ROSSI-DUCATI-YAMAHA-HONDA, UN JEU DE MASSACRE ET UNE ENORME HISTOIRE DE POGNON…

ATTENTION,JEU DE MASSACRE EN VUE…

 

Le passage de Rossi chez Yamaha est l’officialisation de pourparlers que l’on connaît depuis longtemps.

En fait, tout ceci commence non pas en 2012, cette année, mais bien avant, en novembre 2011.

A Valence. Aux essais de fin de saison. Rossi se rend compte que sa nouvelle Ducati est toujours une brêle, et Yamaha se rend compte que Ben Spies est un « branle-panneau ».

C’est parti pour un jeu de massacre où les pilotes et les millions vont valser…

 

DÉSILLUSIONS

BEN SPIES, LE DESASTRE

 

En février 2012, à Sepang, en Malaisie, malaise chez Yamaha, où Ben Spies, coéquipier de Jorge Lorenzo, fait des temps en montagnes russes, une fois superbe, la fois suivante ratés.

Yamaha n’a pas besoin d’un clown mais d’un pilote.

Par ailleurs, Rossi s’aperçoit que les promesses de Ducati de lui faire une moto qui va faire des chronos, est un mensonge éhonté.

Un mec, sacré neuf fois Champion du Monde qui se fait foutre de sa gueule, ça ne passe pas.

Voilà les conditions, disons, humano-sportives qui font que l’on commence à se reparler au téléphone.

 

ROSSI EN DESACCORD AVEC SES INGENIEURS

 

On se souvient que Rossi a quitté Yamaha fumasse, parce qu’il ne voulait pas d’un jeune Lorenzo avec lui dans le Team…

Après, on continue de se saluer, on se voit tout le temps…

Et puis on a gardé les numéros de portables…

Yamaha avec le retour de Rossi.

Deux frustrations peuvent elles faire un beau mariage ?

Pas sûr…

L’argent, en revanche, ça peut aider…

 

L’ARGENT FERAIT LE BONHEUR ?

MEME ROSSI A ROULÉ POUR REPSOL…

Puis vient le pognon.

Du lourd.

Du très lourd.

Qui fout la m… le premier ?

Repsol !

Le sponsor de Honda qui paie entre cinq et huit millions de dollars par an chacune des motos de Stoner et Pedrosa…

Or, ce sera l’une des seules supputations de ce papier, partant toutefois d’une certitude, à cette époque, celle des tests MotoGP de fin 2011 et début 2012, Madame Stoner est déjà enceinte.

Pas difficile d’imaginer la discussion entre Monsieur et Madame, puisque cela a été confirmé par la suite.

 

16 FEVRIER 2012: ALESSANDRA EST JUSTE NÉE

 

En gros, Madame Stoner, n’a pas envie de donner la vie au fils d’un mort, ou d’apprendre plus tard au fils en question qu’il n’a pas connu son père qui s’est tué à moto quand il avait deux mois…

Stoner ne peut pas lâcher le guidon début 2012, il a signé.

Cela lui coûterait des millions de dédit.

Donc, il décide avec maman que ce sera sa dernière année de course.

Maman qui fait un peu la gueule mais qui n’a pas envie de revendre son ranch en Australie pour payer des avocats…

Bref….

Repsol sait donc très tôt que Stoner va se barrer fin 2012.

C’est là que le pognon, le lourd, va commencer à artiller.

On rappelle que Repsol est Espagnol.

C’est un pétrolier issu de la fusion de plusieurs boîtes espagnoles.

Un colosse financier.

Et espagnol…

Qui recherche donc pour remplacer Stoner, un pilote capable d’être Champion du monde et qui soit… Espagnol !

Ils ne sont pas légions…

Bon sang mais bien sûr !

Lorenzo !

 

JORGE LORENZO

 

Et on lui propose une somme invraisemblable…

Repsol, c’est comme le prix de l’essence à la pompe, ça n’a pas de limites !

Lorenzo dit donc à Yamaha qu’il se barre chez Honda en 2013…

Il sait que Yamaha, contrairement à Honda, n’a pas de sponsors, bref paie tout, avec des ventes, comme on le sait, en pente descendante un peu partout dans le monde…

Et Yamaha, de façon totalement inattendue, contre l’offre.

Autrement dit, propose à Lorenzo la même somme que Repsol…

Ce qui explique cette interview de Lorenzo en juin 2012, expliquant que Yamaha a fait de gros efforts pour le garder…

Mais quid du deuxième pilote ?

Yamaha songe déjà à se séparer de Ben Spies et pense alors à Dovizioso, ex Honda usine, et roulant alors sur la Yamaha compé-client de Tech3. …

 

ANDREA DOVIZIOSO

 

La preuve ?

Interview en mars 2012 de Lin Jarvis…

Lin Jarvis est le patron de la compète chez Yamaha.

« Andrea Dovizioso nous a beaucoup impressionnés durant le deuxième test à Sepang, il n’est pas encore à 100% mais en finissant le test à la troisième place, il a montré qu’il était capable de s’adapter très vite. Je pense qu’il fera une excellente saison. Il a déjà prouvé qu’il pouvait battre Casey, Dani et Jorge, il a fini troisième du championnat, alors pourquoi pas ? Il aura certainement des podiums, peut-être même des victoires.Pour 2013 mais nous restons devant une feuille vierge et tout est possible. Si Andrea s’adapte bien à la moto et qu’il fait une saison sensationnelle, il sera automatiquement le troisième pilote que nous considèrerons.Nous avons déjà Jorge et notre priorité est de le garder. J’espère que Ben fera une grande saison et que nous pourrons continuer à avancer avec lui. »

Voilà, alors que la saison 2012 commence, un enterrement de première classe pour Ben Spies !

Au passage, on rappelle que Yamaha est financièrement rincé par Lorenzo.

Et Dovizioso serait un deuxième pilote peu exigeant…

 

ROSSI NIE « LA ROSSA »

ROSSI N’AIME PAS SA MOTO « ROSSA »

Sur ce, chez Ducati,que la presse italienne surnomme La Rossa, La Rouge,  tout ch… dans la colle depuis Valence en novembre 2011 !

Et même, à vrai dire, depuis la découverte par Rossi de sa Ducati, l’année précédente.

Il y a d’ailleurs eu à l’époque, une célèbre engueulade, Rossi disant que Stoner, parti chez Honda, lui avait laissé une merde de moto et Stoner répliquant vertement qu’avec la merde en question, il  avait gagné plusieurs GP !

Donc, on revient début 2012.

Rossi déçu comprend qu’il n’aura jamais la moto qu’il veut chez Ducati.

Donc  deux options, Honda ou Yamaha.

Mais chez Repsol, Honda donc, on veut de l’Espagnol.

On va donc signer, pour le MotoGP en 2013,  Marc Marquez, certainement le pilote le plus prometteur de la nouvelle génération.

 

MARC MARQUEZ, DEJA REPSOL

 

Et le plus pointu, le plus expérimenté en Moto2.

Et déjà sponsoré par Repsol…

Donc Marquez et Pedrosa, chez Honda Repsol en 2013.

En fait, Repsol a compris que sauf accident, Lorenzo sera Champion du Monde 2012 et peut-être 2013 sans beaucoup de combat…

Même Rossi, à priori, aurait beaucoup de difficultés à aller le chercher…

Et Repsol donc joue la carte de l’avenir… et de l’Espagnol…

Rossi ?  Chez Yamaha alors ?

Le même Lin Jarvis, toujours en mars 2012…

« C’est une question intéressante, mais à l’heure actuelle, je n’ai aucune idée des projets de Valentino pour l’avenir, s’il continuera de rouler à moto, ou s’il se dédiera à autre chose. En tout cas, Valentino et Jorge à nouveau ensemble chez Yamaha, ce n’est pas une option que nous envisageons pour l’avenir ».  

Il sait que Yamaha est rincé.

Ce qu’il ne sait pas, ou pas encore, c’est que Rossi va proposer… d’acheter la moto d’usine, comme chez Honda.

Et que donc, non seulement l’arrivée de Rossi ne coûterait pas un centime, il vient avec ses sponsors, mais qu’en plus Yamaha va faire au passage un petit bénéfice…

 

LE POGNON DE ROSSI…

Qui raque ?

Ici, on entre en pleine « Motogp-fiction ».

Ce qui suit est cohérent mais totalement pas confirmé.

A l’époque, on parle beaucoup de Coca Cola.

Qui ne veut pas investir dans les sports mécaniques car on s’y tue et l’image de marque en prendrait un coup…

Mais Coca se fait tailler des croupières par une marque autrichienne qui vend des sodas qui empêchent de dormir.

Le fameux Red  Bull, devenu grâce au sponsoring tout puissant dans les sports mécaniques, toutes disciplines confondus un GÉANT Mondial de la boisson en canette !!!

Et on a beau être ouvert comme une huître en béton armé, on n’aime quand même pas perdre des dollars, des millions de dollars, des milliards de dollars…

Et qui Coca, possède t’il, dans sa besace ?

Un agent masqué…

Monster !

MONSTER, l’autre GÉANT de la canette énergétique, le grand rival de … RED BULL !!!

Comme ça, on peut intervenir dans les sports mécaniques en faisant ch… Red Bull et en n’avançant pas la marque Coca Cola !

Et voilà le secret…

Celui de Rossi.

En avril 2012, un journal rital donne le scoop et le nom de Coca Cola.

A ce moment, c’était absurde pour tout le monde…

Sauf pour un site de fans de Rossi qui reprend l’info sur son forum et s’en réjouit…

Autrement dit, Yamaha récupère les deux meilleurs pilotes au monde en n’en payant qu’un !

Ce point là est certain.

Que le payeur soit Monster, ça, c’est du conditionnel.

 

DUCATI ET ROSSI : MARIAGE FORCÉ, MARIAGE RATÉ .

PREMIER GP 2012 AU QATAR : ROSSI SAIT DEJA QUE C’EST FOUTU…

Toute l’année 2011, Rossi a été « à dache » des meilleurs.

Parfois à presque deux secondes des pilotes en pole… Une horreur.

A la fin 2011, Ducati Corse, le service compète, accepte de modifier ses fondamentaux, le carbone partout, très rigide et très léger et le moteur portant.

Arrive donc l’aluminium et un cadre classique.

Résultat… Encore pire qu’avant !

Ce qui est logique.

Demandez au meilleur ébéniste du monde de faire une fenêtre en alu sans avoir appris, il fera du boulot de m…

Rossi déclare que la moto, définitivement, est difficile à maintenir en milieu de courbe… là où justement se font les différences de temps…

Le châssis ne fonctionnera jamais comme il le veut.

Parce que le moteur Ducati, lui, reste imbattable.

Un confrère italien, Massimo Brizzi, une jolie plume, parle, pour Rossi et Ducati,

« D’amour jamais né. De relation qui n’a jamais décollée. Deux années de désillusion (deux podiums en deux ans), pour cette union entre deux mythes de la moto et qui devait hisser l’histoire de l’Italie au firmament des sports mécaniques et qui a tourné à une humiliante défaite.  Ce rêve national populaire a produit encore moins de résultats que la même histoire qui s’est déroulée en Allemagne, celle de Schumacher et Mercedes… Rossi et « La Rossa » n’étaient pas faits l’un pour l’autre, alors que l’histoire aurait pu être la plus grande de tous les temps, on s’en est rendu compte tout de suite, mais pour se plaire à tout prix, les deux mythes se sont dénaturés… Du coup, l’un a perdu sa philosophie fondamentale du moteur portant et l’autre va chercher sa rédemption dans la taverne du loup, celle du jeune Lorenzo, pour qui il est désormais impossible de réclamer le statut de second pilote… »

Quand un confrère écrit aussi bien la frustration de tout un peuple, il me semble naturel de le citer…

Et tout est à l’avenant.

Les trois tests d’avant saison 2012, sont des désastres.

Puis vient le premier GP en avril, celui du Qatar…

Rossi déclare :

« C’est encore pire que l’an dernier… La différence avec les pilotes en tête a doublé. Je n’ai plus aucun espoir, ce n’est pas la moto que je voulais. Je ne suis pas ingénieur, mais je ne faire plus qu’indiquer ce qu’il faut faire… Après ma sortie de piste, j’ai pensé arrêter… je ne cours sûrement pas comme Hayden pour finir sixième… » 

C’est là que nos indics situent la reprise de parole avec Yamaha…

 

ROSSI DE RETOUR EN BLEU

 

Yamaha qui a dit tout de suite que ça les intéresse, Ben Spies finit onzième alors que Lorenzo gagne, mais précise qu’il n’y a pas de pognon chez eux, Lorenzo a tout raflé les fonds de tiroirs…

Ce que nous ne savons pas, et il convient de le préciser, c’est comment Rossi et ses amis décident d’une part de financer « l’achat » d’une Yamaha usine, et d’autre part comment ils trouvent le pognon.

Ce qui est sûr, c’est qu’ils l’ont trouvé!

On l’a déjà dit, Monster, du groupe Coca Cola, est une piste cohérente.

 

L’AFFICHE DU GP DE FRANCE AU MANS

 

Ce que nous savons en revanche, c’est qu’en effet la marque de sodas Monster attaque les GP moto de vitesse, ils sont sponsor-titre du GP de France par exemple.

Et, aussi de l’équipe satellite de Yamaha, l’écurie Française Tech3 d’Hervé Poncharral

C’est marrant, un clin d’œil ?

Façon Léonard de Vinci?

Sur l’affiche du Mans, avec le logo Monster, figure… Rossi…

A propos de Vinci, pour un sponsor, Rossi, c’est la Joconde !

Une icône mondiale que tout le monde veut voir…

Donc le problème du pognon est vite réglé.

Certains vont donc jusqu’à dire que Lorenzo a été payé par les millions que Rossi et ses sponsors ont promis pour la moto d’usine, c’est absurde, les dates ne collent pas.

En revanche, que les comptables de Yamaha aient fait les comptes en se disant qu’en 2013, il y aurait une grosse économie faite sur la deuxième M1, la moto d’usine,  ça oui, certainement.

Alors ?

Alors arrive Audi qui rachète … Ducati.

Et qui va, on l’a raconté un paquet de fois, tout tenter pour convaincre Rossi de rester.

Là encore, il ya du pognon…

 

LA CONTRE-ATTAQUE ET LE POGNON D’AUDI

CRUTCHLOW ET DOVIZIOSO CHEZ DUCATI EN 2013?

Ducati sait donc dès juin que Rossi va probablement se barrer.

Audi, a évidemment fait un nouveau pont d’OR à Rossi.

Mais Rossi, le pognon, il s’en fout.

Il est milliardaire, mais surtout il est humilié et il la rage.

Il sait aussi que, même avec toute l’ingénierie et l’argent qu’Audi peut apporter au Team Ducati Corse, la bonne moto ne sortira pas avant …. deux ans.

Et Rossi, voit le temps qui passe, il a aujourd’hui trente trois ans…

Et encore envie de gagner…

Audi lui aurait proposé une fin de carrière au volant de ses bolides, au Mans, en DTM…

Mais il aura toujours le temps de faire ça, on gagne les 24 heures aussi bien à 35 qu’à 37 ans, mais pas des GP de moto…

Et puis, Yamaha lui offre en plus la possibilité de continuer à courir ensuite, en Superbike, sur une moto officielle à penser et à construire…

En mai-juin, la décision est prise.

Lorenzo fait quand même savoir à Yamaha qu’il n’a pas envie de voir arriver Rossi.

Qui va d’ailleurs revenir avec ses gourous techniques…

Bon, le temps de lui expliquer qu’avec en poche la totalité du pognon de la boîte, il est un peu en train de jeter mémère dans les orties alors qu’elle est en short, et voilà Lorenzo qui déclare que ce sera vachement bien l’arrivée de Rossi…

Ducati et Audi ont compris depuis longtemps.

Alors, on réagit fort et bien.

D’abord, prendre ce qu’il ya de mieux comme pilotes.

Après Lorenzo, Marquez, Pedrosa, Rossi, le choix est évident dans les pilotes MotoGP, les deux meilleurs sont ceux de Tech3, Team français qui fait, on l’a dit, rouler les motos satellites Yamaha.

Dovizioso et Crutchlow.

Crutchlow est en pourparlers depuis longtemps, il est jeune, il veut une moto d’usine, et donc se faire tourner autour pendant au moins un an ne l’effraie pas.

Et il sait que pour cela, il va prendre un max de blé.

Dovizioso est également en pourparlers très avancés, La Gazzetta dello sport dit même que c’est fait.

Ensuite, pour avoir plus de deux motos d’usine en piste, l’idée est de créer un Team junior.

Quatre motos?

Oui, Audi ne fait pas dans le détail…

Ce qui tombe bien, les Ducati privées des écuries Cardion et Pramac n’ont plus de ronds et ne font guère d’étincelles.

Mais il n’y a plus de pilotes de MotoGP intéressants, l’élite des jeunes est déjà signée.

Alors, on va pêcher en Moto2.

Marquez est déjà pris par Honda, on vise Redding et Iannone.

 

ANDREA IANNONE

 

Enfin, l’un des deux puisque  l’Américain Hayden, a déjà re-signé Ducati et qu’il y a  trois places à pourvoir.

On retient Iannone pour deux raisons.

Il est italien et… Redding, jeune prodige, vise Tech3, pendant deux ans, puis… la moto Yamaha officielle que lui laisserait Rossi…

Donc, de ce qui se dit aujourd’hui, mais on est là encore dans un certain flou, c’est que le Team usine Ducati, sera confié à Hayden et Dovizioso qui a déjà couru dans une équipe d’usine, Honda… et le Team junior, sera composé de Crutchlow et Iannone.

Voilà, tout est joué.

Avec un seul problème…

Tout ce beau monde se bat pour UN SEUL titre.

C’est sûr, ça va chialer…

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos : MOTOGP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ROSSI-DUCATI-YAMAHA-HONDA, UNE ENORME HISTOIRE DE POGNON…

Le passage de Rossi chez Yamaha est l’officialisation de pourparlers que l’on connaît depuis longtemps.  En fait, tout ceci commence non pas en 2012, cette année, mais bien avant, en novembre 2011. A Valence. Aux essais de fin de saison. Rossi se rend compte que sa (nouvelle) Ducati est toujours une brêle, et Yamaha se rend compte que Ben Spies est un « branle-panneau ». C’est parti pour un jeu de massacre où les pilotes et les millions vont valser…

DÉSILLUSIONS

En février 2012, à Sepang, en Malaisie, malaise chez Yamaha, où Ben Spies, coéquipier de Jorge Lorenzo, fait des temps en montagnes russes, une fois superbes, la fois suivante ratés.

Yamaha n’a pas besoin d’un clown mais d’un pilote.

Par ailleurs, Rossi s’aperçoit que les promesses de Ducati, lui faire une moto qui va faire des chronos, est un mensonge éhonté.

Un mec neuf fois Champion du Monde qui se fait foutre de sa gueule, ça ne passe pas.

Voilà les conditions, disons, humano-sportives qui font que l’on commence à se reparler au téléphone.

On se souvient que Rossi a quitté Yamaha fumasse, parce qu’il ne voulait pas d’un jeune Lorenzo avec lui dans le team…

Après, on continue de se saluer, on se voit tout le temps…

Et puis on a gardé les numéros de portables…

Yamaha avec le retour de Rossi.

Deux frustrations peuvent elles faire un beau mariage ?

Pas sûr…

L’argent, en revanche, ça peut aider…

L’ARGENT FERAIT LE BONHEUR ?

Puis vient le pognon.

Du lourd.

Du très lourd.

Qui fout la m… le premier ?

Repsol !

Le sponsor de Honda qui paie entre cinq et huit millions de dollars par an chacune des motos de Stoner et Pedrosa…

Or, ce sera la seule supputation de ce papier, partant toutefois d’une certitude, à cette époque, celles des tests de fin 2011 et début 2012, Madame Stoner est déjà enceinte.

Pas difficile d’imaginer la discussion entre Monsieur et Madame, puisque cela a été confirmé par la suite.

En gros, Madame Stoner n’a pas envie de donner la vie au fils d’un mort, ou d’apprendre plus tard au fils en question qu’il n’a pas connu son père qui s’est tué à moto quand il avait deux mois…

Stoner ne peut pas lâcher le guidon début 2012, il a signé.

Cela lui coûterait des millions de dédit.

Donc, il décide avec maman que ce sera sa dernière année de course.

Maman qui fait un peu la gueule mais qui n’a pas envie de revendre son ranch en Australie pour payer des avocats…

Bref….

Repsol sait donc très tôt que Stoner va se barrer fin 2012.

C’est là que le pognon, le lourd, va commencer à artiller.

On rappelle que Repsol est Espagnol.

C’est un pétrolier issu de la fusion de plusieurs boîtes espagnoles.

Un colosse financier.

Et espagnol…

Qui recherche donc pour remplacer Stoner un pilote capable d’être Champion du monde et qui soit… espagnol !

Bon sang mais bien sûr !

Lorenzo !

Et on lui propose une somme invraisemblable…

Repsol, c’est comme le prix de l’essence à la pompe, ça n’a pas de limites !

Lorenzo dit donc à Yamaha qu’il se barre chez Honda en 2013…

Il sait que Yamaha, contrairement à Honda, n’a pas de sponsors, bref paie tout, avec des ventes, comme on le sait, en pente descendante un peu partout dans le monde…

Et Yamaha, de façon totalement inattendue, contre l’offre.

Autrement dit, propose à Lorenzo la même somme que Repsol…

Ce qui explique cette interview de Lorenzo en juin 2012, expliquant que Yamaha a fait de gros efforts pour le garder…

Mais quid du deuxième pilote ?

Yamaha songe déjà à se séparer de Ben Spies et pense alors à Dovizioso, ex Honda usine, et roulant alors sur la Yamaha compé-client de Tech3. …

La preuve ?

Interview en mars 2012 de Lin Jarvis…

Lin Jarvis est le patron de la compète chez Yamaha.

« Andrea Dovizioso nous a beaucoup impressionnés durant le deuxième test à Sepang, il n’est pas encore à 100% mais en finissant le test à la troisième place, il a montré qu’il était capable de s’adapter très vite. Je pense qu’il fera une excellente saison. Il a déjà prouvé qu’il pouvait battre Casey, Dani et Jorge, il a fini troisième du championnat, alors pourquoi pas ? Il aura certainement des podiums, peut-être même des victoires.Pour 2013 mais nous restons devant une feuille vierge et tout est possible. Si Andrea s’adapte bien à la moto et qu’il fait une saison sensationnelle, il sera automatiquement le troisième pilote que nous considèrerons.Nous avons déjà Jorge et notre priorité est de le garder. J’espère que Ben fera une grande saison et que nous pourrons continuer à avancer avec lui. »

Voilà, alors que la saison 2012 commence, un enterrement de première classe !

Au passage, on rappelle que Yamaha est financièrement rincé par Lorenzo.

Et Dovizioso serait un deuxième pilote peu exigeant…

DU RIFIFI CHEZ DUCATI

Sur ce, chez Ducati, tout ch… dans la colle depuis Valence en novembre 2011 !

Et même, à vrai dire, depuis la découverte par Rossi de sa Ducati, l’année précédente.

Il y a d’ailleurs eu à l’époque une célèbre engueulade, Rossi disant que Stoner, parti chez Honda, lui avait laissé une merde de moto et Stoner répliquant vertement qu’avec la merde en question, il  avait gagné plusieurs GP !

Donc, on revient début 2012. Rossi déçu comprend qu’il n’aura jamais la moto qu’il veut chez Ducati.  Donc  deux options, Honda ou Yamaha.

Mais chez Repsol, Honda donc, on veut de l’espagnol.

On va donc signer Marc Marquez, certainement le pilote le plus prometteur de la nouvelle génération.

Et le plus pointu, le plus expérimenté en Moto2.

Donc Marquez et Pedrosa chez Honda Repsol en 2013.

En fait, Repsol a compris que sauf accident, Lorenzo sera Champion du Monde 2012 et peut-être 2013 sans beaucoup de combat…

Même Rossi, à priori, aurait beaucoup de difficultés à aller le chercher…

Et Repsol donc joue la carte de l’avenir… et de l’Espagnol…

Rossi ? Chez Yamaha alors ?

Le même Lin Jarvis, toujours en mars 2012…

« C’est une question intéressante, mais à l’heure actuelle, je n’ai aucune idée des projets de Valentino pour l’avenir, s’il continuera de rouler à moto, ou s’il se dédiera à autre chose. En tout cas, Valentino et Jorge à nouveau ensemble chez Yamaha, ce n’est pas une option que nous envisageons pour l’avenir ».

Il sait que Yamaha est rincé.

Ce qu’il ne sait pas, ou pas encore, c’est que Rossi va proposer… d’acheter la moto d’usine, comme chez Honda.

Et que donc, non seulement l’arrivée de Rossi ne coûterait pas un centime, il vient avec ses sponsors, mais qu’en plus Yamaha va faire au passage un petit bénéfice…

LE POGNON DE ROSSI…

Qui raque ?

A l’époque, on parle beaucoup de Coca Cola.

Qui ne veut pas investir dans les sports mécaniques car on s’y tue et l’image de marque en prendrait un coup… (Oui, certains des gars de Coca ont un peu de problèmes avec la modernité… Ils  sont d’Atlanta, dans le sud des USA, un endroit où l’on réfléchit avec un colt et on pense la bible à la main. Le sponsoring « fin » leur échappe un peu…).

Mais Coca se fait tailler des croupières par une vache de marque autrichienne qui vend des sodas qui empêchent de dormir.

Et on a beau être ouvert comme une huître en béton armé, on n’aime quand même pas perdre des dollars, des millions de dollars, des milliards de dollars…

Et qui Coca possède t’il dans sa besace ?

Un agent masqué…

Monster !

Comme ça, on peut intervenir dans les sports mécaniques en faisant ch… Red Bull et en n’avançant pas la marque Coca Cola !

Et voilà le secret…

Celui de Rossi.

En avril 2012, un journal rital donne le scoop et le nom de Coca Cola.

A ce moment, c’était absurde pour tout le monde…

Sauf pour un site de fans de Rossi qui reprend l’info sur son forum et s’en réjouit…

Autrement dit, Yamaha récupère les deux meilleurs pilotes au monde en n’en payant qu’un !

Cher quand même.

Ducati serait donc le con de l’histoire ?

DUCATI ET ROSSI : MARIAGE FORCÉ, MARIAGE RATÉ .

Toute l’année 2011, Rossi a été à dache des meilleurs.

Parfois à presque deux secondes des pilotes en pole… Une horreur.

A la fin 2011, Ducati Corse, le service compète, accepte de modifier ses fondamentaux, le carbone partout (très rigide et très léger) et le moteur portant.

Arrive donc l’aluminium et un cadre classique.

Résultat… Encore pire qu’avant…

Ce qui est logique.

Demandez au meilleur ébéniste du monde de faire une fenêtre en alu sans avoir appris, il fera du boulot de m…

Rossi déclare que la moto, définitivement, est difficile à maintenir en milieu de courbe… là où justement se font les différences de temps…

Parce que le moteur Ducati, lui, reste imbattable.

Un confrère italien, Massimo Brizzi, une jolie plume, parle, pour Rossi et Ducati, « D’amour jamais né. De relation qui n’a jamais décollée. Deux années de désillusion (deux podiums en deux ans), pour cette union entre deux mythes de la moto et qui devait hisser l’histoire de l’Italie au firmament des sports mécaniques et qui a tourné à une humiliante défaite.  

Ce rêve national populaire a produit encore moins de résultats que la même histoire qui s’est déroulée en Allemagne, celle de Schumacher et Mercedes…

Rossi et « La Rossa » n’étaient pas faits l’un pour l’autre, alors que l’histoire aurait pu être la plus grande de tous les temps, on s’en est rendu compte tout de suite, mais pour se plaire à tout prix, les deux mythes se sont dénaturés…

Du coup, l’un a perdu sa philosophie fondamentale du moteur portant et l’autre va chercher sa rédemption dans la taverne du loup, celle du jeune Lorenzo, pour qui il est désormais impossible de réclamer le statut de second pilote… »

Quand un confrère écrit aussi bien la frustration de tout un peuple, il me semble naturel de le citer…

Et tout est à l’avenant.

Les trois tests d’avant saison 2012 sont des désastres.

Puis vient le premier GP en avril, celui du Qatar… Rossi déclare : « C’est encore pire que l’an dernier… La différence avec les pilotes en tête a doublé. Je n’ai plus aucun espoir, ce n’est pas la moto que je voulais. Je ne suis pas ingénieur, mais je ne faire plus qu’indiquer ce qu’il faut faire… Après ma sortie de piste, j’ai pensé arrêter… je ne cours sûrement pas comme Hayden pour finir sixième… »

C’est là que nos indics situent la reprise de parole avec Yamaha…

Yamaha qui a dit tout de suite que ça les intéresse, Ben Spies finit onzième alors que Lorenzo gagne, mais précise qu’il n’y a pas de pognon chez eux, Lorenzo a tout raflé les fonds de tiroirs…

Ce que nous ne savons pas, et il convient de le préciser, c’est comment Rossi et ses amis décident d’une par de financer « l’achat » d’une Yamaha usine, et comment ils trouvent le pognon.

Peut être Yamaha, ce serait alors un coup de génie, a-t-il sussuré à Rossi que l’on pouvait acquérir une moto d’usine…

Ce que nous savons en revanche, c’est qu’en effet la marque de sodas Monster attaque les GP moto de vitesse, ils sont sponsor titre du GP de France par exemple,  et surtout que pour un sponsor, Rossi, c’est la Joconde !

Une icône mondiale que tout le monde veut voir…

Donc le problème du pognon est vite réglé.

Certains vont donc jusqu’à dire que Lorenzo a été payé par les millions que Rossi et ses sponsors ont promis pour la moto d’usine, c’est absurde, les dates ne collent pas.

En revanche, que les comptables de Yamaha aient fait les comptes en se disant qu’en 2013, il y aurait une grosse économie faite sur la deuxième M1, la moto d’usine,  ça oui, certainement.

Alors ?

Alors arrive Audi qui rachète Ducati.

Et qui va, on l’a raconté un paquet de fois, tout tenter pour convaincre Rossi de rester.

Là encore, il ya du pognon…

LA CONTRE ATTAQUE ET LE POGNON D’AUDI

Ducati sait donc dès juin que Rossi va probablement se barrer.

Audi a évidemment fait un nouveau pont d’aor à Rossi.

Mais Rossi, le pognon, il s’en fout.

Il est milliardaire, mais surtout il est humilié et il la rage.

Il sait aussi que, même ave toute l’ingénierie et l’argent qu’Audi peut apporter au team Ducati Corse, la bonne moto ne sortira pas avant deux ans.

Et Rossi voit le temps qui passe, il a trente trois ans…

Et encore envie de gagner…

Audi lui aurait proposé une fin de carrière au volant de ses bolides, au Mans, en DTM…

Mais il aura toujours le temps de faire ça, on gagne les 24 heures aussi bien à 35 qu’à 37 ans, mais pas des GP de moto…

Et puis, Yamaha lui offre en plus la possibilité de continuer à courir en suite, en Superbike, sur une moto officielle à penser et à construire…

En mai-juin, la décision est prise.

Lorenzo fait quand même savoir à Yamaha qu’il n’a pas envie de voir arriver Rossi.

Qui va d’ailleurs revenir avec ses gourous techniques…

Bon, le temps de lui expliquer qu’avec en poche la totalité du pognon de la boîte, il est un peu en train de jeter mémère dans les orties alors qu’elle est en short, et voilà Lorenzo qui déclare que ce sera vachement bien l’arrivée de Rossi.

Ducati et Audi ont compris depuis longtemps.

Alors, on réagit fort et bien.

D’abord, prendre ce qu’il ya de mieux comme pilotes.

Après Lorenzo, Marquez, Pedrosa, Rossi, le choix est évident dans les pilotes MotoGP, les deux meilleurs sont ceux de Tech3, team français qui fait rouler les motos satellites Yamaha.

Dovizioso et Crutchlow.

Crutchlow est en pourparlers depuis longtemps, il est jeune, il veut une moto d’usine, et donc se faire tourner autour pendant au moins un an ne l’effraie pas.

Et il sait que pour cela, il va prendre u max de blé.

Dovizioso est également en pourparlers très avancés, La Gazzetta dello sport dit même que c’est fait.

Ensuite, pour avoir plus de deux motos d’usine en piste, l’idée est de créer un team junior.

Ce qui tombe bien, les Ducati privées de Cardion et Pramac n’ont plus de ronds et ne font guère d’étincelles.

Plus de pilotes de MotoGP intéressants, l’élite est déjà signée.

Alors, on va pêcher en Moto2.

Marquez est déjà pris par Honda, on vise Redding et Iannone.

Enfin l’un des deux puisque Hayden a déjà signé Ducati.

Il ya donc trois places à pourvoir.

On retient Iannone pour deux raisons.

Il est italien et… Redding, jeune prodige, vise Tech3, pendant deux ans, puis… la moto Yamaha officielle que lui laissera Rossi…

Voilà, tout est joué.

Avec un seul problème…

Tout ce beau monde se bat pour UN SEUL titre.

C’est sûr, ça va chialer ailleurs…

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS MOTOGP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moto Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis