MONDIAL AUTO : VEHICULES ELECTRIQUES POUR TOUS LES GOUTS !

 

Depuis le dernier Mondial, il y a deux ans, on nous a abreuvé de concept-cars tous plus électrifiés les uns que les autres. Mais l’offre réelle de voitures électriques disponibles sur le marché n’était pas pléthorique.

Le Mondial 2012 montre que, maintenant, il est possible d’acheter un véhicule électrique et qu’il en existe pour différents usages. Car si, et cela reste vrai, la voiture électrique n’est toujours pas polyvalente, on en trouve aujourd’hui pour tous les goûts…

 

 

Les dernières informations en provenance du gouvernement mettent en avant de futures remises sur les autoroutes – alors que ce n’est pas le terrain de jeu favori des électriques… – et sur les places de stationnement, sans doute plus utile.

Arnaud Montebourg a également relancé le plan de développement des infrastructures de charges, mettant à disposition les 50 millions d’euros provisionnés par le gouvernement précédent et que personne n’avait utilisé depuis deux ans…

Cela démontre bien que la voiture électrique est en cours de diffusion.

Mais la réflexion sur le mode de propulsion des véhicules à progressé. L’heure est à la réflexion sur le ‘mix énergétique’, et bien des acteurs semblent  maintenant avoir compris que les voitures écologiques de demain ne seront sans doute pas basées sur une énergie unique.

Les voitures seront proposées  selon les usages et les régions  ou elles seront utilisées avec des solutions différentes :

Avec des carburant traditionnels – essence, diesel – avec des modes de propulsion doux – électriques ou hybrides – avec de l’hydrogène –piles à combustible– ou bien avec du gaz issus du sol ou du raffinage des pétroles – GPL, GNV- ou encore des bio carburants – essence incluant de plus en plus d’alcool comme le E85

Mais pour l’instant, intéressons-nous à ces véhicules électriques qui commencent à se déployer

 

Des citadines mais pas que…

 

Le discours général veut cantonner les voitures électriques dans les villes. Mais l’offre actuelle est tout à fait exploitable aussi à la campagne. Sur nos petites routes de provinces, les français ne roulent également pas plus de 50 à 70 km par jour (10 000 à 12 000 km par an)

Et en général, ils habitent des pavillons avec garage, ce qui leur permettra de recharger aisément leurs batteries (en grandes agglomérations ils partagent des parkings en copropriété dans lesquels il n’y pas de prises individuelles…). Dès lors, le besoin d’infrastructure de charge en moyennes et petites agglomérations se fait moins pressant.

Donc avec une voiture capable de rouler sans recharge un peu plus de 100 km garantis, on couvre 80 à 90 % des besoins (hors vacances) des français.

Et c’est bien ce que proposent maintenant tous les constructeurs.

 

Les électriques de tous les jours

 

Renault lance sa Zoé. Avec un prix particulièrement attractif :

La version de base, une fois déduit le bonus gouvernemental de 7000 €, ne dépasse pas 13770 €, soit le prix d’une voiture thermique de même taille (Clio, 208 ou autres)

On est loin des quelques 35000 € demandés il y a encore un an pour des C0 ou des Ion… L’offre est maintenant économiquement équivalente pour Mr Lambda. Un moteur de 88 ch, capable d’emmener sa Zoe à 135 km/h, avec 150 km d’autonomie en climat tempéré (plus de 100 km garantis en utilisant la pompe à chaleur en hiver).

Coté consommation, si l’on se base sur un 4 l aux 100 km (dans le meilleurs des cas !) durant les 12000 km parcourus en 1 an, le même Mr Lambda consommerait 480 l d’essence, à 1,65 le litre, et dépenserait donc 800 € dans l’année. Sur la même période, il dépenserait 1,5 € tous les 100 km en électricité, soit 150 € pour 12 000 km.

 

 

Certes il devra louer en plus 79 € son pack batterie par mois. Soit 900 € environ. Mais à ce prix il bénéficie d’un véritable contrat d’assistance en cas de panne ‘incidentielle (selon les termes de Renault), lorsque les batteries sont défaillantes, mais aussi en cas de panne d’énergie (batteries vides…).

Un vrai service plus de la part de Renault  qui devrait rassurer les personnes restant angoissées à l’idée d’une autonomie limitées…

Avec ses lignes générales somme toute traditionnelles (4 portes, cinq places…), la Zoe fait ‘vraie voiture’ et ne rebutera pas les plus conservateurs des clients. Son look moderne (traitement des feux, poignée de porte arrière) lui permet malgré tout de se démarquer dans la rue et la rendra fort reconnaissable…

Enfin, elle bénéficie d’un service télématique haut de gamme, justifiant ainsi l’idée qu’un véhicule électrique est nativement connecté. Outre des services de navigation évolué (visualisation du potentiel énergétique de la voiture sur la carte de navigation), on pourra télécharger des applications dédiées dont la plus célèbre aujourd’hui permet de donner… un bruit au silence de la Zoe en couplant le bruit d’une Clio V6 Turbo à l’accélérateur (ou de six autres moteurs Renault célèbres dont celui de la… Vivastella des folles années 30)

Un clin d’œil aux nostalgiques du vroum-vroum, en quelque sorte.

 

 

PSA de son coté a ajusté le prix de ses Citroën CZero et Peugeot Ion maintenant bien connues. On sait même qu’elles peuvent faire le tour du monde (voir nos articles sur l’Odyssée Électrique). Par contre on continue à se poser des questions sur le tarif réel de la voiture qui fait du yoyo, rendant difficilement compréhensible l’offre des véhicules électriques.

En effet, après avoir été proposée à 35000 € environ jusqu’au début d’année 2012, une offre spéciale durant l’été à 10 900 € est apparue sur Internet. La totalité des voitures mises en ligne (une centaine ?) ont été vendues dans la journée, montrant ainsi que, finalement, le véritable frein du véhicule électrique n’est pas son autonomie… mais son prix !

Et maintenant, selon que l’on regarde sur internet (serveur Peugeot) où que l’on visite les concessionnaires (comme l’on fait nos confrères d’Autoplus), on peut la trouver entre 29 000 et 18 000 €… Vraiment, pas facile de s’y retrouver…

Et surtout hors-propos vis-à-vis de l’offre proposée par Renault…

 

 

Autres véhicules ‘classiques’ électriques, le  Nissan Leaf, curieusement peu mis en avant, sans doute pour laisser la Zoé sur le stand voisin prendre la vedette dans l’Alliance Renault-Nissan durant ce Mondial, et la Ford Focus électrique au potentiel de performances intéressant. Les coréens ne sont pas en reste avec la Hyundai BlueOn, dotée d’un moteur de 50 kW (78 ch), de 140 km d’autonomie grâce à ses batteries lithium polymère.

 

 

Également présente dans le hall 1 du Mondial, la Bluecar de Bolloré, bien connue jusqu’à présent pour être le véhicule ‘autolib’. Elle est maintenant proposée à la location longue durée, variant de 3 mois minimum à 20 mois renouvelables.

Vincent Bolloré, l’homme d’affaires à l’origine du projet était venu vanter les mérites de la Bluecar et d’Autolib. Il s’est longuement entretenu avec notre boss, Gilles Gaignault.

Et se disait enchanté des premiers résultats !

Ce véhicule (article à venir) dessiné par les studios Pininfarina, est puissant et équipé des batteries Li-métal-polymère dotées d’une très bonne capacité de 30 kWh. Associé à un poids contenu de 1100 kg, cela donne à la Bluecar  une autonomie de 250 km. A vérifier sur la route, mais les résultats sur les voitures d’Autolib laissent à penser qu’on en est pas loin..

 

Si les voitures destinées à l’auto partage demeurent uniformément grises, la couleur naturelle de leurs panneaux en aluminium, celles destinées à la location verront leur carrosserie revêtue d’un film de couleur bleu (pour le moment) autorisant par la suite toutes les personnalisations imaginables.

On évite ainsi toute opération de peinture, l’un des postes les plus polluants de la construction d’une voiture. Les sièges quant à eux passent de l’indestructible tissu gris à un confortable cuir. Reste le coût de cette voiture. Pour 500 € par mois, le client bénéficiera d’un service complet, comprenant le véhicule, les batteries, l’assurance, l’assistance-rapatriement, ainsi que la possibilité de parking et de recharge sur les stations Autolib…

 

 

Smart enfin continue à présenter sa Fortwo ed (pour electric drive), agressive autant sur le plan du prix que sur celui de la location de la batterie. Fort de son succès en thermique, Smart veut visiblement chasser aussi Renault en électrique sur le terrain des villes : 14 500 € plus 65 € de location de batterie (ou 4800 € pour l’achat en option).

 

Des citadines allant vers l’essentiel…

 

Toyota de son coté a aussi amené à Paris une IQ électrique mais qui hélas ne sera pas disponible sur le marché européen !

Smart et IQ se trouvent à mi-chemin d’une vision plus ‘minimaliste’ du véhicule électrique, et cela n’a rien de péjoratif : considérer l’essentiel du véhicule en évitant le pesant superflu. Car en effet pour aller plus loin avec les batteries actuelles il faut faire léger. La traditionnelle fixation de Colin Chapman (à l’époque pour des voitures de sport ou de course) prend ici tout son sens.

Et c’est ce qu’ont mis en application un certain nombre de petit constructeurs. Les véhicules produits ne sont pas des voiturettes sans permis (catégorie quadricycles) mais bien de réelles voitures, pouvant rouler au milieu de la circulation, jusque sur les voies rapides… ou sur les routes de campagne, et bénéficiant de la sécurité passive imposées aux automobiles (zones de déformation)

 

 

Mia par exemple propose un excellent petit véhicule, complètement décalé par la forme, la fonction urbaine faisant le design…. On aime ou on déteste le dessin de Murat Günak, mais force est de constater son originalité et sa praticité en ville, avec les roues aux quatre coins et le conducteur au centre, avec une vision identique à droite et à gauche.

Son moteur n’est pas très puissant, mais suffisant pour entrainer la Mia au delà des 100 km/h, et le gros pack de batteries de 12 kWh offre une autonomie de 120 km à ce véhicule qui demeure sous la tonne. A noter que Mia a ouvert une concession dans Paris, boulevard St Germain.

 

 

Si la philosophie concernant le poids est la même chez Courb, l’origine du véhicule est tout autre. L’idée de départ d’Hervé Arnaud était de produire des véhicules pour remplacer les scooter auprès des moins de 18 ans. Mais rapidement, il a conclut qu’il fallait produire une vraie voiture, quitte à en décliner une version spéciale bridée pour les jeunes.

La Courb présente donc les lignes d’une jolie citadine compacte à deux places, façon Smart. Elle dispose d’un moteur de 15 kW lui assurant des performances décentes dans la circulation, jusqu’à 110 km/h. Sa batterie lui permet de parcourir jusqu’à 120 km en ville (100 km en campagne à vitesse soutenue).

Les premiers exemplaires seront livrés début 2013, avec un objectif de 500 à 600 véhicules sur l’année.

 

 

Lumeneo enfin, après avoir exploré la voie du véhicule à deux place en tandem avec la Smera (façon Renault Twizy mais se penchant comme un scooter en virage), lance enfin en série la Neoma, voiture à quatre places (pour enfants à l’arrière malgré tout), dotée d’un moteur 46 ch et disposant de 140 km d’autonomie avec ses batteries lithium thermo régulées et un poids réduit de 850 kg.

Elle est en vente au prix de 25 900 € avec une batterie de 14 kWh. On espère que l’offre sera ensuite complétée par la splendide version roadster qui devrait faire fureur dans les villes estivales de la Cote. Lumeneo vient également d’ouvrir un showroom à Paris, Porte d’Auteuil.

Dans un prochain article, nous examinerons les voitures de sport, de luxe et les concept-cars électriques présentés à ce Mondial 2012

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Gilles VITRY et Patrick MARTINOLI

 

Salons

About Author

gilles