SILK WAY RALLY: LE JOUR DE STALINGRAD, LES RUSSES A DOMICILE

ÉTAPE 1 – Moscou – Ryazan – Volgograd
Liaison : 184.85 km (7 juillet)
Liaison : 497.20 km – ES : 258.31 km – Liaison : 123.06 km (8 juillet)

Après des vérifications administratives et techniques à Moscou et une première partie de liaison hier, le Silk Way Rally 2012 a réellement pris son envol aujourd’hui avec le premier secteur chronométré.

Une spéciale de 258, 31 km

Cette première spéciale a permis d’entrer dans le vif du sujet. Un parcours mixte avec du rapide et du sinueux mais aussi beaucoup de changements de direction qui n’ont pas rendu la navigation très aisée.

Au CP1, le Proto XI de Christian Lavieille et Pascal Larroque vire en tête. Un début de course incisif et efficace mais un élan stoppé net quelques kilomètres plus loin comme le raconte Christian.

« La pression d’huile a brusquement chuté et il n’a pas fallu bien longtemps pour comprendre l’origine du problème. Le radiateur d’huile était percé ! Nous avons opéré une réparation de fortune et nous sommes repartis mais au passage, 25 bonnes minutes s’étaient envolées. Globalement, la voiture s’est bien comportée. Quelques réglages sur les suspensions et l’hydraulique mais tout va bien. Le rallye débute à peine et ce handicap peut encore être gommé. »

Pascal Larroque faisait aujourd’hui son baptême du feu sur le Proto et aux côtés de Christian.

« Tout s’est remarquablement passé avec Christian et avec lui, ce n’est pas compliqué ! Je n’étais pas très en forme sur le début du parcours mais rapidement, tout est rentré dans l’ordre. Il y avait pas mal de navigation et beaucoup de changements de direction sur des pistes pas toujours très faciles à repérer. Il fallait rester très attentif. »

Boris Gadasin, à bord de son proto G-Force, a gagné la première étape du Rallye Silk Way 2012.

Il est vrai que Jean Louis Schlesser, la veille, au parc fermé de la Place Rouge à Moscou, est allé voir cette auto en me disant ensuite qu’elle était bien fichue…

Et comme constructeur, Schless’ est aussi un expert!

Alors ?

Alors à l’arrivée à Volgograd, le buggy bleu de Jean Louis est…  second à onze secondes du Russe, ce qui laisse augurer d’assez grosses bagarres dans les jours à venir.

Le troisième est l’Argentin Alvarez, qui devance l’Allemand Kaele de presque trois minutes.

Voilà où l’on en est après une spéciale finalement assez courte, 250 km, et une liaison façon Dakar, de 1000 km au total !

Tout de même…

QUAND L’HISTOIRE SE RACONTE…

 

Volgograd, où s’arrête aujourd’hui dimanche le Silk Way Rally, s’appelait jusqu’en 1961, Stalingrad.

Une plaine infinie, traversée par la Volga, une histoire lourde de sang et de massacres, là est la première arrivée de spéciale du Rallye Russe.

Bivouac en bord d ‘aérodrome, vieux avions Antonov AH 72 en bord de piste, reconstitution d’un camp retranché à deux pas, les jeunes filles du coin ont aussi remonté une ambiance de fête traditionnelle, en fait l’endroit était bien pourri mais entre organisateurs et autorités locales, on en a pourtant fait, un vrai endroit de bonheur.

Stalingrad…

La première vraie défaite Allemande de la deuxième guerre mondiale.

Von Paulus a perdu, au total, entre les morts, les blessés, les disparus et les déserteurs, près ….d’un million d’hommes.

Ici, l’histoire  a commencé à changer de camp…

Hitler avait préféré les champs de pétrole du sud de l’URSS et fait dériver une de ses armées vers Stalingrad.

Entre la résistance héroïque de Leningrad au nord, les batailles de chars démentielles au centre, Staline refusait de quitter Moscou et pour finir la reddition allemande ici sur la Volga, le vent brûlant de la steppe nous raconte une histoire insensée…

 

BATAILLE DE VOLGOGRAD: LES RUSSES GAGNENT,FORCEMENT!

 

Il fait chaud, le vent est fort, sec comme un bois de flottage échoué sur une plage.

On apprend que d’abord, Christian Lavieille a mené la troupe, mais s’est arrêté longtemps.

Il a perdu 25 minutes et se retrouvera quinzième le soir à l’étape.

Un radiateur d’huile percé, mauvais plan!

C’est ensuite une belle bagarre entre le Russe Gadasin, au volant d’une G Force, qui arrive au bout de la spéciale avec onze secondes d’avance sur Schlesser.

Ensuite, au classement, on trouve des écarts non négligeables. Alvarez est troisième à plus d’une minute, Kahle est quatrième à quatre minutes, Novitsky, un Ukrainien qui n’a rien à voir avec le Russe qui louait à prix d’or des BMW et des Minis d’Usine, encore un peu derrière.

 

 

Schlesser à l’arrivée:

« En fait, c’était plutôt une journée pour les 4X4. Il y avait même un peu de sable sur la fin. Dans ces conditions, je pense qu’avec mon co-équipier Konstantin, on s’en est bien sortis. On a fait le maximum mais quand on n’arrive pas à passer la puissance, on n’y arrive pas! Bon, on a bien roulé… ».  

Demain lundi ne sera pas une étape beaucoup plus facile pour Jean Louis, on part en forêt, mais le sable mou n’est pas loin.

Avec des dunes abruptes, sans visi derrière.

Mais en fin de parcours, on retrouvera du terrain de rallye.

Bon, cela dit, Schless a gagné le Dakar deux fois et il y avait des milliards de dunes de sable…

Qui plus est, c’est une vraie étape de Rallye Raid, longue, 434 km de spéciale, et le métier va parler aussi.

 

CAMIONS: L’ARMÉE RUSSE PREND LE POUVOIR…

 

Chez les lourds, les mastodontes et c’était prévisible, les Kamaz bleus finissent en tête. C’est Nikolaev, qu avait un peu fait le mauvais garçon, avec neuf tonnes entre les guiboles quand même… sur le Dakar et avait donc été puni !

Il gagne cette première journée mais…

Mais cinq minutes derrière lui, se trouve le Man du Tchèque Loprais, le cauchemar des Russes. Loprais, victorieux du Silk Way, l’an passé  !!!

Et au classement général, Loprais est déjà second. Bien calé au milieu de la meute bleue !!!

Autrement dit, il a laissé derrière … six des sept camions Kamaz.

Victoire donc, mais petite…

Peut-être que ce ne sera pas aussi facile que prévu… pour la firme Russe

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos :  Eric VARGIOLU – DPPI et archives AUTONEWSINFOS

 

Rallye-Raid Sport

About Author

jeanlouis