24 HEURES DU MANS MOTO:DES ESSAIS TRES DISPUTES: LA BMW N° 99 en POLE

Depuis quelques jours une certitude météorologique a rassuré à la fois organisateurs, teams et public potentiel. Le beau temps ferait partie du décor des 24 heures du Mans. C ‘est bien le cas et les essais qualificatifs disputés lors de deux séances -une jeudi et une vendredi- ont pu se dérouler sous un franc soleil et par des températures estivales.

Les règles du jeu méritent sans doute d’être quelque peu précisées.

BMW 99 NIGON

Chaque pilote titulaire dispose de 30 minutes dans chaque séance. Ainsi les pilotes au brassard bleu s’élancent , avant que 10 minutes après la fin de leur run ce soient les brassards blancs, puis enfin les brassards rouges qui s’emparent de la piste. Au final ce sera la moyenne des trois meilleurs temps de chacun des pilotes qui déterminera le temps de l’équipage et la place sur la grille. On peut dire que pour se situer dans la hiérarchie chaque pilote tente vraiment de faire le meilleur temps possible.

Les états major des grandes écuries n’hésitent pas à  intégrer dans leurs programmes de simulation tous les temps des concurrents les plus directs et connaissent bien avant tout le monde la composition de la tête de la grille. Les organisateurs qui invitent à participer une conférence de presse les équipages ayant décroché la timbale en catégorie EWC (championnat du monde) Superstock  (Coupe du monde) et Série  expérimentale est dans l’incapacité de fournir la liste complète des temps cumulés des qualifications plusieurs heures après la fin de l’exercice !

 

Courbe Dunlop

 

Pourtant, nous pouvons dresser un tableau global de ces premiers rounds opposant 55 concurrents dont les motivations  peuvent être de nature très différente. On passe par toutes les gradations allant de la soif absolue de victoire, à la grande satisfaction de terminer les 24 heures quelque soit le classement.

Comme nous avons déjà pu l’écrire ici, ces 24 heures 2012 vont être déterminantes pour le titre de champion d u monde et c’est bien normal que nous ayons déjà abordé les chances des teams officiels.

Paradoxe à peine croyable, tous les managers vous serinent que l’endurance n’a rien à voir avec la pôle et tous  pourtant,  tentent avec l’utilisation de pneus de qualification, -qui ne tiennent  que pour la durée d’un tour lancé-, de se trouver tout en haut de la feuille des temps.

A ce petit jeu, les plus malins, ou peut-être aussi les équipes qui disposent d’un équipage très homogène, furent sans conteste BMW avec la N° 99 et KAWASAKI N°11. Pourtant, le meilleur performer absolu fut Julien DA COSTA sur la KAWASAKI, avec un temps assez époustouflant  de 1′ 36″ 826 réalisé jeudi.

 

DELHALLE SUZUKI SERT N° 1

 

On peut s’étonner de ne pas voir la SUZUKI N° 1 en pole position (seulement troisième), sur ses terres mancelles, mais écoutons plutôt Vincent PHILIPPE nous parler de cette préparation de course apparemment quelque peu difficile.

« Un peu d’incertitudes pour ce départ des 24 heures. On a essayé beaucoup de pneumatiques, on s’est peut être un peu trompé de route et donc , on est en, train  d’essayer encore de nouvelles choses en qualifications. Cela n’est pas confortable pour nous, ça n’est pas dans nos habitudes. D’habitude on joue la pôle , là on est encore en train d’ajuster des petites choses sur la moto.. Je crois qu’en temps de course on sera dans le coup malgré tout. C’est clair que se sera une course rapide, tout le monde va être à bloc .Dans de belles conditions comme annoncées, ça va aller très vite et nous avons malgré tout de grosses chances de briller. Avec le Chef on  va gérer les écarts, on va peut être pas mal rouler à deux avec Anthony DELHALLE. Après, le japonais va se caler et on ne devrait pas être loin d’un bon résultat. Il faut se servir de notre avance  au championnat pour ne pas faire n’importe quoi. Le chef est stressé c’est sûr, on l’est tous, il y a de l’enjeu, mais on doit rester calmes  et positifs . On sait qu’on n’est pas les plus rapides en piste mais on n’est pas si mal quand même. »

Lors des essais des chutes ont émaillé les diverses séances . Heureusement sans trop de gravité pour les pilotes. C’est ainsi qu’Anthony DELHALLE a vu l’avant lui échapper à la sortie du musée, et que  Julien DACOSTA s’accrochait avec la KAWASAKI N° 33  » par excès de précipitation » selon ses dires confessant avec fair play ,

 » je pensais avoir la place de passer David PERRET, il ne m’a pas vu , je suis désolé, »

ajoutant au passage:

 » le boulot était fait hier » se référant à son temps canon du jeudi.

 

DACOSTA KAWA

 

Pilote remplaçant, Hugo MARCHAND sur la BMW se chargea de donner un peu de boulot aux mécanos de la N° 99 qui avaient jusque là déroulé leur programme comme sur du papier à musique.

La palme de la malchance revient sans doute à la SUZUKI N° 2 du team R2CL qui cumula quatre chutes: deux pour Amaury BARATIN et deux pour Thierry CAPELA. Julien DIGUET le troisième pilote se plaignant d’une difficulté d’adaptation aux nouveaux pneumatiques Michelin.

 

Peloton 2

 

TEMPS DES DIX PREMIÈRES ÉQUIPES.

 

1- N° 99 EWC BMW MOTORRAD FRANCE THEVE GIMBERT Sebastien – 1’37″306 CUDLIN Damian – 1’37″039 NIGON Erwan – 1’37″623 temps moyen 1’37″323
2- N° 11 EWC SRC KAWASAKI DACOSTA Julien – 1’36″826 LEBLANC Gregory – 1’37″546 FORAY Freddy – 1’38″547 temps moyen: 1’37″640
3-N° 1 EWC S.E.R.T. PHILIPPE Vincent – 1’37″311 DELHALLE Anthony – 1’38″005 TSUDA Takuya – 1’38″218 temps moyen 1:37.845
4- N° 94 EWC YAMAHA FRANCE GMT 94 MICH CHECA David – 1’37″907 FORAY Kenny – 1’38″102 LAGRIVE Matthieu – 1’37″802 temps moyen: 1’37 ».937
5- N° 7 EWC MONSTER ENERGY YAMAHA YAR JERMAN Igor – 1’38″881 MARTIN Steve – 1’38″476 GIABBANI Gwen – 1’38″897 temps moyen: 1:38.751
6 – N° 14 EWC MACO RACING TEAM JUNOD Gregory – 1’39″063 BLACK Gregg – 1’40″092 DE CAROLIS Lucas – 1’39″442 temps moyen : 1’39″532
7- N° 8 EWC BOLLIGER TEAM SWITZERLAND SAIGER Horst – 1’39″672 STAMM Roman – 1’39″323 TANGRE Jérome – 1’39″972 temps moyen: 1’39″656
8- N° 77 EWC HONDA TT LEGENDS McGUINNESS John – 1’40″267 DONALD Cameron – 1’40″423 GINES Mathieu – 1’38″902 temps moyen 1’39″864
9- N°  50 SST MOTORS EVENTS AMT ASSURAN SAVARY Michael – 1’39″330 CHABOSSEAU Frederic – 1’40″724 DIETRICH Guillaume – 1’39″687 temps moyen 1’39″914
10- N° 55 EWC NATIONAL MOTOS BOCQUET Vincent – 1’4″017 BUISSON Dylan – 1’40″984 MASSON Etienne – 1’38″813 temps moyen 1’39″938

La hiérarchie des Top Teams est donc respectée  avec  5 machines  attendues dans un ordre sans doute peu important pour parier sur l’issue de la course.

Clairement  chez YAMAHA GMT  on a privilégié la reprise progressive de Matthieu LAGRIVE, dont est certain qu’après  son opération il est tout frais pour la course même s’il déclare:

 » Rouler avec un bras c’est chaud. Le souci ça va être de tenir 24 heures. Le vrai problème c’est les autres à doubler. »

  YAMAHA 94 LAGRIVE

 

Christophe GUYOT le manager de cette YAMAHA N° 94 tient à apporter quelques précisions quant  une information radio paddock qui évoquait une casse moteur, lors des essais de jeudi.

 » Tout d’abord nous n’avons pas cassé de moteur. Nos trois pilotes ont amélioré leur chrono ce matin. On est bien là, pas très loin de nos trois copains de devant. Quand on sait qu’on tourne ici en 1’36 »  ou 1’37 » en moto GP, on voit à quel niveau on évolue en endurance… »

Chez BMW on ne fanfaronne pas, simplement on sent que tout le team est tendu vers la victoire.

Une course de 24 heures comporte tellement d’aléas et on a tellement été échaudé de fois qu’on la joue modeste quand il s’agit de parler de la pôle.

Alors Sébastien GIMBERT la qualif c’est dans la poche , mais vous cherchiez la pôle ou vous vous visez la victoire?

« Oui nous avons gagné la qualification. L’important ça n’est pas de parler pour nous mais pour une marque. Cette pôle montre  que notre équipage est très homogène et je pense que ça prendra toute son importance dans une course de 24 heures comme celle qui s’annonce. Nous allons essayer de ne pas commettre d’erreurs et d’être présents tout le temps . Nous  allons voir si tout le travail que nous avons effectué sur la moto va payer sur 24 heures. »

Pourtant  il se dit que ce sont les pneus de qualif qui ont fait la différence mais …

Sébastien nous arrête et poursuit:

 » Je pense qu’ils en tous mis des pneus de qualif.. , non ? Nous, pour la course on est avec un manufacturier formidable : Michelin. On a des pneus pour toutes les situations, on est prêt ! »

Chez KAWASAKI tout concourt à démontrer l’envie irrépressible de gagner encore cette édition des 24 heures du Mans. La déception est sans doute là de ne pas avoir décroché la pôle et l’on sent bien que Freddy FORAY est un peu un ton en dessous des ses deux compères. On n’a rien à perdre et l’on va sans aucun doute partir à l’abordage dès le baisser du drapeau.

Alors BMW en pôle pour gagner la course, KAWASAKI en seconde position pour gagner la course, SUZUKI en troisième place pour ne pas perdre le championnat, YAMAHA en quatrième place pour tenter quelque chose, voilà bien comment se présentent les grands traits de la course à venir. Les deux YAMAHA du Maco Racing et du YART  tenteront bien tout comme les HONDA  de TT Legends et National motos d’aller  jouer les premiers rôles mais toutefois, sans posséder les mêmes atouts dans leur jeu.

 

Peloton en bagarre

 

En catégorie Superstock la bagarre va être également serrée et seule la Suzuki N° 50 de Motor Events a réussi à  intégrer le top ten à la neuvième place en devançant deux autres Suzuki les N° 67 et 72 du  MCP Starteam et du Junior team.

Hervé MOINEAU le grand champion reconverti en manager avisé, accepte de nous parler de la course à venir et du titre convoité:

« C’est pas maintenant que nous ébauchons une stratégie pour le titre. C’est un travail de longue haleine. Après un Bol difficile,  second à DOHA  premier en Allemagne , on est reparti positivement. Depuis qu’on est arrivé ici au Mans , nous sommes concentrés sur le fait que nous  récupérons un nouveau troisième pilote: Frédéric CHABOSSEAU . Il roule en championnat de France Superbike  et était sur la KAWA Bolliger. Ici, je me suis attaché  au fait que Frédéric prenne son temps pour prendre de bons repères. Techniquement les motos,  on les connait bien, ce sont des modèles 2011 avec lesquels le team était champion du monde en 2011.Il n’y a pas d’effet de surprise, on a essayé de ne pas se faire de croche-pieds nous mêmes et malgré tout nous avons cassé un moteur hier.La stratégie est simple. On sait que le Junior Team est toujours très efficace. Eux ils n’ont pas de championnat à jouer, ils vont jouer la gagne. Alors on va être très attentif, comme me l’a appris Dominique Meliand quand j’étais sur la moto et lui aux commandes. »

 

 Dietrich N° 50

 

Nous terminerons ce recueil de points de vue avec Guillaume DIETRICH , lui aussi sur la N° 50. Nanti d’une solide expérience en Endurance  sa vision des choses est toujours très pertinente;

Guillaume quelles sont tes impressions quant à la moto, la piste et le titre.

 » On a une bonne moto. Le moteur manque de chevaux mais en partie  cycle on est très bien, on a bien réglé pour tous les trois et ça c’est cool. On a des super pneus. L’avant tient quatre relais, l’arrière deux relais et tout ça en faisant des chronos, c’est très bien. La piste ? Il n’y a pas de danger, on sait qu’il va faire chaud . Mais nous aurons des conditions parfaites même si ce sera dur pour nous les pilotes.. Après le titre, c’est l’objectif, il faut gagner. Tout le monde est super serré, il faut donc gagner pour avoir le titre en Superstock. Tu as vu que notre équipe est bien au niveau. Après il ne faut pas qu’on s’emballe.  Demain marquera ma dixième participation aux 24 heures. »

Les  pilotes sont en train de dédicacer et partager avec le public dans la voie des stands. Beaucoup de monde se presse. Le beau temps incite au camping et il semblerait que les emplacements débordent.

Tous ces passionnés sont prêts à communier avec une grande édition des 24 heures. La course sera rude pour les machines et pour les hommes, mais c’est pour cela que l’Endurance connait au Mans, plus qu’ailleurs, toujours un bel engouement du public.

 

Alain MONNOT
Photos Michel PICARD

 

Yamaha FOLCH N°4

Sport

About Author

gilles