24 HEURES DU MANS : LES ORECA NISSAN DE THIRIET ET PECOM SUR LE PODIUM LMP2

Les ORECA 03 de Thiriet by TDS Racing et Pecom Racing sur le podium !

 

 

Sept des huit ORECA 03 au départ des 24 Heures du Mans ont rallié l’arrivée, dont deux sur le podium et six dans le Top 10 !
Une preuve de performance et de fiabilité.

Présentes aux avant-postes, tout au long de ces deux tours d’horloge, les ORECA 03, ont su placer leurs attaques au moment opportun

Elles se sont, pour cela, emparées des premiers rangs en s’adonnant à des duels fratricides.

Performance et fiabilité, ont répondu présents puisque sur les huit châssis engagés, sept figurent à l’arrivée, le seul abandon étant consécutif à une sortie de piste pour l’équipe Murphy Prototypes, leader des LMP2 durant une bonne partie de la nuit.

 

 

C’est finalement, l’équipe Thiriet by TDS Racing, victorieuse au printemps dernier des Six Heures du Castellet, manche d’ouverture du Championnat ELMS (European Le Mans Séries) et l’écurie Pecom Racing, qui terminent sur le podium derrière l’HPD ARX du Team Starworks Motorsports.

Lequel avait déjà brillé en début de saison en triomphant lors des 12 Heures de Sebring de la catégorie LMP2 et en finissant surtout sur la 3éme place du classement général derrière deux des trois Audi, avec en 3éme pilote un certain … Stéphane Sarrazin. A l’époque, laissé libre par le retrait du programme 908 et depuis recruté par l’équipe officielle TOYOTA pour ces 24 Heures.

Mais, revenons au Mans.

L’issue de la course, était incertaine jusqu’au tant désiré drapeau à damiers avec des changements de leaders, trois régimes de course sous safety-car…

Tout était réuni en matière de suspens pour que la 80ème édition des 24 Heures du Mans préserve son statut de course légendaire !

 

 

Satisfait des prestations de ses châssis, Hugues de Chaunac, Président du Groupe ORECA, nous déclarait dimanche soir :

« Bravo à tous les Teams qui ont engagé un châssis ORECA »

Ajoutant non sans joie :

 « C’est un superbe résultat d’ensemble, avec sept voitures sur huit qui ont passé le drapeau à damiers dont deux terminent sur le podium ! Thiriet by TDS réalise une excellente performance tout comme Pecom Racing qui raflent respectivement la deuxième et troisième places du classement. Nous sommes très heureux de ce formidable résultat et je félicite chaque équipe. »

Retour sur ces 24 Heures…

 

Pourtant pour l’équipe Thiriet by TDS Racing, les heures se suivent mais ne se ressemblent pas !

S’emparant de la deuxième place sur dix-huit équipes inscrites en LMP2 au terme de la première heure de course, et passant même en tête pendant le relai du Suisse Mathias Beche, la N°46 connaît ensuite quelques malheureux évènements : crevaisons, excursions …. hors de la trajectoire idéale !

Incidents qui entraîne l’équipage vers les profondeurs du classement de la catégorie, l’équipage de la N°46, chutant et dégringolant jusqu’à la 16ème position.

Avant d’entamer, au cœur de la nuit une sensationnelle et spectaculaire remontée qui allait l’amener jusqu’à la deuxième place en milieu de matinée dimanche alors qu’il ne restait plus que cinq heures de course.

 

 

Alors que le jeune Pierre Thiriet se concentre sur son objectif, le très chevronné et expérimenté Christophe Tinseau, comprend lui, que la fin de course sera très serrée et qu’il ne faudra rien lâcher.

Le trio, Thiriet-Beche-Tinseau, se bat jusqu’au dernier moment, afin de tenter de déloger le leader !

Sur un rythme soutenu et sans jamais douter, l’ORECA 03, du Thiriet by TDS Racing, boucle finalement ses toutes premières 24 Heures du Mans sur la deuxième marche du podium.
Une sacrée performance eu égard à la qualité du plateau et à la notoriété de bon nombre de pilotes de cette catégorie LMP2

Xavier Combet, revient sur l’intensité de cette épreuve qui pour une jeune équipe, comme l’est le Thirier by TDS, relève du mythe :

« Notre objectif était de découvrir cette course unique tout en gérant correctement la voiture. Nous avons rencontré, samedi en début d’après-midi, un petit souci mécanique qui nous a contraints de rentrer au box pour réparer. Nous avons perdu quatre tours mais c’est une course de 24 heures et nous savions que bien avons perdu quatre tours mais c’est une course de 24 heures et nous savions que bien d’autres événements pouvaient encore se produire. Nous sommes restés très calmes en attendant le meilleur moment pour saisir notre chance. Les pilotes ont fait un travail remarquable sous l’impulsion de Mathias Beche. Nous avons grignoté place après place puis par la mise en œuvre de nos stratégies, nous nous sommes retrouvés à la deuxième position. Ce résultat est une excellente surprise pour une première participation et une belle récompense pour toute l’équipe et surtout nos partenaires qui croient à notre projet. L’essai est transformé ! »

 

Quant à l’équipe Argentine, Pecom Racing, celle-ci, s’est montrée extrêmement offensive et sereine, sans jamais se placer au-delà de la septième place

Cramponné au 3ème rang depuis le lancement de ces deux tours d’horloge, Soheil Ayari ne relâche pas la pression.

Malheureusement, la N°49 écope d’un stop and go pour excès de vitesse dans la pitlane et voit s’envoler les quelques minutes d’avance si chèrement acquises. Pierre Kaffer et Luis Perez Companc repartent en chasse pour réduire l’écart et atteindre la deuxième place des LMP2 à la mi-course.

A cinq heures de l’arrivée et malgré un tout droit au virage d’Indianapolis, Soheil Ayari conserve un temps sa position mais doit s’incliner face à la N°46 du Thiriet by TDS Racing. Pierre Kaffer jette ses forces dans la bataille pour revenir et l’ORECA 03 répond à merveille.

A l’arrivée, la troisième marche du podium leur est définitivement acquise pour la plus grande joie de toute une équipe.

Pierre Kaffer savoure ce podium :

« Cette année les LMP2 étaient très compétitives. Je tiens à remercier Pecom pour avoir préparé une super voiture. Quand on observe le rythme que nous avons maintenu durant toute la course, nous méritions de terminer sur le podium. Un podium au Mans est magique, quelle que soit la place et pour cette raison, je suis tout aussi heureux pour moi que pour l’équipe qui a fait un travail fantastique depuis plusieurs mois. La voiture n’a connu aucun problème et nous n’avons pas crevé une seule fois. Ce résultat est une réelle satisfaction. »

 

 

Dans le Team Signatech-Nissan de Philippe Sinault, le début de course est plutôt sage.

La stratégie, d’enchaîner les triples relais, se trouve quelque peu contrariée par une usure prématurée des pneumatiques.
Les triples relais se transforment en doubles, ce qui n’empêche pas la N°26, pilotée par le trio Nelson Panciatici, Pierre Ragues et Roman Rusinov, de s’installer à la 5ème place de la catégorie sur le premier tiers de la course.

Gérant avec attention sa progression, à l’entame de la 11ème heure de course, l’ ORECA 03-Nissan, pointe en deuxième position.

Une place également convoitée par une autre ORECA 03, celle de l’équipe argentine Pecom Racing.

A quatre heures de l’arrivée, victime d’une crevaison à l’arrière droit, Roman Rusinov part en tête-à-queue et se retrouve à la 4ème place.

Tout est à refaire…

 

 

Mais l’écart s’est creusé et il devient bien difficile d’aller chercher la troisième marche du podium.

Pour Nelson Panciatici, qui débarque en endurance et donc au Mans venant de l’univers des courses de monoplaces et lauréat cette année du Prix Jean Rondeau, récompensant le meilleur ‘Rookie’, cette expérience et cette quatrième place resteront inoubliables :

« Le Mans est vraiment une course difficile, je ne m’attendais pas à autant de paramètres à gérer, notamment la nuit où le trafic et les sorties de piste sont de réelles difficultés. Mais je suis très heureux d’être allé au bout. Le seul regret est toutefois de terminer au pied du podium. Nous n’avons pas connu de problèmes techniques majeurs sur la voiture mais les crevaisons nous ont vraiment pénalisés et c’est ce qui nous coûte le podium. Cette semaine était passionnante et je n’ai déjà qu’une envie, revenir l’année prochaine ! »

 

 

La voiture sœur de l’équipe Française, la Signatech-Nissan N°23, du trio Mailleux-Tresson-Lombard, connaît un début de course comparable mais fait face en pleine nuit, à une petite panique.

Dans le stand, l’équipe vit  des moments difficiles en surveillant les écrans TV !

Alors que Franck Mailleux était parvenu à améliorer le meilleur temps des LMP2, c’est bien Olivier Lombard – l’un des vainqueurs LMP2 de l’édition 2011 – qui se fait une « grosse chaleur » peu après 4H du matin, en allant percuter le rail, à Mulsanne.

Malgré la violence du choc, le pilote parvient heureusement à ramener la voiture au stand.

Après l’intervention des mécaniciens Signatech-Nissan, l’ORECA 03, N°23, reprend la piste et tente de refaire son retard mais avec une dizaine de tours de handicap, la tâche n’est pas simple.

 

 

Cinq heures plus tard, Franck Mailleux, pointe dans le Top Ten, avant de se faire à son tour, surprendre et tirer tout droit à la première chicane des Hunaudières.

Une nouvelle fois, plus de peur que de mal et la N°23 regagne la piste sans encombre.

Jordan Tresson, repart alors à l’assaut du classement général mais malgré un excellent ultime relais, le Vosgien, ne peut faire mieux que 9éme.

 

Aurélie ELBAZ
Photos : Patrick MARTINOLI- Claude COLOMBIER – Thierry COULIBALY- Eric REGOUBY – Gilles COLOMBIER

 

Sport

About Author

gilles