ELMS : VICTOIRE POUR LA MORGAN NISSAN OAK RACING AUX 6 HEURES DE DONINGTON

 

Victoire pour la Morgan-Nissan, la N°35 du trio formé des habituels Olivier Pla et Bertrand Baguette, renforcé par le petit nouveau chez OAK, Dimitri Enjalbert, ce dimanche lors des Six Heures de Donington, seconde manche du Championnat ELMS disputé en Angleterre.

L’équipage l‘emporte en devançant l’Oreca-Nissan, victorieuse elle de la manche d’ouverture les Six Heures du Castellet en avril dernier, du tandem composé de Mattias Beche et de Pierre Thiriet.

Le podium étant complété par une autre Oreca-Nisan, celle du Tam Murphy avec les britanniques, Warren Hughes et Jody Firth, associé au Néo-zélandais, Brendon Hartley.

 

 

Parti de la 4ème place, la Morgan-Nissan de l’équipage Baguette-Enjalbert-Pla, a réalisé la course parfaite pour parvenir à s’imposer, ce dimanche, lors des 6 Heures de Donington, seconde manche du Championnat ELMS (European Le Mans Séries).

Engagée quelques jours seulement, avant la manche britannique, par l’écurie de Jacques Nicolet, cette seconde voiture désignée comme la voiture de pointe de l’équipe OAK Racing, avait pourtant cumulé les problèmes, au cours des séances d’essais, lors des jours précédents.

Problèmes moteur vendredi, eau dans le carburant samedi !

 

 

 

Autant de soucis qui diminuaient le temps de roulage de l’équipage de la N°35 et notamment d’Olivier Pla qui découvrait finalement le tracé du circuit, lors des qualifications samedi après-midi et signait le 4ème chrono.

Appliquant une stratégie différente sur ses deux voitures, OAK Racing choisissait de faire partir la N°35 ,chaussée de ses pneus de qualification et de stopper dès le 30ème tour pour chausser des gommes neuves.

Ainsi, alors que l’autre Morgan-Judd, de Matthieu Lahaye, ce dernier auteur de la pole position, caracolait en tête de la course, celle de Bertrand Baguette subtilisait la seconde place, à la Zytek-Nissan de Sam Hancock dans le 60ème tour.

 

 

Dès lors, les deux Morgan OAK, monopolisaient les deux premières places du classement général. Le pilote Belge, prenait ensuite les commandes de la course et ce lors de l’arrêt de la voiture de tête.

La lutte pour la victoire allait dès lors se poursuivre jusque dans la dernière heure de course, au gré des pit-stops et des stratégies appliquées par les équipes.

A 1h10 de l’arrivée, Warren Hugues, au volant de l’Oreca-Nissan du Team Murphy Prototypes, subtilisait la tête à Pierre Thiriet, qui pilotait lui, l’Oreca-Nissan de l‘écurie Thiriet by TDS Racing et qui effectuait son pit-stop et passait le relais à son équipier, Mathias Beche.

Cependant, deux tours après avoir pris les commandes de la course, le Britannique partait en tête-à-queue et ce après avoir doublé une GTE et sortait de la piste.

Hughes parvenait à repartir et à conserver l’avantage. Mais cette escapade hors-piste, n’allait pas être sans conséquences.
Au 200ème tour, le pit-stop de la voiture de Murphy Prototypes, prenait plus de temps à cause du réajustement du capot avant.

 

Au volant de la Morgan-Nissan N°35, Olivier Pla s’installait en tête à la suite de la 6ème vague de ravitaillement et allait conservait l’avantager jusqu’au drapeau à damier.

Un « Stop and go » de 30 secondes pour vitesse excessive dans la pit-lane , retardait alors Mathias Beche qui occupait la seconde position et le faisait glisser momentanément au 3ème rang derrière.

La lutte pour le gain de la deuxième place, allait néanmoins se poursuivre.

Hartley le jeune Néo-zélandais et Beche le Suisse, se livraient, un superbe mano à mano, à quarante minutes de l’arrivée.
Finalement, un changement de capot sur l’Oreca du Néo-zélandais, lors de son dernier pit-stop, lui coûtait définitivement la deuxième marche du podium.

 

 

 

La Morgan-Nissan de l’équipage Baguette-Enjalbert-Pla, s’imposait pour la première fois de la saison devant l’Oreca-Nissan de Beche-Thiriet, victorieuse de la manche d’ouverture au  Paul Ricard en avril dernier et qui de ce fait du coup, conserve la tête de l’European Le Mans Series.

L’écurie SLR (Sébastien Loeb Racing) échoue, elle, au pied du podium, après l’accrochage survenu dans le premier tour entre Nicolas Marroc et Soheil Ayari.

 

 

La Zytek du trio Ordonez-Kimber-Smith-Brundle, du Team Greaves Motorsport, équipe Championne LMP2 en titre, termine à 17 tours des leaders après avoir dû régler un problème de freins, survenu durant la seconde partie de la course.

Parmi les abandons, citons celui de la Lola-Judd pilotée par Alexander Sims, de l’équipe Status GP, sur probléme d’alternateur, lequel priva hélas, les frères Julien et Maxime Jousse, du moindre tour en course et de la Zytek-Nissan de Jota, suite à l’accident de Simon Dolan).

 

Comme on l’imagine, les hommes de l’équipe Sarthoise, OAK Racing, étaient ravis de ce succès

Ainsi, Bertrand Baguette :

« Nous attendions cette victoire depuis un certain temps. Mes équipiers et moi avons réalisé du bon boulot. Après les soucis que nous avons rencontrés avant la course, je crois que c’est une victoire bien méritée. Je pense que notre stratégie de partir en vieux pneus, puis d’enchaîner deux relais avec des gommes neuves a été importante dans notre victoire ».

 

A ses côtés, Olivier Pla, enchaine :

« Depuis le début de l’année, nous avons démontré le potentiel de la voiture sans parvenir à concrétiser. C’est chose faite à Donington malgré un début de week-end difficile. Cette victoire revient également à toute l’équipe qui a réalisé un excellent travail pour nous permettre d’être aussi performants et fiables durant la course. Pour ma première course à Donington, je suis très content. Nous dédicaçons tous cette victoire à Guillaume Moreau qui a beaucoup apporté à l’écurie ».

 

Le petit ‘ nouveau ‘ Dimitri Enjalbert, poursuivant :

« Il s’agissait de ma première course en LMP2 et je n’ai pu boucler que dix tours avant la course pour apprendre la voiture. Je suis donc très content que cela se termine par une victoire »

 

 

De son côté, Mathias Beche, pilote de l’Oreca-Nissan N°3 du Thiriet by TDS Racing, expliquait :

« Nous aurions sans doute pu gagner aujourd’hui sans cette pénalité prise à cause d’une vitesse excessive dans la pit-lane. Notre limiteur n’a pas fonctionné correctement. Mais c’est le règlement. Nous terminons finalement 2ème et conservons la tête du championnat. Ce qui est essentiel ! ».

Quant à Jonathan Cocker, 1er de la catégorie GTE Pro avec la Ferrari 458 Italia du JMW Motorsport, lui, il concluait :

« Il est dommage que nous n’ayons pas plus de voitures dans notre catégorie, mais cela ne nous a pas empêché de réaliser une belle course. Allan Simonsen a parfaitement remplacé James Walker au pied levé ».

Cependant que Nicolas Armindo, 1er en GTE AM, au volant de la Porsche 911 RSR de l’équipe Normande, Imsa Performance Matmut, confiait :

« Nous étions déçus de notre performance en qualifs. Nous avons finalement trouvé de meilleurs réglages au dernier moment qui ont bien fonctionné en course. Il était important pour nous de terminer devant la Ferrari qui s’annonçait meilleure en consommation de carburant et de pneus. Ce qui signifiait pour nous d’être très rapides en piste pour parvenir à la battre».

Le mot de la fin, nous le laissons à Thomas Dagoneau 1er LMPC avec la Formula Le Mans du Boutsen Ginion Racing :

« Nous sommes satisfaits d’avoir pu prendre le maximum de points après le manque de réussite que nous avions eu au Paul Ricard. Cette catégorie mériterait davantage de concurrents car elle est l’étape indispensable pour accéder au LMP2 ».

 

Christian COLINET

Photos : DPPI

 

LE CLASSEMENT FINAL

1 – Pla-Baguette-Enjalbert (Morgan-Nissan) – Team OAK Racing. Les 251 tours en 6H00’05″061
2 – Beche-Thiriet (Oreca 03-Nissan) – Team Thiriet by TDS, à 21″574
3 – Firth-Hughes-Hartley (Oreca 03-Nissan) – Team Murphy, à 32″365
4 – Sarrazin-Minassian-Marroc (Oreca 03-Nissan) – Team Sébastien Loeb Racing, à 1 tour
5 – Kaffer-Ayari-Perez Companc (Oreca 03-Nissan) –  Team Pecom, à 5 tours
6 – Nicolet-Lahaye (Morgan-Judd) – Team OAK Racing,  à 7 tours
7 – Brundle-Ordonez-Kimber-Smith (Zytek Z11SN-Nissan) – Team Greaves, à 17 tours
8 – Simonsen-Cocker (Ferrari F458 Italia) – Team  JMW, à 19 tours
9 – Pons-Armindo-Narac (Porsche 997) – Team  IMSA, à 20 tours
10 – Perazzini-Cioci-Griffin (Ferrari F458 Italia) –  Scuderia AF Corse, à 21 tours
11 – Dagoneau-Battut-Hartshorne (Oreca FLM09) –  Team BGR, à 38 tours

MEILLEUR TOUR : Brandon Hartley, en 1’21″336

ABANDONS
127° tour : Hancock-Dolan
45°   tour : Sims- Julien Jousse- Maxime Jousse

ELMS Sport

About Author

gilles