ENDURANCE WEC : UN PODIUM OLYMPIQUE POUR SIGNATECH NISSAN A SILVERSTONE

« UN PODIUM OLYMPIQUE ! »

Si l’été a été marqué par les Jeux Olympiques de Londres, la rentrée du Championnat du Monde d’endurance WEC se déroulait en Grande Bretagne avec les 6 heures de Silverstone, ou l’équipe SIGNATECH-NISSAN, s’est offert une belle médaille de bronze pour le 4ème rendez-vous de la saison après Sebring, Spa et Le Mans.

Partis 13ème sur la grille, le trio Nelson Panciatici, Pierre Ragues et Roman Rusinov, passaient la ligne d’arrivée en 3ème position en et ce LMP2 à seulement vingt secondes du vainqueur de la catégorie.
Classement assorti d’une bonne dixième place au général

Toute l’équipe G DRIVE RACING by SIGNATECH NISSAN attendait Silverstone avec impatience pour se placer sur une dynamique positive avant d’attaquer la seconde partie du Championnat.

Objectif réussi pour Nelson Panciatici et ses coéquipiers, le Français Pierre Ragues et le Russe Roman Rusinov, avec un superbe podium, à la clé, obtenu après 6 heures d’une course d’endurance digne d’un Grand Prix de F1.

Tant, l’intensité a été présente tout au long de cette épreuve

C’est un succès mérité par toute l’équipe G DRIVE RACING by SIGNATECH NISSAN, irréprochable aussi bien dans la préparation de la voiture que dans ses ravitaillements, de loin les plus rapides de toute la concurrence dans la catégorie LMP2.


Performant dès le début des essais libres, Nelson Panciatici, réussissait d’entrée, le 4ème chrono et le premier des châssis ORECA O3, lors de la première séance, l’équipage de la n°26, abordait donc la course avec beaucoup de sérénité et ce malgré des qualifications qui allaient par la suite le samedi, se révélaient difficiles.

A la mi-course et après de solides relais accomplis par ses deux coéquipiers, Pierre Ragues et Roman Rusinoov, Philippe Sinault, le boss du Team Berrichon, lançait alors Nelson Panciatici, en piste

En pleine course, Nelson se retrouvait lors au cœur de  l’intense bataille des LMP2.

Et ce, pour un quadruple relais !

Le jeune pilote G-DRIVE, s’est alors battu jusqu’au bout pour amener son ORECA 03 NISSAN, à la meilleure place possible sur le podium, avant d’être ralenti à quelques tours de l’arrivée par un concurrent de sa catégorie LMP2, qui naviguait pourtant à plus de six tours mais qui visiblement n’avait pas vu les drapeaux bleus

Il ne lui restait plus alors qu’à dérouler jusqu’au drapeau à damier.

On ne peut franchement que regretter cet incident car et c’est vraiment dommage, Nelson finissant ces Six Heures de Silverstone, à moins de …25 secondes, des vainqueurs !

Redescendu du podium, Nelson nous confiait :

« Ça a été « full » attaque pendant les 182 tours,  un plaisir total surtout quand j’étais en bagarre avec Stéphane Sarrazin, on était sur le même rythme mais dans le trafic il était meilleur, j’ai beaucoup appris derrière lui ! J’ai encore progressé dans ce domaine mais je dois dire que j’ai vécu certaines situations très chaudes. Finir sur le podium pour ma 3ème course en proto est une belle satisfaction même si j’étais un peu déçu à l’arrivée car nous étions dans le coup pour la victoire. Je me suis donné à fond et je n’ai pas du tout souffert physiquement malgré mon quadruple relais. Nous avons une belle équipe performante et complémentaire, l’entente est parfaite avec Damien notre ingénieur, on devrait apporter d’autres satisfactions à l’équipe lors des prochains rendez-vous, dans tous les cas nous ferons tout ce qu’il faut pour répondre présent ! »

 

On rappellera que Nelson et ce afin de rendre hommage à son ami, Philippe Bugalski, tragiquement disparu le 12 aout dernier, lequel lui avait mis le pied à l’étrier en rallye et notamment, lors du très prestigieux Monte Carlo en janvier dernier, arborait sur un casque spécialement décoré les  mots suivants :

‘’ For you Bug ‘ et ‘ For you Philippe ‘

 


Pour ce qui le concerne, Philippe Sinault, le patron de l’équipe G DRIVE RACING by SIGNATECH NISSAN (photo avec Didier CALMELS) , se montrait tout aussi satisfait du résultat :

« Nous avons assisté à une course fantastique ! Six heures digne d’un Grand-Prix, j’ai adoré ! L’équipe a été exemplaire, autant dans la préparation de la voiture qui n’a rencontré aucun problème que dans la gestion de nos arrêts aux stands. Les interventions ont été les plus rapides du plateau. Tous ces éléments ont contribué au très beau résultat du week-end. Pierre a fait un très bon début de course, Roman un solide double relais, et Nelson un quadruple avec le couteau entre les dents. En un mot l’équipe a été fantastique. »

Quant à ses deux compères, Pierre et Roman, eux ils nous expliquaient :

Pierre Ragues :

« Nous avons une belle équipe, le niveau est très impressionnant en LMP2, il n’y a eu que deux abandons au total sur les 6 heures. Ni les pilotes, ni le team n’ont fait la moindre erreur et le résultat est fabuleux ! »

 

Roman Rusinov, enchainant :

« C’est fantastique pour l’équipe et pour G-Drive ! Nous aurions pu gagner car nous terminons à vingt secondes du vainqueur et que nous étions dans le coup pour la victoire jusqu’au bout. L’objectif est d’essayer de rester sur cette dynamique pour les prochaines courses. »

Le mot de la fin, nous le laisserons a l’associé de Philippe Sinault, Didier Calmels :

« C’est vraiment une très belle performance réalisée par une toute jeune équipe rappelons-le, comme me l’a confié le patron de G-Drive -Alexander Krilov- présent ce week-end à Silverstone pour soutenir l’équipe. Après le Mans ou nous terminons 4éme et Silverstone, 3éme, on peut rêver d’une encore plus belle performance à Sao Paulo. »

C’EST PARTIE REMISE A SAO PAULO … POUR LA SECONDE VOITURE


Concernant la seconde voiture de l’écurie, la N°23, après avoir signé le 6ème chrono LMP2 – catégorie incontestablement la plus disputée cette année – Franck Mailleux, Jordan Tresson et Olivier Lombard, pouvaient assurément eux aussi s’offrir, pour cette rentrée des classes, un podium.

Mais à une heure trente du drapeau à damiers, une crevaison du pneu arrière gauche de leur ORECA 03, réduisait hélas malheureusement à néant, tous les efforts et stratégies du début de course.

L’équipe de Bourges aura à cœur, dès Sao Paulo, de mettre un terme à cette mauvaise série pour ce bolide.

Philippe Sinault, raconte :

« Cette rentrée des classes a été assez difficile pour la 23. Nous avons travaillé la stratégie de course dès les essais libres, surtout la balance aéro. Franck a été régulièrement aux avant-postes en séances libres et rentrait facilement dans le Top 6 en qualifications, alors qu’il était en pneus durs. Notre objectif était clairement le podium. Notre choix de pneus devait payer à l’issue des 6 heures de course, sans la crevaison survenue dans le dernier tiers. Jordan perdait ainsi, le contrôle de la voiture dans le virage 14, et terminait sa course contre le mur »

Franck Mailleux, nous lâchait :

« J’ai les ‘’b……..s’’. On avait une voiture rapide pour la course, j’ai fait un super départ et je pointais en 4ème position au premier virage. Je réussissais aisément à maintenir cette position idéale pour saisir toutes les opportunités de fin de course. Notre stratégie nous permettait d’envisager sérieusement un podium au bout des 6h de course sans cette crevaison. »

Olivier Lombard, un tantinet déçu, poursuivait :

« J’ai fait le job. Au début de mon relais, je m’étais calé derrière un concurrent qui n’avait pas un bon rythme mais une fois débarrassé de lui, j’ai alors ensuite aligné de bons tours. J’étais dans le tableau de marche préconisé par l’équipe. C’est clair que nous sommes tous très déçus, car après deux mois d’attente, nous étions très motivés pour cette course et l’équipe a prouvé qu’on était performants. »

 

 

Le malheureux Jordan Tresson, concluant dépité :

« Je suis déçu, j’ai perdu le contrôle de ma voiture, je n’ai rien pu faire, quand ma roue arrière gauche à littéralement explosée. L’équipe méritait vraiment un beau résultat ce week-end pour tout le travail fournit depuis le début de la saison. »
La prochaine étape, cinquième manche du Championnat du Monde d’endurance WEC, les 6 Heures de Sao Paulo au Brésil, se disputeront les 14 et 15 septembre sur le très réputé circuit d’Interlagos, théâtre habituel des Grands Prix de F1.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI – Éric REGOUBY

 

 

WEC Championnat du monde

About Author

gilles