LE MANS CLASSIC : CARLOS TAVARES LE PATRON DE RENAULT EST AUSSI UN FIN PILOTE

 

Au milieu de la meute des centaines de pilotes présents ce week-end sur le grand circuit du Mans, il en est un qui dans la discrétion, semblait particulièrement heureux de se trouver là !!!

Son nom ?

Carlos Tavares.

Carlos Tavares, le nouveau grand patron de Renault, successeur de Patrick Pelata, nommé par Carlos Ghosn, au début de l’été 2011 .

 

RENCONTRE AVEC LE NOUVEL HOMME FORT DE RENAULT : L’ATTACHANT  ET CHARISMATIQUE CARLOS TAVARES

 

 

Pour nous, malgré l’importance de sa fonction, rencontrer Carlos Tavares est l’assurance de papoter entre passionnés, tant l’homme est un véritable accroc, totalement addict de la course.

Alors, pouvoir partager quelques minutes avec lui, est un réel privilège

Dont nous avons franchement profité pour évoquer avec lui tous les sujets chauds et d’actualité concernant la firme au losange.

Et, Alpine !

Tout d’abord, nous lui parlons de sa présence ici au Mans Classic, où il est engagé comme pilote pour conduire plusieurs bolides de la Collection Renault Classic.

 

 

L’Alpine A442 B, victorieuse avec Didier Pironi et Jean Pierre Jaussaud, de l’édition 1978 des 24 Heures. Mais également, l’Alpine M65.

A l’époque, lors de l’édition 1965 de la prestigieuse épreuve Sarthoise, les 19 et 20 juin, cette M65, cette Alpine était conduite par le duo Mauro Bianchi –Henri Grandsire.

Elle avait malheureusement abandonné au bout de trois heures de course, sur ennui de transmission.

Ce week-end, Carlos pilotait ces bolides, en compagnie de Jeannot Ragnotti sur l’A442B et d’Alain Serpaggi et du Britannique  Richard Meaden, pilote-reporter au magazine EVO, au volant de l’Apine M65.

 

 

L’heureux patron de la firme au losange, petit veinard qui va piloter deux icones de la maison Renault, nous confie, en préambule :

« Courir ici c’est franchement le summum. N’ayons pas peur des mots. Le Mans est  un circuit de légende comme l’est celui d’Indianapolis où j’ai eu lorsque je travaillais pour Nissan aux USA, le privilège d’assister aux 500 Miles. Ici la piste Sarthoise est unique en ce sens qu’elle marie  vitesse et dureté.»

Il poursuit :

« Lorsque tu prends la piste pour la toute 1ére fois ce qui est mon cas ce samedi, car je le découvre, tu as un peu d’appréhension. Et ce d’autant plus qu’il est hors de question d’abimer une telle auto – l’Alpine victorieuse des 24 H du Mans 1978 – Mais quel bonheur lorsque tu te retrouves dans la légendaire ligne droite des Hunaudiéres. Montée d’adrénaline garanti et grosse charge émotionnelle. »

 

 

Carlos Tavares nous précise :

« J’ai franchement un profond respect pour les pilotes des 24 Heures. Le rythme en course est absolument impressionnant.  »

Et de nous lâcher :

« Ils ne sont pas sur la même planète »

Rappelons que les 16 et 17 juin dernier, le patron de Renault, en grand passionné qu’il est, avait passé à nos côtés, une bonne partie de la nuit dans le stand Signatech-Nissan, à suivre la course des deux Oreca de l’équipe de Philippe Sinault.

Confiées aux équipages Mailleux-Tesson-Lombard et Panciatici-Ragues-Rusinov

Mais revenons à sa présence à cette épreuve du Mans Classic :

« Pour dire vrai, je suis avant tout un vrai passionné de course et je souhaitais être présent et rouler avec l’équipe Renault Classic car je me dois de soutenir nos actions sportives. Eu égard à ma fonction, je me dois de ne pas rester confiné et enfermé au siège dans une tour d’ivoire. Et ici, on croise énormément de fans, de passionnés et il est vraiment intéressant de bavarder, de dialoguer et d’écouter ce qui se dit. J’ai cette volonté réelle de me nourrir de la vraie vie et d’écouter »

 

 

Venons – en, à … Alpine.

Vous roulez également dans le concept-car, tout récemment présenté et dévoilé à l’occasion du GP de Monaco en mai dernier

« La marque Alpine est une marque qui appartient au groupe Renault. Une marque à part entière. Alpine est mythique. Un joyau. Avec une fabuleuse histoire. Renault doit tirer profit de cet héritage »

Et après un court instant de réflexion, Carlos Tavares enchaine :

« Tout le monde attend cette auto. Le retour d’Alpine. On est vraiment attendu et soutenu. Depuis sa présentation à Monaco partout où on la montre comme ici au MANS Classic mais aussi la semaine dernière au festival de Goodwood en Angleterre, c’est une émotion et de la passion qui entourent cette auto »

D’ailleurs, ces derniers jours, les pubs Renault sont axées sur ce concept car Alpine. Avec pour slogan ‘ Accélérateur d’émotions ‘

 

 

Alors quid du futur d’Alpine ?

« Pour être tout à fait franc, il faut assurer en priorité le côté économique. Et pour être sûrs de réussir, nous sommes parvenus à la conclusion qu’il nous faudra nous appuyer sur un partenaire afin de gagner du temps et de partager l’investissement. Et ce choix est d’éviter de courir à l’échec »

Nous lui lâchons  ‘ Est-ce avec Lotus ?’

Sourire et réponse laconique en forme de joker

«  Je ne confirme ni n’infirme »

 

 

Alors ce dossier, ce projet qui mobilise, a-t-il vraiment une chance sérieuse d’aboutir ?

«  On a été capable de réactiver le souvenir de la marque. On bosse pour dénicher le partenaire idéal. Les discussions progressent.  Lors de l’annonce de l’étude au GP de Monaco j’avais estimé à 50% la chance de voir aboutir le projet. Aujourd’hui un peu moins de deux mois plus tard, je pense que nous avons largement dépassé ce stade. En fait, la décision finale sera prise lorsque nous serons assurés que le modèle économique est viable. Et ce, dans la mesure où, en interne chez Renault, personne ne souhaite relancer Alpine pour la voir à nouveau disparaitre après quelques mois ou années,  faute de conditions économiques acceptables pour notre entreprise, eu égard à la conjoncture économique difficile dans laquelle nous nous trouvons. »

 

 

Puisque nous sommes au Mans et que vous roulez dans cette épreuve du Mans Classic au volant d’une Renault Alpine A442 B qui a triomphé le 11 juin 1978 aux 24 Heures, est- il illusoire d’imaginer revoir un jour une Alpine Renault prendre à nouveau le départ de l’épreuve Sarthoise ?

« Vu le futur règlement applicable en 2014 qui fait au fond un peu la part belle au rendement énergétique – là ou autrefois brillaient les Alpine tout comme au classement à l’indice de performance – on pourrait parfaitement envisager et imaginer voir Renault poursuivre en F1 et Alpine revenir un jour en endurance »

 

 

En conclusion, Carlos Tavares prône, à l’instar de ce qui se faisait jadis avec les inoubliables Berlinettes, d’appliquer à cet éventuel future Alpine, le concept ou la philosophie de « Frugalité ingénieuse »

Gilles GAIGNAULT
Photos : Michel PICARD

 

Le Mans Classic Personnalités Renault

About Author

gilles