jour.

Superbe prestation également du jeune Britannique Sam Sunderland sur une Honda CRF 450 Rally qui semble s’adapter très bien à la navigation.

L’Anglais Sam Sunderland se retrouve ce soir à une belle dixième place au général. Content, il nous disait

« Jour après jour, j’apprends un peu plus et je me sens de mieux en mieux en navigation. Aujourd’hui j’ai fait les bons choix, là où lors des deux premières étapes, je me trompais. »

 

 

Tout comme, d’ailleurs, l’étonnant Alex Botturi sur KTM 450.

Avec sa carcasse imposante, l’ancien talonneur de l’équipe nationale Italienne de rugby, signe une belle 7éme place et impressionne un peu plus chaque jour.

L’une des belles histoires de cette 3e étape du Rallye OilIbya du Maroc, est celle de Bruno Da Costa  qui pilote une Yamaha 450 et Harite Gabari  sur une machine identique.

Le pilote Français, très grièvement blessé lors du dernier Dakar a secouru le plus célèbre des pilotes Marocains, trahi par ses instruments de navigation.

Dans le plus pur esprit du rallye-raid, le Français a donc servi de guide tout au long des 300 kilomètres de spéciale dans les décors enchanteurs du grand Sud Marocain.

Du côté des quads, la journée a encore été mouvementée avec la chute du leader, le Russe Dmitry Pavlov, malheureusement victime d’une fracture de la jambe droite – tibia – et contraint à l’abandon.

Vincent Albira  sur Honda, signe le scratch du jour devant les Enduro Cup de Frédéric Alard et Pascal Delesque, tous deux également sur Honda.  Delesque en proie à des soucis de suspension arrière pourra compter sur l’aide du team Albira pour le dépanner. C’est cela aussi le Rallye OiLibya du Maroc!

Patron du Team Piboules Racing qui aligne plusieurs motos en Enduro Cup sur ce Rallye OiLibya du Maroc, Philippe Dasse  sur une KTM 450  continue à montrer le bon exemple à ses ouailles.

Son meilleur élève reste, bien entendu, Joël Vidal avec sa  KTM 450, lauréat de cette catégorie réservée aux motos de séries, ici même l’an dernier.

Quant au Belgo-Congolais, Marc De Vos également sur une KTM 450  et membre du sympathique team des Bouches du Rhône, il signe le troisième chrono du jour.

Journée mouvementée également dans la catégorie auto-camions où,  sur les pistes rapides, ralliant Erfoud à Zagora, le Trophy Truck du duo Français formé par Éric Vigouroux et Alexandre Winocq a littéralement survolé l’étape.

A l’arrivée, le sans faute de cet équipage d’amateurs éclairés signe l’exploit du jour en s’emparant de la victoire d’étape et en prenant par la même occasion la tête du classement général.

 

 

Éric Vigouroux, tout souriant qui vient nous rejoindre et raconte :

« Que dire…nous sommes comme dans un état de grâce, un de ces moments magiques où tout fonctionne à merveille, la voiture, la navigation, la sensation de faire corps avec la voiture en la pilotant. Nous avons attaqué comme des bêtes toutes la journée pour rester au contact du leader. Nous gagnons la spéciale et prenons la tête du rallye uniquement parce que nous n’avons commis aucune erreur depuis le début. Croisons les doigts pour que ça dure car nous ne sommes qu’à mi-course… »

Et il conclut :

« Pour le moment nous sommes très satisfaits de notre avance (16’). Cependant, nous restons très prudents var nous savons très bien qu’un simple ensablement peut couter très cher, particulièrement avec un véhicule comme le mien, un 2 roues motrices et sans vérin hydraulique.  Concernant l’étape de ce jeudi dans les dunes de l’erg de Chigaga, nous devrons assurer. Il y a très longtemps que je n’y suis plus passé. Et elles, ont la réputation de se monter très piégeuses… »

On rappellera qu’Éric a remporté en 2010 et en 2012 les 24 Heures Off road du Maroc  qu’organise l’ami Jean Louis Dronne et ce en gagnant sept des … huit spéciales  disputées !

Il a aussi été sacré Champion  du monde FIA, en 2 roues motrices en 2010  et il fut aussi le tout premier a triomphé dans la classe ‘ Open ‘ au Dakar 2006.

 

 

Deuxième de l’étape, la toute nouvelle Mitsubishi ASX  préparée par Thierry Viardot dans les ateliers de Vaison sport au Creusot, des Brésiliens Spinelli et Haddad, confirme son extraordinaire potentiel.

Et se hisse à la troisième place du classement général.

Car en proie à des problèmes de crevaison et de bon fonctionnement des vérins électroniques, les Mini All 4 Racing du Polonais Holowczyc et du Russe Novitsky, concèdent un temps précieux.

Krzysztof Holowczyc qui nous explique à l’arrivée :

 « Nous avons subi une crevaison à mi-parcours, mais en voulant remplacer la roue, nous avons remarqué que le système hydraulique ne fonctionnait pas. Nous avons donc dû sortir le cric et le faire à l’ancienne. Au total, nous perdons près de douze minutes dans cette aventure. Mais bon, cela fait partie de la course, et c’est mieux que cela se produise ici plutôt qu’au Dakar. »

 

 

De son côté, Leonid Novitsky, précise  :

« La piste était plutôt accidentée aujourd’hui, donc ce n’était pas très facile pour nos voitures. Mais pour moi, tout s’est bien passé. Oleg (Tyupenkin), mon co-pilote retrouve ses marques petit à petit.»

 

 

Plus mauvaise journée encore pour le lauréat de l’édition 2011, le Néerlandais Bernhard Ten Brinke avec la Mitsubishi Racing Lancer, ex Rally Art, contraint de faire demi-tour après quelques dizaines de kilomètres, suite à des ennuis mécaniques.

Neuvième du classement scratch du jour, Edmond Pélichet (73 ans), ancien ténor du Dakar en catégorie camions, continue d’étonner tout le monde.

Associé à son ami Jean-Marie Lamotte, dont il s’agit du tout premier rallye dans l’habitacle du Toyota Pickup Hilux n°323, il poursuit tranquillement son bonhomme de chemin sans compter le nombre de voitures arrêtées le long de la piste. Hier, il tout de même pris le temps de s’arrêter aux côtés de la Mitsubishi Racing Lancer n°310 pour prendre des nouvelles de son ex-belle-fille, Eugénie Decré  associée au pilote néerlandais Gert Huzink qui venaient d’effectuer des tonneaux…

Arborant un sourire permanent, le patron de Bugg-Afrique,  Jean-Antoine Sabatier, accompagné par Frédéric Drault avec un Buggy Predator X-18 signent, quant à eux, le 11e chrono du jour et renforcent leur position de leader dans la classe Open, avec ce véhicule aux performances redoutables et particulièrement démocratiques. Une formule  pour laquelle ont également opté, Cédric Chalvin et Christelle Lacroix, un couple novice en rallye et qui, après deux jours d’apprentissage, signent une très belle 17éme place au scratch devant une kyrielle d’équipages de la catégorie reine…

 

 

Chez les camions, également venus en nombre sur ce Rallye OiLibya du Maroc, les IVECO du Team De Rooy poursuivent leur insolente domination et ce, malgré quelques petites frayeurs mécaniques en vue de l’arrivée.

Gérard De Rooy, racontait  :

« Tout s’est bien passé aujourd’hui, à part que nous avons quasiment perdu l’embrayage ! Il faut rallier très vite le bivouac pour remplacer tout ça 

Après une journée noire dans l’erg Chebbi, la Portugaise Elisabete Jacinto, profite d’une étape plus roulante et d’un camion à la suspensions revue et corrigée pour se rapprocher de la 3éme place au général à un peu plus de dix minutes du DAF n°403 du Néerlandais Van den Bosch.

 


Elisabete Jacinto, toute gaie ce soir et qui nous lâche :

« Cela va mieux aujourd’hui car nous avons travaillé tout la nuit sur les réglages de suspension. J’espère pouvoir profiter de l’erg de Chegagga pour refaire mon retard… »

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : NPO – François ROPHE – Jorge CUNHA et autonewsinfo

 

 LE RALLYE A PERDU L’UN DE SES FAVORIS EN CATÉGORIE MOTO MARC COMA ICI AVEC HELDER ROFRIGUES

Sport

About Author

gilles