ENDURANCE WEC. AUX SIX HEURES DU FUJI, NOUVEAU SUCCÈS TOYOTA

 

 

Ce dimanche au pied du célèbre Fuji, l’équipe Toyota a brillé sur ses terres,  remportant ainsi après sa toute 1ére victoire décrochée tout dernièrement lors des Six Heures de Sao Paulo au Brésil, un second et nouveau succès de prestige car, effectué, sur ses terres

Comme en Amérique du sud, le samedi 18 septembre dernier, la Toyota TS030 Hybrid, confiée au Français Nicolas Lapierre, à l’Autricien Alexander Wurz et au Japonais Kazuki Nakajima, devance les deux équipages Audi.

Le trio notamment double lauréat des dernières éditions des 24 Heures du Mans et formé du Français Benoit Treluyer, de l’Allemand André Lotterer et du ‘ptit’ Suisse Marcel Fassler qui finit second et le duo que constitue les ‘anciens’, le Danois Tom Kristensen et l’Ecossais Allan McNish qui se classe troisième

 

 

L’obscurité commençait à tomber sur le circuit de Fuji lorsque Kazuki Nakajima déjà brillant poleman, a franchi la ligne d’arrivée en grand vainqueur devant une tribune totalement acquise à la cause du constructeur japonais.

Les nuages qui se sont peu à peu amoncelés au-dessus des sommets qui enserrent le tracé nippon n’avaient pas découragé les 32 000 spectateurs, 50 000 recensés pendant les trois jours, venus assister au triomphe de Toyota, mais aussi de Nissan dans l’autre catégorie, celle des LMP2.

Les 6 Heures de Fuji resteront sans doute longtemps dans les mémoires des fans japonais ravis de l’aubaine d’assister au triomphe d’une voiture Nippone et dont l’accueil a été très chaleureux !

 

 

Si Audi s’était déjà assuré du titre Mondial Constructeur, on pouvait compter sur Toyota pour rendre la vie de la marque aux anneaux compliquée d’ici la fin de la saison.

Après une toute première victoire aux 6 Heures de São Paulo, la TS030 Hybrid arborant le n°7, a donc brillé sur ses terres, grâce à son sacré trio, Nicolas Lapierre, Alex Wurz et Kazuki Nakajima, qui se sont montrés les plus rapides pendant les trois jours de l’épreuve.

Le constructeur nippon signe par conséquent une deuxième victoire en cinq courses, des statistiques à faire pâlir d’envie, d’autant plus que les succès ont été acquis face à un adversaire pour le moins expérimenté, avec une présence ininterrompue en endurance depuis plus d’une décennie !

 

 

 

Mais la course n’a pas été facile et le combat a été serré jusqu’à la fin avec un écart de 11 secondes seulement sur la ligne d’arrivée entre la Toyota victorieuse et l’Audi R18 e-tron quattro n°1 des doubles vainqueurs des 24 Heures du Mans que sont André Lotterer, Marcel Fässler et Benoît Tréluyer.

Ce dernier ayant il est vrai, écopé d’une pénalité après un contact avec l’Aston Martin n°97, l’Audi n°1 a dû s’arrêter une fois de plus que prévu, perdant ainsi l’avantage d’une consommation en carburant inférieure à celle de sa rivale japonaise.

Et très probablement la course aussi et surtout !

Cette deuxième place ne permet d’ailleurs toujours pas à l’équipage de l’Audi n°1, de décrocher le titre Pilotes puisque la seconde Audi, la voiture-sœur, la n°2 d’Allan McNish et de Tom Kristensen, complète le podium au classement général, n’ayant pu suivre elle, le rythme des deux voitures de tête que pendant la première heure.

Si l’écart final entre les équipes des constructeurs est infime, la course s’est rapidement décantée parmi les écuries privées de la catégorie LMP1, la Lola-Toyota n°12 du Rebellion Racing, terminant avec un tour d’avance sur sa plus proche rivale, ce qui permet à l’écurie Suisse mais basée … en Grande-Bretagne de décrocher le Trophée Endurance FIA de la meilleure écurie privée LMP1, avant l’ultime rendez-vous de la saison 2012, programmé à Shanghai.

La paire Neel Jani et Nicolas Prost, a constamment fait la course en tête, laissant les autres protagonistes batailler pour la deuxième place qui échoit finalement à l’HPD-Honda, la n°22 du Team JRM.

En effet, David Brabham, Karun Chandhok et Peter Dumbreck, sont sortis vainqueurs du magnifique duel qui les a opposés à Jonny Kane, Nick Leventis et Danny Watts, pilotes de la HPD-Honda ARX 03a n°21 du Strakka Racing.

A l’arrivée, le Dr. Wolfgang Ullrich, patron d’Audi Motorsport, confiait :

“ Finir à onze secondes du vainqueur après une réparation et une pénalité d’arrêt au stand montre quel était notre niveau de performance. Nous nous battions pour la victoire. Toyota a été très fort et a gagné à domicile. Je les félicite. »

Benoît Tréluyer, enchainait :

“A la fin, la course ne s’est pas trop mal déroulée même si notre ambition était de gagner devant Toyota. Nous avons dû attaquer et prendre certains risques dès le départ. J’ai malheureusement subi un accrochage dans le trafic. C’est décevant de perdre pour seulement onze secondes. Mais nous avons accentué notre avance en tête du championnat pilotes.”

Marcel Fässler, poursuivait :

“Nous pouvions gagner. Mais il peut toujours se produire des accidents comme celui que nous avons subi aujourd’hui. La course était très serrée. Je n’ai pris le volant qu’une seule fois car nous avons changé de stratégie sur la fin quand André a accompli un double relais avec le même train de pneus.”

Et, André Lotterer, le 3éme larron, concluait :

“Nous avions le potentiel mais on ne peut pas toujours gagner en sport automobile. Désormais, nous pensons à la dernière manche en Chine. Nous voulons gagner le titre.”
Si l’équipe Rebellion Racing s’est offert le Trophée Endurance FIA LMP1, l’écurie Starworks Motorsports, l’a imitée en LMP2, grâce à la deuxième place de Stéphane Sarrazin, Ryan Dalziel et Enzo Potolicchio au volant de l’HPD-Honda, n°44.

Le trio invincible à Sebring, au Mans et au Brésil, n’a pu contrer l’Oreca 03-Nissan, n°25 de l’écurie ADR-Delta, aux mains de John Martin, Tor Graves, tandem renforcé par l’ancien pilote Japonais de GP, Shinji Nakano, victorieux dans la catégorie LMP2 avec une marge confortable d’un tour !

Mais, il est toutefois parvenu à rester devant la Morgan-Nissan, la n°24 d’OAK Racing. Jacques Nicolet, Olivier Pla et Matthieu Lahaye montent donc sur la troisième marche du podium pour la deuxième fois consécutive après les récentes 6 Heures de Bahreïn.

 

Porsche et Corvette règnent sans partage en GTPRO ET AM

 

 

Dans la catégorie LMGTE Pro, la Porsche n°77 du Team Felbermayr-Proton, l’emporte sur le circuit du Fuji pour décrocher sa deuxième victoire de l’année après celle des 6 Heures de Spa-Francorchamps, en mai dernier.

La paire austro-allemande formée de Marc Lieb et Richard Lietz, s’est montré la plus rapide pendant toutes les séances de la semaine et a mené tout au long de la course ou presque après s’être élancée de la pole.

Pourtant dès le départ, la Ferrari n°51, s’emparait du commandement de la catégorie mais une fois que la Porsche eut récupéré sa place en tête au cours de la deuxième heure, elle ne l’a ensuite plus quittée jusqu’au drapeau à damier.

L’équipage parvenant même à creuser un écart d’un tour tout en résistant à un accrochage avec l’Audi R18 n°2.

C’est l’écurie AF Corse, déjà assurée du Trophée Endurance FIA 2012 et de la Coupe du Monde LMGTE pour Ferrari, qui a franchi la ligne d’arrivée en deuxième position, grâce à son fameux duo, Gianmaria Bruni et Giancarlo Fisichella, au volant de la Ferrari F 458 Italia n°51.

Après un long combat, qui a duré toute la course, avec la Vantage V8 n°97 d’Aston Martin Racing, l’écart entre les deux voitures se limitait à 39 secondes après six heures d’une course disputée alors que le résultat aurait pu être légèrement différent si l’Aston Martin n°97, n’avait pas été, elle, également retardée par un contact avec l’Audi n°1 qui sera d’ailleurs sanctionnée d’un Stop & go !

Arrêt, qui on l’a dit, lui a certainement probablement couté la victoire…

La Corvette C6-ZR1 n°50 de Larbre Compétition a réalisé une course magnifique et terminée avec un tour d’avance devant la Ferrari F458 Italia, la n°57 de l’équipe Américaine Krohn Racing.

Pedro Lamy, Patrick Bornhauser et Julien Canal ont pris un bon départ et se sont portés en tête au cours de la deuxième heure de course aux dépens de leurs équipiers dans la voiture-sœur, la seconde Corvette, la n°70 et la Porsche 911 RSR n°88 du Team Felbermayr-Proton.

L’écurie américaine Krohn Racing, a rempli ses objectifs en grimpant une marche supplémentaire du podium, en LMGTE Am et en signant son meilleur résultat de la saison, grâce à une performance constante et à une consommation en carburant moins élevée que ses concurrents.

Malgré un Stop & go et ce pour départ anticipé, la Porsche du Team Felbermayr-Proton, a tout de même connu les joies de la troisième marche du podium en LMGTE Am, ce dimanche étant décidément une journée magnifique pour l’écurie allemande.

Écuries et pilotes vont désormais se diriger vers la Chine pour les 6 Heures de Shanghai, dernière manche de la saison 2012 du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, où le titre Pilotes sera finalement décerné.

Rendez-vous le 28 octobre prochain pour connaître les vainqueurs !

 

AURÉLIE ELBAZ

Photos : WEC et TEAMS

 

 
LE CLASSEMENT FINAL DES SIX HEURES DU FUJI

 

1 – Wurz–Nakajima (Toyota TS030 Hybrid)  Team Toyota.  233 Tours
2 – Fassler–Lotterer–Treluyer (Audi R18 e-tron) Team Audi, à 11″223
3 – Kristensen-McNish (Audi R18 e-tron) Team Audi, à 1’32″565
4 – Prost–Jani (Lola B12/60–Toyota) Team Rebellion, à 6 tours
5 – Brabham–Chandhok–Dumbreck (HPD ARX3a–Honda) Team JRM, à 7 tours
6 – Leventis–Watts–Kane (HPD ARX3a–Honda) Team Strakk, à 7 tours
7 – Belicchi–Primat (Lola B12/80–Toyota) Team Rebellion, à 8 tours
8 – Martin–Graves-Nakano (Oreca 03–Nissan) Team ADR Delta, à 13 tours
9 – Potolicchio– Dalziel–Sarrazin (HPD ARX3a–Honda) Team Starworks, à 14 tours
10 – Nicolet–Lahaye–Pla (Morgan–Nissan) Team Oak, à 14 tours
11 – Perez Companc–Minassian– Kaffer (Oreca 03–Nissan) Team Pecom, à 17 tours
12 – Liuzzi–Rossiter–Weeda (Lola B12/80–Lotus) Team Lotus, à 17 tours
13 – Giroix–Ihara–Deletraz (Lola B12/80–Nissan) Team Gulf ME, à 19 tours
14 – Panciatici–Ragues–Rusinov (Oreca 03–Nissan) Team Signatech, à 20 tours
15 – Zugel-Gonzalez–Julian (Zytek Z11SN–Nissan) Team Greaves, à 21 tours
16 – Mailleux–Lombard–Tresson (Oreca 03–Nissan) Team Signatech, à 22 tours
17 – Baguette–Kraihamer-Sato (Morgan–HPD)  Team Oak, à 23 tours
18 – Lieb–Lietz (Porsche 997) Team Felbermayr  Proton, à  26 tours
19 – Fisichella–Bruni (Ferrari F458 Italia) Team AF Corse, à 27 tours
20 – Mucke-Turner (Aston Martin Vantage V8) Team Aston Martin,  à 27 tours
21 – Bertolini–Beretta (Ferrari F458 Italia) Team AF Corse, à 27 tours
22 – Bornhauser–Canal–Lamy (Chevrolet Corvette C6) Team Larbre, à 29 tours
23 – Krohn–Jonsson–Rugolo – (Ferrari F458 Italia) Team Krohn, à 30 tours
24 – Ried–Roda–Ruberti (Porsche 997) Team Felbermayr  Proton, à 31 tours

 

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DU CHAMPIONNAT

 

1. Lotterer-Treluyer-Fasler : 157,5 points –  2. Kristensen-McNish : 141 points –  3. Jani-Prost : 86,5 points –  4. Capello : 77 points – 5. Wurz et Lapierre : 70 points.

 

FIA WEC Sport

About Author

gilles