PIKES PEAK : DUMAS SECOND ET DAYRAULT, TOUS PRET DE L’EXPLOIT !!!

 

Mission accomplie pour Romain Dumas à Pikes Peak !

Pour sa première participation à la célèbre Pikes Peak International Hill Climb, Romain Dumas s’est classé à la deuxième place du classement général, en 9’46’’181 !

Le chevronné et très expérimenté pilote Néo-zélandais Rhys Millen, ayant réussi au volant de sa surpuissante Hyundai Genesis développant 700 chevaux, à parcourir les 19,9 kilomètres de Pikes Peak, un poil plus vite, d’un souffle en …9’46’’164 !

 

Le pilote tricolore est donc passé tout proche de l’exploit et ce alors qu’il a dû affronter la pluie et la grêle sur la fin du parcours !

En effet, l’Alésois, comme on le constate, pointe à seulement…17 millièmes de seconde du vainqueur, le spécialiste Rhys Millen.

Au volant de sa Porsche 911 GT3 R, Romain Dumas décroche néanmoins la victoire en catégorie Pikes Peak Open.

Une belle récompense pour ses tous premiers pas dans la ‘course vers les nuages’.

Avant de prendre le départ, Romain Dumas s’était fixé plusieurs objectifs.

Tout d’abord, remporter sa classe et apprendre un maximum dans l’optique d’un éventuel engagement futur pour viser cette fois, la victoire générale.

Le pilote natif d’Alès, qui a détenu durant plusieurs minutes, le nouveau record de Pikes Peak, après avoir battu le record que détenait depuis l’an dernier, le Japonais Tajima, sept fois victorieux de l’épreuve et tout premier pilote à passer sous la barre des 10’ (9’51 » ) ne s’est pas contenté d’accomplir ces missions.

 

 

Il nous confie après cette grande découverte :

« Le bilan global est évidemment positif »

Et, il poursuit :

Nous avons confirmé nos bons essais en dominant la catégorie Pikes Peak Open. C’était l’ambition affichée au niveau du résultat brut. Je l’ai dit à plusieurs reprises, notre but, avec l’équipe, était aussi de se familiariser à cet environnement qui est très particulier, de prendre nos marques et de récolter de précieuses informations pour l’avenir. C’est le cas, il n’y a pas de doute. »

Romain, enchaine :

« Pikes Peak est un mythe qu’il faut savoir apprivoiser et il faut du temps pour cela. Or, nous sommes arrivés lundi dernier seulement, nous n’avions jamais roulé ici… Le team a été excellent et les points positifs sont nombreux. »

Après trois séances d’essais, qui lui avaient permis de découvrir successivement  les trois sections qui composent la Pikes Peak International Hill Climb, Romain Dumas a effectué, en course, sa première montée complète.

Ascension que connaissaient par cœur la quasi-totalité des concurrents, y compris son compatriote Jean Philippe Dayrault, lui aussi parti pour signer un exploit mais finalement bien malchanceux sur la fin du parcours comme on l’explique plus loin dans notre compte-rendu

Mais revenons à Dumas.

A bord de Sa Porsche 911 GT3 R, il n’a pas, lui, rencontré de problème particulier durant les deux premiers tiers de l’épreuve, avant malheureusement pour lui – ce qui le prive de la victoire générale et de l’EXPLOIT pour un ‘ Rookie ‘ de faire face, à la pluie puis à la grêle dans la partie la plus haute.

Romain raconte :

« C’est franchement rageant mais nous savions que cela pouvait arriver »

Et il précise :

« Après 20km et 156 virages, il manque 17 millièmes pour créer un exploit que personne osait imaginer il y a quelques semaines… ou même quelques heures ! Avec l’équipe, nous nous sommes rapidement immergés dans la compétition et on s’est pris au jeu. Nous savions que nous ne pourrions pas rivaliser avec les meilleures ‘Unlimited’, qui sont bien plus puissantes, mais nous n’étions pas si loin. Nous avons su déjouer un certain nombre de pièges alors que nous avions tout à découvrir. Je ne connaissais pas le tracé, la voiture n’avait jamais roulé sur un tel terrain et pourtant nous avons toujours été aux avant-postes au cours de toutes les séances d’essais. »

Désormais et avant de se tourner vers de nouveaux défis, Romain Dumas conclut sur ce challenge américain :

« Pour une première participation, nous ne pouvions pas espérer mieux. Cette victoire en catégorie Pikes Peak Open, dans une course légendaire, c’est la récompense de nombreux efforts entamés fin 2007 par un engagement en Rallye. Je suis venu ici avec ma propre équipe, qui a parfaitement préparé cette auto au Pôle Mécanique d’Alès, et nous avons pris beaucoup de plaisir tout au long de la semaine. C’était une très belle aventure humaine et sportive. »

Sur qu’en 2013, Romain reviendra pour la gagne que seule la malchance d’une météo capricieuse, lui a ‘ volé ‘ cette année pour sa toute 1ére participation.

Preuve de l’excellente préparation de la voiture et du talent de Romain qui n’est plus à démontrer depuis longtemps.

 

Après s’être fait un nom aux USA dans le Championnat  d’endurance ALMS (Amerian Le Mans Séries) ou il a longtemps brillé, triomphant a de multiples reprises et remportant deux titres avec la Porsche spyder du Team de Roger Penske, en compagnie de son pote Timo Bernhard, Romain à étonner et épater les spécialistes de la légendaire course de côte de Pikes Peak.

Fort de sa connaissance de l’épreuve et désormais de  l’expérience de l’inexpérience, on peut affirmer qu’il se présentera comme l’un des grandissimes favoris si ce n’est le favori  l’an prochain.

Et ce en compagnie de l’autre pilote Français, Jean Philippe Dayrault.

 

 

Le Toulousain après sa découverte de la course l’an dernier où il avait pris une très belle 3éme place sur le podium, semblait bien parti pour lui aussi gagner.

En tête lors des premiers partiels, se dirigeait vers la victoire lorsqu’il a du hélas abandonner !

Jean Philippe lâche :

«  Je suis sorti de la route à plus de 200km/h. Soudainement, il n’y a plus eu e frein ! La pédale de frein est devenu mol, de plus en plus mol. Et puis plus rien… Mais tout va bien pour moi. »

Et Jean Philippe de poursuivre :

« Sinon, c’était très vite. Je pense que je devais être largement en dessous des 9’ !!! La victoire c’était sur. Si prêt du but, c’est rageant »

Et, le pilote du Dacia de conclure :

«  Je suis dégouté !!! »

 

 

Mis à part, Dayrault, les deux autres grandissimes favoris, Dallenbach et Tajima, ont connus des fortunes diverses, Dallenbach, ayant été victime d’une sortie de piste et  transféré vers l’hôpital.

Quant au recordman de l’épreuve sept fois victorieux et vainqueur sortant, le Japonais Nobuhiro ‘Monster ‘Tajima, il a lui aussi été contraint à l’abandon à la suite d’un début d’incendie sur son prototype électrique E-Runner (photo).

L’an dernier, il avait été le premier à descendre sous les 10’ réalisant 9’51’’ .Chrono qui constituait le meilleur temps jamais réalisé et donc le tout nouveau record de la piste.

Le Français Dayrault au volant de son DACIA Duster, avait grimpé la montée en 10’17, 3éme chrono de l’édition 2011

Au vu de leurs performances 2012, les deux ‘ frenchies ‘ se présenteront avec l’étiquette non plus d’outsiders mais de futurs favoris pour la victoire en 2013

C’est une certitude

Gilles GAIGNAULT
Photos : Teams et autonewsinfo

PIKES PEAK, LA LÉGENDE AU DESSUS DE COLORADO SPRINGS…

Sport

About Author

gilles