WRC. RALLYE DE FRANCE: LOEB ET SA DS3 AU COMMANDEMENT DEVANT LA FORD DE LATVALA

LOEB ET CITROËN RÉPONDENT PRÉSENTS

 

En lice pour remporter de nouveaux titres dès ce week-end, Sébastien Loeb, Daniel Elena et l’équipe Citroën, ont parfaitement négocié, ce vendredi la première journée du Rallye de France.

Mais avec une avance de 13’’1 sur leurs plus proches poursuivants, le tandem Finlandais formé de Latvala-Anttila, les octuples Champions du Monde, doivent rester sur leurs gardes.

Troisièmes du classement général à 32’’6, Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen, ont démontré leur progression sur asphalte.

Après avoir disputé la première épreuve jeudi soir dans les rues de Strasbourg, les équipages mettaient le cap au sud pour rejoindre les trois spéciales concentrées autour de Munster.

Réunissant les secteurs d’Hohlandsbourg et Firstplan – le tout premier chrono couru par Sébastien Loeb lors de ses débuts en 1997 – l’ES2 permettait à l’illustre Alsacien, de prendre le contrôle des opérations.

A nouveau le plus rapide dans l’ES3, Seb concédait l’ES4 à Jari-Matti Latvala pour un petit dixième de seconde.

 

 

Leader avec 7’’5 d’avance à mi-journée, l’actuel leader du Championnat du Monde millésime 2012, se montrait satisfait de cette entrée en matière :

« Nous avons longuement hésité au moment de faire le choix des pneumatiques ce matin, car les routes étaient tantôt sèches, tantôt humides. Nous avons opté pour un compromis avec quatre Michelin Pilot Sport durs et deux tendres. Il semblerait que ce soit une bonne solution, puisque nous sommes en tête. Nous verrons le niveau de performance réel des uns et des autres cet après-midi, lorsque nous aurons tous des pneus durs. »

Deuxième à l’issue de l’ES2, Mikko Hirvonen, occupait la troisième place du classement général à l’issue de la boucle.
Lors de l’assistance déplacée à Colmar, il expliquait :

« J’avais fait le même choix de pneus que Seb, mais je les ai panachés différemment »

 

 

Et Mikko enchainait :

« Je me suis parfois montré un peu trop prudent, mais je voulais aussi vérifier mes notes lors de ce premier passage. »

Réalisant une deuxième boucle sans faute, Sébastien Loeb augmentait sensiblement son avance au cours de l’après- midi.

Malgré les quelques secondes lâchées dans la super spéciale de Mulhouse, qui clôturait cette longue journée et remporté par la Ford de Jari-Matti Latvaala,  il regagnait Strasbourg avec 13’’ de marge :

« Ça s’est bien déroulé, avec de bons choix de pneus, un rythme soutenu et aucune faute. Ça demeure serré, mais je ne suis pas surpris. Je sais que Latvala est désormais très compétitif sur l’asphalte et j’ai dû attaquer à fond pour rester devant. Je ne gère pas mon effort, mais je ne prends pas non plus de risques inconsidérés. »

Avant de conclure :

« Nous sommes en tête mais ce n’est pas une promenade,   Latvala est un vrai client, il faudra bien négocier la journée de samedi, l’arrivée est encore loin.»

 

 

Constamment aux avant-postes au cours de l’après-midi, Mikko Hirvonen était lui aussi satisfait de sa journée :

« Globalement ce n’est pas mal, même si je perds un peu ma voix et que j’ai quelques difficultés à parler ! Je manque encore de confiance dans les portions les plus rapides. J’estime toutefois avoir franchi une marche supplémentaire, il faut maintenant que je m’attaque à la suivante ! Je vais m’y employer dès demain, car Petter Solberg est à moins d’une seconde. Je dois aussi maintenir la pression sur Jari-Matti. »

 

 

Tandis que la DS3 WRC,  N°1 entrait à l’assistance sous les ovations d’un public toujours aussi démonstratif, Yves Matton, le boss du Team Citroen, tirait le bilan de la journée :

 « Pour l’instant le déroulement de la course s’accorde parfaitement avec notre objectif de remporter les deux titres dès ce week-end. Nos choix de pneumatiques ont été avisés et nos équipages ont tous deux réalisé une prestation sans faute. Les écarts restent faibles et nous constatons, dans la lignée du Rallye de Grande-Bretagne, que nos adversaires affichent un excellent niveau de performance. Il ne faudra rien lâcher demain. »

 

LES PILOTES FORD EN EMBUSCADE….

 

Pour sa part, Latvala confiait :

« Je veux vraiment me battre pour la première place et il était donc important de bien débuter ce matin sans perdre trop de temps,  . Le choix des pneus n’était pas facile. La première spéciale était étonnamment sèche et nos gommes tendres commençaient à surchauffer. Mais la seconde spéciale était à 80% humide et la troisième l’était aussi à 50%. Nos pneus étaient parfaitement adaptés à ces conditions. Notre décision de partir avec des gommes tendres était la bonne. »

Avec une température de 22° dans l’après-midi, Latvala a donc pris le départ de la seconde boucle avec des gommes dures. Après un premier succès ce matin dans l’ES4, le pilote Ford signait de nouveau un meilleur temps dans l’ES6 avant de conclure la journée par une nouvelle victoire dans la courte spéciale courue dans les rues de Mulhouse.

 « Mon objectif était de réaliser de meilleures performances que lors de notre précédent rallye sur asphalte, en Allemagne. J’y suis parvenu. J’ai été parfois un peu irrégulier car je manquais de confiance dans les portions de route où de la boue avait été ramenée par les autres voitures. Mais j’attaquais peut-être aussi un peu trop. Demain, le parcours sera étroit et plus bosselé, mais je vais essayer de maintenir la pression. »

 

 

Troisième après la courte spéciale disputée la veille, Petter Solberg a connu un début plus difficile dans la matinée qu’il a achevée à la sixième place du classement provisoire.

L’ancien Champion  du monde Norvégien admettait :

« Je n’avais le bon rythme. Je manquais de confiance et j’ai été prudent car je ne voulais pas commettre d’erreur. J’ai procédé à de petits changements de réglages avant la quatrième spéciale et cela allait déjà mieux. »

Quelques retouches de réglages supplémentaires accomplies à la mi-journée ont encore amélioré ses sensations. Trois deuxièmes meilleurs temps dans l’après-midi, lui ont permis de remonter en quatrième position, à sept dixièmes de seconde du troisième, Mikko Hirvonen.

 «Dès que j’ai retrouvé un bon feeling, j’ai réalisé des chronos comparables à ceux de Jari-Matti. Je regrette d’avoir perdu du temps ce matin. Mais je vais continuer de faire le maximum demain pour essayer d’atteindre le podium. Si mon rythme est le même que cet après-midi, cela pourrait être réalisable. »

Directeur de l’équipe Ford, Malcolm Wilson n’était pas surpris par les performances de ses pilotes aujourd’hui.

« Je pensais que nous pourrions mettre la pression sur Sébastien Loeb et je suis heureux que nous y soyons parvenus. Nous espérons que les conditions de route seront sèches et plus constantes demain, ce que préfère Jari-Matti qui poursuivra son offensive. »

NEUVILLE EST DANS LE MATCH

 

Premier leader de l’épreuve après son meilleur chrono dans l’ES1, Thierry Neuville, le jeune Belge, a livré une prestation solide tout au long de la journée.

Repoussé au 6éme rang après l’ES2, il prenait coup sur coup l’avantage sur Solberg et Sordo avant de partir en tête-à-queue dans l’ES5.

Redevenu sixième, il conservait cette position jusqu’au terme de l’étape :

« Je suis satisfait d’être dans le rythme. J’ai lâché un peu trop de temps à mon goût dans la spéciale de Mulhouse. Nous avons encore beaucoup appris, aussi bien sur le plan du pilotage que dans notre approche des réglages de la voiture. »

 

 

Treizième, Nasser Al-Attiyah affichait un large sourire lors de son retour au Zénith de Strasbourg :

« Je suis tout simplement heureux. L’équipe a travaillé très dur pour me préparer une voiture facile à piloter je suis content de ce que j’ai fait. Mes temps n’étaient pas mauvais et j’ai progressé tout au long de la journée. Il s’agit de mon meilleur rallye sur asphalte. »

 

UN SACRE TRIO : LOEB – MULLER – DUMAS

 

Un mot encore pour évoquer les autres nombreux pilotes Français en piste ici au Rallye de France.

A commencer par Yvan Muller, le triple Champion du mondes des voitures de tourisme plus connu sous l’appellation de WTCC et de Romain Dumas, l’ancien vainqueur des 24 Heures du Mans

Sans oublier évidemment Sébastien Ogier, fer de lance de la future redoutable équipe VW et qui roule au volant de la Skoda Fabia S2000

Au soir de cette 1ére journée, il se retrouve 14éme à 3’44 »1

 

 

Et, n’oublions pas non plus, la meute des jeunes comme Sébastien Chardonnet ou encore Julien Maurin.

Ce vendredi, l’équipage Chardonnet-de la Haye occupe une sensationnelle dixième place au volant de leur DS3 Citroen à 2’51 »0.

Julien Maurin étant 16éme à 3’59 »4

Romain Dumas et Yvan Muller figurant eux dans le TOP 20, respectivement 19éme et 20éme. A 5’21 »9 et 6’00 »5

Ensuite, on pointe Stéphane Consani au 27éme rang à 9’28’6. Puis, Yann Clairay, au 29éme rang à 10’27 »7

 

BELLE PERFORMANCE POUR CHARDONNET

 

Ce samedi, les concurrents disputeront huit spéciales. Et dimanche, il leur en restera encore six !

Le rallye de France est donc loin, très loin d’être terminé et déjà joué…

 

Christian COLINET
Photos : Jo LLLINI

 

Classement après la première étape

 

1. Loeb-Elena (Citroën DS3) 1h17’32’’6-2. Latvala-Anttila (Ford Fiesta RS) à 13’’1 -3. Hirvonen-Lehtinen (Citroën DS3) à 32’’6 -4. Solberg-Patterson (Ford Fiesta RS) à 33’’3 -5. Sordo-Del Barrio (Mini Cooper) à 48’’8 -6. Neuville-Gilsoul (Citroën DS3) à 55’’4

 

WRC

About Author

gilles