F1 : MONZA DANS LE RETRO …

 

Monza est toujours considéré comme un juge de paix pour ce qui concerne les performances des moteurs et leur fiabilité. Renault est donc fier d’avoir connu de nombreux succès dans le GP d’Italie au cours des années, à commencer par la victoire d’Alain Prost en 1981.

 

 

Cependant, après la victoire de Johnny Herbert pour Benetton en 1995, les circonstances ont fait en sorte que l’entreprise Française, connaisse une « période sans » frustrante, passant à côté de Monza, à la fois à l’époque de Fernando Alonso puis lorsque Red Bull s’est révélé comme leader.

L’attente a finalement pris fin lorsque Sebastian Vettel l’a emporté pour Red Bull-Renault, l’an dernier.

Monza n’était pas censé être le circuit idéal pour Red Bull en 2011, mais après avoir gagné à Spa, circuit similaire en termes de hautes vitesses, l’équipe est arrivée avec un package idéal. La RB7 bleu foncé était rapide sur cette piste, et finalement, cela s’est avéré être le ticket gagnant.

Le DRS a ajouté une nouvelle composante à cet ensemble aéro spécifique à Monza, et toutes les équipes ont dû jongler avec les niveaux d’appuis globaux et les septièmes rapports de boite, tout en s’assurant qu’ils travaillaient à la fois sur un temps au tour en qualifications comme en course.

Vettel avait été battu par Lewis Hamilton avec les pneus durs en Q1, mais il avait fini la Q2 en tête et fut le plus rapide en Q3, avant même de réaliser un meilleur temps encore lors de sa dernière tentative. Hamilton et son coéquipier de chez McLaren Jenson Button ont chacun interrompu leur dernier tour quand ils ont réalisé qu’ils ne pourraient pas l’améliorer. Néanmoins, les deux pilotes McLaren ont sécurisé les deuxième et troisième places, Lewis étant devant.

Après avoir assuré la pôle, Vettel se devait de prendre les devants dès le départ afin de ne pas subir la menace en provenance de concurrents plus rapides en ligne droite.

Le plan a bien failli capoter lorsqu’il a été dépassé dans la première chicane par la Ferrari d’Alonso, à la plus grande joie des tifosi. Cependant, presque immédiatement, la voiture de sécurité est entrée en action lorsque Vitantonio Liuzzi, a perdu le contrôle de sa monoplace, en bout de grille et dérapé dans l’herbe pour finir au beau milieu du peloton.

Au redémarrage, Alonso n’a réussi à rester en tête qu’un seul tour supplémentaire avant que Vettel ne se fraye un chemin, l’Allemand réussissant à se glisser dans le plus petit des espaces entre la Ferrari et l’herbe.

Une fois en tête Seb a commencé à se détacher, aidé en cela par le fait que ses principaux rivaux – les deux pilotes McLaren – avaient chacun manqué leurs départs.

 » Mon départ n’était pas parfait « , avait à l’époque déclaré Vettel.

Poursuivant:

« Je ne sais pas d’où Fernando arrivait et il m’a fallu un certain temps pour comprendre qu’il y avait trois voitures de front en train de se diriger vers le premier virage. Après cela, un superbe dépassement ! Pas beaucoup de place, mais très agréable. Très difficile mais correct, c’était donc génial de se retrouver en tête, et à partir de ce moment-là la voiture a été fantastique. J’ai été en mesure de creuser un gros écart et d’en profiter tout le reste de la course. « 

 

 

Le pilote Red Bull -Renault, avait continué d’étendre son avance sur Alonso, puis peu de temps après le deuxième arrêt, l’Espagnol a commencé à lutter avec ses pneus medium. Bien revenu après son mauvais départ, Button a été en mesure de le rétrograder au troisième rang.

Cependant, l’homme de tête était déjà largement hors d’atteinte.

Vettel a ensuite contrôlé son écart sur la McLaren, le laissant se réduire de 16 »  à 9 »5  sous le drapeau à damiers, au moment de remporter sa huitième victoire de la saison.

Après deux courses difficiles à Monza avec Red Bull-Renault en 2009 et 2010, il a reconnu que c’était vraiment spécial de gagner à nouveau sur cette piste où il avait connu son premier succès avec  la Scuderia Toro Rosso, trois ans plus tôt.

 

 

 

Cette victoire lui a également permis de renforcer sa marche vers un deuxième titre de Champion du monde.

Il lâchait :

 » Vendredi dernier, j’avais déjà un très bon feeling « 

Ajoutant :

 » Tout le monde ici est en train de mettre sa petite touche pour optimiser la vitesse en ligne droite, et je pense que cette année, l’équilibre de la voiture était fantastique. J’ai donc vraiment eu une excellente voiture de course. « 

Qu’en sera-t’il cette année ?

Viré dimanche dernier à peine le départ venait-til d’être donné par la Lotus-Renault de Romain Grosjean, et Alonso et Hamilton, qui n’ont parcourus que quelques centaines de mètres du GP de Belgique, concédant de précieux points à Vettel, auront certainement à cœur de briller…

Premier élément de réponse samedi lors des essais qualificatifs

 

Gilles GAIGNAULT

Photos: Bernard BAKALIAN – Red Bull

 

 

F1 Sport

About Author

gilles