WTCC : RENCONTRE AVEC JAIME PUIG, LE PATRON DE SEAT SPORTS

 

ENTRETIEN avec Jaime Puig sur l’avenir de SEAT Sport

 

SEAT Sport, a entamé un retour en force dans le Championnat du Monde des Voitures de Tourisme (WTCC) en fournissant son nouveau moteur 1.6 turbo à ses clients, y compris le Team Lukoil Racing qui fait rouler l’ancien CHAMPION du monde avec SEAT, le transalpin, Gabriele Tarquini.

Lequel s’est offert cette saison, pole et victoire face à l’imposante armada des trois pilotes Chevrolet ‘usine’

Jaime Puig, le patron de la structure SEAT Sport, fait le point sur la situation actuelle du constructeur Espagnol de Martorell  et sur les sujets d’actualité et notamment en ce qui concerne l’éventuel retour d’une équipe SEAT ‘usine ‘ mais aussi également la fourniture du moteur 1.6 turbo

 

 

SEAT, envisage-il d’effectuer son grand retour dans le Championnat WTCC des l’année prochaine?

« SEAT n’a jamais été dehors de cette discipline. Après notre retrait à fin de la saison 2009, comme Team officiel représentant directement la maison-mère, en 2010, nous avons été  proches de nos écuries clientes et nous leur avons apporté un soutien. Cette saison, nous les avons approvisionner en moteur, de sorte que nous sommes vraiment proches et partenaires avec les équipes des clients. Si vous me demandez si nous allons de nouveau monter une équipe usine ou pas, alors je ne sais pas, nous devons étudier le dossier et en parler. La chose importante est que nous donnons à nos clients le meilleur matériel possible. Pour en revenir avec une équipe officielle, la n’est pas notre priorité à l’heure actuelle, la chose prioritaire et principale pour nous est de fournir du matériel rentable et compétitif pour nos clients »

Et, il enchaine :

« SEAT a permis à certains pilotes indépendants de gagner des courses, comme Tom Coronel au Japon, et ce alors que nous avions une équipe d’usine. À l’heure actuelle, nous sommes pleinement heureux de faire beaucoup pour nos clients et je pense que Gabriele Tarquini possède la plus grande expérience et a probablement les plus grandes chances de gagner, même à Curitiba. Mais tous les autres pilotes ont le même matériel et les mêmes possibilités de gagner. »

 

 

Gabriele Tarquini, votre inoxydable ‘ Ambassadeur ‘ dans cette discipline depuis des années et CHAMPION du monde en 2009, vient de lier son avenir à Honda, à la fin de l’année. Quel est votre avis sur ce départ de votre ancien CHAMPION du monde?

« En fait, nous n’avons pas une équipe d’usine pour le moment, alors si Gabriele part, c’est que je n’étais pas en mesure de le pousser à rester avec nous. Bien sûr, je voulais qu’il reste, mais je sais qu’il a une très bonne relation avec cet autre constructeur. Comme je l’ai dit à Yvan Muller, quand il nous a quitté pour rejoindre Chevrolet, nous restons toujours fiers de leur avoir donné les voitures capables de leur permettre de décrocher leurs couronnes de champion du monde. Cela reste bien ancré dans nos mémoires pour toujours et nous sommes heureux d’avoir fait partie de l’histoire de ce championnat des voitures de tourisme et du palmarès de nos pilotes. »

 

Est-ce que la décision finale de revenir comme team usine sera prise à Macao lors de la dernière course ?

« J’espère que nous le saurons plus tôt que cela, peut-être nous pouvons trouver un partenaire extra-sportif – sponsor –  fort et ensuite voir qui est disponible sur le marché comme pilotes. Je dirais que pousser des jeunes espoirs, comme Fernando Monje ou Pepe Oriola, est une bonne idée. Nous avons actuellement de bons pilote commes Darryl O’Young et Tom Boardman. Bien sûr, aucun d’entre eux ne posséde le niveau de Gabriele ou d’ Yvan encore, mais ils peuvent encore apprendre et bien s’améliorer dans leur carrière. Norbert Michelisz, par exemple, a montré de réels et bons progrès et nous sommes fiers qu’il ait remporté sa première course en WTCC avec nous à Macao. »

Vous avez été impliqué dans le WTCC depuis longtemps. Quels sont ses points forts et ses faiblesses que vous aimeriez voir améliorée?

« Le WTCC devrait avoir une plus grande couverture médiatique dans certains pays, mais je pense que nous avons atteint un bon ensemble dans le domaine des règles sportives. Peut-être aussi les règles techniques pourraient encore profiter de quelques petites modifications, en particulier avec les dérogations afin d’équilibrer les performances. En général, cependant, je suis heureux. Je veux dire, nous pouvons toujours faire plus, nous voulons toujours plus, mais nous avons pris le bon chemin et ça s’améliore tout le temps.»

Voilà, le Docteur Puig s’est livré.

 

 

 

Chevrolet quittant à son tour le Championnat WTCC à la fin de l’actuelle saison, qui sait si Yvan Muller (photo), son ancien pilote, sacré avec SEAT, pour la toute première (2008) de ses trois couronnes mondiales,  ne reviendra pas en 2013, piloter une voiture Espagnole !

Continuant de croiser le fer, avec son pote Gabriele Tarquini et aussi Tiago Monteiro, son équipier d’alors, tous deux membres de l’impressionnante armada SEAT, laquelle comptait alors cinq pilotes ‘ officiels ‘

 

Christian COLINET
Photos : Teams

 

SOUVENIRS DES ANNÉES SEAT

Sport WTCC

About Author

gilles