24 HEURES DU MANS : AUDI OU LE TRIOMPHE HISTORIQUE D’UNE VOITURE HYBRIDE

 

La première victoire d’un véhicule hybride aux 24 Heures du Mans devant 240 000 spectateurs, ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire du sport automobile après le onzième triomphe Audi au Mans.

Et la victoire de ’Audi R18 e-tron quattro aux deux premières places. Laquelle est en outre le Onzième succès pour Audi aux 24 Heures du Mans

AUDI AG, a posé un nouveau jalon technologique en sport automobile. Au cours de la 80eme édition des célèbres 24 Heures du Mans, un véhicule hybride, l’Audi R18 e-tron quattro, a triomphé pour la première fois.

 

 

Environ 240.000 spectateurs, ont assisté à une course fascinante, marquée par les incidents typiques des 24 Heures du Mans, ainsi qu’à une démonstration impressionnante de “Vorsprung durch Technik.”

Les quatre voitures Audi R18 alignées par Audi Sport Team Joest ont été les plus rapides et les plus fiables et ont fini au terme des 24 heures, aux première, deuxième, troisième et cinquième places.

Difficile de faire mieux !

 

RUPERT STADLER, REÇOIT LE TROPHÉE DE PIERRE FILLON

 

Rupert Stadler, Président du Directoire d’AUDI AG, venu personnellement assister à la course, nous confiait :

“ En obtenant ce nouveau succès dans la plus importante course d’endurance au monde, nos ingénieurs ont démontré leur expertise technologique de façon particulièrement impressionnante. E -tron quattro combiné avec le design ultra lightweight, constituait sur la piste une technologie complètement nouvelle avec laquelle nous avons immédiatement gagné. Ce n’est jamais acquis d’avance, en particulier ici, au Mans. Ce week-end, nous avons pu vérifier de nouveau le type d’incidents que peut réserver cette course et mesurer à quel point une préparation parfaite est importante.”

Les autres Audi R18, avaient une chance de signer la onzième victoire d’Audi au Mans.

Après 378 tours, les vainqueurs de l’an dernier, le Français Benoit Treluyer, le Suisse Marcel Fässler et l’Allemand André Lotterer, aux commandes de l’Audi R18 e-tron quattro,  portant le numéro 1, ont de nouveau été, un an après leur premier triomphe en Sarthe, les grands vainqueurs.

 

 

Les ‘ anciens ‘  l’Italien Dindo Capello, le Danois Tom Kristensen et l’Ecossais Allan McNish, finissent deuxièmes assurant ainsi un formidable doublé pour le système quatre roues motrices du futur, sur lequel la transmission traditionnelle, s’associe intelligemment avec une transmission électrique.

Audi teste déjà cette technologie dans laquelle l’arbre de transmission est remplacé par des câbles électriques, pour une utilisation sur les véhicules de production.

Le ‘Rookie’ du Mans, le transalpin Marco Bonanomi,  le Britannique Oliver Jarvis et Mike l’Allemand Rockenfeller, au volant de la mieux placée des deux plus conventionnelles Audi R18 ultra, ont complété le podium et assuré ainsi le quatrième triplé Audi de l’histoire au Mans !

Et ce, après ceux de 2000, 2002 et 2010.

Avec la seconde R18 ultra, les deux Français Romain Dumas et Loïc Duval, épaulés par l’Espagnol Marc Gené, ex pilote 908 et ancien vainqueur en 2009 au Man avec Peugeot,  ont terminé à la cinquième place.

 

 

Propulsant les quatre voitures Audi R18, le compact moteur V6 TDI avec un simple turbo VTG a été utilisé pour la première fois au Mans en 2011.

La nouvelle boîte ultralégère, avec carter en fibre de carbone, solution inédite en sport-prototypes, a accompli le test d’endurance du Mans, en couvrant une distance de 5 151 kilomètres, sans connaitre un problème sur les quatre voitures.

Tout comme la transmission aux quatre roues quattro, la technologie ultralégère est au cœur de la compétence de l’entreprise.

Les deux Audi R18 e-tron quattro, associaient ces deux technologies sous une forme particulièrement extrême et ont été dès le début les protagonistes de la 80eme édition de la classique mancelle.

Elles ont juste cédé leur position de leader à une des deux Toyota hybrides, la N°7 alors confiée à Nico Lapierre et ce pendant quelques tours, samedi soir, avant la neutralisation et l’accident de la seconde Toyota, la N°8 d’Anthony Davidson.

Après l’abandon prématuré de leurs plus féroces rivales, les deux R18 e-tron quattro, se sont ensuite livrées à un duel à suspense pour la victoire, en s’échangeant la tête de la course à plusieurs reprises, au cours de la nuit jusqu’à dimanche midi.

Les deux voitures de course hybrides diesel de tête, la N° 1 et la N°2, n’étaient souvent séparées que par quelques secondes.

Un accident d’Allan McNish dans les rapides virages Porsche à moins de trois heures de l’arrivée, a finalement fait la décision.

 

L’équipe Audi Sport Team Joest, a rapidement réussi à réparer les gros dégâts sur l’avant de la R18 e-tron quattro et ce en un temps record et à sauver ainsi la seconde place.

Signalons qu’en début de course, la voiture numéro 2, avait perdu près d’un tour et ce après qu’un morceau de gomme, se soit  malencontreusement incrusté autour de la suspension arrière.

La voiture victorieuse frappée du numéro de châssis R18-208H et surnommée “Electra” n’a pas non plus été épargnée !
Marcel Fässler, a heurté les barrières et ce incroyablement à … deux reprises dimanche matin !

La première fois, en partant en tête-à-queue à haute vitesse, la seconde en cherchant à éviter une voiture GT subitement en travers dans Mulsanne.

Benoît Tréluyer, qui souffrait d’un coup de froid attrapé sous la pluie vendredi, lors de la parade des pilotes dans le centre du Mans, est lui, parti une fois en tête-à-queue à l’entrée de la voie des stands.

 

 

suspension arrière. Dimanche en fin de matinée, une vitesse est restée bloquée à deux reprises, ce que les pilotes ont réussi à corriger en coupant et en remettant l’allumage.

Par la suite, la R18 a parfaitement fonctionné et a permis à Marco Bonanomi et Oliver Jarvis d’obtenir leur premier podium au Mans tandis que leur équipier Mike Rockenfeller, renouait lui, avec le podium, un an après son sérieux accident ici même au Mans, lors de l’accrochage avec l’irresponsable Kaufmann qui croyait que la totalité de la piste lui était réservé, oubliant qu’il n’était pas SEUL mais bien en course !!!.

Un accident identique à celui dont a été cette année victime Anthony Davidson proprement jeté hors de la piste par un autre inconscient, Piergiuseppe Pirazzini !!!

Deux accidents provoqués par des pilotes ‘’ amateurs ‘’ au volant de GT …beaucoup moins puissantes et performantes que les gros protos !

Deux pilotes surtout en panne de… CERVELLE !

 

 

Deux glissades quasi identiques, ont également compromis les chances de victoire de l’Audi R18 ultra, numéro 3, avec laquelle Loïc Duval a signé le meilleur tour en course.

Samedi soir, Romain Dumas, victorieux au Mans en 2010,  en rattrapant une GT, a roulé sur la partie sale de la piste et a glissé contre la barrière à la sortie e la 1ére chicane.

Marc Gené, a subi le même incident dimanche midi !

UN PEU DE REPOS ET DE DÉTENTE BIEN MÉRITÉS

 

Dans les deux cas, les hommes d’Audi Sport Team Joest, ont réussi à réparer la R18 dans des délais extrêmement courts. Mais malheureusement, un total de douze tours a néanmoins été perdu !

Retard impossible à combler, condamnant l’équipage à finir l’épreuve pour une simple place d’honneur

A l’arrivée, notre ami, le bon Docteur Wolfgang Ullrich, grand patron d’Audi Motorsport nous lâchait, après que les quatre Audi R18 aient franchi la ligne d’arrivée.

 

 

“ Ce fut une course comme on ne peut probablement en vivre qu’au Mans “

Et, il enchainait tout sourire :

“ Il ne faut jamais se réjouir trop vite au Mans, ce que nous avons pu vérifier une nouvelle fois ce midi. Tout le monde évoquait déjà un quarté Audi quand soudain deux de nos voitures ont subi un accident quasiment en même temps. Que l’équipe ait réussi à réparer les voitures aussi rapidement est éloquent pour Audi Sport Team Joest. Je ne peux que tirer mon chapeau à toute l’équipe Audi Sport qui a travaillé très dur pendant un an pour rendre ce triomphe possible. Développer une voiture hybride en si peu de temps, qui soit rapide et capable de tenir 24 heures, était un challenge. Le fait que, comme en 2001 avec le moteur TFSI et en 2006 avec le TDI, nous ayons réussi à gagner dès la première participation démontre le niveau d’expertise d’Audi dans le domaine de la technologie. C’est un grand jour pour Audi Sport, pour Audi et pour e-tron quattro.”

Avant de conclure :

“ Il s’agit sans aucun doute d’une victoire historique pour Audi. Nous avions été les premiers à gagner au Mans avec un moteur essence à injection directe TFSI puis avec un moteur diesel. Audi, aujourd’hui, signe la première victoire d’un véhicule hybride dès sa première participation au Mans et en réalisant un doublé de surcroit. C’est une grande performance de la part de toute l’équipe, obtenue avec le support du département de développement technique Audi avec lequel nous collaborons toujours étroitement. “

Quant au trio de nouveau victorieux, un an après s’être imposé,  les trois pilotes étaient aux anges

 

 

A l’image du Suisse Marcel Fässler :

“ Ce fut une course incroyable. Il y a eu tellement de hauts et de bas, surtout pour moi. J’avais une grande équipe. Les mécaniciens ont tout donné après l’accident pour réparer aussi vite que possible. Comme toujours, mes équipiers ont réalisé un travail fantastique. C’est un grand jour pour Audi. Obtenir un doublé avec la nouvelle technologie  e-tron quattro est un brillant résultat. “

 

ANDRE LOTTERER ET REINHOLD JOEST

 

Son équipier Allemand, André Lotterer, poursuivait :

“ La solidité de la nouvelle Audi R18 e-tron quattro nous a donné beaucoup de confiance. C’est formidable de gagner de nouveau ! Ce fut une course vraiment intense. L’an dernier, nous nous battions contre Peugeot et cette année contre Toyota qui a malheureusement abandonné. Mais la bataille avec la voiture N°2 de notre équipe a aussi été intense. “

 

 

Quant au Français de l’équipage, Benoît Tréluyer, lui, il enchainait :

“ La course a été dure car le trafic était particulièrement dense cette année. Il fallait être extrêmement prudent et ne pas quitter la bonne ligne en doublant car la piste devenait alors très glissante. Il y a eu beaucoup de manœuvres délicates. Nous avons vécu le matin un duel indécis et loyal avec notre voiture sœur. Ce duel entre les deux Audi R18 e-tron quattro a montré de façon impressionnante le potentiel de cette voiture hybride. Je suis heureux de finir de nouveau sur la plus haute marche du podium. “

Leurs ainés, les ’anciens’ qui ont offert des années durant les plus belles victoires mancelles à Audi, toujours aussi réguliers mais aussi rapides et performants, finissent encore seconds.

Nullement dépités de ne pas vaincre une nouvelle fois, ils nous expliquaient s’être battus pour gagner

 

DINDO, PROCHAINE RETRAITE JOURNALISTIQUE ?

 

Ainsi Dindo Capello, qui prendra sa retraite sportive en fin de saison et ne reviendra plus au Mans ou il s’est imposé à  reprises  :

“ Jusqu’à l’accident d’Alan, ce fut une grande course. Nous étions en lutte pour la victoire quand il s’est produit. Comme on avait pu le voir l’an dernier, il faut prendre des risques si on veut gagner. Le résultat est un peu décevant pour notre équipe et spécialement pour Allan McNish. En tant que pilote, je sais ce qu’il ressent. Tom Kristensen et moi, nous savons que cela peut arriver à n’importe quel pilote et à n’importe quel moment surtout quand vous vous battez pour la victoire. Ici au Mans, vous ne pouvez pas vous permettre de lâcher, ne serait-ce qu’un dixième de seconde. Parfois cela marche et parfois cela ne marche pas. Mais la prochaine fois, nous aurons plus de chance. “

 

 

Tom Kristensen surnommé ‘ Monsieur 24 Heures ‘ à cause de ses sept victoires, poursuivait  :

“ La course m’a donné beaucoup de plaisir, en particulier dans les trois relais de nuit. Je devais être le plus rapide possible tout en accomplissant douze tours avec un plein. J’ai réussi à chaque fois. Le matin, quand nous sommes remontés et avons même pris la tête, nous étions confiants. Je suis triste de ne pas avoir pu me battre avec André Lotterer pour la victoire dans les derniers tours mais je suis encore plus triste que Dindo Capello n’ai pas gagné pour sa dernière participation au Mans. Il l’aurait mérité. Nous avons tout donné pour ça. Félicitations à la voiture N°1. Ils ont réalisé une grande course et méritent leur victoire. “

 

 

Quant au… fautif, celui qui a peut-être privé de victoire, l’Audi N°2, le sympathique petit pilote Écossais, Allan McNish, lui, il nous racontait malgré tout souriant, sa déception avec une franchise rare chez un pilote :

“ Je suis dévasté. Je suis désolé pour notre équipe, Dindo, Tom, les ingénieurs et les mécaniciens. Ils ont réalisé un job parfait pendant toute la course. Malgré quelques problèmes, nous étions en lutte pour la victoire jusqu’à mon accident. J’ai rattrapé une GT dans les virages Porsche et j’ai pensé que le pilote allait rester sur le côté droit de la piste, ce qu’il n’a pas fait. Je suis parti en tête-à-queue et j’ai heurté le rail en endommageant l’avant de la voiture et la suspension. La réparation nous a coûté deux tours. Ce fut une grosse déception. “

 

 

Déception altérée par l’annonce que le trio  de la N°2, augmente son avance au classement provisoire du Championnat du monde WEC.
Dindo Capello, Tom Kristensen et Allan McNish, seconds en Sarthe, reprenant la tête du Championnat pilotes.

De quoi faire passer l’amère pilule  de la sortie de piste de McNish qui a ruiné leur course et brisé le rêve de gagner une fois encore la plus belle course d’endurance du monde!!!

La prochaine épreuve, les Six Heures de Silverstone, quatrième manche de ce Championnat  du monde se déroulera fin aout, le week-end des 25 et 26

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Patrick, MARTINOLI – Claude MOLINIER -Thierry COULIBALY – Gilles MOLINIER

 

LES VAINQUEURS ÉTAIENT DÉJÀ EN PÔLE

LE DÉPART DES 80émes 24 HEURES DU MANS

LE 1er TOUR DES 24 HEURES DU MANS 2012

LES VAINQUEURS DES 24 HEURES DU MANS 2012

 

Sport

About Author

gilles