ENDURANCE WEC : NELSON PANCIATICI REND HOMMAGE A P’TIT BUG

  NELSON PANCIATICI REND HOMMAGE A P’TIT BUG

 

Si ce week-end, Nelson Panciatici se retrouve au départ des Six Heures de Silverstone, 4éme manche du Championnat du monde d’endurance, il n’en oubliera pas pour autant son chagrin et sa peine immense depuis la disparition tragique de Philippe Bugalski.

En effet, si Nelson est avant tout un pistard de talent depuis ses débuts en karting, il éprouve une attirance et une passion folle pour l’univers des rallyes

Normal puisque les parents du brillant jeune homme, ont tous deux été des pilotes talentueux en rallye.

Personne n’a oublié les exploits de Jacques, son père avec les Golf et autres Alfa dans les années 70. Période, où il s’est illustré pendant plusieurs saisons en Championnat de France

Pas plus, qu’on oubli les performances de sa maman, Bernadette Sacy qui brillait plutôt, elle, dans le monde des rallyes-raid

Vous aurez donc compris, pourquoi en marge de sa prometteuse carrière en circuits, d’abord en monoplace, en F3 puis en GP2 et en WSR , puis dorénavant en endurance, Nelson s’est senti attiré pour gouter à l’univers du rallye.

Et c’est au sein de la structure du regretté Philippe Bugalski, Automéca que Nelson a pu l’hiver dernier s’aligner au départ du très prestigieux Monte Carlo

 

 

Et ce après avoir fait ses gammes, un peu plus tôt pendant l‘inter-saison et ce à l’occasion du Rallye du Var, l’épreuve d’Alain Mahé, qui clôture chaque année la saison automobile, en novembre, autour de Sainte Maxime.

C’est la raison pour laquelle, Nelson a été marqué et très touché par l’inattendue et brutale disparition de P’tit Bug. L’homme qui lui a mis le pied à l’étrier en rallye et tout appris

Leçons qui lui ont permis de terminer son 1er Monte Carl’ en janvier dernier.

A Silverstone, Jacques Panciatici avec qui nous déjeunions, nous expliquait d’ailleurs :

« Je n’avais encore jamais vu Nelson aussi marqué et choqué. La mort tragique de Phiphi l’a véritablement bouleversé et c’est pourquoi il a tenu à lui rendre hommage en décorant un nouveau casque avec les inscriptions  ‘ For you Philippe ‘ et ‘ for you Bug ‘. Ce choix est une manière pour mon fils de courir ici en présence de celui qu’il admirait depuis longtemps »

Pour en revenir à ces Six Heures de Silverstone, Nelson avec ses deux équipiers Pierre Ragues et Roman Rusinov, se sent prêt à affronter la concurrence

 

NELSON PANCIATICI EST PRÊT A AFFRONTER LA CONCURRENCE

 

Après la longue trêve estivale qui a suivi les 24 Heures du Mans, durant lesquelles Nelson Panciatici est passé tout près de monter sur son premier podium de la saison, c’est une rentrée qui est très attendue par toute l’équipe G DRIVE RACING by SIGNATECH NISSAN.

Les 6 Heures de Silverstone vont donner le départ pour une série de cinq courses sur trois continents différents et en l’espace de 2 mois, autant dire qu’il faudra être affuté pour affronter une concurrence très relevée dans la catégorie LMP2.

A Silverstone, Nelson Panciatici poursuivra son apprentissage d’une discipline qu’il a découverte pour la première fois à Spa Francorchamps en début d’année et dont les spécificités, notamment la gestion du trafic, demandent un temps d’adaptation.

Mais aux vues de ses deux premières courses on peut dire qu’il apprend vite!

 

 

L’ORECA O3 NISSAN n°26, qui bénéficie de toute l’attention de l’équipe chère à Philippe Sinault, fait partie des favoris de la catégorie LMP2, et Nelson Panciatici est prêt à affronter la concurrence :

« J’aborde la deuxième partie de la saison en pleine confiance car on a montré au 24 heures du Mans que nous étions compétitifs. Avec mes coéquipiers, Pierre et Roman, on forme un équipage homogène et rapide qui n’a rien à envier aux autres favoris. En plus, notre Oreca 03 Nissan est très compétitive et facile à piloter, ce qui est un avantage dans les courses d’endurance. Bien épaulés par toute l’équipe G-Drive Racing by Signatech Nissan, nous sommes capables de viser la victoire, ou tout du moins de monter sur le podium. Je sais que la concurrence sera rude mais nous nous sommes bien préparés. En plus je connais bien Silverstone pour y avoir roulé en monoplace et j’aime beaucoup ce circuit avec notamment les enchaînements rapides de Becketts. On n’est pas encore à la moitié du championnat, il nous reste 5 courses pour nous imposer et on a tous envie d’y arriver le plus rapidement possible ! »

Une certitude.

Comme c’est le cas depuis l’ouverture de la saison, la course va certainement être des plus animée, surtout dans la catégorie LMP2, et toute l’équipe G DRIVE RACING BY SIGNATECH NISSAN pourra compter sur ses pilotes pour se battre aux avants postes !

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick MARTINOLI – Eric REGOUBY – Thierry COULIBALY

 

 

FIA WEC Sport

About Author

gilles