ENDURANCE WEC : L’ENDURANCE MONDIALE REVIENT EN AMERIQUE DU SUD ET DECOUVRE LE BRESIL

 

Si la cinquième manche du tout nouveau Championnat du monde d’endurance dénommé WEC pour World Endurance Championship se déroulera au Brésil, il ne s’agira pourtant point de la toute 1ére course d’endurance à caractère mondial à se disputer en Amérique du sud !

En effet avant cette compétition des Six Heures de Sao Paulo, une autre grande course d’endurance se déroula elle en … Argentine.

Il s’agit des très réputées – à l’époque – 1000 km de Buenos-Aires.

Dont neuf éditions eurent lieu entre 1954 et la victoire de la Ferrari 375 Plus de l’équipage 100% Italien et composé de Giuseppe Farina et Umberto Maglioli et 1972 et le succès du tandem formé du Suédois Ronnie Peterson et de l’Australien Tim Schenken, également au volant d’une Ferrari, une 312PB

Côté Français, on rappellera le triomphe lors de l’édition 1970 de la Matra MS 630/650 du duo 100% tricolore, Jean Pierre Beltoise-Henri Pescarolo

 

 

Pour  mémoire, n’oublions pas le doublé des Peugeot 908 HDi FAP,  à … Sao Paulo et ce lors de la clôture de la saison  2007, dès Le Mans Séries, seule manche de l’histoire des LMS, à s’être disputé en Amérique du sud à l’occasion des 1000 Milhas Brasil, à Interlagos.

Mais cette course ne comptait pas pour un Championnat mondial

 

 

Mais revenons à … 2012

Les 6 Heures de São Paulo, cinquième manche du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, se dérouleront samedi prochain 15 septembre, mais la semaine de travail a déjà commencé pour tous les acteurs de l’événement sur l’Autodromo José Carlos Pace, plus connu sous l’appellation d’Interlagos.

Une 5éme manche dont on attend beaucoup après la bataille ayant opposé lors des dernières Six Heures de Silverstone, les deux Audi et la Toyota TS030

 

FITTIPALDI AVEC HENRI PESCAROLO AUX 12 HEURES DE SEBRING 2012

 

Une épreuve Brésilienne dont le promoteur n’est autre que l’ancien double Champion du monde de F1, le local Emerson Fiitipaldi, sacré en 1972 et 1974

Les vérifications administratives ont débuté dès 9 heures (tous les horaires sont indiqués en heure locale) ce matin pour les écuries et 14 heures pour les pilotes, tandis que les voitures commençaient à passer aux vérifications techniques à 9 h 30.

 

 

L’activité en piste débutera demain jeudi à 11 heures pour une séance d’essais libres d’une heure et demie, mais elle aura été précédée des briefings des pilotes à 9 heures et des team-managers à 9 h 30, des briefings d’autant plus importants que nombre de pilotes et d’écuries ne connaissent pas le circuit.

Après la pause-déjeuner, les concurrents reprendront la piste à 15 h 30 pour une deuxième session d’essais libres d’une heure et demie avant de prendre un repos bien mérité avant la troisième et dernière séance d’essais libres, qui se déroulera vendredi matin 14 septembre de 9 h 45 à 10 h 45. Lors de la pause méridienne, les spectateurs pourront arpenter librement la voie des stands de 11 heures à 11 h 30 lors du pit-walk.

 

 

Si toutes les catégories sont réunies pour les essais libres, il n’en est pas de même pour les séances qualificatives. En effet, les voitures des catégories LMGTE Pro et Am ouvriront le bal de 14 heures à 14 h 20, tandis que les LMP1 et LMP2 enchaîneront de 14 h 30 à 14 h 50.

La journée ne sera pas terminée pour autant pour les spectateurs puisque la première course de la Porsche GT3 Cup brésilienne aura lieu de 15 h 10 à 15 h 45 – la seconde étant programmée pour le samedi de 9 h 25 à 10 heures. Les concurrents du DTCC (Driver Touring Car Cup), un championnat où les pilotes s’affrontent à armes égales avec des Audi A3, prendront la suite de 16 h 05 à 16 h 30 pour la seconde course de la journée, après celle prévue de 11 h 45 à 12 h 10.

 

 

Samedi sera le grand jour pour tous les compétiteurs avec le warm-up de 8 heures à 8 h 20, puis toutes les activités de pré-grille. Les spectateurs qui auront manqué le premier pit-walk pourront se rattraper le samedi matin de 10 h 10 à 10 h 50, tandis que les pilotes seront à leur disposition pour les photos et les autographes de 10 h 15 à 10 h 45.

Le temps de se préparer pour la course et les pilotes rejoindront la grille des 6 Heures de São Paulo dont le départ sera donné à midi.

Une course qui devrait être aussi passionnante que les récentes Six Heures de Silverstone, qui se sont déroulés fin août, avec des bagarres à couteaux tirés dans toutes les catégories.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick MARTINOLI et DPPI  WEC

 

LES RÉSULTATS DES 1ERS ESSAIS LIBRES CE JEUDI

 

A SAO PAULO, 5éme manche mondiale, le meilleur temps de la seconde séance des essaos libres ce jeudi revient à la Toyota TS030 HYBRID de l’équipage Lapierre-Wurz, en 1’23’’272.

Laquelle précède les deux  Audi. L’ Audi R18 ultra du trio Kristensen-Di Grassi-McNish, seconde en 1’23’’710 et l’Audi R18 e-tron quattro, victorieuse récemment aux Six Heures de Silverstone et aux 24 Heures du Mans du trio Tréluyer-Lotterer-Fässler, 3éme en 1’23’’900.

 

 

Suivent dans l’ordre, les deux HPD ARX-03a  du JRM Racing de Brabham-Chandhok-Dumbreck, en 1’24’’265 et du Strakka Racing, de Kane-Leventis-Watts, en 1’25’’325.

Puis, les deux Lola-Toyota du Rebellion Racing, celle de la paire Prost-Jani, en 1 ‘25’’556 et de Primat-Belicchi, en 1’26’’252.

Le TOP 10, est complété par les ORECA 03 Signatech-Nissan, de Mailleux-Tresson-Lombard, 8éme en 1’27’’815 et de Panciatici-Ragues-Rusinov, 9éme en 1’27’’818 et par l’HPD ARX-03b, du Starworks Motorsport de Potolicchio-Dalziel-Sarrazin, 10éme en 1’28’’190.

Les Morgan 2012 LMP2 du OAK Racing de Pla-Nicolet-Lahaye et de Baguette-Kraihamer-Brundle, pointent aux 11éme et 12éme rangs, en 1’28’’227 et 1’28’’228.

En LMGTE Pro, la Porsche n°77 de Team Felbermayr-Proton de Marc Lieb et Richard Lietz a mené pendant presque toute la séance, mais elle a été délogée de la première place par la Vantage V8 n°97 d’Aston Martin Racing de Darren Turner et Stefan Mücke à cinq minutes de la fin pour seulement quatre dixièmes :  1’34’001  et 1’34’’413  

 

En LMGTE Am, la Chevrolet Corvette n°50 de Larbre Compétition de Fernando Rees, Julien Canal et Patrick Bornhauser a mené la danse pendant toute la deuxième séance, obtenant 1’34’’841 avec un écart d1,2 secondes sur sa plus proche rivale, la Porsche n°88 de Team Felbermayr-Proton de Paolo Ruberti, Gianluca Roda et Christian Ried.

Auparavant, le temps de référence de la  1ére séance, avait été obtenu par  les deux Audi. L’  Audi R18 e-tron quattro, N°1 de Fässler-Tréluyer-Lotterer, devançant, en 1’24’’370, l’ Audi R18 ultra,N°2 de Kristensen-Di Grassi-McNish, seconde en 1’24’’838.

La Toyota TS030 HYBRID de Lapierre-Wurz, réalsant le 3éme chrono, en 1’25’’055 devant l’HPD ARX-03a du Strakka Racing de Kane-Leventis-Watts, 4éme en 1’25’’588

 

 

FIA WEC Sport

About Author

gilles