F1 GP DE COREE : UN DEFI DE TAILLE POUR LE PNEUMATIQUE PIRELLI P ZERO SUPERTENDRE

LE GRAND PRIX DE CORÉE DU POINT DE VUE PNEUMATIQUE  

 

Le contexte

Le circuit de Yeongam propose une variété importante de virages et de vitesses de passage. Pirelli y apportera le mélange tendre P Zero Jaune et le supertendre P Zero Rouge. Il s’agira donc de l’un des circuits les plus difficiles pour cette gamme de pneus tendres. En plus de virages aussi rapides que ceux de Suzuka, certaines sections rappellent Monaco et c’est donc chaque aspect de la performance  pneumatique qui est sollicité.

Le circuit est très peu fréquenté, ce qui signifie que le niveau d’évolution de la piste au cours du weekend sur la trajectoire est élevé, en dépit d’une surface relativement abrasive. Yeongam est actuellement un site semi-temporaire, avec des sections évoluant vers le port et étant utilisées en tant que routes à l’année. Cela signifie que le niveau d’adhérence est variable ; un challenge de plus pour Pirelli. Les conditions météo incertaines sont souvent un autre paramètre du weekend coréen. Les intermédiaires et pluie Cinturato Vert et Bleu pourraient donc également faire leur apparition.

Les gros freinages sont une caractéristique de la Corée, les monoplaces y étant sujettes à de fortes forces de décélération (jusqu’à 5.2g dans le virage 3). Avec le transfert de masses engendré, les pneus avant sont soumis à des charges de 900 kilos, voire plus.

La partie la plus exigeante du tracé pour les pneus est la section des virages 10 à 17 : une série continue de virages avec de brusques changements de direction. Etant l’un des rares tracés tournant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre cette saison, il impose au pneu avant-droit plus de tension pour la négociation des entrées en courbe, ce qui nécessite de l’adhérence mécanique. Le pneu supertendre devrait cependant générer des niveaux particulièrement efficaces de grip.

 

L’œil du Directeur de Pirelli Motorsport

 

Paul Hembery :

« Nous apportons les mêmes pneus que l’an dernier pour la Corée. A l’époque,ce était apparu comme osé en raison du fait que le niveau de charges d’énergies latérales sur tout le circuit est le plus élevé sur le pneu supertendre. Mais au final, nous avons vu les supertendres durer 10 tours ou plus et le tendre accepter 20 tours ou plus, permettant une stratégie à deux arrêts pour la majorité des pilotes. Cette année, cependant, tous nos pneus F1 sont plus tendres, à l’exception du supertendre, qui est resté le même. Nous devrions de nouveau assister à des stratégies à deux arrêts, ce qui devrait en théorie rendre la course plus rapide.

Et, il poursuit :

Cette année, des changements liés aux règlementations aérodynamiques sont intervenus, ralentissant les temps au tour au fil de la saison. La stratégie a joué un rôle clé lors des courses de l’an dernier, mais la voiture de sécurité fit également son apparition, et la pluie intervint en début de weekend. La Corée est donc le type de circuit sur lequel tout peut arriver, et comme toujours, les équipes collectant le plus de données et ayant la capacité à adapter ces informations pour apporter des changements rapides aux circonstances y rencontreront le succès ».

L’œil du pilote de course

Lewis Hamilton  :

« Le premier secteur en Corée est une succession d’accélérations-freinages. Les entrées des virages 1, 3 et 4 sont de grosses zones de freinage arrivant au bout des longues lignes droites vers les épingles, qui requièrent une bonne traction à la sortie. Dans les second et troisième secteurs, c’est très différent : ils sont plus techniques et fluides, ce qui signifie que les pneus et les freins sont mis dans des conditions très différentes. Cela peut être un petit défi de manager les changements de température. Comme l’an dernier, Pirelli apportera les supertendres et les tendres sur cette course. La surface de la piste douce signifie que l’on devrait pouvoir faire durer les pneus, mais cela reste un défi pour les pilotes. Malgré tout, je pense que deux arrêts devraient être faisables , comme l’an dernier. Le Circuit International de Corée est un super circuit. C’est une course que je n’ai pas encore remportée, et j’essaierai de faire ça cette année ».

 

L’œil du pilote d’essais Pirelli

 

Jaime Alguersuari :

« La Corée est l’un de mes circuits favoris, particulièrement car il s’agit du lieu de l’un de mes meilleurs résultats l’an dernier, lorsque j’ai dépassé Nico Rosberg dans le dernier tour pour terminer septième. J’aime vraiment la piste : le tracé est fantastique et je pense qu’il s’agit de l’un des meilleurs du calendrier F1. C’est un mix de virages à forte et moyenne vitesse et les appuis sur la voiture ne sont pas si élevés. Il est également très fluide et offre de bonnes opportunités de dépassements. Du point de vue pneumatique, le circuit est doux avec les pneus car la météo est généralement assez fraîche et humide. Nous avons opéré deux arrêts l’an dernier et la dégradation sera faible ; je pense donc qu’on devrait voir la même chose cette année. Il y a trois grosses zones de freinage sur le circuit et ce sera une course fantastique à observer : le circuit de Corée du Sud a le potentiel pour offrir un spectacle F1 parfait ».

Les notes techniques pneumatiques


Les réglages aérodynamiques adoptés en Corée par les équipes sont assez similaires à ceux du Japon, avec des niveaux d’appuis moyens à élevés. Cependant, la traction requise est plus importante qu’au Japon et les équipes utilisent des cartographies moteur différentes pour niveler vers le bas le couple dans les virages lents.

Il existe des risques de graining (accumulation de bouts de gomme sur la piste) en Corée, particulièrement en raison des faibles niveaux d’appui en début de weekend. Le graining est causé par les glissades latérales excessives des monoplaces, usant la surface des pneus de façon irrégulière et affectant la performance.

Il y a une longue ligne droite dès le début du tour, ce qui signifie qu’il peut s’avérer difficile de faire chauffer les pneus efficacement au début de la boucle. Engendrer trop de tension sur les pneus par des conditions fraîches est l’une des autres principales raisons de l’apparition du graining.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard ASSET -Team et PIRELLI

 

F1

About Author

gilles