PONT DE VAUX : CAPITALE MONDIALE DU QUAD POUR CE WEEK-END

PONT DE VAUX : CAPITALE MONDIALE DU QUAD POUR CE WEEK-END: DÉPART DES 8 HEURES

 

La 4ème édition d’endurance moto: les 8heures de Pont de Vaux a connu le week-end dernier un grand succès sportif à défaut d’un très nombreux public, freiné par la canicule.

Cette épreuve constitue en fait la première partie d’une quinzaine motocycliste avec les 25 et 26 août la course emblématique du Quad, à savoir les 26èmes  12 heures de Pont de Vaux, rendez-vous mondial de la discipline.

L’endurance moto qui a réuni un fort beau plateau constitué  presque à parité de crossmen et d’enduristes, a bénéficié d’un tracé revu pour ce qui concerne un abaissement de la vitesse moyenne et comme toujours, a été l’occasion de discussions sans fin entre les tenants du cross ou les adeptes du trial pour ce qui concerne les zones. Quoiqu’il en soit, la course fut superbe, mais Michaël PICHON associé à Jason CLERMONT, officiels HONDA France (sur 450 CRF), n’ont laissé aucune chance à leurs adversaires, dominant les trois manches de la tête et des épaules.

 

 Mickaël PICHON vainqueur des 8 Heures

 

Ils devancent sans merci le tandem évoluant en championnat Elite Suisse de Romain JACQUIOT et Romain BILLERY sur YAMAHA 450 YZF et la paire de YAMAHA  Motor France, Pierrick PAGE et Jean Claude MOUSSE.

Tous les concurrents accusaient à l’arrivée de la troisième manche une fatigue, non feinte et parfois proche de l’épuisement. Certains  n’hésitaient pas à prôner une course à 3 pilotes, alors que d’autres avaient effectué crânement toute l’épreuve en solo. Performance incroyable pour Stéphane MAZELLA et Christophe GARESTE qui seuls au guidon, se classent respectivement 52ème et 57ème, juste devancés par l’équipage féminin  de Carole PIROUD et Caroline DUCHENE à la 51ème place.

 

Podium des 8 heures

 

Dès le lendemain de cette belle réussite sportive, toute l’équipe de bénévoles de l’association motocycliste de Pont de Vaux, emmenée par l’infatigable et clairvoyant Président Bernard MAINGRET, s’est remise au travail pour préparer le Mondial de quad épreuve d’une toute autre envergure et dont nous avons présenté les grandes lignes dans un sujet du 13 août dernier. Il faut dire que le chantier est colossal. En effet, la piste destinée aux quads impose de déconstruire celle qui a permis une course de grande qualité pour les crossmen et les enduristes.

Les autres années, les 8 heures intervenaient après le Mondial de quad et comme nous le précisait Maurice MAINGRET responsable technique de la course

« Nous avons eu beaucoup de travail pour retravailler intégralement la piste, en la remettant à sa longueur initiale de 3400 mètres, en la décompactant, la hersant et en rectifiant, supprimant ou ajoutant des chicanes et en installant, au mieux, les zones d’assistance pour les 107 concurrents officiellement engagés. »

 

Une ville à l’unisson

 

Comme nous avons pu le constater, les équipes sont arrivées à pied d’œuvre dès jeudi soir, avec armes et bagages et ont pu s’installer au mieux. La colonie internationale qui a souvent ses habitudes à Pont de Vaux, s’est répartie selon tous les modes d’hébergement possibles -hôtels, campings, chambres d’hôtes, camping-car…- il faut dire que plus de 2000 personnes constituent  un apport important pour l’économie locale et la longévité de l’épreuve (26ème année) n’est sans doute pas étrangère à ce facteur économique.

La qualité sportive n’est pas en reste et cette année il semble  bien que l’on atteigne des sommets quant aux ambitions des firmes pour décrocher la timbale. YAMAHA tout d’abord entend bien avec des atouts diversifiés maintenir sa suprématie  sur l’épreuve. Pour y parvenir on n’a pas mis tous les œufs dans le même panier. Yamaha Motor  France par le biais du team AUDEMAR espère que Romain COUPRIE  triple vainqueur en 2008, 2010 et 2011 poursuivra la série.

S’il était  défaillant, l’équipage N° 2 du DRAGON TEAM avec  TERCNYNCK, CHEURLIN et JAY, second l’an passé se verrait bien décrocher la timbale. Toute l’équipe s’est préparée au mieux dans cette perspective. Sur le  quad  YAMAHA du Racing Siligom,  GILLOIN victorieux ici en 2009 et, MITCHELL  vainqueur en 2004 et 2005 ont eux aussi de sérieux atouts à faire valoir.

à ce rempart dressé par les machines YAMAHA, SUZUKI tentera de passer le bout de son nez  avec les anglais  BUNCE, COOPER et TORDOFF du Team ROCKET Man racing alors que CANAM Moto Works arrive officiellement à Pont de Vaux pour viser la victoire. Pour cela les bons américains FREDERICK et ZIMMERMAN sont épaulés par Jérémie WARNIA actuel leader du championnat de France et titré aux  USA en 20011 et champion d’Europe 2012.

Il est certain que la bagarre sera sévère pour la victoire. Une bonne dizaine de quads peuvent prétendre gagner mais il faudra compter tant sur la préparation des matériels que sur l’organisation des stands et de l’assistance et également l’aptitude à s’adapter à des conditions de piste tout à fait particulières si le mauvais temps qui est arrivé, avec de nombreux orages violents jeudi soir, devait persister comme on le redoute ici.

Après les 8 heures la piste a été totalement retravaillée, mais il ne faudrait pas que tous ces efforts soient ruinés par des ornières ou ravines rendant la course trop difficile et par trop aléatoire.

 

Des jeunes au départ

 

Pour cette 26ème édition, on voit arriver de nombreux nouveaux équipages séduits par la discipline et par la réputation de l’épreuve. Ainsi des jeunes strasbourgeois présents comme spectateurs la semaine dernière, ont décidé de s’engager  pour le mondial de quad, se sentant des fourmis dans la poignée de gaz de leur machine de tourisme…

Les jeunes italiens Ettore et Americo VENTURA, âgés  respectivement de 16 et 20 ans tenteront sur leur YAMAHA de rentrer dans le top 10.

Leur père Yamaha  concessionnaire à TURIN, est un ami de Maurice MAINGRET avec lequel ils ont mis en place une épreuve franco italienne de quad qui est maintenant devenue le QUAD Contest, course destinée aux jeunes. Mais c’est bien dans la course des cadors que les fils tenteront leur chance, leur père dirigeant une équipe d’assistance de 5 mécaniciens, alors qu’habituellement en plus de la concession turinoise, il s’occupe de l’homologation des quads YAMAHA en Europe.

 

Amérigo VENTURA

Amérigo, du haut de ses 20 ans  et d’une expérience déjà solide en Italie et en Europe  nous déclare bien aimer Pont de Vaux et précise:

« J’ai déjà couru le Contest et les 12 heures. Cette course est la meilleure et la plus prestigieuse en Europe. On peut, ici se mesurer avec tout le gratin de la compétition de quad. Le niveau est très élevé et en plus les pilotes français sont très bien préparés.. Oui, avec mon frère et Martin LISKA notre coéquipier tchèque, nous allons essayer d’améliorer notre  neuvième place de 2011. »

A côté de jeunes débutants ou déjà  aguerris, on retrouve également quelques vétérans prestigieux comme ces anglais  COLE, WINROW et WALKER cumulant à eux trois déjà  4 victoires et 7 podiums !

 

de g à d WALKER, WINROW et COLE

 

Nous ne pouvons pas oublier de mentionner la présence de quelques équipages féminins  avec notamment des canadiennes très toniques sur le quad N° 106.Pour compléter le panorama des types de participations nous tenons à signaler la présence quasi insolite de David DOUILLET. Engagé dans la catégorie des Cross Country c’est-à-dire des gros quads  de 800 ou 1000 cc, notre champion de ministre devra trouver un équilibrage de poids  avec sa coéquipière qui lui rend quelques  50 kilos sur la balance !

Quoiqu’il en  soit, c’est avant tout en ambassadeur de la pratique du quad que David DOUILLET s’est engagé avec Betty KRAFT et Didier CROCHAT  du Team Quad Action 38. Par sa présence au Mondial, il entend militer pour la reconnaissance et le développement de la pratique du quad avec une réglementation adaptée et une formation suffisante des pratiquants. Ouvrir le quad au tourisme intelligent et convaincre les élus municipaux que l’ impact économique potentiel de cette nouvelle forme de déplacement voilà un  des buts de la croisade du citoyen DOUILLET.

Avant d’aller au rencontre des Teams qui réparent les dégâts des coups de tabac qui ont embarqué des structures la nuit dernière, nous avons demandé à Maurice MAINGRET comment il voyait les choses pour les essais qui débutent demain samedi avant la première manche lancée à 15 heures.

« Nous avons du finaliser les installations et vérifier celles qui n’avaient pas encore été secouées. C’est une bonne expérience qui doit garantir la sécurité. Pour ce qui concerne le public, celui du samedi est en général spécialisé et donc il devrait être là quoiqu’il arrive. Le public local est en général celui du dimanche et comme il devrait faire sec, on devrait assister à un équilibrage intéressant entre les deux jours. Pour ce qui concerne  la piste, il semble que la pluie n’ait pas impacté fortement la qualité de la préparation qui avait été entreprise. Alors finalement on peut être positif et dire que l’on aura moins eu besoin d’arroser. »

Entre deux averses orageuses et en tendant le dos en prévision d’un autre sérieux coup de vent annoncé, les frères Bernard et Maurice MAINGRET se répartissent toutes sortes de taches techniques et administratives, toujours plus exigeantes, voire pointilleuses.

 

Réunion technique

 

Il faut dire que l’événement est d’importance et  les autorités craignent toujours un incident qui pourrait tourner au drame, alors il faut prévenir, signaler, baliser, interdire, inciter et cela mobilise beaucoup d’énergie et de bénévoles.
Samedi la venue de Jacques BOLLE président de la Fédération française de motocyclisme est attendue, nul doute que sa venue constituera une forte reconnaissance pour le travail remarquable entrepris en faveur du sport motocycliste par l’association de Pont de Vaux, toujours en lien étroit et amical avec l’union motocycliste de l’Ain, dont un des membres éminents: Jean-Louis STAELENS assurera, selon une longue tradition, la direction de course.

En cette sorte de veillée d’armes qui aurait du être estivale et festive, tout le monde consulte le ciel, les sites météorologiques et croise les doigts pour que les déluges successifs ne noient pas les accès, les parkings, la piste. Le stade motocycliste patiemment établi et peaufiné depuis des semaines, est installé en zone inondable et quand les vannes célestes sont ouvertes… on craint toujours pour la  viabilité de la zone.

La parade nocturne de ce vendredi soir va perdre sans aucun doute son aspect convivial et populaire. On en a un peu pris son parti, en espérant seulement que la course sera belle.

Demain est un autre jour, veut-on se convaincre ici à PONT de VAUX.

 

Alain MONNOT
Photos: Mike MAGNIN et Alain MONNOT

 

Quad Sport

About Author

gilles