ENDURANCE WEC : NOUVELLE VICTOIRE POUR AUDI AUX 6 HEURES DE SILVERSTONE AVEC TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

 

A l’issue d’une passionnante confrontation entre les voitures hybrides, l’Audi R18 e-tron quattro s’est imposée dans la quatrième manche du Championnat du Monde d’Endurance WEC.

En juin dernier, Audi avait écrit un nouveau chapitre de l’histoire du sport automobile en gagnant pour la première fois les 24 Heures du Mans avec un véhicule hybride. Aujourd’hui, à Silverstone, une deuxième victoire a suivi avec le même équipage constitué par Marcel Fässler-André Lotterer-Benoît Tréluyer, au volant de la voiture portant le N°1.

Audi a construit la plus efficiente des voitures sport-prototypes, ce qui était clairement visible dans la quatrième manche du Championnat WEC courue ce week-end à Silverstone. Durant les six heures de la course, l’équipage Marcel Fässler-André Lotterer-Benoît Tréluyer, n’ont dû procéder qu’à six arrêts au stand, soit deux de moins que la voiture hybride de Nicolas Lapierre-Kazuki Nakajima-Alexander Wurz qui a terminé deuxième.

 

 

Ce résultat est d’autant plus remarquable que l’Audi victorieuse a dû se soumettre à une pénalité de stop-and-go, après que Benoît Tréluyer eut été impliqué dans un accident avec une voiture GT juste avant la fin du premier tiers de la course. L’équipage victorieux au Mans a ainsi perdu 32 secondes.

A l’arrivée, son avance s’établissait à 55 secondes.

Ce dimanche à l’occasion des Six Heures de Silverstone, le Team Audi a de plus été sacré premier Champion du Monde d’Endurance des Constructeurs du tout nouveau Championnat du Monde WEC  et ce devant plus de 35. 000 spectateurs, en décrochant la première et la troisième place.

Outre une quatrième victoire, Audi pouvait fêter à Silverstone une avance désormais irrattrapable dans la catégorie constructeurs du championnat WEC. Après quatre titres en Championnat du Monde des Rallyes entre 1982 et 1984 et un succès dans la Coupe du Monde FIA des Voitures de Tourisme en 1995, Audi remporte un nouveau titre mondial.

A l’inverse, la course pour le titre pilotes reste indécise et marquée par un changement de leaders. Grâce à leur seconde victoire, le trio Fässler-Lotterer-Tréluyer a pris les commandes du classement du Championnat pour la premiere fois depuis le debut de la saison en mars dernier lors des 12 Heures de Sebring, en Floride  .

A mi-saison, il possède une faible avance de 4,5 points devant les anciens leaders, le tandem que forme les anciens, Tom Kristensen et Allan McNish.

 

 

Après les 24 Heures du Mans, André Lotterer, Marcel Fässler et Benoît Tréluyer, ont signé en 2012, une nouvelle victoire dans le berceau du sport automobile britannique avec l’Audi R18 e-tron quattro N°1.

Le trio a dû se battre jusqu’au drapeau à damier avec l’équipage de la Toyota TS030, Alex Wurz, Kazuki Nakajima et Nicolas Lapierre, fournissant un spectacle de premier ordre aux nombreux spectateurs.

 

 

L’Audi R18 Ultra, la N°2 Du tandem formé des ‘ anciens ‘ l’Ecossais Allan McNish et  le Danois Tom Kristensen, a terminé à la troisième place après qu’une crevaison lente ait obligé l’équipe à faire un arrêt imprévu pendant la course.

La Lola-Toyota, N°13 de l’équipe Suisse Rebellion Racing, aux mains d’Andrea Belicchi et Harold Primat, a elle décroché les lauriers de meilleure écurie privée LMP1 sur le fil, Danny Watts et la HPD-Honda N°21 du Strakka Racing, ayant échoué à… 627 millièmes, sur la ligne d’arrivée et ce après les 360 minutes de course !

L’écurie ADR-Delta, basée à Silverstone, remporte de son côté à domicile, la catégorie LMP2, avec l’Oreca-Nissan N°25, grâce à John Martin, Tor Graves et Jan Charouz, avec une avance de 5’’6  sur les vainqueurs de Sebring et du Mans, le trio formé d’Enzo Potolicchio, Ryan Dalziel et Stéphane Sarrazin dans le baquet de l’ HPD-Honda N°44 de l’écurie Starworks Motorsports.

 

 

L’Oreca-Nissan n°26 de l’équipe Française Signatech-Nissan, pilotée par Pierre Ragues, Nelson Panciatici et Roman Rusinov, termine sur leurs talons, à la 3éme place.

La première heure des 6 Heures de Silverstone, a été plutôt mouvementée  et l’épreuve aura été intense du début à la fin.

 

 

La Toyota TS030 N°7 d’Alexander Wurz, a pris un bon départ et a pu rapidement dépasser l’Audi R18 Ultra N°2 de Tom Kristensen et ce des le premier virage.

L’Autrichien s’est alors lancé à la poursuite de l’Audi R18 e-tron quattro N°1 d’André Lotterer pendant onze tours avant de parvenir à trouver enfin l’ouverture et de s’emparer de  la tête après que le leader soit resté bloqué derrière des voitures plus lentes, de la catégorie GT.

Alexander Wurz a alors accumulé une avance de dix secondes avant de devoir ravitailler au 22ème tour.

Les Audi moins gourmandes  se sont, elles, arrêtées quatre tours plus tard, aux 26ème et 27ème tours.

A la fin de la première heure, la Toyota N°7, possédait une avance de 14’’3  et avait bouclé 39 tours.

 

 

En LMP2, c’est l’HPD N°44 de Starworks Motorsports qui menait la danse, Stéphane Sarrazin s’étant retrouvé en tête dans le premier tour lorsqu’Alex Brundle qui occupait le commandement, n’a pu éviter l’HPD du Team JRM et de Peter Dumbreck, en perdition.

Le pilote Français terminait cette première heure de course, avec une avance de sept secondes sur John Martin au volant de l’Oreca-Nissan N°25 d’ADR-Delta tandis que Pierre Kaffer occupait la troisième place avec l’Oreca-Nissan N°49 du PeCom Racing.

Une neutralisation pour évacuer la Lotus N°32 qui était sortie de la piste avec de la fumée qui s’échappait du capot moteur  permettait alors de regrouper le peloton.

La Toyota TS030 N°7 de Kazuki Nakajima continuait de mener les 35 voitures, devançant toujours les deux Audi, la N°1 de Benoît Tréluyer et la N°2 d’Allan McNish.

Ce dernier ayant dû faire un arrêt imprévu à cause d’une crevaison lente.

 

 

Les Lola-Toyota de l’écurie Suisse, Rebellion Racing, aux mains de Nicolas Prost et d’Harold Primat, occupaient les deux premières places dans la bagarre des écuries privées LMP1, largement devant l’HPD-Honda de JRM pilotée par Karun Chandhok et la HPD-Honda N°21 de Strakka Racing.

L’Audi N°1, pilotée par Benoit Treluyer  écopait alors d’un stop & go, les commissaires lui reprochant une légére touchette avec l’une des Ferrari GT.

Pénalité qui n’a pas empêché la R18 e-tron quattro, de terminer la quatrième heure en tête de ces 6 Heures de Silverstone, mais avec un écart réduit à 21’’  après 240 minutes de course.

La pénalité est tombée après que l’Audi soit entrée en collision avec la Ferrari N°57 de l’équipe Américaine Krohn Racing, au cours de la troisième heure.

 

 

L’affrontement entre les écuries privées LMP1 tournait au détriment de la Lola-Toyota N°12 de Rebellion Racing car cette dernière écopait à son tour d’un stop & go et ce suite à une collision avec ….la Ferrari N°57, , décidément malchanceuse !!!

A moins que son pilote, deux fois incriminé, ne soit en cause …

Après avoir effectué sa pénalité, Neel Jani, se retrouvait 7ème au classement général, tandis que la voiture- sœur, la N°13 d’Andrea Belicchi, menait.

Le duel entre Audi et Toyota, s’est poursuivi au cours de l’avant-dernière heure des 6 Heures de Silverstone avec un écart de 43’’  entre André Lotterer et Alexander Wurz, après 300 minutes de course.

 

 

La nouvelle neutralisation de la course pour dégager la voiture N°23 de Signatech-Nissan aux mains de Jordan Tresson, qui venait de sortir de la piste au début de la ligne droite, n’a pas permis de réduire l’écart entre les deux voitures de tête car elles se sont retrouvées derrière deux voitures de sécurité différentes.

L’Audi R18 Ultra N°2 de Tom Kristensen conservait la troisième position à la fin de l’heure.

 

 

La Lola-Toyota N°13 de Rebellion Racing, menait toujours les écuries privées LMP1, tandis que l’Oreca n°25 d’ADR-Delta, faisait de même en LMP2, Jan Charouz ayant remplacé Tor Graves.

Les positions sont ensuite restées figées lors de la sixième heure après les derniers arrêts-ravitaillements et le drapeau à damier, consacrait le Team Audi Champion du Monde, lorsqu’André Lotterer, franchissait la ligne d’arrivée.

 

 

Pendant ce temps, Danny Watts, dans l’HPD N°21 du Stakka Racing, cravachait pour rattraper son retard sur la Lola N°13 de Rebellion Racing, mais Andrea Belicchi, parvenait à résister et a passer la ligne d’arrivée en marquant le maximum de points dans la course au Trophée de meilleure écurie privée LMP1.

En LMP2, Jan Charouz , offrait la première victoire de l’année à l’écurie ADR-Delta, basée à Silverstone, pour le plus grand bonheur des mécaniciens alignés sur le muret de stands.

 

 

Gérard Neveu, Directeur Général du Championnat du Monde d’Endurance WEC, se montrait ravi :

« Le week-end a été un succès et a dépassé nos espérances. 35 000 personnes ont assisté à une course de qualité entre Audi et Toyota et à des combats exceptionnels en LMP2 et LMGTE. L’ambiance dans le paddock était électrique et il y avait une atmosphère extraordinaire. Silverstone est un endroit fantastique pour organiser une manche du Championnat du Monde d’Endurance et nous attendons déjà 2013 avec impatience. Nous avons désormais hâte de nous retrouver au Brésil pour les 6 Heures de Sao Paulo. Comme Silverstone, Interlagos est l’un des circuits les plus célèbres au monde. Pilotes locaux et saveurs brésiliennes seront réunis pour offrir une nouvelle fois une épreuve passionnante inscrite au calendrier du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA en 2012. »

 

A l’arrivée, Nicolas Lapierre, le pilote Français de l’équipe Toyota se montrait satisfait de la seconde place de sa TSO3O :

«  Il ne s’agit que de notre seconde course après Le Mans et nous terminons déjà l’épreuve et sur le podium entre les deux Audi. C’est un excellent résultat. Mais il nous reste beaucoup de boulot car lors de ses Six heures, notre voiture a ravitaillé une fois de plus que les Audi et d’autre part nos arrêts durent 59’’ contre 53’’ aux voitures Allemandes. Donc, il va falloir nous améliorer pour progresser et viser la victoire »

 

 

De son côté, Benoit Treluyer co-vainqueur, nous confiait :

« Nous étions venus pour gagner, mission accomplie. Reste à poursuivre sur notre lancée pour décrocher le titre mondial des pilotes »

La prochaine étape, cinquième manche de e mondial se déroulera dans trois semaines sur le circuit d’Interlagos à Sao Paulo au Brésil

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI- Eric REGOUBY- autonewsinfo

 

Cliquez sur les photos pour identité

 

LE PODIUM DES SI HEURES DE SILVERSTONE

Résultats de la course

1. Fässler-Lotterer-Tréluyer (Audi R18 e-tron quattro) 194 tours

2. Wurz-Lapierre-Nakajima (Toyota TS030) à 55 »675

3. Kristensen-McNish (Audi R18 ultra) à 1′ 14 »427

4. Belicchi-Primat (Lola-Toyota) à 5 tours

5. Leventis-Watts-Kane (HPD-Honda) à 5 tours

6. Prost-Jani (Lola-Toyota) à 5 tours

7. Brabham-Chandhok-Dumbreck (HPD-Honda) à 7 tours

8. Martin-Charouz-Graves (Oreca-Nissan) à 11 tours

9. Potolicchio-Dalziel-Sarrazin (HPD-Honda) à 11 tours

10. Panciatici-Ragues-Rusinov (Oreca-Nissan) à 11 tours

 

 

FIA WEC

About Author

gilles