WORLD SERIES RENAULT : FRIJNS ET ARTHUR PIC PREMIERS VAINQUEURS EN RUSSIE

La Dams de Pic remporte la donne !

 

A MOSCOU, un Français succède à un… autre tricolore.

Arthur Pic, remporte la seconde course des WSR en Formula 3.5, ce dimanche pour laquelle Jules Bianchi avait, lui, peu auparavant signé la pole.

pilote Dams gagne en devançant Walter Grubmüller du Team P1 Motorsport. Kevin Korjus, l’équipier de Bianchi chez Tech 1, complète le podium, à 19″764.

Suivent, André Negrao d’International Draco, quatrième à 20″599, Alexander Rossi, d’Arden Caterham, cinquième à 21 »155 et Carlos Huertas de Fortec. Jules Bianchi, le poleman, ne se classe que septième, à 26″272 et ce après avoir été victime d’un accrochage avec Marco Sorensen, qui s’élançait à ses côtés en première ligne.

Au classement provisoire du Championnat, Frijns occupe le commandement avec 111 points devant Bird avec 101 pts. Bianchi se retrouve 3éme, totalisant 85 pts. Sorensen est 4éme avec 79 pts devant Yelloly, 76 pts et Pic, sixième avec maintenant 64 pts. Magnussen suit avec 58 pts devant Muller, 54 pts et Korjus, 49. Grubmuller, complète le TOP 10, avec 38 pts.

Tout comme Dams, Arthur Pic attendait une première victoire en Formula Renault 3.5 Series depuis longtemps. C’est désormais chose faite en Russie, au lendemain de la fête nationale Française!

Walter Grubmüller du Team P1 Motorsport et Kevin Korjus de Tech 1 Racing, complètent ce podium inédit, tandis que les leaders au championnat marquent eux le pas.

Grâce à deux tours parfaits, Jules Bianchi (Tech 1 Racing) signait sa deuxième pole position en Formula Renault 3.5 Series devant Marco Sorensen (Lotus), Arthur Pic et Sam Bird (ISR). Après l’inauguration officielle du circuit en présence notamment d’Alain Prost et d’Hermann Tilke, architecte du Moscow Raceway, les vingt-six monoplaces se positionnaient sur la grille face à une foule des grands jours.

 

Le départ était pour le moins chaotique. Jules Bianchi et Marco Sorensen s’accrochaient, tandis que Sam Bird était touché par la Lotus de César Ramos. Si Jules Bianchi réussissait à repartir, les autres capitulaient.

Un peu plus loin, Anton Nebylitskiy (Team RFR), Nico Müller (International Draco Racing) et Vittorio Ghirelli (Comtec Racing) s’accrochaient également. La voiture de sécurité regroupait un peloton emmené par Arthur Pic, Nick Yelloly (Comtec Racing), Kevin Korjus, Walter Grübmuller et Alexander Rossi (Arden Caterham).

Au restart, Arthur Pic conservait les commandes de la course devant Nick Yelloly, tandis que bon nombre de pilotes décidaient de rentrer immédiatement aux stands pour effectuer leur changement de pneus obligatoire. Arthur Pic, Nick Yelloly, Walter Grubmüller et André Negrao optaient pour l’option inverse et restaient plus longtemps en piste.

Arthur Pic et Nick Yelloly enchainaient les meilleurs tours tandis que Jules Bianchi, lui aussi sur une stratégie décalée par rapport au reste du peloton, réalisait une belle remontée et pointait troisième avant son passage par les stands.

Les deux leaders s’arrêtaient simultanément, mais le Britannique perdait tout le bénéfice de son début de course en calant. Ainsi, Arthur Pic retrouvait la tête avec une large avance sur Walter Grubmüller, André Negrao, Kevin Korjus et Alexander Rossi.

 

Le Français gérait ensuite jusqu’à l’arrivée afin d’aller décrocher son premier succès en Formula Renault 3.5 Series. Il s’agit également de la première victoire de son équipe dans la discipline. Deuxième, Walter Grubmüller signait son meilleur résultat de la saison. Pour la troisième marche du podium, la situation était plus indécise. Kevin Korjus parvenait à dépasser André Negrao dans les derniers tours.

Cette course ne changeait rien en tête du Championnat, puisque Robin Frijns comme Sam Bird n’inscrivaient pas le moindre point aujourd’hui. Septième, Jules Bianchi réduisait légèrement son retard sur les deux leaders.

A l’arrivée, Arthur Pic, expliquait :

« J’avais déjà eu des opportunités depuis le début de la saison, notamment à Motorland Aragon, mais à chaque fois j’avais pris un mauvais départ. Aujourd’hui, malgré les différents accrochages, mon premier tour a été bon. Ensuite la voiture a été parfaite. Je suis très heureux de ce succès qui est également important pour Dams. »

Cependant que Walter Grubmüller, confiait :

« La course n’a pas été facile à gérer. Je savais que nous étions dans le coup pour un podium, l’essentiel était de ne pas faire de faute. C’était difficile de connaître ma position réelle tant que tout le monde n’était pas passé par les stands. Deuxième, c’est une belle récompense pour toute l’équipe qui se donne à fond. »

Kevin Korjus, concluant :

« J’ai endommagé ma voiture au départ. Il y a quelque chose qui s’est cassé et glissé vers ma pédale de frein. J’ai réussi à le déplacer avec mon pied, mais ça m’a dérangé pendant toute la course. Il y avait également un voyant d’alerte de température. J’avais donc peur que ma voiture s’arrête à un moment ou un autre. Bref, je m’en sors bien et c’est un podium important dont j’avais bien besoin. »

 

ROBIN FRIJNS, PREMIER VAINQUEUR EN CIRCUIT EN RUSSIE !!!

 

La veille, la 1ére course avait vu la victoire de Robin Frijns, tout premier lauréat d’une course automobile Internationale en circuit, en Russie.

Le 14 juillet 2012, restera longtemps gravé dans la mémoire de Robin Frijns de Fortec Motorsports. Après avoir effectué son baptême en F1, au volant de la Red Bull-Renault RB6, le Néerlandais devenait le premier pilote à remporter une course internationale sur circuit en Russie !

Leader de bout en bout, il devançait Jules Bianchi de Tech 1 Racing et Sam Bird d’ISR et prenait seul les commandes du classement général de la Formula Renault 3.5 Series.

Au terme d’une séance qualificative très disputée, Robin Frijns signait peu avant sa deuxième pole position de la saison devant Marco Sorensen de Lotus et Jules Bianchi.

Quelques minutes après être devenu le premier pilote à évoluer au volant d’une F1 sur le Moscow Raceway, le vainqueur de l’Eurocup Formula Renault 2011, s’installait sur la grille de départ face à des tribunes largement garnies. A noter que le temps d’allocation du DRS était de 400 secondes pour cette course.

Robin Frijns prenait le meilleur départ et virait en tête devant Marco Sorensen tandis que Jules Bianchi résistait à la fois à Sam Bird et Arthur Pic de Dams. Les cinq hommes se détachaient immédiatement du reste de la meute, emmenée par Antonio Felix da Costa d’Arden Caterham, Jake Rosenzweig d’ISR et Kevin Korjus, de Tech 1 Racing.

 

Le début de course était animé par la lutte pour la troisième place entre Jules Bianchi et Sam Bird. Arthur Pic en profitait pour revenir au contact des deux hommes. Cette situation faisait le jeu de Robin Frijns et Marco Sorensen qui comptaient plus de six secondes d’avance sur leurs poursuivants après 10 minutes de course.

Dans le peloton, Kevin Korjus gagnait une position suite à l’abandon de Jake Rosenzweig. L’Estonien s’attaquait alors à Antonio Felix da Costa, tandis qu’Alexander Rossi d’Arden Caterham, Lucas Foresti, second pilote Dams et Kevin Magnussen de Carlin, revenaient pour former un groupe de poursuivants très compact. La situation évoluait lorsque Korjus et Magnussen dépassaient simultanément da Costa et Foresti, pour le gain des 6e et 9e positions.

En tête de la course, Marco Sorensen attaquait Robin Frijns. Le Danois partait cependant en tête-à-queue et Jules Bianchi l’évitait de justesse. Le classement évoluait, avec Robin Frijns toujours en tête devant Jules Bianchi, Sam Bird, Arthur Pic et Marco Sorensen.

L’intervention de la voiture de sécurité, afin de dégager les monoplaces de Carlos Huertas de Fortec Motorsports et de Nicolay Martsenko de BVM Target, rendait la fin de course indécise. Robin Frijns conservait les commandes, mais une touchette entre plusieurs voitures provoquait la sortie de piste d’Anton Nebylitskiy du Team RFR, forçant la voiture de sécurité à revenir immédiatement en piste.

La course repartait pour un tour et malgré un ultime accrochage dans le dernier virage entre Lucas Foresti, Kevin Magnussen et Alexander Rossi, Robin Frijns s’imposait devant Jules Bianchi et Sam Bird, reprenant au passage les commandes du championnat avec dix points d’avance sur Bird.

Ravi, Robin Frijns, lâchait :

« Gagner sur un circuit que tout le monde découvre est forcément un signe fort. Je savais que dépasser ici allait être compliqué, le départ était d’autant plus important. L’opposition avec Marco Sorensen a été musclée mais sportive. Il est parti à la faute en freinant du coté sale de la piste. C’est une victoire importante, après mon premier roulage en Formule 1. Il faudra faire aussi bien demain car Jules et Sam sont bien là. »

Jules Bianchi, enchainant :

« Nous avons besoin de marquer des points car nous avons fait trop d’erreurs en début de saison. Ce matin j’avais les moyens de signer la pole position, car ma monoplace est très efficace. Je revenais sur Robin avant l’entrée de la voiture de sécurité. Cela me coûte peut-être un meilleur résultat, mais j’avais besoin de ces points. »

Quant à Sam Bird, lui il racontait  :

« Ce matin j’ai fait une erreur en qualifications, c’est ma faute. Nous avions une très bonne voiture en début de course, mais je n’ai jamais vraiment eu l’opportunité de doubler Jules. Un podium est un résultat positif. Avec une distribution de points identique à la F1, le classement général peut rapidement évoluer. »

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : WSR

 

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DU CHAMPIONNAT

1. Robin Frijns (Hol) 111 POINTS, 2. Sam Bird (GB)  101, 3. Jules Bianchi (Fr) 85, 4. Marco Sörenson (Dan) 79, 5. Nick Yelloly (GB) 76, 6. Artur Pic (Fr)  64, 7. Kevin Magnusson (Dan) 58, 8.Nico Müller (Sui) 54, 9. Kevin Korjus (Est) 49, 10. Walter Grubmüller (Aut) 38, 11. Alexander Rossi (USA ) 37, 12. Andre Negrao (Bré) 32, 13. Mikhail Aleshin (Rus) 26, 14. Will Stevens (GB) 22, 15. Carlos Huertas (Col) 21, 16. Nicolay Martsenko (Rus) 13, 17.  Jake Rosenzweig (USA), Richie Stanaway (NZ), Daniil Move (Rus), Antonio Felix da Costa (Port)  8, 21.  Giovanni Venturini (Ita)  3, 22. Zoel Amberg (Sui) 1.

Sport

About Author

gilles