ENDURANCE WEC : TOYOTA SIGNE SA TOUTE 1ére POLE MONDIALE

ENDURANCE WEC : TOYOTA SIGNE SA TOUTE 1ére POLE MONDIALE

 

 

L’équipe Toyota signe ce vendredi à Interlagos sa toute première pole en FIA WEC

L’ancien pilote de F1 devenu l’un des tous meilleurs pilotes d’endurance ces derniéres saisons et recruté cette année pr la firme Nippone, le grand et talentueux Alex Wurz, à donc offert à la Toyota TS 030, sa toute premiére pole dans le Championnat du monde d’endurance 2012

Alex toujours aussi rapide derriére un volant, a parfaitement géré son timing puisqu’il a décroché la première pole position de la TS030 Hybrid de Toyota Racing à moins de cinq minutes de la fin de la séance avec un chrono d’1’22’’383 sur la piste d’Interlagos.

 

 

Le pilote autrichien a devancé le rgional de cette manche Sud-américaine, le Brésilien Lucas di Grassi et l’Audi R18 Ultra n°2 de 0,784 seconde, lui-même plus rapide de 0,185 seconde que l’Audi R18 e-tron quattro, la n°1 confiée elle à André Lotterer.

C’est la Lola-Toyota n°12 de Rebellion Racing qui s’est montrée la plus rapide des équipes privées LMP1 et ce  grâce à Neel Jani, quatrième au classement général, Danny Watts et la HPD-Honda n°21 de Strakka Racing échouant à 127 millièmes et prenant la cinquième place générale sur la grille.

 

 

La pole revient donc au Team TOYOTA !!!

Superbe performance de la TOYOTA TS030 à Sao Paulo.

Elle signe la pole grâce au toujours très rapide pilote Autrichien ex pilote en Grand Prix F1, le grand Alexander Wurz, en 1’22 »363.

 

 

Suivent les deux Audi, la R18 ultra, pilotée par le ‘’ régional de cette 5éme manche du Championnat WEC, le Brésilien Lucas di Grassi  et la R18 e-tron quattro, confiée pour ces chronos à André Lotterer, respectivement crédités de 1’23 »147 et 1’23 »332 à 784 millièmes et 969 millièmes.

La Lola-Toyota Rebellion de Neel Jani réalise le 4éme temps en 1’23 »962 devant l’HPD ARX03a du Team Strakka de Watts en 1’24 »089. Belicchi au volant de la seconde Lola-Toyota suit en 1’2 »179 devant la seconde HPD ARX 03a de Peter Dumbreck du Team JRM, en 1’24 »320.

 

La bataille a été féroce en LMP2, mais c’est finalement Stéphane Sarrazin et la HPD-Honda n°44 de Starworks Motorsports qui s’est imposé, juste devant John Martin et l’Oreca-Nissan n°25 d’ADR-Delta et Nelson Panciatici, au volant de l’Oreca-Nissan n°26 de Signatech-Nissan.

L’écart entre les trois voitures s’élève à… 119 millièmes après les 20 minutes  de cette séance des essais qualificatifs !

Dans la catégorie LMP2, c’est donc le Français Stéphane Sarrazin qui s’offre la pole avec l’HPD ARX 03b de l’écurie Starworks en 1’27 »048. Il devance l’Oreca 03 du Team ADR-DELTA de Martin, second en 1’27 »153  et celle du Team Signatech-Nissan de Nelson Panciatici, 3éme en 1’27 »167.

 

 

Bertrand Baguette dans le baquet de la Morgan-Nissan du OAK Racing suit avec un chrono de 1’27 »275.

19éme, l’Aston Martin de Darren Turner pointe en tête des GTE/PRO en 1’33 »855

La cinquième manche du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, les 6 Heures de São Paulo, débutera demain à midi (heure locale) 

LES POLEMEN DES SIX HEURES DE SAO PAULO EN LMP1, LMP2 et GT

 

Alex Wurz, ravi d’offrir à son équipe le TMG Toyota cette toute premiére pole position, expliquait  :

« Les qualifications se sont bien passées. Nous nous attendions à une grosse bagarre, surtout parce que la voiture était très nerveuse lors de la séance d’essais libres ce matin. Mais l’équipe a fait du bon travail sur les réglages avant les qualifications et la voiture était très rapide. Le système hybride était tout simplement incroyable, cela donne un surcroît de puissance en sortie de virage. La course est bien sûr longue, mais cela fait plaisir d’être en pole et cela montre que la voiture est très compétitive. Je suis optimiste, mais je n’oublie pas que c’est seulement notre troisième course. La course sera difficile car la concurrence est relevée, mais demain, nous allons attaquer un maximum. »

De son côté, Stéphane Sarrazin, auteur de la pole en LMP2 au volant de l’HPD-Honda n°44 de Starworks Motorsports, confiait :

« Je suis très content pour l’équipe car on a marqué un point au Championnat. Je suis d’autant plus content que nous n’étions pas satisfaits de la voiture en essais libres. Nous avons changé donc beaucoup de choses pour les qualifications et la voiture était beaucoup mieux. Toutes les voitures de la catégorie sont très proches les unes des autres donc chaque détail peut faire la différence. Nous allons attaquer et essayer de gagner la course, mais nous voulons surtout marquer de gros points. Nous avons un bon package, donc nous nous devons d’essayer de gagner.


Turner et Bernoldi décrochent la pole à Interlagos

 

Pour la première fois du weekend, le soleil brillait lorsque les concurrents des catégories LMGTE se sont élancés pour la séance qualificative de 20 minutes.

Darren Turner a été le premier à prendre la piste au volant de la Vantage V8 n°97 d’Aston Martin Racing et a profité d’une piste claire pour signer le chrono de référence que ses rivaux ont essayé d’égaler. Le temps du Britannique a rapidement été amélioré par Marc Lieb et la Porsche n°77 de Team Felbermayr-Proton, mais Darren Turner a repris l’avantage avec un tour en 1’33’’855 qui lui a permis de décrocher la pole devant Marc Lieb et Giancarlo Fisichella et la Ferrari n°51 d’AF Corse.

 

 

Dans la catégorie LMGTE Am, la journée a été fructueuse pour le Brésil puisqu’Enrique Bernoldi s’est hissé en pole pour ses débuts dans le Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, au volant de la Ferrari n°61 d’AF Corse-Waltrip avec un chrono de 1’34’’781.

C’est un doublé Ferrari grâce à Michele Rugolo et la Ferrari n°57 de Krohn Racing qui ont terminé la séance de 20 minutes à six dixièmes du Brésilien, tandis que la Porsche n°88 de Team Felbermayr-Proton de Paolo Ruberti passer sur la ligne d’arrivée en troisième position.

Darren Turner, qui radieux expliquait :

« C’était évidemment très important de se qualifier en pole et c’était forcément l’objectif, mais je ne m’y attendais pas. Nos chronos étaient plus lents ce matin à cause de la température ambiante, donc nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Notre voiture se comporte très bien lorsque les températures sont élevées et aujourd’hui, il fait plus chaud que depuis le début de la semaine, donc je pense que cela a joué en notre faveur. Je suis ravi d’être en pole et l’équipe peut être satisfaite car les gars ont travaillé dur pour préparer la voiture. »

Quant à Enrique Bernoldi, le pilotte de la Ferrari 458 Italia n°61 d’AF Corse-Waltrip, lui il concluait  :

« Cette pole signifie beaucoup pour moi car c’est ma première course en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA et je décroche la pole ! Lors de ma dernière course sur ce circuit, en FIA-GT1, j’ai déjà signé la pole et le lendemain, j’ai remporté la course, donc c’est peut-être un bon signe. Ma plus grosse angoisse concerne le trafic car les LMP1 et les LMP2 arrivent très rapidement sur nous. Notre voiture est très performante en termes de consommation de carburant. De toute façon, je n’ai rien à perdre, donc je vais essayer de gagner la course mais la course est longue. Nous devons attaquer tout en économisant nos pneus et nous ne connaissons pas très bien la voiture. »

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : WEC et Teams

 

 

 

Sport WEC Championnat du monde

About Author

gilles