SILK WAY RALLY SCHLESSER : LE RECIT DE L’ACCIDENT

 

Jean Louis Schlesser est parti en tonneaux, lundi matin, juste sous l’hélicoptère de l’organisateur Fred Lequien, qui avait à bord notre consœur Marie France Estenave.

L’hélico s’est posé et Jean Louis sort de l’auto, une main abimée, la gauche (il est gaucher), l’auriculaire et l’annulaire sont fendus sur toute la longueur, tendons et articulations apparentes, avec manque de sensibilité en bout de doigts, et donc possibilité de nerf coupé.

Il explique ce qui s’est passé:

« Il ya à l’avant de la voiture ce que l’on appelle un ski, ou encore le sabot, une plaque qui sert à glisser sur le sable quand on y entre un peu fort et à protéger la cabine et certaines pièces importantes  des projections de sable. Notre plaque a commencé à se barrer et nous avons voulu l’enlever, carrément. On s’est arrêtés. Il y avait quatre boulons. On a réussi à en enlever trois et le quatrième ne venait pas. On pensait que ça se barrerait tout seul, on est repartis. Et bien sûr, le boulon a lâché. Mais le ski s’est retourné sur lui-même, et a formé une sorte de boule sus une roue arrière et on est partis en tonneaux. Royalement à cinquante à l’heure en plus ».

Jean Louis s’en voulait terriblement.

Et, avant de monter dans l’hélico médical, il se jurait à lui-même qu’il serait la semaine prochaine …. au départ de la Baja espagnole où il défend son titre contre Al Attiya et Peterhansel !

Rien que ça.

Il est reparti par Moscou en direction Nice, et devait être opéré ce mardi matin à Monaco.

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Éric VARGIOLU-DPPI

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis