HENRI GREDER NOUS A QUITTES…

 HENRI  » TITI  »  GREDER EST MORT

 

 

‘’ TITI ‘’ est mort !!!

Comme on pouvait le redouter, l’ancien pilote automobile Henri Greder nous a quittés ce mardi 14 aout 2012. Plongé dans le coma depuis une semaine celui que le milieu appelait  » TITI  » est décédé à l’hôpital de Tournai en Belgique ou il avait été transporté la semaine dernière.

Henri Greder, est décédé à Tournai en Belgique, alors qu’il était dans sa 82éme année, étant né le 30 novembre 1930 à Nancy.

 » TITI  » avait quitté les USA à l’automne dernier et ce dans le but de se rapprocher de sa fille Amandine, son ex femme Sandrine – originaire de Belfort – ayant été mutée de Phoenix en Arizona, à Waterloo au sud de Bruxelles, où elle dirigeait l’école Bilingue Berlitz

Henri ‘’ Titi’’  était un ancien pilote automobile Français, spécialiste des rallyes et aussi des circuits. Sa carrière en compétitions automobiles, s’est étendue entre le début des années 1960 et ce jusqu’à 1980.

‘’ TITI ‘’ disputa son ultime et dernière course, à l’occasion du rallye de l’Acropole en Grèce, avec « Celigny ». « Céligny » était Régine, la compagne d’Henry et la mère de son fils, Pierre Greder. Sa dernière copilote, de 1975 à 1980.

 

 

Au cours de sa carrière, ‘’TITI’’ a disputé au total,  73 courses en Circuits, 202 Rallyes et 23 Courses de Cote. Soit 298 départs en compétition

Majoritairement couru sur des Opel de tous types (Commodore, Ascona, Kadett) en rallyes. Mais aussi des FORD (Mustang – Galaxy – GT 40) des Alfa Roméo, Panhard

1969, année où il créa le fameux Greder Racing, d’abord installé dans un atelier à Issy les Moulineaux, dans les Hauts de Seine et jusqu’en 1975.

Avec comme couleurs du Greder Racing, la blanche, capot noir mat et bandes latérales tricolores.

 

 

Il a aussi également roulé en circuit, disputant toutes les plus grandes épreuves et notamment le Tour de France Automobile. Et aussi des courses de côte comme le faisaient à l’époque les plus grands champions et en premier, la plus prestigieuse, celle du Mont Dore.

 

 

Participant également aux grandes courses d’endurance dont les célèbres 24 Heures du Mans et ce sept fois consécutivement avec à plusieurs reprises, sa propre écurie, le Greder Racing, qu’il avait créé en 1969. Sans oublier, la Targa Florio, Monza, le Nurburgring et tant d’autres courses de renom

S’engageant avec les inoubliables surpuissantes Chevrolet Corvette à moteur V8 de 7litres. Un bolide créé par Chevrolet, grâce à Zora Arkus Duntov.

 

 LA CORVETTE DE LA SCUDERIA FILIPINETTI AU MANS EN SEPTEMBRE 1968

 

1967, 1ére année où on l’aperçoit en Sarthe, au volant d’une FORD GT40 de l’écurie FORD France, qu’il partage avec Pierre Dumay. La voiture sera classée 26éme.

En 1968, il roule au volant d’une Chevrolet Corvette, engagée elle, par la très réputée écurie Suisse, la Scuderia Filipinetti dont le Team-manager, s’appelait Claude Sage, grand patron ces dernières années des activités du circuit Paul Ricard.

Les 28 et 29 septembre 1968, la Corvette flanquée du No3, de Greder associé à Umberto Maglioli, abandonnera au lever du jour, un piston crevé, suite à un givrage d’un gicleur.

En 1969,  »TITI » était associé au Suédois Reine Wissell, un certain Ronnie Peterson étant le pilote suppléant car en ce temps-là, les équipages tournaient à deux pilotes et non à trois, comme c’est dorénavant le cas depuis deux décennies maintenant

 

 

Après Le Mans,  » TITI  » rachète l’auto et l’engage dans une course GT à Magny cours puis au Tour Auto.  Avec son coéquipier André Vigneron, ils se classeront à une brillante 2ème place et vont gagner la catégorie GT.

En fin de saison, il la revendra à  Jean-Claude Aubriet de l’Écurie Léopard.

 » TITI  » obtiendra au Mans, ses meilleurs résultats en juin 1970, où il se classe huitième en compagnie de Jean Pierre Rouget. En 1971 et 1972, la Corvette qu’il partage avec Marie Claude Charmasson, plus connue plus tard, sous l’identité de Marie Claude Beaumont. sera classée 26éme et 24éme

En, 1973, il finit douzième et 18éme en 1974 et ce toujours avec Marie-Claude Charmasson. En juin 1975, la Corvette où il roulait avec Alain Cudini, figurera à la 55éme et dernière place.

La page Le Mans se tourne. On n’y reverra plus les monstrueuses, sublimes et surpuissantes Corvette de  » TITI  »

Mais, par contre, chaque année, on retrouvera le lorrain, en visiteur avisé et aguerri, flânant de stand en stand. Accompagnant ses amis Manceaux, les frères Marc et Jean-Louis Ravenel.

 

 

 

C’est son propre frère Jacques Greder qui lui donna le virus. Car, fils de tripiers à Nancy, les Greder devaient reprendre l’affaire familiale

Jacques, nous raconte :

 » Au début des années 60, on aimait à se rassembler entre jeunes place Stanislas au Café du Commerce à côté du Jean Lamour. Là, on papotait automobile. En 1963, j’ai participé au Rallye de Lorraine avec Jo Schlesser et avec notre Cobra, on a gagné. Cela a été le véritable déclencheur pour Henri « 

Et il enchaine :

 » Moi, ensuite je ne participais qu’épisodiquement à des rallyes parfois avec Christian Poirot d’Épinal car j’ai repris la triperie, avant d’acheter ensuite un restaurant. Henri, lui, s’est lancé à fond dans la compétition auto « 

De son palmarès, on retiendra les titres de triple Champion de France des rallyes (catégorie Tourisme) en 1964, 1965 et 1966 et celui de Champion de France de Tourisme des circuits, obtenu en 1974.

Outre l’inoubliable Corvette et ces chères Opel,  » TITI  » a, on l’a dit, aussi piloté et avec succès d’autres bolides de prestige et notamment les FORD GT 40 et Mustang.

Ensuite, plus tard une fois sa longue carrière terminée  ‘’TITI’’ partira vivre aux États-Unis, ou il s’installera à Scottsdale, prés de Phoenix en Arizona. Ou nous allions fréquemment le visiter.

C’est lui qui nous aidera au printemps 1994, à préparer notre projet  » VIPER  » au Mans, s’avérant un excellent ‘ Go-between ‘  (intermédiaire) avec Neil Heineman, l’ingénieur- concepteur de l’auto chez Chrysler. Le tout en secret, Bob Lutz, le patron du Géant Américain, étant opposé à l’idée de faire rouler cette voiture au Mans.

Mais notre réussite, les deux VIPER terminant l’édition 1994 des 24 Heures du Mans, donnera finalement l’idée au PDG de la firme de Détroit, d’en faire une VÉRITABLE VOITURE DE COURSE..

L’an passé,  »TITI »  avait publié un livre, relatant avec moult détails croustillants, sa longue carrière et qu’il avait intitulé

 » UNE SEULE VIE, LA MIENNE  »

Un bouquin au cœur de sa vie, faite de hauts et de bas…

 

 

Voici ce qu’il en disait :

 » A la lecture de cette histoire de ma vie, certaines personnes auront probablement une autre opinion de moi. Peut-être en bien, peut-être en mal ? J’en prends le risque sans fierté ni amertume. Les choses se sont passées comme cela et on ne peut pas revenir en arrière. De toute façon je crois que, si c’était à refaire, je referais les mêmes choses, bonnes ou mauvaises. Tout ce que je raconte sur mes expériences sexuelles est vrai. Tout ce que je raconte sur les événements que j’ai vécus est le récit de la façon dont je les ai vécus. Je n’ai retenu des multiples courses que celles qui m’ont vraiment marqué. Comme je le dis, dès la première ligne de la préface, ce livre est avant tout destiné à mon fils Pierre A. Greder, et plus tard, à Amandine. Ils auront en main les éléments pour me juger, m’apprécier, m’aimer un peu plus ou se détacher de moi. De toute façon, je ne peux rien changer maintenant. Henry E. Greder  »

Malade, atteint depuis de longues années d’un cancer de la gorge ,  » TITI  » était, on l’a dit plus haut, revenu l’hiver dernier s’installer en France à Lille pour se rapprocher de sa fille Amandine, âgée de 11 ans, laquelle vivait avec sa maman Sandrine à Tournai, à quelques kilomètres de la frontière.

Outre, la jeune Amandine,  »TITI » avait deux autres grands enfants. Françoise qui vit à New York et Pierre à Phoenix

SOUVENIR A RETROMOBILE, EN FÉVRIER 2012

 

Nous l’avions aperçu une dernière fois en février, à l’occasion du Salon Rétromobile, ou il nous avait signé un petit mot pour autonewsinfo.

 »TITI » était un garçon attachant que nous apprécions beaucoup.

Vaincu par la maladie,  »TITI » s’en est donc allé…

Salut l’artiste.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos: Collection famille GREDER -ATS Evolution – Thierry COULIBALY – Michel PICARD

 

 SA DERNIÈRE PHOTO CHEZ LUI A MARC EN BAREUIL, AU PRINTEMPS DERNIER

 

UN SACRE DOCUMENT !!!

Nécrologie Sport

About Author

gilles