GP F1 A MONZA: HAMILTON GAGNE, VETTEL ABANDONNE, ALONSO GRIMPE

 

Hamilton a été imbattable.

C’était pourtant un GP que devait gagner Alonso, mais ses qualifs ratées l’ont fait partir de la dixième place.

Dommage, on est à Monza, et surtout, accroché par Grosjean à Spa, Alonso n’a pas marqué de points en Belgique et a vu Vettel lui fondre dessus au général.

Monza relance Alonso… et Hamilton, suite à la casse mécanique des Red Bull.

Avec un étonnant Perez qui, grâce à sa Sauber très économe en pneus, a su remonter des millions d ‘autos devant lui, termine second en passant Alonso en coup de vent à trois tours de la fin et surtout, à quatre secondes de Hamilton, heureusement qu’il n’y avait pas deux ou trois tours de plus!

 

HAMILTON DE BOUT EN BOUT…

 

En ce qui concerne Lewis Hamilton, parti en pole, le récit est simple, il part devant, reste devant et finit devant…

C’est sa vingtième victoire en Championnat du Monde. Et la 3éme cette année !

On doit quand même préciser que dans les débuts de course, il met presque 10 secondes au second…

Le second, va changer… car Massa, au premier virage, a réussi, ce qui n’est pas un mince exploit ici à Monza, vu l’énorme pression qui pèse sur les épaules des pilotes de la Scuderia Ferrari, à passer Button !

 

Schumacher est quatre, Alonso a gagné deux places au départ, il est donc huit, et dès le premier tour, en passant Kobayashi et Raikkonen, il se retrouve déjà derrière Vettel…

Et la bagarre entre ces deux pilotes, les deux leaders au Championnat du Monde, va durer quasiment jusqu’à la mi-course, ils ne se lâchent pas de plus d’une seconde.

On sent que pour l’un et l’autre, ce GP de Monza est crucial.

Vettel et Alonso passent Schumacher, ils sont donc quatre et cinq.

 

ALONSO JOUE UN JOLI COUP

 

Alors, on remarque qu’il ya six Champions du Monde dans les sept premiers, Massa étant donc la pièce rapportée, on trouve en effet Hamilton, Button, qui a repassé Massa au quinzième tour, puis Vettel, Alonso, Schumacher et Raikkonen…

Pas mal!

Cela a franchement de la gueule, ce début de course!

 

RAVITO OLE OLE…

 

Comme d’hab’, c’est le problème d’avoir un manufacturier unique en pneus, la question est « un ou deux arrêts? »

Monza use les pneus arrière car les vitesses y sont très élevées.

Et dans les courbes, pas d’appui, donc ça glisse…

C’est comme ça que Perez va presque être l’homme du jour, il ravitaille le dernier et repart en pneus tendres, qui dureront jusqu’au bout, lui permettant en fin de course de coller une seconde et plus au tour à … Alonso et Hamilton!

 

SERGIO PEREZ , QUASI HOMME DU JOUR

 

Le pilote Ferrari et celui de l’écurie Red Bull-Renault, rentrent ensemble à leur stand

Alonso repart devant mais Vettel est sur sa gauche, dans les stands, et Alonso doit donc le laisser passer…

Ils sortent, collés l’un à l’autre.

Et c’est très chaud…

A plus de 300 km/h, alors que Alonso le passe sur sa gauche, Vettel ne s’écarte pas, on va être grand seigneur et dire qu’il ne l’a pas vu (euh… cela fait trente tours qu’ils roulent comme ça…) Alonso passe dans l’herbe et revient en piste… fou furieux mais auto indemne.

Cela me rappelle un certain Nigell Mansell, rattrappeur miraculeux de situations désespérées à très haute vitesse…

Au vingt-neuvième tour, Alonso passe enfin.

Ce qui est une bonne opération de toutes façon, il ne va pas reprendre grand chose à Vettel au général, mais il va quand même lui piquer des points… De bons précieux points.

Surtout après son abandon forcé de Spa il y a une semaine, après avoir été harponné par Grosjean, aujourd’hui absent en piste car puni et interdit d’un GP

Et puis… la fin de course va être cruelle pour beaucoup de monde et généreuse pour quelques uns…

 

UN FINISH DE TRAGÉDIE GRECQUE!

 

 

C’est d’abord, au 36è tour, l’abandon sur casse moteur de Jenson Button, alors second…

Il avait incroyablement bénéficié de la ‘corrida Grosjean’ à Spa, cette fois-ci, le destin frappe dans l’autre sens…

C’est ensuite l’incroyable retour de la Sauber à moteur Ferrari de Sergio Perez, qui, alors que tout le monde souffre sur des pneus un peu à l’agonie, passe comme un ouragan…

Quand Button abandonne, Perez est quatrième.

Dans l’ordre, Hamilton, Alonso, Massa, Perez.

Et Perez passe Massa.

On sait que le poste de Massa chez Ferrari est en pointillé, Perez est en option sur le recrutement, pas mal joué…

Dans la foulée, il enrhume totalement Alonso.

L’Espagnol sait que Vettel est six, bon, il perd trois points mais le résultat est toujours positif…

 

On est en train de calculer qu’à la vitesse où il roule , Perez pourrait même aller chercher Hamilton, quand arrive un autre coup de tonnerre.

On entend à la radio, le stand de Vettel, lui ordonner de s’arrêter tout de suite en bord de piste !!!

On est dans le 49è tour.

Surchauffe importante.

On sait que le nombre de moteurs neufs, sur une saison, est compté, et pas question de l’exploser…

 

Et là bien sûr, excellente opération pour Hamilton et Alonso, tous deux victimes du « strike » de Grosjean à Spa, puisque Vettel est out.

Le destin a donc choisi de rattraper un peu ses outrances belges…

 

 

Puis, à deux tours de l’arrivée, c’est l’autre Red Bull, celle de Webber qui part en tête à queue, puis rentre, alternateur cassé.

Rares les abandons des deux monoplaces du Team Red Bull

Le stand d’Hamilton, lui demande alors de … se réveiller un peu, pour assurer l’arrivée et il n’aura d’ailleurs que quatre secondes d’avance sur Perez au damier…

 

 

Bilan, Hamilton est second au général, à 37 points d’Alonso, et Vettel est quatrième à ce même classement, à 39 points de l’Espagnol.

Une remarque  importante… le troisième de ce classement, Raikkonen, est à un point de Hamilton…

 

 

Hamilton qui racontait :

« C’est fantastique ! Je suis tellement heureux pour mon équipe, ça a été une journée extraordinaire. Gagner à Monza est l’une des plus belles expériences de ma carrière. J’adore cet endroit. Je viens courir en Italie depuis l’âge de 13 ans et j’adore la culture, la nourriture et les gens ici. Depuis que j’ai commencé en Formule 1, Monza a été l’une des courses que j’ai toujours voulu gagner. C’est tellement incroyable d’y arriver aujourd’hui, sur ce circuit historique où de nombreux grands pilotes ont déjà gagné. Je rajoute mon nom à cette liste et j’en suis très fier, mais aussi très humble.»

Quant à Alonso, lui il expliquait :

«Partir d’aussi loin n’a pas rendu la course facile mais nous savions que notre voiture était peut-être la plus rapide ce week-end, a-t-il expliqué. Nous avions assez de rythme pour remonter alors pour nous, c’est un bon résultat. C’est même un dimanche parfait parce que la victoire était hors de portée, a ensuite reconnu le pilote Ferrari. C’est beaucoup mieux que prévu».

Finalement, Sergio Perez excellent dauphin du vainqueur du jour, semblait tout aussi heureux. Deuxième en Malaisie en tout début de saison puis troisième au Canada en juin, le jeune Mexicain monte pour la troisième fois cette saison sur le podium :

« C’est incroyable pour mon équipe d’obtenir un podium à Monza. C’est très spécial. C’est l’une des courses où le rythme est le plus élevé et où il faut attaquer. C’est incroyable. Il y a eu des moments cruciaux durant la course, surtout lors de mon premier relais. Il a été très long et cela n’a pas été facile du tout de maintenir le rythme. J’ai fait beaucoup de tours avec les pneus durs et ensuite, dans le deuxième relais, j’ai attaqué à fond et me suis retrouvé en mesure de me battre avec certains pilotes. C’était vraiment très agréable».

 

 

Un mot encore pour évoquer le jeune pilote Français,  Jean-Éric Vergne. Lui, il a abandonné au cours du 12eme tour, sur une longue ligne droite, le Français ayant brutalement  perdu le contrôle de sa monoplace, la Toro Rosso, qui a fini sa course dans le décor.

Revenu à son stand, il confiait :

« J’ai un peu mal à la tête et au dos mais ça va. Honnêtement, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. A l’attaque du frein, j’ai complètement perdu la voiture. Je ne sais pas si quelque chose s’est cassé. »

En début de soirée, dans le stand Toro Rosso, on parlait d’une rupture de suspension !

Prochain GP à Singapour le 23 septembre.

Adieu l’Europe, on finit l’année sur les circuits exotiques.

Dans l’ordre Singapour, puis le Grand Prix du Japon, le Grand Prix de Corée, celui d’Inde, le Grand Prix d’Abou Dhabi, le nouveau Grand Prix États-Unis, à Austin au Texas et enfin l’ultime et vingtième, le  Grand Prix du Brésil.

Ouf…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : TEAMS

 

 

Résultat GP d’Italie à Monza

 

1.Lewis Hamilton, MCLAREN. 2.Sergio Perez,SAUBER. 3.Fernando Alonso, FERRARI. 4. Felipe Massa,FERRARI. 5.Kimi Raikkonen,LOTUS. 6.Michael Schumacher, MERCEDES.  7. Nico Rosberg,MERCEDES. 8. Paul Di Resta, FORCE INDIA. 9. Kamui Kobayashi,SAUBER. 10.Bruno Senna,WILLIAMS. 11.Pastor Maldonado,WILLIAMS. 12.Daniel Ricciardo, TORO ROSSO.13. Jérôme D’Ambrosio.LOTUS. 14.Heikki Kovalainen,CATERHAM. 15.Vitaly Petrov,CATERHAM. 16.Charles Pic,MARUSSIA.17.Timo Glock,MARUSSIA.18.Pedro De La Rosa,HRT. 19.Narain Karthikeyan.

 

Classement Championnat du Monde de F1 après Monza:

 

1F. Alonso,179 points. 2L. Hamilton,142 points.3. K. Raikkonen,141 points. 4. S. Vettel, 140 points. 5M. Webber,132 points. 6 J. Button,101 points. 7 N. Rosberg,83 points. 8.R. Grosjean, 76 points. 9 S. Perez,65 points. 10F.Massa,47 points. 11M. Schumacher, 43 points. 12K. Kobayashi, 35 points. 13P. Di Resta, 32 points. 14 N. Hulkenberg,31 points. 15P. Maldonado,29 points. 16 B. Senna,25 points. –17 J.E Vergne,8-points. 18D. Ricciardo,4 points.

F1 Sport

About Author

jeanlouis