SILK WAY RALLY: LAVIEILLE, LE ROI DE « ГРЯЗЬ », LA BOUE…

 

ETAPE 3 – Volgograd / Elista

ES : 275.00 km (10 juillet)

 

 

Entre Volgograd et Elista, le Silk Way Rally a dû écourter la spéciale pour cause … d’inondation !

Christian Lavieille, s’est joué d’un piège terrifiant, car la boue d’été, ici est glissante comme le verglas.

Même sur sol rigoureusement plat.

Il est certain que le fait d’avoir été motard de haut niveau ça aide, mais c’est un fait, Lavieille est fort.

 

 ET SOUDAIN LE DÉLUGE…

 

Il pleut des cordes. en Russe, on dit « il pleut à seaux »…

L’étape qui doit relier, Volgograd à Elista, dans la province des Kalmoukhs, à travers le désert des Kazars, ressemble à s’y méprendre à la « Raspoutitza », le dégel qui a vaincu Napoléon et Von Paulus.

Sauf que cette historique et meurtrière Raspoutitza est au printemps, en effet au dégel, et qu’ici nous sommes en plein été!

Logiquement, les Russes de l’organisation, connaissent bien leur terre, le début de spéciale est donc  annulé.

Tout le monde descend en liaison vers le sud, la spéciale est coupée de 200 km, elle n’en fait plus que 275.

C’est qu’ici, quand il pleut, on est très vite en conditions d’inondations, la région où doit arriver le rallye, sur la Mer Noire, a d’ailleurs été il ya deux jours victime d’un désastre  – plus de cent morts –  qui rappelle le Déluge qui l’a rendue célèbre…

 

VU PAR MICHEL ANGE

 

Pardon lecteur, pas grand chose à faire sous une pluie battante alors vive l’histoire….

Il ya longtemps, la Méditerranée et la dépression de la Mer Noire, étaient séparées par une énorme montagne.

En fait, il n’y avait pas de Mer Noire.

Puis, il a plu, dit la Bible, pendant 40 jours, et la montagne a été emportée par les flots, créant le détroit des Dardanelles sur le Bosphore où le courant est toujours insensé et où la Méditerranée, se déverse à grands flots terrifiants…

Le niveau du vague lac qui était en bas, est monté de centaines de mètres, c’est là le fameux déluge de la Bible.

Et la Mer Noire a été créée.

On a retrouvé il n’y a pas longtemps, au fond de la Mer Noire, les preuves de cette montée d’eau extrêmement violente…

Bref, on aura compris qu’ici quand il pleut, ça ne fait pas semblant…

 

RUSSES INTOUCHABLES…

EDUARD NIKOLAEV

 

On aura aussi compris que sur ce type de terrain, les Russes sont invincibles.

Le Kamaz de Nikolaev a en effet battu tout le monde sur ce morceau de spéciale!

Si Lavieille fait le meilleur temps en auto au CP2, le seul de la journée puisque le premier a été supprimé, le meilleur temps scratch est…. un camion!

Insensé bien sûr mais les contrôleurs des CP m’ont raconté que quand les Kamaz arrivent pour pointer, ils se barrent en courant tellement ça fait peur, tellement ça arrive vite, tellement ça freine n’importe comment…

Au passage d’ailleurs, Nikolaev colle encore quatre minutes au Man de Loprais, le vainqueur de l’édition 2011 du Silk Way.

Même si c’est un seul Kamaz sur sept au départ… qui bat le Man, c’est quand même une sévère dérouillée.

Retour aux autos:

Lavieille, sur son proto Dessoude, fait une superbe OPA.

Car l’Argentin Alvarez, en tête la veille au général, est en train de pelleter des châteaux de sable et perd la bagatelle d’ une heure.

Car, Gardemeister, pilote de rallye qui faisait une brillante arrivée en rallye raid, a été accidenté comme Schlesser la veille et à son tour, évacué en hélico.

Reste Pelichet, qui est parti ce mardi matin avec dix minutes d’avance sur Lavieille mais en a perdu douze au CP.

Donc, à ce moment de la course, Lavieille est en tête du Rallye, au classement général.

La dernière partie est totalement hors piste.

Avec des points GPS à respecter, ça fait ding ding dans le cockpit quand on est à 50 mètres, si on le rate on prend un paquet de pénalités…

Là, c’est sûr, on ne fait pas cent de moyenne, même sur du sable un peu durci par la pluie.

 

ELISTA BOUT DU MONDE…

 

 

Sur l’aéroport, les visages sont franchement asiatiques. les petits restaus qui s’installent sur l’aéroport sont des yourtes.

Et le ravito arrive, lui … à dos de chameau.

Attention, le chameau est exclusivement ici en Asie, il a deux bosses.

Ce que l’on voit en Afrique est un dromadaire, à une seule bosse…

 

LAVIEILLE, LE ROI DE LA GLISSE

 

C’est là, sur le petit aéroport, qu’arrive Christian Lavieille, crevé, trempé, heureux…

« Pas facile aujourd’hui, en plus on ouvrait. Une vraie journée de navigation. Cela dit, Pascal (Larroque, son coequipier) a fait du super boulot, entre les fermes, il ne fallait pas se rater.  En plus, sur la fin, ils avaient mis plein de points GPS à trouver, un vrai jeu de pistes. Le terrain était difficile; surtout à cause de la pluie, ça glissait l’enfer au début, sur la fin on a pris des trombes d’eau, ça rentrait partout dans la voiture, on est trempés… « 

Je lui demande alors si le fait d’avoir pratiqué la moto à haut niveau aide, quand le terrain glisse à ce point…

« Oui, surtout parce que même si j’ai attaqué toute la journée, il faut gérer sans arrêt, un peu comme en endurance, il ne faut pas se laisser piéger. C’est le fait d’avoir beaucoup d’expérience en compétition de façon générale qui était important aujourd’hui. Bon, on est partis ce matin avec l’intention de passer en tête au général, et la journée a été compliquée mais géniale ».  

Ce soir, Christian Lavieille est donc en tête du Silk Way Rally.

Dix minutes devant Jérôme Pélichet, Quatorze devant le Russe Gadasin, le Hongrois Zapletal et l’Allemand Kahle… Il a toute l’Europe sur le dos!

En camions, le Kamaz de Nikolaev a maintenant douze minutes d’avance sur le Tchèque Loprais et son Man.

Une info, même si on ne mélange pas les titans et les sauterelles… Au temps total ajouté, au classement général, le Kamaz de Nikolaev est en tête…

Près de neuf minutes de moins que Lavieille.

Sont fous ces Russes!

Mais qu’est ce qu’ils roulent!

 

 Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Éric VARGIOLU-DPPI et …  MICHELANGELO BUONARROTI

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis