MOTO FREE STYLE : TOM PAGÈS PRINCE DU MONDE A SYDNEY

TOM PAGES VICE CHAMPION DU MONDE DE FREESTYLE

 

 

Le pilote français Tom Pagès est une vraie  vedette mondiale cette discipline phénoménale  qu’est le freestyle motocross.

On le voit régulièrement venir faire le show dans des évènements comme le Supercross de Genève. En terminant deuxième du Red Bull X-Fighters World Tour, ce week-end à Sydney, Tom Pagès est devenu Vice-champion du monde de la spécialité.

 

 DEUXIÈME MEILLEUR MONDIAL

DES FIGURES DE STYLE UNIQUES ET BIEN A LUI

 

 

 

 

Jamais une finale n’avait été aussi serrée depuis la création des Red Bull X-Fighters il y a douze ans.

Lors de l’ultime manche à Sydney ce weekend, Tom Pagès a prévu un programme extraordinaire mais un vent fort l’a obligé à changer certaines des figures prévues, en particulier son  « special flip », qui eût évidemment enchanté le jury.

Le vent l’a en plus déséquilibré et fait chuter deux fois, c’est sûr que ça calme,  et il a dû laisser le titre mondial à  Sherwood .

« Je m’étais bien préparé pour ce dernier rendez-vous à Sydney », explique Tom Pagès,

Il poursuit :

« Tout au long de la saison, j’ai tenté de réaliser des runs parfaits et surtout sans hésitation, sans erreur, en montrant à chaque fois que je maîtrisais parfaitement. Et surtout, j’ai pris beaucoup de plaisir, ce qui est fondamental dans notre sport car plus on prend de plaisir, mieux on ride ! « 

 

MADRID, JOLIE « FAENA »!

 

Il était en tête de ce Championnat avant Sydney, ex-æquo avec le Néo-Zélandais Levi Sherwood.

En particulier grâce à une victoire en Allemagne qui  lui a valu une  » Standing ovation » de l’ensemble des milliers de spectateurs.

Tom Pagès met au point des figures incroyables.

Elles portent toutes des noms barbares propres à la discipline, par exemple  le « Volt » où il réalise un tour sur lui même à 360 degrés au dessus de sa moto.

Le mot Volt est issu de la « Volta » italienne, la « Vuelta » espagnole, la volte française qui signifie que l’on fait un tour.

 

VOLT

 

Plus fort encore, le « flair flip » doublé d’un 180, aussi appelé 540, est réalisé depuis une énorme rampe (quarter pipe).

Enfin le « spécial flip » est une autre figure absolument démentielle où il exécute un saut périlleux au dessus de sa moto sur 25 mètres.

Mais qu’il n’a pas pu faire, on l’a dit, à Sydney.

Dommage.

Sinon, il eût été assurément sacré  »King of the World  » !

Jean  Louis BERNARDELLI

Photos :  RED BULL

 

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis