FONDATEUR DU CIRCUIT DU MAS DU CLOS, PIERRE BARDINON EST MORT.

 

Et, encore une pénible nouvelle !

Décidément en ce mois d’aout 2012, le milieu de l’automobile ne compte plus les disparitions

Autonewsinfo, vient en effet d’apprendre de nouveau, une bien triste nouvelle.

Pierre Bardinon, père de notre amie Anne Bardinon, nous a quittés le 17 aout dernier, dans la soirée entouré des siens.

Pierre nous quitte à 81 ans étant né le 25 janvier 1931 à Paris.

Pierre Bardinon, un nom qui ne dira pas grand-chose aux plus jeunes.

Pierre était l’homme qui avait créé le superbe et magnifique circuit du Mas du Clos, dans la Creuse.

Le Mas du Clos est très probablement comme le circuit Paul Ricard, l’un des plus beaux tracés automobiles au monde !

 

 

Conçu par Pierre Bardinon, un industriel qui a fait fortune dans le cuir (Chapal) et dont l’usine initial était installé à Crocq dans la Creuse. Affaire de nos jours dirigée par l’un de ses fils, Jean François.

Pierre Bardinon qui ensuite, à la fin des années cinquante, est devenu l’un des collectionneurs de très belles voitures, qu’il avait installé au cœur de sa sublime propriété, créant un site exceptionnel.

Un extraordinaire musée, assorti d’une impressionnante bibliothèque automobile

Au début, l’homme d’affaires jeta son dévolu bien sur vers Bugatti avant de s’intéresser à Jaguar puis de devenir à la fin des années soixante, un inconditionnel de Ferrari.

Non sans être resté aussi un amoureux de Bugatti !

C’est cette passion folle pour les belles bagnoles qui l’a poussé en 1963, à créer au cœur des contreforts du Massif Central, le circuit du Mas du Clos, lequel se situe sur la commune des Puids, à proximité d’Aubusson.

Puis d’y installer ce sublime Musée. Lequel  abrite très probablement la plus belle collection des bolides de Maranello, ayant triomphé dans les très prestigieuses 24 Heures du Mans.

 

C’est donc en 1963, que nait Le Mas du Clos. Avec la création d’un premier tracé développant 400 mètres. Deux ans plus tard en 1965, création de l’ASA Mas-du-Clos, affiliée à la FFSA (Fédération Française du Sport Automobile) et homologation, hors public, du circuit pour toute compétition ou entraînement.

Et Pierre Bardinon ne traîne pas. Du modeste  premier tracé de 400 mètres du début, après une version intermédiaire à 1 kilomètre, le tracé définitif long de 3070 mètres, est terminé dans le courant de l’année 1967.

Très vite,  la nouvelle se répand dans le petit monde du sport automobile Français de la naissance de ce joyau qu’était à l’époque, l’ouverture d’un nouveau circuit, ressemblant à s’y méprendre au fameux tracé Britannique de Brands Hatch, situé au sud de Londres, dans le Kent  et qui vient de voir le jour, au cœur de la Creuse.

Sous l’impulsion du créateur du magazine Sport Auto, l’ami Gérard Crombac, conseiller auprès du Président Jean Luc Lagardère, la déjà très médiatisée écurie Matra Sports, va alors être la toute première équipe professionnelle à  venir y tourner.

Avec ses ‘’ Stars ‘’ Jean Pierre Beltoise, François Cevert, Robby Weber, Johnny Servoz Gavin, Jean Pierre Jausaud. Sans oublier, un certain Henri Pescarolo

C’est d’ailleurs au Mas du Clos que Pesca, après son accident survenu aux essais préliminaires en avril 1968 en vue des 24 Heures du Mans, reprendra contact avec un bolide, pour y faire ses premiers tours de roues

Ensuite, les non moins renommées équipes Alpine puis Ligier seront à leur tour des inconditionnelles du Mas du Clos !

A son tour, le manufacturier Dunlop, viendra y réaliser ses essais.

Assez vite tous les Clubs les plus réputés et les plus prestigieux comme Lotus, Ferrari, Bugatti et autres Bentley y viennent.

Le circuit est lancé

Porsche  à son tour débarque en 1971.

Ensuite, tour à tour, le Mas du Clos accueille Facel-Vega, Gordini, Aston-Martin, Peugeot, Mercedes, Alfa-Romeo, Toyota, Bmw

Car le circuit privé de Pierre Bardinon est devenu le lieu où il fait bon tourner et se rencontrer

Tous les Clubs s’y retrouvent

Plus tard, c’est au tour des constructeurs de choisir le Mas du Clos pour y présentera et dévoiler leurs derniers modèles

Un jour, questionné sur sa création, Pierre Bardinon avait lâché :

« Rien pour moi, n’est plus grand que d’aimer des amis qui partagent votre passion. Des amis qui viennent pour se faire plaisir, pour nous faire plaisir, partager ensemble la même passion sans convoitise, sans jalousie »

Le circuit Creusois vivait ses belles années

A titre personnel, j’y ai fait tourner encore début 2006 les Viper du Team Pouchelon et ce afin d’effectuer leur déverminage, en vue de leur participation au Championnat d’Europe GT3.

 

ANNE BARDINON AVEC REID ET LEMARIE

 

Tous nos pilotes de tests  (Anthony Reid- Patrick Lemarié – Bertrand Balas)  avaient été enthousiasmés par la beauté du site et la qualité de l’accueil

Le grand Champion Britannique qu’était Anthony et qui à l’époque, à propos du Mas du Clos que nous venions de lui faire découvrir en compagnie d’Anne Bardinon, déclarait:

 » Je suis ravi d’intégrer le Team qui est déjà malgré sa jeunesse très professionnel. Un travail énorme a été fait en deux semaines depuis les tests de Dijon. Je m’entend très bien avec mon équipier Gilles Duqueine très rapide .J’ai trouvé le Mas du Clos et ses propriétaires – la famille Bardinonfabuleusement accueillants. Et quel cadre, tout simplement magique. Et je ne parle pas du musée, inouï et inoubliable. J’espère qu’on y refera de nouveau des tests Maintenant j’ai hâte d’être à Silverstone. »

Hélas malheureusement un an plus tard, le circuit doit fermer, la FFM et la FFSA estimant qu’il n’est plus aux normes !

Pourtant le Mas du Clos n’est qu’un circuit d’entrainement…

Deux bonnes années durant, le circuit demeure fermé.

Et puis au printemps 2009, il est autorisé à rouvrir.

Mais la bataille qui oppose le propriétaire du circuit du Mas du Clos aux pouvoirs publics va empirer

Et au début de l’année dernière, elle a connu un nouvel épisode.

Effectivement une décision du Conseil d’État a finalement contraint le circuit à cesser toutes ses activités, condamnant ainsi l’un des plus beaux circuits français à une fermeture définitive.

Difficile à comprendre et à admettre.

Pierre Bardinon et son fils Patrick désormais aux commandes, proposant une piste magnifique dans un cadre fabuleux.

Comment empêcher et interdire à des particuliers, à des clubs ou à des écuries de venir y tourner.

Ceux qui choisissent d’y venir savent ce qu’ils font

Alors, direz-vous ou se situait le problème ?

 

UNE PISTE EXCEPTIONNELLE…

 

Ce dernier se situait dans l’obligation d’une mise aux normes de sécurité

Laquelle représentait un coût impossible à assumer par la famille Bardinon.

Et ce d’autant plus que les propriétaires considèraient que les travaux exigés étaient franchement inutiles pour un circuit qui ne reçoit jamais de courses

Aucune compétition n’y étant organisée

Malheureusement pour les créateurs de ce ‘’ bijou’’ qu’est le Mas du Clos, le 15 décembre 2010, le Conseil d’État avait estimé que les journées dénommées ‘’roulages libres’’ entraient parfaitement dans le cadre de la juridiction et des compétences des fédérations (FFSA) pour l’automobile et (FFM) pour la moto.

 

DANS UN CADRE MAGIQUE !

 

Précisant dans sa décision que les infrastructures accueillant des manifestations autos comme motos, se devaient de répondre au cahier des charges des fédérations, entrant par conséquent dans le champ de l’article R.331-35 du code du sport.

Par conséquent, les patrons du circuit du Mas du Clos s’étaient de nouveau vus contraints de fermer définitivement l’accès de la piste

Et ce tant que les travaux demandés ne seraient pas effectués.

Franchement, fréquentant depuis bien longtemps le Mas du Clos, je fus à l’époque véritablement abasourdi de constater que ce joyau, unanimement apprécié de tous ceux qui l‘avaient fréquentés ces dernières décennies, soient désormais condamné, à ne devenir qu’un … souvenir !

Quel dommage.

Quel gâchis.

Le Mas du Clos aurait dû faire partie du patrimoine du Sport Automobile Français car c’est un monument

Un mot encore pour préciser que bien des scènes du film ‘’ Michel Vaillant ‘’ réalisé par Louis-Pascal Couvelaire et produit en 2003 par Luc Besson (Europacorp distribution) ont été tournés au Mas du Clos

Âgé, fatigué et usé par une santé qui déclinait ces dernières années, Pierre nous a donc à son tour quittés.

Avec lui disparait le plus important collectionneur de voitures de course et de Ferrari

Notre ami Jean Berchon, de Moet, nous rappelait que Pierre, a possédé notamment plus de 100 Ferrari de course dont 6 des 9 lauréates des très prestigieuses 24 Heures du Mans !!!

Sans oublier une extraordinaire collection de voitures miniatures

Avant de rejoindre le Royaume des Anges, le corbillard qui transportait le cercueil du défunt, a bouclé un tour du circuit du Mas du Clos.

Pierre Bardinon, bouclant la boucle et étant ainsi l’ultime concurrent, à rouler sur son circuit…

Adieu l’ami. Et merci de ce merveilleux accueil que tu nous offrait régulièrement, lors de nos venues en Creuse. Et des passionnantes causeries au cœur de ta bibliothèque.

Les obsèques de Pierre Bardinon, se sont déroulés ce lundi après-midi dans l’intimité, à à Saint-Avit de Tardes, dans sa chère Creuse qu’il aimait tant.

Pierre était marié avec Yanne.

Ils avaient trois enfants. Une fille Anne, l’ainée et deux garçons, Patrick qui s’occupait du circuit et fut à la fin des années 70, un excellent pilote de monoplace, avant d’être victime d’un grave accident, au Nurburgring, lequel mit fin à sa prometteuse carrière.

Et Jean François, qui lui dirige l’entreprise de cuir Chapal.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry Coulibaly – Jean Claude Garconnet – autonewsinfo

Nécrologie Sport

About Author

gilles