24 H DU MANS CAMIONS : DES DIZAINES DE TONNES DE PLAISIR…

 

Une finale de Championnat d’Europe, une finale de Championnat de France, la finale du Championnat Nascar-Racecars Français, des animations à la pelle, des défilés des plus beaux camions, des concerts…

Programme énorme, bien réussi malgré une météo totalement capricieuse.

Et des courses de folie, car voir des bébés de plus de cinq tonnes, partir en glissade des quatre, c’est du rarement vu…

Bienvenus aux 28èmes 24 Heures du Mans… Camions!

La preuve que c’est génial? 48 500 specteteurs sont venus sur le Bugatti malgré une météo absolument dégueulasse… Alors lecteur, tu vas avoir tout ça pour toi et bien au chaud…

 

CHAMPIONNAT D’EUROPE FINI AU PREMIER ROUND …

JOCHEN HAHN,CHAMPION D’EUROPE

 

Trois manches de Championnat d’Europe sont prévues et deux pilotes sont en duel.

L’espagnol Antonio Albacete, sur Man, et l’Allemand Jochen Hahn, sur Man.

Hahn est parti devant et  prend vite le large, genre cinq secondes…

Albacete, lui, est troisième, derrière le Freightliner (au gros pif) du tchèque VRSECKY.

 

GROS PIF…

 

Donc, rien n’est perdu, il n’a que 26 points de retard au classement général sur l’allemand…

Sauf que…

Sauf que pour la troisième place, il ya grosse bagarre avec le jeune Français Anthony Janiec, sur Renault.

Un podium en France, ça donne des ailes, même quand on pèse plus de cinq tonnes.

Anthony attaque de partout, mais aux chevaux, Albacete est imprenable…

 

ANTHONY JANIEC, FRENCH HEROS…

 

Alors Janiec tente le harcèlement…

Ce qui veut dire qu’on remplit en permanence la totalité des rétros du mec devant, et qu’on essaie de passer de tous les côtés et à chaque freinage.

Énorme fight, et Albacete doit retarder ses freinages…

Et il tape dans les freins comme un malade…

Même avec réfrigération par injection d’eau, il faut savoir refroidir… or ici, au Bugatti, circuit totalement technique, les freins c’est assez spécial.

Dernier tour… A la Chapelle, après le pneu Dunlop, le Man espagnol tire tout droit, pas de freins…

Merda !

Dans le gravier Albacete…

Et il y reste.

Janiec fait donc podium devant un gros public, qui a bravé la pluie, et Albacete, qui ne marque pas de points, il reste scotché dans le gravier, a perdu le titre.

Sur le podium, on entend le « Deutschlandlied », l’hymne allemand, pour la victoire et pour le titre européen.

Et un jeune pilote français devient un héros…

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE FRANCO-ALLEMAND !

LIONEL MONTAGNE, CHAMPION IN EXTREMIS…

 

En fait, deux points séparent Lionel Montagne, qui roule Renault, de la jeune allemande Steffi Halm, qui roule, bien entendu, sur Man.

Steffi Halm qui nous a parlé avant la première course…

« J’ai eu quelques soucis mécaniques en essais libres et du coup en qualif je n’ai fait que le quatrième temps. Je suis derrière Robineau, Montagne et Noel Crozier. Et je n’ai pas le choix, il faut que je double tout le monde… Cela dit, dans tous les cas, ce qu’il faut c’est finir. Si j’abandonne dans une manche, le titre est perdu tout de suite… »

Elle aura encore le temps de nous dire que les pilotes de camions préfèrent rouler sur le sec car ils n’ont pas de pneus pluie, les Good Year Racing sont les mêmes quel que soit le terrain.

Et qu’elle espère courir le Championnat d’Europe l’an prochain, si elle trouve le budget de … un million deux !

Départ sur le sec…

Départ lancé.

La jeune fille ose passer tout le monde, ils arrivent à trois de face sous la passerelle Dunlop et Steffi hélas, se rate un peu, Montagne, pris en sandwich entre les deux Man jaunes, Halm et son coéquipier Ludovic Faure, n’hésite pas et sort en tête devant Steffi.

Voici l’histoire, en photo, par Gilles Vitry, qui n’en a pas loupé une miette…

 

MONTAGNE EN SANDWICH ENTRE LES MAN

 

 

Un instant, on a cru au miracle mais enfin, Halm a quand même gagné deux places en deux virages…

Steffi qui comprend vite qu’elle n’ira pas chercher Lionel Montagne dans cette course.

Elle est seconde, mais loin…

Et donc le combat de Steffi Halm, semble un peu désespéré…

Elle l’a dit, ce qu’elle veut, c’est finir.

Elle a tenu la dragée haute aux hommes sur des circuits étroits comme Ales, bien que se faisant déchirer à chaque tour par des adversaires « punchers » mais ici, au Bugatti, la préparation fait la différence.

Plus d’une seconde au tour!

Mais bon, en sports mécaniques, rien n’est fait jusqu’au bout et le destin peut aussi entrer en piste…

Montagne, Halm, Crozier, voilà le tiercé…

Sur le podium, Marseillaise…

Et le Championnat n’est pas joué.

Encore deux courses au programme.

Entre les finales du Championnat de France, le Championnat d’Europe, déjà joué, se lâche… Et qu’est ce qu’ils se mettent!

Plus beaucoup de camions entiers à l’arrivée!

Et des têtes à queue… à la queue leu leu… Avec un public ravi et qui le fait savoir!

Voici quelques exemples des facéties de nos pachydermes à 1300 cv le bout et 5,5 tonnes pièce…

 

 

OUPS!

 

COULEUR MENTHE A L’EAU

 

CHAMPIONNAT AVEC ET SANS TRICHE…

STEFFI HALM, PRINCESSE DU POIDS LOURD

La deuxième manche du Championnat de France  s’est courue avec départ en grille inversée sur les six premiers.

Je n’ai jamais trop compris le principe de ces départs là, il suffirait de refaire une grille en fonction des arrivées des manches précédentes mais bon…

Steffi part donc cinq, remonte trois. Pas mal.

Lionel Montagne gagne et lui prend encore quelques points, il est exactement 10 points devant au général.

C’est alors que… les commissaires sportifs s’aperçoivent que dans cette manche, Lionel Montagne a embarqué un ordinateur dans le cockpit, engin qui peut donner beaucoup de renseignements en course, sur l’état de telle ou telle pièce, les freins au hasard, qui ont tendance à brûler, et qui peut même, selon l’utilisation faite, faire disparaître les indications des mouchards de vitesse, c’est limité à 160…

Personne ne dit que Montagne fait toutes ces vilenies mais le fait est là, cet ordinateur n’a rien à faire là.

Disqualification logique dans cette manche, du coup, Steffi Halm repasse en tête avec trois points d’avance, il reste alors deux courses.

Colère noire chez les pilotes, qui disent que tout le monde a un ordinateur à bord, qu’ils vont se barrer, ne plus courir en camion etc…

La vérité c’est que dans ce milieu assez « homme de chez homme »,  on supporte très mal de se faire tourner autour par une nana!

Quand on est piqué avec un truc illégal, on est disqualifié, point barre.

Par ailleurs, pour avoir vécu des victoires féminines dans des disciplines d’hommes, rallyes de Championnat du Monde et Rallye Raid comme le Dakar en particulier, nous savons que la pilule est difficile à avaler.

Mais ces victoires ont été acceptées!

Ici, on menace de laisser tomber…

C’est moyennement adulte comme réaction…

Sur ce troisième manche.

Gagnée par Ludovic Faure, devant Lionel Montagne et Steffi Halm.

La jeune allemande et le pilote Renault sont à égalité parfaite de points.

Et donc, tout se jouera dans la quatrième et dernière course du week-end.

Course dans laquelle Ludovic Faure part devant, puis vient Noël Crozier, ancien Champion de France, Lionel Montagne est troisième, Hervé Crozier quatre, Steffi Halm cinq.

C’est donc à priori plié.

Bon, en étant parano, on pourrait imaginer que ces messieurs font cause commune contre un camion jaune-allez savoir pourquoi- mais à autonewsinfo, si nous avions dû être paranos, ça se saurait…

En revanche, on n’est pas angéliques non plus… Et accessoirement, on sait un peu comment ça se passe sur la piste et dans les stands…

Steffi Halm parvient à passer Hervé Crozier, qui est devant elle, mais ensuite elle est trop loin de Lionel Montagne qui finit troisième de l’épreuve.

Derrière Ludovic Faure, sur l’autre Man Jaune du Lion Truck Racing, le Team de Steffi. Noël Crozier est second.

Il s’en faut d’une place sur un podium, Lionel Montagne est Champion de France 2012.

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :  GILLES VITRY

 

Camions Sport

About Author

jeanlouis