WRC : RALLYE DE NOUVELLE ZELANDE : LOEB ET HIRVONEN DEJA EN TETE

 

Avec plus de 200 km de spéciales comprenant le mythique secteur de Whaanga Coast, la première étape du Rallye de Nouvelle- Zélande a été riche en rebondissements.

Effectuant un sans-faute, les équipages Citroën, se sont rapidement installés en tête. Sébastien Loeb et Daniel Elena ont soufflé dans la toute dernière spéciale le commandement à leurs équipiers Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen, leaders pendant la majeure partie de la journée.

Quatre petites secondes séparent les DS3 WRC ce vendredi soir en Nouvelle Zélande !!!

La journée promettait d’être longue. Avec 688,14 km dont 209,60 répartis en huit épreuves spéciales

Quittant le port d’Auckland bien avant l’aube, les concurrents débutaient le rallye par une interminable liaison vers Raglan, à 170 km au sud. Aussi longue que les deuxième (143,01 km en ES) et troisième (61,33km) étapes réunies, ce vendredi s’articulait autour d’une boucle comprenant les spéciales de Te Hutewai, Whaanga Coast, Te Akau South et Te Akau North.

L’assistance de mi-journée était déplacée à Raglan, ce qui signifiait que les mécaniciens ne pourraient utiliser que des pièces embarquées à bord des voitures de course.

S’appuyant sur les prévisions de Météo France, qui annonçaient des spéciales majoritairement humides, les équipages Citroën retenaient les pneus Michelin Latitude Cross tendres pour la matinée.

 

 

Dès l’ES2, Mikko Hirvonen s’emparait du commandement après avoir signé le scratch sous la pluie et dans la boue de Whaanga Coast. Puis Sébastien Loeb donnait la réplique à son équipier en se montrant le plus rapide dans les spéciales de Te Akau.

 

 

Au moment de regagner l’assistance, le Finlandais devançait le Français de moins de quatre secondes.

« Nous avions fait les meilleurs choix en décidant d’ouvrir la route et en chaussant les pneus tendres », assurait Mikko.

 

« On voit toutefois que les ordres de départ n’ont pas eu une grande influence sur la course, puisque Latvala est à moins de 15 secondes », ajoutait Seb.

Lequel poursuivait :

« La course risque de prendre une tournure de plus en plus stratégique, car nos dix pneus tendres ne seront peut-être pas suffisants s’il continue à pleuvoir. »

 

 

Le scénario Le scénario de la deuxième boucle était quasiment identique, avec un Mikko Hirvonen souverain dans Whaanga Coast et un Sébastien Loeb irrésistible dans Te Akau.

L’octuple Champion du Monde subtilisait le commandement à son équipier à l’issue de l’ES8 :

« Je me suis vraiment battu pour prendre l’avantage sur Mikko, qui était particulièrement rapide dans la boue. Nous avions fait des choix de pneus différents, puisque j’avais associé quatre ‘hard’ et deux ‘soft’ alors qu’il était équipé de six ‘soft’. Je ne sais pas si cette option était meilleure, mais cela m’a permis de préserver deux pneus tendres pour la suite du rallye. »

De son côté, Mikko reconnaissait :

« Seb a certainement fait un meilleur choix de gommes pour l’après-midi, en tous cas je n’ai pas pu résister dans l’ES8 » .

Et, il enchainait :

« Je suis satisfait de cette journée, je me suis beaucoup amusé sur ces magnifiques spéciales et nous avons eu un bon rythme qui nous a permis de creuser l’écart sur la concurrence. Nous en sommes à mi-course mais il va falloir gérer attentivement la suite du rallye. La météo et le choix des pneus resteront les clés de la réussite. »

Quant à Yves Matton, Directeur de Citroën Racing, lui, il soulignait :

« Des ingénieurs aux pilotes en passant par les hommes chargés de la météo ou les mécaniciens, l’ensemble de l’équipe a effectué une excellente prestation aujourd’hui. Nous n’avions pas la certitude de faire les meilleurs choix, mais force est de constater que nous avons bien réussi cette journée »

Avant de conclure :

« Je ne crois pas que la course soit déjà jouée, car elle risque d’être arbitrée par la gestion des dix pneus tendres alloués à chaque pilote. Il faut bien considérer que nous disputons ce rallye – hivernal – avec le même équipement que celui que nous avions en Grèce au début du mois ! Les écarts peuvent donc se défaire aussi vite qu’ils se sont creusés et nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher nos efforts. »

 

THIERRY NEUVILLE EN PLEIN APPRENTISSAGE

 

Découvrant le Rallye de Nouvelle-Zélande, Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul ont respecté leur tableau de marche en terminant l’étape au sixième rang.

Souvent gênés lorsqu’ils rattrapaient Paul Nobre, parti deux minutes devant eux, les Belges ont lâché de grosses poignées de secondes.

« Avec le recul, je pense que mon choix de partir en 12e position n’était pas optimal », concède Thierry.

 

 

Mais il reconnait :

« Cette étape était compliquée, surtout lorsque nous devions composer avec des pneus passablement usés. Nous avons beaucoup corrigé les notes et je suis satisfait d’avoir bien roulé dans les deux premières spéciales, lorsque les meilleures conditions étaient réunies. Ça ira mieux demain, avec un ordre de départ plus cohérent. »

 

 

Derriére Loeb et Hirvonen,  le jeune Russe Evgueni Novikov au volant de sa Ford Fiesta RS, occupe la 3éme place au classement provisoire.

Le Finlandais Jari-Matti Latvala avec sa Ford Fiesta RS, le Finlandais vainqueur de la dernière édition en 2010, a perdu plus de 4 minutes dans une sortie de route et se retrouve 9éme du classement général, alors qu’il reste encore deux jours de course et 200 km chronométrés en 14 spéciales.

Matti Latvala est revenu sur sa nouvelle désillusion dans le Rallye de Nouvelle-Zélande vendredi. Le Finlandais a été victime d’une sortie de piste qui lui a fait perdre plus de quatre minutes au classement :

«J’ai fait un tête-à-queue dans un virage lent, négocié en seconde, en coupant dans un virage où plusieurs pilotes avaient fait de même avant moi. La voiture a heurté un trou sur le côté avant droit et elle est partie en tête-à-queue à 180°. Elle a heurté une clôture et des fils se sont enroulés autours de la roue. Je ne pouvais plus avancer. J’ai dû attendre qu’un fermier vienne avec des pinces pour couper les fils. Je suis extrêmement déçu. J’ai l’impression que rien ne veut marcher cette année. Je n’attaquais pas à fond. Je conduisais juste à un rythme qui me semblait confortable. Je vais repartir demain avec l’objectif de remonter parmi les six premiers.»

 

 

Petter Solberg, sur la seconde Ford ‘ officielle ‘ n’est que 4éme après un mauvais choix de pneumatiques.

Le classement après la 1ére étape et après l’ES8 :

1. Loeb (Citroën) 2h07’35 »0 – 2. Hirvonen (Citroën) à 4 »0 – 3. Novikov (  Ford) à 1’31 »0 – 4. Petter Solberg (Ford) à 1’39 »3 – 5. Tanak (Ford)  à 1’47 »0 – 6. Neuville (Citroën) à 2’18 »0 – 7. Sordo (Mini) à 2’34 »3 – 8. Araújo (Mini John Cooper Works) à 4’36’’9 – 9. Latvala (Ford Fiesta RS) à 4’56’’1 – 10 Block (Ford Fiesta RS) à 6’25’’3

 

Christian COLINET

Photos : Jo LILLINI et Team

Sport WRC

About Author

gilles