WEC : A SAO PAULO, DECEPTION CHEZ SIGNATECH-NISSAN

 

 

L’équipe G-DRIVE RACING BY SIGNATECH et ses pilotes découvraient la piste du fameux circuit Jose Carlos Pace à Interlagos au Brésil, mais cela ne les a pas empêché d’être performants tout au long des essais, Nelson PANCIATICI réalisant le meilleur temps de la dernière séance.

Pour les qualifications, il échoue à un peu plus d’un dixième de la pôle position avec le 3ème temps.

Les espoirs de victoire étaient donc légitimes, malheureusement Nelson PANCIATICI se fait heurter à l’arrière dès le tour de chauffe, l’obligeant à regagner son stand pour changer le capot arrière.

 

 

 

Repartis avec 3 tours de retard, Nelson et ses coéquipiers Pierre RAGUES et Roman RUSINOV entament une belle remontée jusqu’à la 4ème place avant d’être à nouveau retardés par une rupture de disque de frein et de perdre plus de 4 minutes.

Nelson PANCIATICI, se lance alors dans une vaine course poursuite avant de franchir la ligne d’arrivée à une honorable 7ème place mais bien décevante eu égard à la performance affichée par toute l’équipe de l’ORECA 03 NISSAN n°26.

Petite satisfaction pour Nelson, il restera, sur l’ensemble du week-end, le meilleur performer sur un tour de la catégorie LMP2 !

 

 

Philippe Sinault qui résumait ce que fut cette manche Sud-américaine :

 » Au final, on se bagarrait pour la 5ème place à l’arrivée. La satisfaction est de voir que nous étions dans le coup tout au long du week-end et parmi les plus vite du plateau. L’auto était très performante, sans l’incident du tour de chauffe avec Liuzzi qui est venu nous percuter par l’arrière et détruire une partie de la voiture. Cet accident stupide nous privait du podium, voir plus. La voiture devenait de plus en plus performante avec la baisse de température en fin de course. Pierre avait fait le job à mi course, Roman a roulé sur un rythme très élevé, et Nelson va même jusqu’à signer le meilleur temps en course à une heure de la fin. Nous sommes déçus, bien entendu, car le succès était vraiment à portée de mains. Nous allons maintenant prendre les courses comme elles viennent et tenter de marquer les esprits avec une victoire. Depuis Silverstone nous avons franchi un vrai step en terme de performances. Nous avons certainement un des meilleurs équipages de pilotes, et le travail avec l’équipe est payant. Barhein, Mont Fuji et Shangai seront certainement le théatre de beaucoup de bagarres en piste. Malgré les incidents de ce week-end je reste confiant pour la suite et j’espère vraiment que nous remporterons une victoire d’ici la fin de saison. »

 

 

Nelson qui résumait ses sentiments mitigés :

 « On ne peut être que déçu du résultat brut car nous étions certainement un des équipages les plus homogènes et notre Oreca 03 Nissan une des plus performantes. Damien, notre ingénieur nous a donné une voiture quasi parfaite et facile à piloter. Même après l’incident du départ on était encore en lutte pour le podium, c’est vraiment dommage mais le positif c’est qu’on est certain aujourd’hui que notre package équipe pilote est capable de jouer la victoire quel que soit le circuit, et ça c’est important dans une catégorie aussi relevée que le LMP2. C’est de bon augure pour la suite du championnat. Personnellement j’ai encore beaucoup appris ce week-end et je commence à sentir mieux les choses dans le trafic, mes deux derniers relais ont été bons et constants. J’ai pris beaucoup de plaisir en attaquant à fond du début à la fin de mes relais, quand on est en monoplace on pense qu’en endurance il faut assurer, je peux témoigner que c’est loin d’être le cas ! »

Quant à la seconde voiture, la Signatech-Nissan N°23, elle a malheureusement été contrainte à l’abandon !

Retour sur la semaine de l’équipage Mailleux-Tresson-Lombard.

Après avoir toujours été dans le haut du tableau aux essais libres, et signé le 6ème chrono LMP2 en 1’27’’769, dans une séance d’essais qualificative très serrée, on trouvait neuf voitures dans la même seconde, Franck Mailleux, Olivier Lombard et Jordan Tresson, perdaient la roue arrière gauche à mi-course et abandonnaient alors qu’ils étaient en 3ème position de la catégorie LMP2.

La performance était bien là et la 23 se voyait une nouvelle fois privée de podium. La frustration était immense tant le travail effectué jusqu’alors avait été remarquable.

 

Philippe Sinault (photo avec Didier Calmels) explique :

« Je suis très déçu, la 23 avait passé toutes les encombres du premier tour. Malgré un changement de pneus très tôt dans la course, nous étions sérieusement accrochés au podium. Franck a fait un super départ et Olivier un très beau double relais. A la régulière, on finissait second. Nous avons encore montré en essais libres que notre package ORECA 03 – NISSAN était très rapide. Nous n’avons pas encore identifié clairement la raison de la perte de l’écrou de la roue arrière gauche, mais il se peut que cela soit une erreur humaine. Maintenant nous allons prendre les courses les unes après les autres, et décrocher enfin une victoire LMP2, méritée. »

Franck Mailleux  ajoutait:

« Nous passons ici à côté du podium ! Les essais qualifs étaient super serrés et la performance était là. Notre stratégie devait s’avérer payante. La voiture perdait de l’efficacité avec la chaleur et entre les essais libres et les qualifs la température n’était plus la même. Je n’ai pas forcément fait non plus le meilleur tour en qualif, et le choix des pneumatiques n’était peut-être plus en adéquation avec le set up. Je prenais un très bon départ, me retrouvais deuxième et je passais l’auto à Olivier en 3ème position dans le même tour que les deux premiers. »

Olivier Lombard, ajoutant :

« Franck me donne l’auto en 3ème position. Je maintenais cette position après mon double relais, en étant constant et dans le match, malgré un deuxième relais très dur en raison de la chaleur et de la dégradation des pneus. Sans l’incident de l’écrou de roue, nous aurions pu largement faire un podium, et fêter ce résultat avec mon partenaire ARTEC qui avait fait le déplacement avec de nombreux supporters. »

Dommage pour le fan Club !!!

Quant à Jordan Tresson, qui a été victime de l’incident, lui, il concluait :

« J’ai perdu la roue arrière gauche dans le cœur du circuit. Je n’avais plus de motricité, et à l’endroit où cela s’est passé, l’auto n’avait pas assez d’élan pour monter jusqu’aux boxes, et c’était l’abandon. C’est terrible pour l’équipe mais je reste confiant pour la fin de saison car notre niveau de performance est vraiment très élevé. »

 

 

Au vu des incidents qui se succèdent sur cette N°23, on ne peut pas dire que l’équipage soit particulièrement verni.

Espérons que Dame chance lui sourira enfin avant la fin u Championnat

Il reste trois courses pour leur redonner le sourire…

On reverra les Signatech boys dans deux semaines à Bahreïn pour le cinquième rendez-vous de la saison en WEC

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI – Team

 

FIA WEC Sport

About Author

gilles