RACECAR : LA NASCAR DEBARQUE EN FRANCE, GRANDE PREMIERE SUR OVALE EN FRANCE A TOURS !!!

UNE ÉQUIPE TECHNIQUE FRANCO-ESPAGNOLE

 

Comme autonewsinfo, a eu l’occasion de l’annoncer, les 7 et 8 juillet 2012, à l’initiative de Team FJ de Saint Gervais la Forêt, en collaboration avec le Parc des Exposition de Tours, aura lieu la première compétition européenne, sur ovale, d’une série NASCAR.

Cet évènement historique, se déroulera dans le cadre festif du Country Bike Rock Festival, rassemblant chaque année plus de 35 000 spectateurs.

 

 

Avant de présenter, le côté purement sportif et événementiel, nous avons été curieux de savoir comment techniquement, une telle opération était possible et, c’est sur le parking du parc des expositions, que nous avons rencontré la famille GALPIN et Yves GUILOU, le directeur de course, affairés à mettre en place le circuit.

 

De Gauche à Droite,  Jean Galpin, André Thoreau commissaire technique Jérôme Galpin et Yves Guillou

 

On sait que Jean et Jérôme GALPIN, ont des références solides en matière de pilotage et qu’ils ont travaillé main dans la main avec les responsables de la NASCAR, pour tout ce qui concerne l’animation des courses, mais aussi pour les questions de sécurité.

A cet effet, une délégation Française, comprenant notamment  Jean GALPIN, Directeur technique et Yves GUILLOU, le directeur de course, s’est rendue tout dernièrement aux USA,  pour mieux appréhender les réglementations et procédures NASCAR.

Au cours de leur séjour, ils ont d’abord reçu une formation théorique au NASCAR R&D Center, à Concord prés de BOSTON dans le Massachusets.

 

LES NASCAR FRANÇAISES, LES SURPUISSANTES RACE CARS

 

Puis, ils ont bénéficié d’une formation pratique, sur le terrain, à Winston-Salem, sur l’ovale historique de Bowman-Gray Stadium, où se produisait la Pro Series Est.

L’objectif, était d’apprendre à se connaître et travailler ensemble, puisqu’à l’occasion de Tours Speedway, la direction de course pourra compter sur le soutien de Richard BUCK, Directeur des NASCAR Touring Series, Chad LITTLE, ancien pilote de Sprint Cup, aujourd’hui directeur du NASCAR Whelen Modified Tour et de la NASCAR Toyota Series au Mexique, ainsi que deux chronométreurs expérimentés qui utiliseront le système américain sur la manche tourangelle de l’EURO-RACECAR.

Jean Galpin dirige la manœuvre


« Quoiqu’il en soit l’ovale est à construire et il faut mettre en œuvre toutes les normes de sécurité, d’une épreuve hors normes pour notre pays », nous confie Jean GALPIN, alors que Jérôme est parti à la Préfecture avec Yves GUILLOU, pour rencontrer la commission de sécurité.

Effectivement, sur l’immense parking où seule une fine ligne blanche délimité le tracé de l’ovale, l’équipe Espagnole de la Société VIROSQUE, s’est jointe à celle du Team FJ, pour mettre en place  et assembler les quelques 160 murs de béton qui vont délimiter le tracé du circuit.

 

Un stock impressionnant de murs

 

Ces murs sont identiques à ceux qui jalonnaient le très beau circuit de F1 à Valence, tout récemment. C’est d’ailleurs de cette ville, où la société est implantée, qu’ils sont arrivés  par une colonne de…. 35 camions !

Coût du transport : 100 000 euros. Tout de même !

Chaque module pèse plus de 4 tonnes et l’emboitage se faisant au millimètre, l’opération requiert beaucoup de savoir faire et, alignement, calage, solidarisation… prennent pas mal de temps.

Une fois cette installation de base réalisée, la bordure extérieure du circuit reçoit dans toute la ligne droite –seul endroit où le public sera admis- des panneaux grillagés de protection, similaires à ceux que l’on  peut voir lors du GP de Pau par exemple.

Là aussi, le travail est long et méthodique avec le passage de plusieurs lignes de câbles pour maintenir les plaques de grillage tant en haut qu’en bas, de manière à éviter toute projection de pièce ou accessoire en cas de crash ou d’accident.

 

Mise en place des câbles pour recevoir les grilles de protection

 

La noria des engins élévateurs ne cesse pas de la journée. Jean GALPIN, en parfait coordinateur technique, veille à ce que tout se déroule sans problème. Les Espagnols ne parlent pas … français, les caristes ne parlent pas … espagnol, mais les gestes et la bonne humeur suffisent pour se comprendre et travailler efficacement.

Les plaques pour rendre les murs solidaires ne sont pas assez longues pour les assemblages en courbe, ça n’est pas un problème, on trouve un artisan pour en tailler d’autres. On veut remplir d’eau les plots en plastique qui  permettront de visualiser l’intérieur de la piste, une tonne à eau est mobilisée sans retard.

Face à ce colossal chantier, s’il en est, Jérôme et Jean GALPIN, ont prévu de pas mal anticiper pour éviter d’avoir à subir des difficultés de dernière minute. En effet, ils tiennent à ce que tout soit nickel pour cette grande première européenne du NASCAR, sur ovale.

 

LE FUTUR PREMIER OVALE EN FRANCE SE MONTE

 

Après le tracé avec les murs, celui avec les plots plastique, la peinture délimitant piste et zone de sécurité, le montage des tribunes, l’aménagement du parc des concurrents

« il y aura toujours quelque chose à rectifier ou à améliorer » nous confie Jean GALPIN, « et si nous avons un peu d’avance sur notre planning,  ça n’est plus mal » ajoute-t-il.
Yves GUILLOU et Jérôme GALPIN, en ont eux, terminé avec la réunion de la commission de sécurité. Le dossier bien ficelé, sans aucun doute, est passé sans difficulté. Il restera la visite d’inspection, en situation, la veille de l’épreuve.

On ne ressent aucun stress chez le directeur du meeting qui souligne

« Quand un dossier est bien bordé comme le nôtre, il n’y a en général pas de surprise. Mais là, il faut dire que c’est copieux au plan de la sécurité. »

Nous profitons de l’occasion pour interroger Jérôme GALPIN, le promoteur de cette Serie NASCAR en Europ

 

Une piste unique en Europe

 

Alors Jérôme, cette piste c’est une première en France ?

« Plus que cela, nous installons  pour la première fois au monde une piste ovale temporaire dans une ville. Comme nous l’avons fait pour nos voitures-qui sont homologuées FIA-, les murs qui nous servent pour la piste, sont les mêmes qui servent pour les murs des circuits de F1, eux aussi homologués FIA, pour  garantir un niveau de sécurité maximal. »

Quelles sont les caractéristiques de cette piste ?

« La piste  va faire à peu près 600 mètres, elle sera très large. Aux Etats Unis, sur les ovales ils ont du banking . Ici on a remplacé ce banking par un tracé assez innovant, puisque totalement asymétrique et très large, de façon à favoriser les dépassements  et les multiples trajectoires. On devrait pouvoir rouler ici à 3 ou 4 de front  sans problème. La piste fait 20 m de large, plus 10 mètres de sécurité, ce qui équivaut à deux fois la largeur d’un circuit de F1. »
Vous avez soigné la sécurité des spectateurs, je crois ?

« Sur la partie spectateurs on va utiliser des grilles de protection également homologuées FIA. On a choisi de mettre les spectateurs  uniquement d’un  côté  pour garantir un maximum de sécurité. Donc : mur, grilles FIA, distance de sécurité, plus une autre grille et tribune, on peut dire : brettelles et ceinture !

 

Jérôme Galpin,le promoteur veille à tout

 

Les concurrents n’ont aucune expérience de l’ovale, les entrainements vont avoir beaucoup d’importance ?

« Oui, nous avons beaucoup de travail d’éducation à faire pour nos pilotes. Nous avons monté l’autre fois  une petite séance d’essais avec pratiquement tous nos teams sur une petite piste à NOEUD LES MINES. Les pilotes ont été très étonnés de la tension que cela nécessitait. Anthony GARABINO leader de la Série, qui avait roulé la veille à SPA,  nous disait  que c’est plus fatigant de rouler sur ovale que de rouler à Spa. »
Quelles seront encore les particularités de cette épreuve ?

« Toutes les procédures seront NASCAR. Les pilotes  vont travailler avec des spotters,  autrement dit des éclaireurs. Ce sont des personnes placées tout en haut des tribunes et en liaison radio avec leur pilote et leur indiquant : tu as une voiture, à droite, à  gauche. Ce sont un peu comme des navigateurs qui ont une vue d’ensemble, pour aider au mieux leur pilote à progresser dans le trafic intense. »

Comme on l’imagine ‘TOURS RACE CARS’ c’est l’Amérique ou presque !

D’autant plus, qu’une forte délégation NASCAR sera présente  pour supporter cette organisation Française, avec à leur tête, Lesa FRANCE KENNEDY, propriétaire de l’organisation.

Chronométreurs et officiels américains, apporteront également leur précieux concours à l’épreuve que dirigera Yves GUILLOU.

 

 Yves GUILLOU, Directeur du meeting

 

Ce dernier, Président de l’ASA Vendée Océan, est bercé dans la course depuis plus de tente ans et va diriger cette première course NASCAR sur ovale.

Il convient bien facilement que la sécurité est un point capital pour cette épreuve.

« Quand on organise une épreuve de ce type, on se doit de mettre les moyens de sécurité adaptés. Là on a prévu, je pense, tout ce qu’il faut … La commission de sécurité  s’est bien passée, le dossier convenait à la commission.  Pour l’organisation, il y a une équipe solide. Je les connais bien. En tant qu’ancien pilote j’ai couru avec Jean GALPIN. Pour moi c’est un grand plaisir d’avoir à diriger ce meeting d’exception. C’est quelque chose de nouveau, on repart d’une page  blanche  et ça c’est intéressant. J’ai avec moi une équipe  d’officiels  venant d’un  peu partout, que j’ai sélectionnés par rapport à la discipline un peu particulière, donc des gens qui peuvent s’adapter facilement. »

S’adapter et anticiper, sont bien les maîtres mots de cette minutieuse préparation technique de l’épreuve. On est témoin de la méticulosité avec laquelle la question du comblage des rigoles du parking est traitée.

Une étude comparative a été conduite  entre divers matériaux, le choix d’un aggloméré antidérapant étant arrêté, on en vient à s’interroger sur le type de chevilles qui seront implantées dans le béton, sur la forme des têtes des vis et comme on veut absolument être certains de la résistance du système, on ajoutera en plus une couche de colle spéciale. Joli travail de patience en perspective si l’on sait qu’il faut combler 240 mètres de rigoles !
Photo : Beaucoup de précautions pour combler les rigoles
Pour ce qui concerne l’anticipation, Jean Galpin, le technique, s’accorde avec son fils, le promoteur, sur un rétro planning, mais en vieux renard avisé, il tente dans son organisation de gagner une demi- journée sur les dates butoirs, afin de pouvoir être en capacité de réagir face à des imprévus, toujours possibles.

Il déclare même à ce propos :
« Nous sommes en charge d’une grande première, c’est un honneur et une charge. Nous nous devons de tout mettre en œuvre pour que cette compétition NASCAR sur ovale soit une réussite totale. Comme vous le voyez, la préparation de la piste, la sécurité des spectateurs et des acteurs, réclament des aménagements importants, nous veillons à les traiter tous, de la manière la plus professionnelle qui soit. Nous ne négligeons aucun détail, la sécurité, est notre référence absolue. »

 

 Tous ensemble dans la bonne humeur

 

Partant de là, rien d’étonnant à ce que les engins et les hommes poursuivent leur ballet des jours durant, sur l’immense parking du Parc des expositions de Tours.

Oui, on vous le dit, en France, un ÉVÉNEMENT automobile tout à fait exceptionnel se prépare. Un spectacle inédit et grandiose devrait régaler des milliers de spectateurs et autonewsinfo, présentera et rendra compte de cette compétition à laquelle, le triple CHAMPION DU MONDE des voitures de tourisme WTCC,  Yvan MULLER, participera en invité vedette.

Comme le multi Champion du Monde WTTC, est également engagé au Mans Classic, le même week-end des 7 et 8 juillet prochain, Jérôme GALPIN est déjà en train de préparer une planification logistique héliportée adéquate.

A une semaine du début de l’épreuve inédite de Tours, c’est au téléphone qu’il règle les mille questions posées par les concurrents, les annonceurs, la Presse.

Il répond toujours avec bonne humeur mais ne cache pas qu’il sera très heureux quand  TOURS sera passé.

Ensuite,  comme le calendrier Race Cars, lui permettra un peu de souffler et ce avant une reprise fin septembre, il n’exclut pas de se faire un peu plaisir, en disputant son cher Rallye CŒUR DE FRANCE.

 

Texte et Photos : Alain MONNOT

 

Ajustement et sécurité

Solidarisation 1

 

 

Sport

About Author

gilles