WORLD SERIES RENAULT : A QUI LE TOUR ?


Avec cinq vainqueurs différents en cinq courses, la lutte pour le titre est intense en Formula Renault 3.5 Séries où Sam Bird du Team ISR, pointe en tête du Championnat devant Robin Frijns,, de l’équipe Fortec Motorsports et Nick Yelloly du Comtec Racing.

Les débats se poursuivent ce week-end en Allemagne sur le tracé du Nürburgring et à l’issue du meeting Allemand, le leader, à condition qu’il ne soit pas en contrat avec une équipe de F1 concurrente, à Red Bull Racing, sera invité à prendre les commandes de la RB6, lors de la démonstration de Formule 1 du prochain meeting des World Series by Renault, prévu au Moscow Raceway.

 

Cinq courses ont donc déjà été disputées en Formula Renault 3.5 Series et comme en Formule1, cinq vainqueurs différents se sont illustrés :

Nick Yelloly et Robin Frijns à Motorland Aragón, Sam Bird à Monaco puis Marco Sorensen et Kevin Magnussen à Spa-Francorchamps.

Fort logiquement, ces cinq pilotes occupent le haut de la hiérarchie, Bird devant Frijns, Yelloly, Sorensen et Magnussen.

La liste des vainqueurs pourrait cependant toutefois bien s’allonger en Allemagne !

 

 

Sixième du Championnat ,avec deux deuxièmes places, le Français Jules Bianchi de la formation Toulousaine, Tech 1 Racing, court toujours après son premier succès en Formula Renault 3.5 Series.

Tout juste rentré du Grand Prix de Formule 1 d’Europe à Valencia où il participait à la première séance d’essais libres à bord de l’une des deux F1 de l’équipe Sahara Force India, le Français, a absolument besoin de combler son retard.

Son équipier chez Tech 1, Kevin Korjus, doit lui aussi se mettre en évidence en Allemagne et ce afin de recoller au peloton des hommes de tête.

Premier et troisième la saison dernière sur ce circuit du Nürburgring, qu’il affectionne tout particulièrement, l’espoir Estonien, aura l’avantage du terrain.

Alexander Rossi d’Arden Caterham, Nico Müller d’International Draco Racing, Mikhail Aleshin du Team RFR anciennement KMP, Will Stevens de chez Carlin et enfin Arthur Pic, de Dams, font également partie des candidats potentiels et se sont montrés les principaux animateurs de ce début de saison et peuvent  légitimement espérer, s’imposer en Allemagne.

 

Dans la mesure où le leader au soir du Nürburgring, sera invité à prendre les commandes de la RB6, lors de l’une des exhibitions F1 du prochain meeting, ou le pilote suivant au classement provisoire du Championnat et ce répétons-le, si le premier, se trouve déjà en contrat avec une équipe de Formule 1 concurrente à Red Bull Racing, la place de Sam Bird sera d’autant plus convoitée, ce week-end.

Mathématiquement, ils sont donc neufs à pouvoir  rêver de repartir en tête d’Allemagne…

Les jeux sont donc loin d’être faits !

 

Blessé aux vertèbres, lors d’un accident survenu durant la deuxième course de Spa-Francorchamps, le Néo-Zélandais Richie Stanaway, de l’équipe Lotus, se trouve en convalescence et ce pour au moins trois mois.
Rentré chez lui à Auckland aux antipodes, le pilote iRace Professional, vainqueur de l’ATS Formel 3 Cup 2011, sera remplacé par César Ramos.

Onzième de la Formula Renault 3.5 Séries 2011 et troisième Rookie, avec deux pole positions au compteur, le  jeune Brésilien, découvrira donc  la nouvelle Formula Renault 3.5 en Allemagne.

 

Au Championnat Teams, les écarts sont tout aussi faibles, même si les équipes ISR et Fortec Motorsports, ont pris quelques longueurs d’avance sur Tech 1 Racing, Carlin, Lotus et Comtec Racing.

Enfin, après Jean-Éric Vergne et Daniel Ricciardo, les deux pilotes Red Bull qui roulent désormais en GP au volant des Toro Rosso, ce sera au tour de leur prédécesseur Sébastien Buemi – ex pilote de la Scuderia de Faenza et pilote officiel Toyota aux récentes 24 Heures du Mans – d’effectuer la traditionnelle démonstration Red Bull Racing.

Le Suisse, vainqueur d’une course en Eurocup Formula Renault 2.0 en 2006, redécouvrira ainsi les World Séries by Renault, sur un circuit où le public se déplace toujours en masse.

Johan SAGNE
Photos : WSR

Sport

About Author

gilles