WSR AU PAUL RICARD : CARLOS TAVARES :  » RENAULT ECRIT SON AVENIR AVEC ALPINE  »

 

Venu au circuit Paul-Ricard afin de baptiser en piste la Formule Renault 2013, Carlos Tavares, le patron-pilote de Renault a confié en avant-première à notre confrère Charles Bernard Adreani du grad quotidien Marseillais ‘La Provence’  qui en fait profiter les lecteurs d’autonewsinfo, sa vision du présent et du futur

 

 

En prologue du dernier Grand Prix de Monaco, il n’aurait d’ailleurs laissé à personne le soin de s’installer dans le baquet du concept-car Alpine A110-50 (notre illustration).

Comm il le fit quelques semaines plus tard en s’installant dans le baquet de la Renault Alpine A442, victorieuses des 24 Heures du Mans le 16 juin 1978, avec  le tandem, formé de Jean Pierre Jaussaud et Didier Pironi

Ce week-end, c’est donc autant avec sa casquette de patron que son casque intégral qu’il est au circuit Paul-Ricard, en particulier avec Alain Prost, pour les World Series by Renault. Nous l’avons rencontré avant sa venue.

Il lance en guise de préambule :

« Ce qui a commencé à se faire avec Alpine demande beaucoup de temps et d’implication. On ne peut écrire l’avenir qu’en s’appuyant sur le passé ! »

 

 

– Cela signifie-t-il qu’Alpine soit une part de l’histoire de Renault ?

Carlos Tavares  explique :

 » Évidemment ! J’avais à cœur de relancer Alpine avec un premier projet, car en songeant à l’avenir je crois que le Groupe Renault a tout intérêt à s’appuyer, avec respect, dans la continuité de cet héritage. L’usine de Dieppe (où sont montés les modèles RS, Renault Sport) est le berceau d’Alpine et l’un des éléments à utiliser nécessairement pour la relance de la marque.

Et, il enchaine:

 » Je considère qu’il est très important de préserver les fondamentaux et à ce titre je vais constituer un groupe de gens qui ont vécu l’aventure Alpine. La façon dont nous nous inscrirons dans les développements à venir tiendront compte de cette mémoire collective. »

– Dans le cadre du dossier Alpine, l’impatience de connaître le nom de votre futur partenaire grandit – Lotus et Caterham sont les plus cités – où en êtes-vous ?

  »  Nous dévoilerons le nom de notre partenaire quand le moment sera venu… Nous avons annoncé que nous prendrions la décision définitive en 2012, donc un peu de patience. »

– Vos premières F1 s’appelaient Alpine-Renault tout comme le Prototype de votre dernière victoire aux 24 H du Mans. L’on ne peut donc s’empêcher de songer à des nouvelles pages de cette histoire de famille ?
  » Avec Renault et Alpine, tout est possible. Ce qu’il est très important de savoir, c’est que lorsque nous aurons relancé la marque, le premier modèle sera à un tel niveau de sportivité qu’il y aura forcément des clients et des écuries qui voudront l’engager en compétition. »

Il précise :

 »  Avec les premiers résultats s’écriront les nouvelles pages de la saga entamée avec les Berlinettes. Alpine de retour et en bonne santé sera naturellement enclin à revenir en endurance. Et qui dit endurance dit aussi 24 Heures du Mans, mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! »

– Les World Series débutent aujourd’hui pour le grand public, au moment où vous dévoilez au Mondial de Paris la 4e génération de la Clio, la GT de compétition la plus vendue au monde pour disputer la Clio Cup héritière de l’ancêtre, la R8 Gordini. Qu’en attendez-vous ?
 »  Avec la Clio IV et la Zoé 100% électrique Renault centre son retour sur le produit. Avec du design, séduisant mais pas baroque, et des performances l’enthousiasme est immense. Lorsque je dis performances je ne pense pas seulement au sport mais aussi à notre sens de la créativité dans la recherche et le développement technologiques autant que dans les processus industriels. Ils sont le socle de l’exploitation de nos capacités d’innovation. »

– Au sommet reste l’indétrônable F1 avec toujours pas de Grand Prix de France, malgré le bon dossier du circuit Paul-Ricard ?

 » De Renault Sport Technologies, qui œuvre pour les voitures du quotidien, à Renault F1 nous ne nous interdisons rien. Parce que, même en cette période difficile, avec un marché européen qui devrait terminer l’année autour des moins 13% et un marché français en baisse de 8%, les bagnoles doivent avoir un grand niveau d’attractivité. Nous ne cachons pas notre satisfaction d’avoir encore gagné un Grand Prix F1 à Singapour. »

Carlos Tavares enchaine :

 »Renault fournit des moteurs à quatre teams et notre partenariat avec RedBull et Sebastian Vettel, les champions du monde, se poursuit fructueusement. Le travail accompli à Viry résume l’exceptionnelle capacité de réactivité de Renault. J’éprouve pourtant toujours la frustration de voir qu’en Europe nous n’exploitons pas assez les compétences de la noria de nos ingénieurs. Pour ce qui est du Grand Prix de France… Nous avons survécu sans, mais s’il revenait au calendrier il est certain que nous gagnerions en visibilité. »

– Alain Prost, quadruple champion du monde de F1, est à vos côtés en qualité d’ambassadeur et un championnat de monoplaces 100% électriques se profile à l’horizon 2014 avec huit courses. Qu’en dites-vous ?

Alain Prost ambassadeur de Renault c’est au premier abord quelque chose de bon en terme d’image mais pas seulement. Nous apprécions toujours les capacités d’analyse de celui qui était surnommé « Le Professeur » lorsqu’il courait en Grands Prix et ses conseils sont toujours avisés. Pour ce qui est des compétitions d’autos électriques nous n’avons encore rien décidé, mais dans notre position avant-gardiste dans le domaine de ce type de véhicules nous étudions d’extrêmement près tout ce qui se profile dans ce domaine. »

 

La carrière de Carlos Tavares

Carlos Tavares est né en 1958 au Portugal. Il est marié et père de trois enfants.
Il a étudié au Lycée français de Lisbonne et il est diplômé de Centrale.
Il entre chez Renault en 1981. Directeur du projet Mégane 2, puis du programme gamme moyenne, l’Alliance Renault-Nissan le voit promu Directeur de programme Nissan, vice-président en charge de la stratégie produit et du plan, puis vice-président exécutif de Nissan.
Responsable des opérations Nissan-Amériques en 2009 il revient chez Renault en 2011, en qualité de Directeur général délégué aux opérations.

 

Charles-Bernard ADREANI / www.laprovence.com

Photos : CBA et autonewsinfo

AU VOLANT DE LA RENAULT ALPINE A442  LAURÉATE DES 24 HEURES DU MANS 1978

 

NOTRE PRECEDENT INTERVIEW EN COMPAGNIE DE CARLOS TAVARES EN JUILLET 2012

 http://www.autonewsinfo.com/2012/07/08/le-mans-classic-carlos-tavares-le-patron-de-renault-est-aussi-un-fin-pilote-53891.html

Personnalités Renault WSR

About Author

gilles