RALLYE OILIBYA DU MAROC : SPINELLI – RODRIGUES, COUP D’ESSAI, COUP DE MAITRE !!!

 

 

Pour le Brésilien Spinelli et le Portugais  Rodrigues qui découvrent le Rallye Oilybia du Maroc, ce coup d’essai s’est transformé en coup de maître !

Tracée sur plus de 270 kilomètres autour d’Erfoud dans le grnd sud Marocain, la première spéciale du Rallye OiLibya du Maroc, a fait la part belle à la nouveauté.

ce secteur sélectif déjà exigeant, traversant le fameux erg Chebbi du Nord au Sud ce sont, en effet, deux nouvelles mécaniques fraîchement sorties de leurs ateliers qui signent une entrée en matière fracassante.

En catégorie auto, c’est le duo brésilien composé de Guilherme Spinelli et Yousef Haddad qui coiffe d’emblée tous les favoris à bord de leur toute nouvelle Mitsubishi ASX n°309.

 

 

En deux roues, on salue aujourd’hui la première victoire du Portugais Helder Rodrigues au guidon de la toute nouvelle Honda CRF 450 Rally n°3.

Pour ce qui est de la catégorie camions, ce sont, comme prévu, les IVECO du Team De Rooy qui mènent la danse, en signant déjà d’ailleurs un premier chrono dans le Top 10 au scratch du classement auto-camions.

Le visage illuminé de joie, Helder Rodrigues, n’en revient toujours pas !

Sur la ligne d’arrivée dressée à quelques encablures au sud de Merzouga, le pilote Portugais rayonne. En l’espace de trois mois de développement, Honda a été en mesure de lui offrir une machine déjà très compétitive.

Et malgré quelques hésitations en matière de navigation, le Champion du Monde 2011 signe d’emblée un coup de maître en devançant les KTM d’usine de l’Espagnol Marc Coma (n°1) et du Français Cyril Despres (n°2), pointés comme grandissimes favoris.

 

 

A l’arrivée, il confiait :

“Franchement, pour moi l’objectif aujourd’hui était de ramener la nouvelle moto à l’arrivée sans prendre le moindre risque. J’ai roulé pas mal avec Cyril (Despres). Nous avons un peu jardiné à hauteur d’un village, et puis ensuite, j’ai pu le distancer en vue de l’arrivée. La moto a été parfaite. Je remercie toute l’équipe Honda qui a travaillé d’arrache-pied sur ce projet pour que nous puissions prendre le départ de ce Rallye OiLibya du Maroc. Cette première victoire d’étape est déjà une belle récompense…”

 

 

A ses côtés, Marc Coma, précise:

“Nous étions d’emblée dans le vif du sujet. Cette étape était déjà un sacré morceau. J’ai très vite pris confiance dans le road-book et j’ai pu hausser le rythme. Mais il fallait constamment surveiller le cap car il y avait énormément de traces qui partaient dans tous les sens. Sur la fin j’ai dû ralentir car un pierre a endommagé mon disque de frein arrière…”

 

 

Alors que Cyril Despres, lui, ajoute :

“Cela fait vraiment plaisir d’être là. Et on s’est tout de suite mis à table. J’ai commis quelques erreurs de navigation, notamment une prise de cap un peu tardive et ensuite, vers la fin, alors que Helder et moi revenions sur Marc, j’ai choisi la mauvaise piste. Cela me rappelle que la navigation en Afrique demande une attention de tous les instants…”

Dans le sillage du trio de tête, le jeune talent Espagnol Joan Barreda et son équipier, le Portugais Goncalves concèdent néanmoins déjà plus de dix minutes au guidon de leurs puissantes Husqvarna 450.

Car si la piste du jour était annoncée roulante et les dunes plus accessibles que prévu, la navigation, elle, a posé problème à plus d’un pilote.

 

 

Et si le Français Olivier Pain (Yamaha 450 n°9) limite les dégats pour son retour à la compétition, le Chilien ‘Chaleco’ Lopez (KTM n°7), en proie à des soucis de moteur et de boîte, pointe déjà à … 20 minutes, tandis que le Polonais Jakub Przygonski (KTM n°6), victime de problèmes de frein arrière, concède, lui, plus d’une demi-heure!

Belle prestation, en revanche pour le Franco-malien Alain Duclos qui étrenne, ici au Maroc, sa nouvelle Sherco 450 (n°21) en signant une encourageante 8éme   place au scratch du jour.

Paulo Goncalves, l’autre Portugais, bon 5éme au guidon de son Husqvarna 450 Speedbrain n°5, enchainait:

“Je crois que je n’étais pas suffisamment concentré au départ. J’ai commis quelques belles erreurs de cap dans les dunes. Il faudra mettre les bouchées doubles demain pour rattraper ce retard…”

Quant à Olivier Pain, lui il lâchait:

“Je suis assez satisfait pour une première étape de reprise après une longue période de convalescence. Il y a néanmoins un truc qui m’énerve un peu, c’est qu’aujourd’hui, en rallye, il y a ceux qui font la navigation et puis ceux qui suivent et profitent du travail des autres. Dans le milieu, on les appelle les ‘Velcro’…”

 

Enfin, encore un homme satisfait avec Alain Duclos qui découvre la Sherco 450, n°21:

“Il s’agit de ma toute première étape en rallye au guidon de la Sherco. Franchement, c’est une belle surprise. La moto est parfaitement suspendue et très saine au niveau du pilotage. C’est particulièrement encourageant pour la suite…”

En Enduro Cup, catégorie réservée aux motos et quads de série, c’est le Français Philippe Dasse (KTM n°254) qui réalise la performance du jour devant Laurent Moulin (Yamaha n°251) et Joël Vidal (KTM n°250).

Du côté des quads, Vincent Albira (Honda n°200), signe une première victoire d’étape devant le Russe Dimitry Pavlov (Honda n°270) et l’autre Honda du Français Pascal Delesque, également inscrit en Enduro Cup.

ASX, la nouvelle arme ?

 

On connaissait son dernier chef-d’œuvre !

Les Mitsubishi Racing Lancer qui, depuis le retrait officiel de la marque aux diamants (2009) poursuivent leur développement en privé dans le Team Hollandais Wevers Sports et présents en nombre au départ de ce Rallye OiLibya du Maroc.

Ce lundi, Thierry Viardot et toute son équipe, nous ont présenté, de manière retentissante la nouvelle version, la Mitsubishi ASX (n°309), dernière-née des ateliers de Pont-de-Vaux, à la demande d’un Team brésilien.

Quelle ne fut pas la surprise du sorcier des bords de Saône de voir son ‘bébé’ conduit de main de maître par le Brésilien Guilherme Spinelli, signer le premier scratch du rallye !

Et ce au nez et à la barbe des Mini All4Racing, des Pickup Toyota Hilux Overdrive et des Racing Lancer Hollandaises…

Au point de contrôle, signifiant la fin de la liaison peu avant Erfoud, Guilherme Spinelli (Mitsubishi ASX n°309)  racontait :

 “Tout ceci est tellement nouveau pour nous que je suis très étonné d’avoir remporté l’étape. J’avais vraiment l’impression de ne pas avoir roulé au maximum. La voiture est tellement facile à piloter qu’il n’y aucune impression de vitesse. C’est particulièrement encourageant pour ce nouveau projet et je remercie toute l’équipe de Thierry Viardot d’avoir effectué un si beau travail…”

Et si le grand Polonais Krzysztof Holowczyc (Mini All4Racing n°303) sauve bien l’honneur du clan X-Raid en signant le second chrono du jour à seulement 21 petites secondes du leader, c’est une autre belle surprise qui complète le podium du jour.

Pour son ultime sortie en compétition le ‘vieux’ Trophy Truck (n°308) d’Éric Vigouroux et Alex Winocq, pointe à moins de deux minutes et devance la meute de autres favoris.

Krzysztof Holowczyc, nous expliquait:

“Nous avons commis quelques erreurs de navigation dans une étape très exigeante pour les suspensions. Mais la voiture a marché à la perfection et nous avons pu constater les grands progrès effectués au niveau des suspensions. Sur la fin, dans la partie roulante, j’ai vraiment pris mon pied, c’était quasiment du WRC…”

 

Et, notre pote, le ‘Californien de San Diego’ Eric Vigouroux, visiblement HEU-REUX, de se retrouver aux avant-postes, de nous dire:

“Quelle belle journée! Nous avons été vraiment prudents sur la première moitié de l’étape, question de retrouver nos sensations. Ensuite, après les dunes, nous avons ouvert les gaz en grand sur ce terrain qui convenait parfaitement à notre voiture, aujourd’hui vieille de sept ans. Mais nous souffrons encore beaucoup d’un manque de puissance à cause d’une bride d’admission d’air trop petite…”

On y reconnaît, dans l’ordre, le Russe Novitsky (Mini All4Racing n°301), le Hollandais Ten Brinke et son co-pilote remplaçant, Pascal Maimon (Misubishi racing Lancer n°300), mais aussi la BMW X3 du Chilien Garafulic et les Pickup Toyota Hilux du Néerlandais Van Merksteijn (n°302) et du Russe Ogorodnikov (n°306).

 

 

Ten Brinke le lauréat de l’Oilibya 2011, lui se disait lui aussi ravi :

“Nous sommes partis prudemment avec une voiture qui a beaucoup évoluée et surtout, afin de trouver nos repères avec Pascal, mon navigateur remplaçant. Ensuite, nous avons pu élever le rythme et cette 5éme place me convient parfaitement pour la suite…”

Pascal Maimon, ajoutant :

” J’ai effectivement remplacé in extrémis Mathieu Baumel victime de fêlures aux cotes car je me trouvais la semaine dernière en essais ici en vue du prochain Dakar. Je lui lis les notes en anglais et pour un début cela s’est franchement plutôt bien déroulé ”

 

 

Sans leur numéro d’autos tamponneuses au cœur des dunes l’Erg Chebbi, le Polonais Szimon Ruta (Pickup Toyota Hilux n°318) et le Néerlandais Gert Huzink (Mitsubishi Racing Lancer n°310) auraient sans doute fait honneur à leur rang.

Explications :

Szimon Ruta:

“Tout avait très bien débuté car sur la partie rapide du début, nous avons doublé beaucoup de voitures. Ensuite, dans les dunes, nous étions bien occupé lorsque nous avons percuté l’arrière d’une Mitsubishi, , caché derrière une dune relativement facile. Heureusement il ne s’agit que de dégats de carrosserie. Mais je dois dire que pour ma première étape africaine j’ai pris beaucoup de plaisir…”

Et l’autre belligérant de conclure :

Gert Huzink  :

“Nous avons mis un peu de temps à reprendre la voiture en main. De plus, il s’agissait de la première étape Eugénie (Decré), ma co-pilote, depuis l’accident du Dakar. J’ai manqué une vitesse et au bas d’une dune et le Pickup Toyota nous percuté. Il s’agit d’un accident de course. Personne n’est responsable et même si c’était impressionnant, les dégâts ne sont pas trop importants.”

Problèmes de navigation et petits soucis techniques, en revanche pour la Mitsubishi Racing Lancer n°304 d’Eric Van Loon et Mark Wams qui concède d’emblée près d’une heure quarante!

Éric Van Loon:

“Je suis un peu dépité. C’est une journée à oublier au plus vite! Nous avons commis des erreurs de navigation à la pelle avant de perdre une roue qui s’est cassée au niveau de la jante… Ensuite nous avons encore accumulé les contre-temps. Perdre autant de temps le premier jour, c’est vraiment pas le pied… Mais heureusement que cela nous arrive ici et pas en Amérique du Sud.”

De Rooy a du ressort !

En signant une première victoire en catégorie camions, Gérard De Rooy et ses équipiers (IVECO N°401), ont prouvé que leurs essais de nouveaux amortisseurs sont en bonne voie.

Le lauréat du dernier Dakar devance d’une demi-minute son équipier, l’ancien Champion du monde des rallyes, le petit -par la taille – mais – grand par le talent – Italien Miki Biasion (IVECO n°400), les deux monstres turquoises signant un beau tir groupé respectivement aux 5éme et 6éme places de cette première spéciale du Rallye OiLibya du Maroc.

Derrière, c’est, comme l’an dernier, la Portugaise Elisabete Jacinto et son équipe qui complètent le podium du jour à bord de leur MAN n°402, mais à une demi-heure du jeune Hollandais volant.

Malgré quelques soucis de réglages de suspension, la pilote lusitanienne devance néanmoins la suite des ‘gros bras’ venus des Pays-Bas.

Un Gérard De Rooy (IVECO n°401) content de ce début de rallye:

“Nous étions très bien partis et avons dépassé Miki avant les dunes. Le camion et ses nouvelles suspensions fonctionnaient parfaitement. Ensuite, ils ont surchauffé. Nous avons donc décidé de lever le pied et de laisser passer notre équipier pour nous contenter de le suivre jusqu’à l’arrivée. Ceci n’a rien d’inquiétant car nous possédons déjà les solutions pour les problèmes que nous rencontrons. Nous sommes là pour voir si, en configuration de course, d’autres maladies pourraient se révéler.”

Elisabete Jacinto (MAN n°402), poursuivant:

 “Ce ne fut pas une étape facile. Pourtant je la connais bien. Mais nous connaissons des problèmes de suspension en général et de la cabine en particulier. Il faudra régler cela pour la suite, même si notre objectif d’être le premiers derrière les deux IVECO De Rooy est déjà atteint…”

 

Stéphane et Emma Clair, venus nous rejoindre se déclaraient de concert extrêmement satisfaits de ce début de Rallye

Ce mardi, même parcours en spéciale mais … dans l’autre sens !!!

Histoire de bien connaitre ces lieux magiques…

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : NPO – François ROPHE – Jorge CUNHA – autonewsinfo

 

 LES SUPERBES DUNES DE MERZOUGA

Sport

About Author

gilles