TOUR DE CORSE HISTORIQUE : RECORD DE PARTANTS : 225 !!!

 

Ce mercredi sera donné le départ du 12ème Tour de Corse Historique et côté organisation, on s’active pleinement pour ne rien laisser au hasard et accueillir de la meilleure façon les quelques 220 engagés…

 

 

 

Rencontré en Corse, à quelques heures du départ qui sera donné depuis l’Ile Rousse, Yves Loubet, le co-organisateur du Tour de Corse Historique avec son compère, José Andreani, nous a annoncé LA très bonne nouvelle :

 » Imagines que nous aurons 220 partants ce qui est un nouveau record  »

Et il s’empresse d’ajouter :

 » Nous avons obtenu l’autorisation pour faire rouler 220 concurrents mais on aurait pu avoir un plateau encore plus conséquent car nous avons refusé des engagements faute de pouvoir accueillir plus de 220 autos  »

 

 

Record d’inscriptions donc pour le Tour de Corse Historique !

L’épreuve qui fait la part belle aux gloires du passé sur l’île de beauté affiche complet à quelques heures du départ, avec un nouveau record, 220 concurrents.

 

 

Deux grandes catégories rythment ce Tour de Corse :

Les catégories VHC & Classic pour la « Compétition » et les VHRS pour la « Régularité ».

Deux philosophies opposées, car si les premiers courent après les secondes pour effectuer le meilleur temps possible, les engagés en « régularité » courent aussi après le temps, enfin d’être réguliers et toujours bien calés.

Pour cette édition 2012, les engagés en compétition sont désormais plus nombreux (140 sur 220) alors que par le passé, la répartition était équilibrée.

 

L’organisateur souhaite ainsi offrir plus de spectacle avec des passages rapides, et une plus grande variété de voitures au public, puisque seules 55 Porsche 911 sont engagées, ce qui reste important, mais réduit par rapport au passé…

Le plateau accueille une bonne vingtaine d’Alpine Renault A110, des R5 Turbo, les fameuses Lancia 037, une Mazda RX7 ou encore la Matra 610 vue l’an passé avec Henri Pescarolo car il ne sera pas de la fête, concentré sur l’avenir de son entreprise, le Team Pescarolo d’endurance.

 

 

Le TDCH (Tour de Corse Historique) comme il est surnommé, se tiendra donc du 2 au 6 octobre, sur les routes de Corse.

A, J-1 du départ, l’ASA Terre de Corse, est à fond, à l’œuvre et règle les derniers éléments techniques de ce 12éme TOUR DE CORSE HISTORIQUE, qui s’annonce de la meilleure façon possible.

 

 

Pendu au téléphone ou, sur les routes de l’ile de Beauté et ce afin de contrôler la note d’un virage une dernière fois, Yves Loubet, fait un dernier point.

Yves, y a-t-il des choses à préciser sur le parcours ?

« Non, il n’a pas évolué. J’en ai fini avec mes notes virage par virage, que je mets à disposition des concurrents, via notre site internet, qui souhaitent les utiliser. Non, la seule précision que je tiens à apporter concerne l’épreuve chronométrée N°10, « Létia – Vico ». Il y quelques jours, la Corse à essuyé une sérieuse tempête avec des pluies très abondantes et même violentes, par endroit. Au dessus de Vico, la route s’est affaissée avec ces pluies, ce qui nous pousse à annuler l’épreuve malheureusement. Il y a encore quelques jours, la route était coupée, on ne pouvait absolument pas passer. Maintenant, les travaux ont débuté et on devrait pouvoir l’emprunter en liaison, mais pas en course… C’est vraiment dommage car tant à Létia qu’à Vico, on tenait vraiment à ce que le rallye passe en course. L’endroit est tellement chargé d’histoire… Ce sera partie remise pour l’an prochain. Mais je suis sûr que les habitants de ces communes réserveront un accueil fantastique au rallye. Le seul problème est là, tout le reste est impeccable et je pense le parcours pas mal avec des épreuves variées. »

Et au niveau des villes étapes ou de regroupement ?

« Tout est calé. Je sais que les villages de regroupement sont mêmes très impatients de voir le rallye chez eux. À Tallone par exemple, à La Porta aussi. À La Porta, le symbole sera fort car on va renouer avec une longue tradition, qui remonte à l’origine du Tour de Corse. La fameuse église du village est une véritable « carte postale » du Tour. Elle a vu défiler devant son parvis les plus belles voitures de courses, les plus grands champions. À Porto Pollo, les fameuses vaches d’Abatucci attendent les concurrents pour un barbecue géant, au bord de l’eau. J’espère vraiment que la météo, comme l’an passé, sera avec nous. Aléria est un regroupement classique de l’épreuve. Tout est fin prêt également. Aux villes étapes ou à Île-Rousse où sera donné départ et arrivée, ce sera la grande animation. Je pense que tous les hôtels afficheront complet… Au niveau des villes étapes, on a vraiment travaillé le visuel des parcs pour donner une belle et véritable identité à l’épreuve. Je pense que ce sera pas mal ! À cette occasion, je tiens à remercier tout le monde, les mairies, les offices de tourisme, les hôteliers qui font tous en sorte que cela se passe parfaitement bien. »

Et sur le plan des concurrents, il y a du nouveau ?

« Non, rien, on a fait le plein à vrai dire. Je voudrais seulement insister sur la façon dont nous avons établi cette liste de départ. Cette année, nous avons voulu valoriser plus justement les époques des voitures et les catégories. Ceci par logique sportive et pour  que le public, qui n’est forcément très au fait de ce genre de chose, ait une bonne compréhension des choses. Difficile, en effet, de comparer une Alpine A110 de 1970 avec une Lancia 037 de 84. Pour les vérifications par exemple, les diverses voitures se présenteront par catégorie, donc par tranche d’âge. C’est plus logique pour le public. Et puis cet ordre établi est à considérer que pour les vérifications et le premier jour de course. Au soir de ce dernier, c’est le verdict du chronomètre qui comptera et là, quand une Alpine A110 se retrouvera, par ses chronos, au contact d’une Lancia 037, sa performance prendra toute sa dimension. Maintenant, aux avant-postes de chacune des catégories, nous avons placé les pilotes qui se sont distingués l’an passé ou qui ont un palmarès par ailleurs. C’est cette même logique qui nous a poussé à instaurer une catégorie VHC Prioritaire. Qu’y trouvet- on ? Des pilotes de notoriété  internationale, des pilotes qui ont effectué une belle performance dans le Tour de Corse 2011 ou dans d’autres rallyes sportivement comparable. Des voitures qui ont un intérêt particulier. Mais encore une fois, cela concerne le premier jour de course. Après, bonne chance à tous… »

On a le sentiment que l’épreuve a adopté une toute autre dimension cette année ?

« C’est notre souhait en tout cas, et on travaille dur pour cela, pour progresser sans cesse, pour que l’épreuve ait une image forte et sérieuse. Et cela ne peut se faire qu’au travers de partenariats bien établis. Comme avec CORSE GSM, par exemple, qui est à nos côtés depuis de très longues années. Comme RCFM (Radio Corse Frequenza Mora) qui chaque jour suit le rallye sur ses ondes. Et ça depuis longtemps. Ou encore les chronographes BRM qui dote magnifiquement notre remise des prix depuis plusieurs années. Cette année, on souligne deux nouveaux partenaires majeurs qui apportent une toute autre dimension à l’épreuve. Voir des partenaires de cette importance manifester de l’intérêt pour notre épreuve est très réconfortant. On prend çà comme une vraie reconnaissance. C’est la preuve que notre épreuve grandit et bien évidemment nous voulons qu’elle grandisse encore. Pour cela, nous avons besoin du soutien de tels partenaires. L’un d’eux, OSCARO.COM, occupe une position de leader dans le commerce de pièces automobiles neuves et d’origine sur internet. Le second n’est autre que PIRELLI. Le manufacturier italien a écrit de belles pages de l’histoire du rallye et du Tour. On ne compte plus ses titres de Champion du monde et ses victoires en Corse avec Fiat et Lancia. Pirelli est un partenaire pour le rallye mais aussi un soutien formidable pour les concurrents. PIRELLI et ORECA vont déployer pendant l’épreuve une assistance accessible à tous et les concurrents intéressés par la nouvelle gamme P7 CORSA CLASSIC qui arrive en France, pourront se procurer des pneus. 300 enveloppes, en 15 et 16 pouces seront amenées en Corse. Les concurrents ne sont donc pas oubliés. Ces deux partenaires font « grandir » le rallye et nous sommes vraiment très fiers de les voir auprès de nous pour accompagner notre développement. »

 

 JEAN CLAUDE ANDRUET TOUJOURS AMOUREUX FOU DE LA CORSE A 73 ANS !!!

 

Comme on le constate, l’épreuve de José et Yves, est au fil, devenue un réel événement, une course incontournable. Et qui attire chaque année de nouveaux participants.

Lesquels, reviennent toujours car le parcours, l’ambiance et les paysages sont tellement inoubliables qu’une fois venu, on ne rêve que d’une chose : Revenir !

autonewsinfo pour la 5éme année en sera car ce Tour de Corse est aussi pour nous une compétition fantastique ou règne une complicité tout à fait exceptionnelle entre tous les membres de la caravane

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : François HAASE et autonewsinfo

LE PARCOURS 2012

 

MERCREDI 3 OCTOBRE : ILE ROUSSE-TALLONE- ST FLORENT

307 km • 82 km chronométrés en 5 épreuves spéciales

JEUDI 4 OCTOBRE : ST FLORENT -LA PORTA – PORTO

258 km • 75 km chronométrés en 4 épreuves spéciales

VENDREDI 5 OCTOBRE : PORTO – PORTO POLLO – PORTO VECCHIO

268 km • 83 km chronométrés en 5 épreuves spéciales

SAMEDI 6 OCTOBRE : PORTO VECCHIO – ALERIA – ILE ROUSSE

• 368 km • 84 km chronométrés en 4 épreuves spéciales

 

Sport

About Author

gilles