F1 : PIRELLI TESTE DE NOUVELLES GOMMES F1 A SPA.

 

Depuis deux jours, le manufacturier Italien PIRELLI et actuel seul fournisseur de pneus en F-1, se livre durant deux journées et à huis clos, à des essais  de nouvelles gommes sur le circuit Belge, de Spa-Francorchamps .

Comme son contrat en tant que manufacturier unique en F-1 expire fin 2013, les italiens espèrent bien pouvoir prolonger celui-ci au-delà de cette date.

Alors, est-ce en prévision d’un renouvellement de contrat de type longue durée que PIRELLI anticipe déjà en préparant dès maintenant le futur, où s’agit-il simplement d’essais de routine en vue de sélectionner ses gommes pour de futurs GP rapides tels ceux de Belgique ou d’Italie en septembre ?

Mystère et…..boules de gommes!

Difficile d’en savoir plus à l’heure actuelle du fait que le paddock de Spa-Francorchamps, a été fermé hermétiquement
à toute personne extérieure à l’équipementier Milanais !!!

Tout ce qui apparaîtra durant ces tests, c’est que les pneus utilisés sont …. ronds et que la gomme est bien noire !

Et pour une fois que la météo est clémente à Spa, ils n’aurons même pas le loisir de tester les enveloppes « pluie »…

PIRELLI:JUGE-ARBITRE DU TITRE MONDIAL EN 2012?
_____________________________________________

 

Jamais l’expression « mettre la gomme » n’aura eu autant de sens que cette année en Formule-1.

En effet, depuis le début de saison, adopter la stratégie idéale en matière de choix de pneus parmi la variété proposée à chaque GP par le manufacturier PIRELLI, est devenue primordiale.

Un petit coup d’œil dans le rétro, ne fait que de le confirmer !

En effet et aprés  huit Grands Prix disputés … sept vainqueurs différents se sont attribués les lauriers de la victoire

 Seul Alonso, a réussi un « doublé » jusqu’à présent et ce à bord d’une Ferrari qui est pourtant loin, très loin, d’être la meilleure du lot !

Il y a peu le très expérimenté Michaël Schumacher, pointait déjà du doigt les pneumatiques utilisés cette année, véritable casse-tête chinois pour la majeure partie des écuries.

Quant au spectateur lambda, il n’en a rien  »à cirer » du méli-mélo de gommes soft, extra-soft, médium, durs, pluie ou intermédiaires et reconnaissables à de magnifiques codes-couleurs.

Pour lui ce qui importe, c’est de voir des GP disputés et indécis jusqu’au bout.

Alors, les histoires à la gomme !!!

Et là, PIRELLI, semble ne pas être étranger à la manœuvre , au grand dam de certains pilotes réputés pour savoir économiser leurs pneumatiques.

N’est-ce pas Mr BUTTON ?

Paul Hembery, le responsable PIRELLI, esquissera toujours ce genre de question !

Quant à sa réponse, elle restera toujours évasive…

Force est de constater, que depuis très longtemps, les voitures n’ont plus été aussi proches les unes des autres et les écarts entre les monoplaces du « Top-Ten » lors des qualifications, se situent depuis le début de saison dans une fourchette, d’à peine …1 seconde !

Et même en fond de grille, les écarts se resserrent régulièrement entre les équipes de pointe et les seconds-couteaux.

Finalement, ce qui fait encore la différence au niveau des performances, ce sont les caractéristiques offertes par les différents type de circuits permettant aux pilotes d’exploiter au mieux la performance de leur voiture et du choix des gommes.

Il est indéniable que PIRELLI, y contribue sérieusement en proposant  des gommes qui profiteront tantôt plus à « Y » et tantôt à « Z ».

Faut-il pour autant accabler le fournisseur italien?

Sûrement pas!

Bien au contraire, rendons lui grâce, car qu’avaient les GP des années 2000 comme attrait, lorsque… Schumacher, lissait tous ses adversaires tel un fer à repasser, sur une Ferrari entièrement adaptée  à son style de conduite et avec la bénédiction du manufacturier de l’époque, le Japonais… Bridgestone

Comme ce fut la cas auparavant au début des années 80, avec l’Américain Good Year, comme nous le rappelle Gilles Gaignault

En ce temps-là, le slogan de Good Year était   » GOOD YEAAR, THE CHOICE OF THE CHAMPIONS  »

Et gilles de se souvenir  » IL SE DISAIT SURTOUT : GOOD YEAR CHOICE THE CHAMPION  »

Tout le monde aura compris la subtilité !!!

En procédant de la sorte, PIRELLI, lui, ne fait que rééquilibrer les forces en présences ce qui finalement devrait donner une nouvelle aura à la catégorie suprême du sport-auto qu’est la F-1.

UNE RENAULT R30 SERT DE VOITURE LABORATOIRE
_____________________________________________

 

 

Les essais effectués à Spa, par PIRELLI, le sont à bord d’un châssis RENAULT R30 de 2010.

En 2011, PIRELLI utilisait encore le châssis de la TOYOTA TF 109 de 2009, mais en raison des évolutions technologiques les italiens se sont rabattus depuis cette année sur le châssis RENAULT R30.

Quant au pilote engagé à Spa,nous n’avons pu déterminer qui effectuait le travail,si ce n’est qu’à la vue du casque il s’agissait d’un pilote nippon.

De toute façon, il ne s’agissait pas d’un pilote actif en F-1 en 2012, car PIRELLI s’interdit d’avantager qui que ce soit .

Quant aux temps réalisés, ils sont peu significatifs en ce sens que le travail consiste la plus part du temps à effectuer de courts runs souvent entrecoupés de pauses nécessaires à adapter les pneumatiques au chassis en fonction des conditions climatiques.

Avec des temps au tour de l’ordre de 1’48 »-1’52 » , celà le situe dans une zone de temps réalisés par Robert Kubica en 2010, aux essais du GP de Belgique sur la même voiture mais alors équipée et chaussée par Bridgestone.

Texte & Photos: Manfred GIETPUBLIRACING Agency

 

F1

About Author

gilles