ENDURANCE : PESCAROLO: « J’Y CROIS! »

 

On vous a déjà raconté ici les heurs et malheurs de Pescarolo Sport, parti sur des bases enthousiasmantes au début de l’année, avec un financement important de l’écurie Luxury, puis, la lente descente aux enfers quand ce sponsor s’est désisté, on vient d’ailleurs d’apprendre que l’écurie Luxury ne sera pas, non plus, à Silverstone !

Henri Pescarolo, nous avait dit qu’après le Mans que l’écurie n’aurait plus de visibilité, la suite du Championnat du Monde, n’est donc pas à l’ordre du jour.

Nous avons appelé Henri Pescarolo, ce mercredi matin.

 

ENTREPRISE SOUS SAUVEGARDE JUDICIAIRE…

 

Henri m’explique…

« Une boîte en liquidation est arrêtée, fermée, ne travaille plus. Quand on est sous sauvegarde judiciaire, ce qui est notre cas, c’est une mesure de précaution, qui signifie que Pescarolo Team n’est pas en cessation de paiement. L’atelier est ouvert.   J’ai mis mon personnel au chômage technique ce qui veut dire qu’en attendant des jours meilleurs, ils touchent une part importante de leur salaire.Et cela donne le temps de trouver des solutions. La situation est estimée tous les six mois par le tribunal. Le seul problème est le financement. »

Il m’explique ensuite qu’il décidera de ce qu’il fait en fonction du financement qui sera trouvé.

Il est en contact avec beaucoup de gens mais la situation n’est pas idéale.

Il me rappelle que dans la voile, Groupama et Foncia, deux très gros sponsors, ont arrêté et les skippers cherchent d’autres financements… Bref, il ya du monde en recherche…

Il pourrait donc  rouler en LMP1, LMP2 ou même un autre Championnat que le WEC.

Plusieurs sponsors, un seul? Un seul partenaire serait plus visible sur l’auto, mais il est ouvert à tout…

« Je peux prendre plein de petits sponsors mais après la voiture va ressembler à une boîte à camembert… »

 

 AVENIR EN VERT?

 

Bien sûr, on évoque aussi le fait que trouver un sponsor quand on est sûr de ne jamais gagner, à cause du règlement, ce doit être encore plus dur…

J’espère que l’arrivée de la FIA va changer les choses. Que l’ACO et la FIA veulent qu’il y ait encore des écuries privées. En 2005, 2006, 2007, on était compétitifs avec des moteurs à essence.

Je pense à la F1, où les grands constructeurs fournissent des moteurs ou des ensembles moteur-boîte à des écuries privées, mais cela suppose que les constructeurs en question aient envie qu’il y ait des privés.

Pas que l’on ait d’un côté des autos qui se battent entre elles, presque pour faire de la figuration, et de l’autre des autos avec 140 CV de différence et trois plus de couple »…

Je lui demande alors si le Pescarolo indestructible que je connais existe toujours, s’il n’a pas envie de tout envoyer balader..

« Si j’ai choisi la voie de la sauvegarde judiciaire, c’est que j’y crois »…  

Voilà. On sait à peu près ce qui lui manque, le chiffre avait été donné lors de la triste affaire Luxury.

Un peu moins d’un million et demi.

 

 

Aux femmes et aux hommes qui disent vouloir fuir ce pays si la fiscalité touche leurs millions, et qui ont donc des millions.

A ceux qui ont donc un peu de moyens dans ce qui le cinquième ou sixième pays le plus riche au monde…

Laissera t’on disparaître le Chevalier Vert, celui qui a fait chavirer de bonheur des dizaines de millions de fans, celui qui est peut-être le pilote français le plus célèbre au monde? 

Faut-il que sous pretéxte d’une crise qui justement ne les touche pas, les magnats de France laissent partir le rêve national?

Faut-il vraiment que la France ait honte d’elle même?

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos : Patrick MARTINOLI – Thierry COULIBALY

  

 

FIA WEC Sport

About Author

jeanlouis