ENDURANCE WEC. A SILVERSTONE AUDI PREND SES MARQUES DEVANT TOYOTA ET HPD HONDA

 

Une AUDI chasse l’autre !

A toi, à moi…

Chez Audi, les deux équipages à tour de rôle, occupent la tête du classement. Si ce matin, c’était la N°1, l’hybrid, la R18 e-tron quattro du trio formé des jeunes, Fässler-Tréluyer-Lotterer, qui s’était montrée la plus rapide, cet après-midi, ce fut au tour de la voiture-sœur, la N° 2, la R 18 Ultra de se retrouver en haut de la feuille du classement.

La R18 ultra, que se partagent  les ‘ anciens ‘ le tandem  McNish-Kristensen, bouclant le meilleur tour, tournant en 1’45 »645, précédant la N°1, créditée de 1’45’’859  et qui concède  0 »214.

 

 

Derrière les deux voitures de la firme d’Ingolstadt, on retrouve… l’HPD ARX 03a du Strakka Racing confiée au trio Watts-Kane-Leventis  avec un chrono de 1’46’’994.

Car, la Toyota TS030 Hybrid de Lapierre-Nakajima-Wurz, n’apparait qu’au quatrième rang, en 1’47’’084, à 1 »439.  Et le grand Wurz a même été pénalisé par le collège des commissaires sportifs, son bolide roulant trop vite dans la ligne des stands !

 

En LMP2, c’est la Zytek Z11SN-Nissan de l’équipe Jota avec Minassian-Dolan-Hancock qui s’offre le temps de référence en 1’50 »759. Elle devance la Morgan-Nissan, la N°35 du Oak Racing de Baguette-Kraihamer-Heinemeier Hansson, avec 1’51’’201 et deux Oreca 03-Nissan.

Celle du Pecom Racing d’Ayari-Kaffer-Perez Companc, précédant celle de Signatech, la voiture de Mailleux-Tresson-Lombard.

 

En GTE Pro et GTE Am, nouvelle domination comme en matinée des Ferrari F 458 AF Corse. La N°51 du duo  Fisichella-Bruni, obtenant en Pro,  2’02’’121 et en GTE Am, celle du trio Perazzini-Griffin-Cioci, la 61 ayant tourné en  2’02’’918

Auparavant en matinée, on l’a dit, c’est l’Audi N°1 aux mains du Français Benoit Treluyer qui s’était montrée ce vendredi, la plus rapide à l’issue de la 1ere des trois séances des essais libres d’une durée de 90’. La troisième étant programmée ce samedi matin avant la séance des qualifications prévue elle en milieu d’après-midi.

 

 

 

 

Au volant de l’Audi R18 e-tron quattro N°1 qu’il partage avec ses deux équipiers, avec qui, il a remporté pour la seconde année consécutive les 24 Heures du Mans, le 17 juin dernier, le Belge André Lotterer et le Suisse Marcel Fässler, le pilote Français, avait bouclé le meilleur chrono et temps de référence en 1’45 »777.

 

 

Il devançait de 0 »233, la Toyota TS030 Hybrid que pilotait son compatriote Nicolas Lapierre. Ensuite, on retrouvait la seconde Audi R18 ultra, la N°2 du tandem Kristensen-McNish, 3éme à 0 »361.

Ensuite, on retrouve l’HPD ARX03a-Honda du Team JRM du trio Chandhok-Brabham-Dumbreck, 4éme à 0’’714 puis une autre HPD ARX03a, celle de l’équipe Strakka Racing, de Leventis-Watts-Kane, 5éme à 1’’832.

Les deux Lola-Toyota du Rebellion Racing, suivent.

LES DEUX MORGAN OAK ET LES DEUX SIGNATECH NISSAN LMP2

 

Dans la catégorie LMP2, le temps de référence, à 6’’133 de la pole de l’Audi, revient à la Morgan-Nissan, la N°35 du Oak Racing, que se partagent David Heinemeier-Hansson, Bertrand Baguette et Dominik Kraihamer, en 1’51 »561.

Elle précèdait la Zytek-Nissan du Greaves Motorsport de Lucas Ordonez et de la famille Brundle, père et fils, seconde en 1’51’’563.

Le Top 3 étant complété par la seconde Morgan-Nissan du Oak Racing, celle du trio formé des Français, Lahaye-Pla-Nicolet, en 1’51’’910.

Suit l’une des deux Oreca 03 de Signatech Nissan, celle de l’équipage Panciatici-Rusinov-Ragues, en 1’52’’148.

 

 

En GT Pro, les deux Ferrari 458 d’AF Corse, occupaient déjà la tête, la voiture de Fisichella-Bruni en 2’02’’757 à 16’’980 de la pole, précédant celle de Beretta-Bertolini.

En GTE Am, meilleur chrono également pour la Ferrari AF Corse, la N°61 de Griffin-Perazzini-Cioci

Suite ce samedi matin avec l’ultime séance libre puis à partir de 16 Heures avec les chronos

 

 

Petite séquence émotion ce samedi lorsque nous crûmes nous retrouver un an en arrière ! En effet, sous nos yeux se trouvaient ou plutôt se retrouvaient un trio… ex Peugeot !!!

D’une part, l’ancien patron, notre ami, Olivier Quesnel qui vient au cours de l’été de rejoindre l’équipe OAK Racing de Jacques Nicolet et face à lui, deux de ses anciens pilotes.

Les deux Français, Nicolas Minassian, pilote ici de la Zytek Nissan du Team Jota et son pote, l’Alésois Stéphane Sarrazin, membre lui de l’équipe Starworks, ou il pilote l’HPD ARX O3b.

Les trois hommes ne s’étaient plus revus depuis la triste annonce du retrait des 908 Peugeot de la compétition et de l’endurance, le mercredi 18 janvier dernier…

Mais revenons au présent et à ces Six Heures de Silverstone.

Si la météo était clémente, ce jour, avec parfois quelques timides averses, par contre on l’annonce  beaucoup plus capricieuse ce samedi !

Mais, par contre, il devrait faire grand beau dimanche  sur Silverstone et le Northamptonshire, pour les Six Heures.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick MARTINOLI

 

LE NOUVEAU SILVERSTONE ! TOUT Y EST GÉANT !!!

Sport WEC Championnat du monde

About Author

gilles