MONDIAL DU QUAD A PONT DE VAUX UNE PREMIERE MANCHE INTERROMPUE POUR CAUSE DE PISTE DANGEREUSE

Départ 1 ère manche

 

Ce samedi matin, Pont de Vaux s’est réveillé avec un ciel quelque peu dégagé et les organisateurs du mondial de quad, un peu soulagés !

Les essais ont pu se dérouler dans d’excellentes conditions de piste, hormis dans quelques virages serrés, où la boue a contraint les pilotes à élargir les trajectoires.

Le public n’était pas encore bien nombreux mais particulièrement averti pour apprécier la bagarre qui n ‘a pas mis longtemps à se dessiner. En effet, conformément à nos prévisions, YAMAHA a tenté de marquer son territoire avec trois machines: celles de COUPRIE, de TERNYNCK et de REMACLE sur les N° 1, 2 et 4.

C’était sans compter sur la volonté inflexible de WARNIA, sur son Can Am,n de montrer que c’était lui le patron dans le monde du quad.

Il laissait  d’ailleurs ses poursuivants à 3″570, 5″199 et 5″468, c’est dire combien  le Champion a frappé fort.

Pourtant, comme on aime à le rappeler dans le paddock, le Mondial de Pont de Vaux est une épreuve, d’endurance. Mieux même, c’est la course de référence et toutes les équipes savent qu’il faut composer avec la fatigue, la régularité et l’homogénéité des 3 équipiers pour décrocher une performance significative dans la prairie de la Reysousse.

Il ne faudrait sans doute pas trop rapidement réduire la course à un affrontement quasi exclusif entre YAMAHA et CAN AM.

Certaines équipes chevauchant des SUZUKI ou des KTM, entendent bien ne pas faire de la figuration et servir de faire valoir aux cadors patentés de la marque au trident.

Avant le départ de cette première manche nous avons pu rencontrer David DOUILLET qui a bien voulu se rendre disponible pour un long entretien.

 

David Douillet et ses équipiers

 

Qu’est ce qui amène David DOUILLET à se présenter sur une ligne de départ d’une épreuve de quad, qui plus est à Pont de Vaux la référence mondiale en la matière?

« C’est d’abord une histoire d’amitié. Lors d’une randonnée  voici 3 ans en quad organisée par Didier CROCHAT et son épouse Karen, on a fait connaissance. Pour ma part ça faisait un an que je roulais gentiment en famille. On est devenu amis et Didier m’a fait part de son envie de monter un team. Les choses se sont faites naturellement. Ce qui m’a plu c’est l’état d’esprit qui règne dans le team. Chacun  donne le meilleur de lui même, on ne se prend pas la tête, il n’y a pas de cador, on fait des choses sérieuses sans se prendre au sérieux, ça me va bien. »

Est ce votre première compétition?

« Oui pour ce qui concerne Pont de Vaux, mais avant de rentrer au gouvernement j’avais fait trois Bajas pour découvrir. J’ai repris voici quinze jours. Ici nous formons un équipage mixte avec  Betty KRAFT et  Didier  CROCHAT. On a pensé qu’avoir une femme de cette qualité dans notre équipe, ça augure plusieurs messages. Nous aimons bien, dans notre équipe passer des messages. »

Des messages de quel type ?

« On essaie de faire passer une charte éthique du quad dans le public, pour faire en sorte que les quadeurs ne soient  plus montrés du doigt, en faisant comprendre que ce sont des gens respectueux. On cherche à promouvoir les itinéraires spécifiques dans les départements, à stimuler les économies locales. On veut faire évoluer cette image très masculine de la pratique du quad. Non , une mère de famille peut pratiquer le quad. Le quad est accessible à tout le monde. Les femmes peuvent également être à très haut niveau en quad, ma coéquipière va encore le prouver…On entend ainsi démontrer que cette pratique peut être partagée par tous. »

Votre ami Didier court également?

Oui, Didier est concessionnaire en Isère , il court avec nous mais ce qui est particulièrement intéressant c’est que nous pouvons faire évoluer notre Polaris Sportman 850. Ce sont des machines qui ne sont pas particulièrement destinées à ce type d’épreuves, mais nous avons finalisé un certain  nombre de modifications et  renforcements qui seront très utiles pour les Bajas classiques On ne sera pas prêt pour le Maroc mais  on fera peut être la Tunisie. »

Le Quad 14 de David Douillet

 

Comment vous apprécier cette épreuve de Pont de Vaux?

Je félicite les organisateurs . Leur montage est très intelligent. Quand je suis arrivé, j’ai rencontré les élus, je les ai encouragé à maintenir tout cela. Il  faut les aider pour que ça puisse perdurer. Pour l’économie locale c’est un plus. Lors de la parade en ville le public avait répondu présent, les associations locales sont de la partie… socialement parlant, c’est formidable! Personnellement  je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les aider. Il y a du public, des acteurs de qualité, une organisation impeccable. »

Pourtant l’organisation connait aussi quelques soucis administratifs?

 » Oui bien sûr qu’il faut des normes. Il faut lutter aussi contre ça, bien sûr qu’il faut de la sécurité , bien sûr qu’il faut faire attention, mais  ici les pilotes qui viennent sont responsables et ne font pas n’importe quoi. On essaie à travers notre team de démocratiser le quad; par exemple pour ma part au niv eau de l’assemblée nationale, je fais un gros travail au niveau des élus, je leur explique comment ça se passe. Lorsqu’ils seront confrontés à une problématique de pratique du quad sur leurs territoires,  je souhaite qu’ils adoptent un autre regard qui ne soit pas un regard de retrait. »

A bâtons rompus, nous apprenons que David DOUILLET, s’est blessé à la main avec une perceuse. Il vient de se faire panser par les urgentistes car lors des essais, les points de suture ont lâché et la plaie est béante. Cela n ‘a pas l’air de trop préoccuper le pilote.

Effectivement, lors de la première manche, il a tenu le guidon sans faiblir et le quad N° 114 se classe 86 ème sur 104 classés.

 

WARNIA a bien préparé son départ

 

Avant un départ type Le Mans donné à 15 heures pour la première manche, par l’expérimenté directeur de course Jean Louis STAELENS de l’union motocycliste de l’Ain, nous avons pu constater combien Jérémie WARNIA se montrait méticuleux pour placer son quad en première position sur la grille. Le pilote testa même plusieurs méthodes de départ , alors qu’à côté de lui Joël BONTOUX conseiller technique pour YAMAHA Motor  France et en assistance des machines  N° 1 et N°2 nous confiait:

« Comme à nos habitudes nous avons spécialement préparé nos quads pour l’épreuve très spécifique de Pont de Vaux. Nos montures sont sages et fiables. »

 

 Quad N° 2 à suivre

 

La concurrence affirmée de WARNIA ne vous inquiète-t-elle?

« Aucunement. Bien sûr ce pilote est habituellement très rapide et c’est un pilote d’une très grande expérience, mais les écarts aux essais n’ont rien de définitif et nous sommes parfaitement rassurés quant à nos propres performances. »

Comment se présente la piste?

Elle est très belle, quasiment parfaite et en plus, elle est de nature à mettre en valeur les pilotes. c’est excellent pour le spectacle … »

Le lâcher des quelques 107 quads s’effectua sans encombre et d’entrée de jeu on constata combien les protagonistes pour la victoire se jetèrent sans aucune réserve dans une empoignade sans merci.

Après une heure de course, WARNIA CAN AM Ds N° 110 menait la danse avec 25 secondes d’avance devant  Romain COUPRIE sur le YAMAHA N°1 et  un autre CAN AM le N° 26 de PELCHAT.L’autre YAMAHA N° 2 de Mathieu TERNYNCK suivait en quatrième position devançant d’un rien un KTM, le N° 10 de Andréa CESARI.

Un peu avant le début de la seconde heure de course de cette première manche, la pluie a nouveau a fait son apparition, repeignant rapidement les concurrents et leurs quads  d’une gangue glaiseuse, interdisant presque la lecture des numéros.

Cela ne ralentit en rien les ardeurs de la bonne dizaine de furieux n’entendant absolument pas rendre la main,ceci afin de marquer les esprits et ébranler la concurrence.

 

Cela bouchonne…

 

Au terme de la seconde heure WARNIA devançait TERNYNCK de 56 secondes,  COUPRIE de 1′ 38″ et CICLET N° 5 sur Suzuki de 2’06 ». L’autre CAN AM N° 26 suivait en cinquième place avec 2’18 » de retard sur le leader.

Avant le terme de cette course de trois heures, la direction de course, jugeant les conditions de sécurité en piste trop dangereuses en raison de l’état détrempé de certaines portions, a brandi le drapeau rouge pour éviter tout accident.

 

 Jean Louis STAELENS

 

Les positions avaient quelque peu évolué mais sans toutefois voir des écarts significatifs se creuser, puisque les cinq premiers ont tous parcouru 35 tours.

Avant la longue manche nocturne, réduite elle  d’une demi-heure : 20 heures 30 à 1 heure du matin, les organisateurs ont entrepris de retravailler la piste, alors que la pluie cessait.

On peut espérer que tout sera rentré dans l’ordre, et comme les prévisions météorologiques semblent excellentes pour la journée de dimanche, l’optimisme est de rigueur dans les teams qui connaissent l’importance de la qualité de la piste pour pouvoir s’exprimer pleinement et de manière équitable.

Sans tenir compte des éventuelles pénalités non encore comptabilisées, voici le classement de cette première manche.

1 N° 4 REMACLE- GILOIN- MITCHELL Yamaha 35 tours
2 N° 5 CICLET-MAGNIEN-RAMEL Suzuki à 19″735
3- N°110 WARNIA-FREDERICK-ZIMMERMAN CA AM à 2’32″92
4-N°2 TERNYNCK-CHEURLIN-JAY Yamaha à  3’51″16
5- N°1 COUPRIE-MAESSEN-MONTALBANI  Yamaha à 5’09″48
6- N° 53 MANGEOT-LEGENDRE-HARTOUT  Suzuki à 1 tour
7- N° 3 BUNCE-COOPER-TORDOFF Suzuki à 1 tour
8- N°48 CONNART-MORENO-GIROUD KTM à 1 tour
9- N° 26 MANGIEU-PELCHAT-DESJARDINS Can Am à 1 tour
10- N°19 CLEMENTE SOUSA BORGES-ROANNE KTM à 1 tour

La vitesse moyenne du premier sur une piste délicate s’est établie 60,90 kilomètres/heure, ce qui est tout à fait remarquable.

Pour clore ce sujet concernant la première journée du Mondial de quad, nous ne serions être complets sans évoquer la présence du Président de la Fédération de motocyclisme, Jacques BOLLE,  sur le terrain.

Nous avons pu obtenir une interview exclusive qui fera l’objet d’une publication particulière semaine prochaine.

 

Le Président Jacques BOLLE

 

En attendant, nous allons suivre avec le plus grand intérêt la manche nocturne et la course finale de dimanche . Le soleil couchant tente bien de sécher la gadoue ambiante. Les pisteurs sont à l’œuvre et tout le petit monde des stands, attend les instructions quant à la fin du régime du parc fermé, puisque le départ de la seconde manche est retardé d’une demi-heure.
Texte et photos : Alain MONNOT

 

Quad Sport

About Author

gilles