BAJA DU MAROC : CLAP, PREMIERE ! DAVID CASTEU AUX COMMANDES …

DAVID CASTEU AUX COMMANDES …

 

 

Première du genre organisée sur le sol africain en guise d’avant-dernière manche de la Coupe du Monde FIM Moto-Quad, la BAJA du Maroc, a naturellement attiré pas moins d’une trentaine de pilotes sur cette épreuve ‘sprint’ dessinée sur trois jours et empruntant en partie le parcours du Rallye OiLibya du Maroc et ce dans la région d’Erfoud.

Après les vérifications administratives et techniques d’usage, les concurrents motos et quad de la BAJA ouvraient le bal, dimanche après-midi par une Super Spéciale, longue de 8 km, tracée au cœur du désert du sud Maroc, à quelques encablures d’Erfoud.

Un tracé rapide, varié et technique où chacun allait pouvoir effectuer les derniers réglages en vue des deux étapes dans la région de l’erg Chebbi.

 

Une mise en jambe parfaite pour les nombreux amateurs ayant effectué le déplacement pour cette nouvelle formule très attrayante et particulièrement abordable, mais aussi pour les Français David Casteu et Romain Souvignet (Yamaha) et l’Italien Alessandro Zanotti (TM), les trois principaux favoris en catégorie moto.

C’est d’ailleurs le duo de chez Yamaha Offroad Adventure Elf, qui signe le premier doublé en catégorie moto, au terme de cette Super Spéciale, Casteu devançant Souvignet de 17 secondes et Zanotti de près d’une demi minute.

Du côté des quads, on attend surtout une explication entre les Espagnols José Luis Garcia Espinoza (Can Am) et Oscar Romero Montoya (Polaris) et l’Urugayen Luis Henderson (Honda), attention également au Français Patrick Sanchez (KTM) qui a effectué son premier déplacement africain en couple et… en course avec son épouse Stéphanie.

Premier scratch du jour pour Oscar Romero Montoya qui signe le scratch sur la Super Spéciale avec 43 secondes d’avance sur Patrick Sanchez, près d’une minute sur Henderson et le troisième temps « scratch » Moto-Quad.

 

 

David Casteu, le vainqueur du jour au guidon de sa Yamaha 450 YZF n°102, nous confiait :

”Pour moi, la Baja est une discipline d’avenir, c’est pour cela que j’ai opté pour cette formule ici au Maroc en compagnie de mon équipier, ami et partenaire Romain  Souvignet. Puisque j’ai déjà participé à deux manches de la Coupe du Monde cette année et que j’occupe la deuxième place au classement, il s’agira de rester bien concentré. L’idée est de poursuivre ensuite sur le rallye pour terminer la préparation de ma moto en vue du Dakar.”

Patrick Sanchez, le pilote Quad KTM n° 148, enchainait :

”Je n’ai jamais roulé en Afrique. Jusque-là, je participe surtout aux épreuves de cross, d’enduro et de prairie en France. Cette Baja du Maroc était l’opportunité pour Stéphanie et moi d’effectuer le pas vers l’Afrique avec un budget limité. Rouler en couple, c’est génial, même si nous nous inquiétons souvent l’un pour l’autre. Ici, j’avais été reconnaître la Super Spéciale à pieds et je crois sincèrement que cela s’est bien passé… Ce sera autre chose demain sur une étape de plus de 180 km…”

Alexandre Jonchere, autre pilote Quad, le Suzuki n°149, enchainait  :

”Je suis là pour apprendre à rouler en Afrique. Ce système de Baja est idéal pour des pilotes comme moi qui n’ont pas la moindre notion de navigation. Cela nous permet d’aborder la discipline en nous concentrant sur la technique de pilotage sans nous soucier d’un road book ou d’un GPS. Le l’objectif, bien sûr, est passer au Rallye par la suite..”

David Marque, pilote de la KTM n°123, expliquait lui :

”Comme bon nombre des autres pilotes inscrits sur cette Baja, je suis là pour apprendre. C’est un premier pas intéressant et financièrement abordable avant de se lancer sur des formats plus grands…”

Enfin, Patrick Santa Maria, avec la Yamaha n°109, concluait :

”Je suis sans doute le plus âgé des pilotes inscrits sur cette Baja du Maroc. Etant originaire de la région, je connais bien les pistes du coin, mais cela fait tellement longtemps que je n’ai plus roulé en compétition que je n’ose me lancer dans un quelconque pronostic. En tout cas, la Baja c’est parfait pour moi. Rouler sans devoir naviguer, cela me convient très bien !”

Vincent Brochet avec le Quad Yamaha n°145, expliquant :

”Cette Baja du Maroc, c’est pour moi un rêve qui prend forme. Je suis là pour apprendre à rouler en Afrique avec, qui sait, un jour, une participation à un Rallye plus long, comme l’OiLibya du Maroc.”

Le mot de la fin, étant pour  les trois Russes, Anton Popov, KTM 450 n°108 :

”Je n’ai jamais roulé en compétition et donc cette Baja du Maroc est un tremplin idéal. J’ai déjà effectué quelques raids ainsi que quelques rallyes… mais en voiture de presse. Donc je crois que je vais profiter de chaque instant passé sur la moto pour emmagasiner un maximum d’expérience…”

Son compatriote, Anton Zubov, Honda 450 n°106 lâchant:

”L’objectif est de préparer au mieux un rallye sur un format plus long, mais avant cela, je devrai donc passer par la case navigation…”

Alors que Viatcheslav Pashcenko, Yamaha n°110 nous précisait en guise de conclusion :

”Ce système de Baja, c’est parfait pour les débutants en compétition. Il faut d’abord apprendre comment marche la moto. Donc l’étape suivante est de se lancer dans un rallye afin d’apprendre la navigation…”

Suite  des opérations en mettant le Cap au sud d’Erfoud ce lundi.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : NPO

 

Sport

About Author

gilles