24 HEURES DE SPA: AUDI REUSSI LE DOUBLE ET LA PASSE DE TROIS !

 TOTAL 24 HEURES DE SPA: AUDI REUSSI LE DOUBLE ET LA PASSE DE TROIS !
___________________________________________________________________

 

 

Après la victoire AUDI du Team belge WRT l’année dernière, le constructeur d’Ingolstadt récidive cette année, avec le Team allemand de PHOENIX MOTORSPORT, basé au Nürburgring.

En réussissant un étonnant doublé, AUDI reste confirme et s’affirme comme de nouveau, Seigneur des Anneaux…de l’anneau ardennais!

Par la même occasion, AUDI réussit  la passe de trois, en s’imposant  dans une épreuve de 24 Heures et la même année … au Mans, au Nürburgring et à Spa.

Un triplé qui fera date dans les annales du constructeur allemand , qui se profile comme LA référence en matière de sport automobile d’endurance.

AUDI rate de peu le… TRIPLE !

 

Et sans la violente sortie de route  du Suédois SANDSTROEM, sur la seconde AUDI WRT, à quelques heures de l’arrivée, le podium de Spa aurait sans doute été entièrement dévolu aux couleurs de la marque d’Ingolstadt !!!

Les deux équipages de pointe des BMW Z4, sous les ordres des Teams VITA4ONE et VDS, terminant finalement dans le sillage de leurs concurrentes allemandes, tandis que le Cavalino italien sauve les honneurs par une cinquième place au général, via le Team AF CORSE.

 

LA NUIT FUT PROPICE A BMW TANDIS QU’AUDI SE RÉVEILLA RÉELLEMENT AU LEVER DU JOUR LORSQUE LES ÉLÉMENTS FURENT CALMES
________________________________________________________________________________________________________

 

Si au décompte final, AUDI s’imposait logiquement,confirmant ainsi tous les suffrages émis par les spécialistes avant le double tour d’horloge Spadois, la victoire mis toutefois du temps à se dessiner.

En effet, ce n’est qu’en fin de nuit que les puissantes AUDI, plus rapides en ligne droite que leur concurrentes BMW Z4, passèrent en tête alors que la piste, détrempée par les trombes d’eau qui s’abattirent sur l’anneau ardennais en début de soirée et une bonne partie de nuit, avait enfin retrouvée son aspect normal.

Durant le déchaînement des éléments naturels, un pilote s’érigeât en véritable héros:

Maxime MARTIN (photo), qui au volant de la BMW Z4 VDS, occupa la tête très longtemps, grâce à des chronos incroyables sous la pluie, suscitant l’admiration de tous.

Un Maxime MARTIN, dans une forme … ‘Olympique’ et en passe de devenir une véritable pointure du Grand Tourisme et qui manifestement à de qui tenir, puisque tant son père, Jean-Michel que son oncle, Philippe, en remportant de nombreux succès en Tourisme, dont 4 victoires …. aux 24 Heures de Spa pour le papa et 2 pour l’oncle, semblent lui avoir montré la voie à suivre.

Malheureusement, son coéquipier PALTTALA, ayant écopé d’un stop & go, aux essais libres, fit fondre l’avance qu’il avait creusée et quelques petits incidents de courses, n’arrangèrent rien non plus, pour l’autoritaire leader jusqu’alors.

Mais quelle démonstration de pilotage sous la pluie !

Dès les premières lueurs de la journée, la véritable course reprit son envol comme durant les deux premières heures.

On ne se fit aucun cadeau et tant chez AUDI que chez BMW, aucune consigne n’était d’application. Le chacun pour soi était de mise, renforçant encore l’aspect d’une fin de course se profilant comme un véritable sprint au finish.

A ce petit jeu de courte paille, les chronos réalisés par les voitures de pointe flirtaient avec ceux réalisés durant les qualifs.
C’est toutefois chez AUDI que la chance ou le Team-Spirit joua le plus en faveur de la marque aux anneaux, lors des ravitaillements, tandis que les deux BMW Z4 VDS et VITA4ONE, aux mains de MARTIN et KECHELE, restaient en permanence en embuscade .

 

FIN DE COURSE AU RYTHME D’UN GP ET A REBONDISSEMENTS.
_______________________________________________________

 

Lorsqu’en fin de matinée, les positions semblaient enfin se figer, d’autres rebondissements allaient survenir influençant finalement le classement final.

D’abord sur le coup de midi, lorsque l’AUDI WRT de BONANOMI-VANTHOORSANDSTROEM, sortait violemment dans le Raidillon, alors qu’elle occupait le troisième rang.

Entretemps, la voiture sœur de HAASE-MIES-ORTELLI, s’était portée au commandement devant l’AUDI concurrente du Team PHOENIX avec PICCINI-RAST-STIPPLER, tandis que la seconde AUDI PHOENIX, remontait des profondeurs du classement aux avants-postes puisque FÄSSLER-KRISTENSEN-LOTTERER (photo) allaient parvenir à la rehisser au 6ème rang général tout en nourissant d’énormes regrets suite à leur « torpillage » par la McLAREN de Christodoulou en début d’épreuve et qui sans celà, les auraient manifestement propulsés au premier rang.

Dommage que la stupidité et le manque de cervelle d’un pilote les prive d’un possible podium !  Surtout pour ‘Mr Le Mans et ses 8 victoires alias Tom Kristensen qui découvrait cette épreuve de Spa.

Mais quelle remonte fantastique depuis la … 50éme place.

Le dernier fait saillant allait intervenir à 45 minutes du terme, lorsque la FERRARI 458 du Team Kessel avec Bontempi au volant, partait en tonneau, au virage du double gauche, nécessitant une ultime intervention du Safety-Car .

Cette neutralisation allait être fatale à Stéphane ORTELLI, alors aux commandes de l’AUDI de tête. Lors de sa rentrée au stand pour un dernier ravitaillement, il coupait malheureusement une ligne blanche qui lui coûta non seulement un drive-through mais surtout la victoire.

Là encore… Dommage

 

 

C’est finalement? l’AUDI PHOENIX  que l’on attendait le moins avec STIPPLER-RAST et PICCINI, qui l’emporte avec un tour d’avance.

Comme STIPPLER-RAST, avaient déjà remporté récemment les 24 HEURES du Nürburgring, ce sont donc eux qui remportent le nouveau Trophée mis en jeu par un jumelage entre le Nürgurgring et Francorchamps.

 

CE QUE L’ON RETIENDRA DE LA 64ème ÉDITION
_________________________________________

 

Cette 64ème édition du classique ardennais aura certainement été une des plus arrosée de l’histoire.

Mais heureusement, compte tenu des conditions dantesques, si aucun accident grave n’est survenu, c’est aussi grâce à la prévoyance de la direction de course.

Après l’annulation de la Super Pole, le directeur de course Portuguais, El Senor Freitas, avait du essuyer une volée de critiques.

Ses positions judicieuses – mais aurait-il pu finalement faire autrement ? – de neutraliser l’épreuve durant les fortes averses et incidents, évitèrent peut-être le pire, surtout la nuit.

En tout les Safety-Car sont sortis la bagatelle de … 16 fois et durant pratiquement 5 heures au total? ce qui fit dire à certains:

 » Que fera-t-on si les Safety Cars doivent ravitailler durant leur parfois longues interventions? »

Rarement le double tour d’horloge de Spa-Francorchamps, aura provoqué autant de changements de pneumatiques que cette année.

Au prix de plus ou moins 450€ le pneu et en tenant compte, qu’en conditions de course normales, un Team de pointe à besoin de 20 trains de pneumatiques par voiture, le budget aura certainement été dépassé chez la plupart !

Ils auront néanmoins pu un peu épargner sur le budget carburant pendant les phase de Safety-Car, car là aussi depuis les premiers essais et jusqu’à l’arrivée, chaque voiture consomme en condition de course normale pratiquement 1.500 litres de carburant, conditionné dans des fûts de 50 litres, chez le fournisseur unique TOTAL.

Le prix du litre quant à lui revient pratiquement à 4€ !

Beaucoup d’équipages, ont du baisser les armes, soit par malchance soit par l’inexpérience de certains pilotes.

Les plus malchanceux, parmi eux, furent certainement l’équipage AUDI PHOENIX composé de FÄSSLER-LOTTERER-KRISTENSEN, la « Dream-Team » du Dr ULLRICH et l’équipage N° 1 du Team AUDI WRT, avec HASSE-MIES-ORTELLI qui par malchance (FÄSSLER) et inadvertance (ORTELLI), ont certainement loupés, une victoire à leur portée, surtout si près du but, en ce qui concerne Stéphane ORTELLI, une seconde…  ‘tête de linotte’ !

Par rapport à l’année dernière, cette année, 509 tours furent couverts contre 545 en 2011, sous de nettement meilleurs auspices.

Cela représente une distance moindre parcourue par les vainqueurs de… 252 Km.

Le nombreux public quant à lui, aura vite oublié, les conditions météorologiques partiellement exécrables de cette année et sera retourné conquit et ébloui par le spectacle offert? tout au long de ces 24 Heures d’anthologie.

 

 

En ce qui concerne les équipes Françaises, les meilleures voitures, celles du Team ASP Sofrev de Jérôme POLICAND, les Ferrari F458 Italia des équipages, PANIS-BARTHEZ-DEBARD-MOULIN TRAFFORT et BEAUBELIQUE-GOUESLARD-BADEY-VAUTIER, finissent respectivement huitième et dixième

 

LE CLASSEMENT FINAL
______________________

 

1-   PICCINI-RAST-STIPPLER (AUDI R8 LMS Ultra) Audi Sport Performance  24H01’21″75, soit 509 Tours
2-   HAASE-MIES-ORTELLI  (AUDI R8 LMS Ultra) AUDI Team WRT  à 1 tour
3-   LAUDA-FRANCHI-KECHELE  (BMW Z4) VITA4ONE  à 1 tour
4-   PALTTALA-LEINDERS-MARTIN  (BMW Z4) VDS à 2 tours
5-   HOMMERSON-MACHIELS-BERTOLINI-GUIDI  (FERRARI 458) Team AF Corse   à 7 tours
6-   FÄSSLER-KRISTENSEN-LOTTERER  (AUDI R8 LMS Ultra) Audi Sport Team Phoenix  à 8  tours
7-   RIEGEL-STUSRBERG-MENZEL-ALZEN  (PORSCHE 997 GT3 R)  Haribo Team Manthey  à 12 tours
8-   PANIS-BARTHEZ-DEBARD-MOULIN TRAFFORT  (FERRARI 458) ASP Sofrev à 12 tours
9-   PARENTE-BARFF-GOODWIN-WILLS (MC LAREN MP4-12C)  Von Ryan Racing  à 12 tours
10- BEAUBELIQUE-GOUESLARD-BADEY-VAUTIER  (FERRARi 458)   ASP Sofrev  à 14 tourf

Au total 33 équipages sur 66 au départ sont classés, soit 50 %

 

Texte et photos: Manfred GIET (PUBLIRACING Agency)

LA BMW CLASSÉE TROISIÈME

LA FERRARI F458 AF CORSE CLASSÉE CINQUIÈME

LA PORSCHE MANTHEY SEPTIÈME

LA FERRARI F458 ASP SOFREV DE PANIS DEBARD BARTHEZ MOULIN TRAFFORT, HUITIEME

LA MC LAREN MP4-12C DE PARENTE-BARFF-GOODWIN-WILLS, NEUVIÈME 

Sport

About Author

gilles