24 HEURES DU MANS : 1ére POLE POUR UNE VOITURE HYBRIDE SIGNEE… AUDI !!!

 

Deuxième séance qualificative et deuxième soirée de suspense ce jeudi soir par un beau temps sans les averses annoncées, dans ce prélude aux 24 Heures du Mans 2012.

Préfigurant d’une bataille soutenue tant avec les Toyota qu’entre elles-mêmes, les Audi R18 Ultra et R18 e-tron quattro, ont maintenu en haleine les très nombreux spectateurs déjà présents, en se succédant, à tour de rôle en tête de la hiérarchie.

Au final, le privilège de la pole position est revenu à l’Audi n°1, grâce à une fulgurante prestation d’André Lotterer. l’Audi N°1 de l’équipage déja victorieux en juin 2011 de ces 24 Heures du Mans

Le jeune Allemand, a repoussé de deux secondes la pole réalisée l’an dernier par Benoît Tréluyer !

 

Et le suspense a été contagieux dans les catégories LM P2 et LM GTE Pro, où l’on a également vu la hiérarchie établie mercredi prendre une autre physionomie…

Après l’éclatante performance d’André Lotterer, lors de la première soirée, rien n’indiquait que les pilotes repartiraient nécessairement à l’assaut dans cette deuxième séance qualificative.

Mais les conditions climatiques étaient manifestement propices à l’amélioration. Et après une première grosse progression réalisée par l’auteur même de la pole position, la R18 e-tron quattro n°1, se faisait subtiliser sa place en haut des tablettes lorsque Loïc Duval, claquait un impressionnant 3’24’’078, peu avant la pause dîner avant 21 Hures, sur l’Audi Ultra n°3.

 

Dans la catégorie LM P2, Olivier Pla AU VOLANT DE LA Morgan Judd n°24 de l’écurie OAK Racing,  délogeait la Honda Performance Development, la N°44 du premier rang, en flirtant avec la barre des 3’39.

Le pilote originaire de Toulouse, en pleine confiance, finissait par aller à la faute dans la Courbe d’Indianapolis, sans  fort heureusement toutefois provoquer de réels dégâts sur sa voiture.

 

En LM GTE Pro, c’est également un Français qui complétait la panoplie des pole positions provisoires, grâce à Fred Makowiecki avec la Ferrari n°59 de l’équipe Luxury Racing, qui renvoyait à près de deux secondes, l’Aston Martin n°97, qui s’était illustrée la veille.

Après une heure de pause au cours de laquelle les fans eurent le plaisir d’écouter le feulement du V12 Matra dans le cadre d’un roulage exhibition d’Henri Pescarolo et de Gérard Larrousse au volant des MS670B et C gagnantes des éditions 1973 et 74, et ce pendant que le groupe Pony Pony Run Run réunissait 5 000 fans en plein air, les débats reprenaient en piste.

 

Piqué au vif par son compagnon d’équipe Loïc Duval, André Lotterer remettait les pendules à l’heure, en tête de la hiérarchie après un petit quart d’heure.

Le vainqueur en titre, avec un temps de 3’23’’787, améliorait ainsi de deux secondes la performance qui avait permis à Benoît Tréluyer et Audi de partir en pole position l’an dernier !

Une cadence que Toyota, n’était pas loin de tenir !

En témoigne, ce brillant chrono de 3’24’’842 réalisé par Anthony Davidson à la conclusion de ces essais.

 

Le Britannique a donné à toute son équipe, un signal très encourageant sur les performances de la TS 030 – Hybrid, en ce jeudi et ce, malgré des problèmes d’ordre électrique qui ont affecté, tant la n°7 que la n°8 mais qui n’ont en aucun cas entamé le moral des troupes.

La troisième heure d’entraînement aura également été marquée par la violente sortie de piste de Seiji Ara à la sortie du virage du karting. Peu épargnée par les ennuis la veille (sortie de piste de la Pescarolo-Judd n°16 de Boullion), l’équipe sarthoise a subi un nouveau coup dur avec cet accident.

Si la pole position a fait l’objet d’un suspense intense, il en a également été de même en LM P2.

 

Olivier Pla, qui s’était emparé du meilleur temps en début de soirée, n’aura finalement pu empêcher ORECA de s’adjuger la pole position grâce au Team ADR Delta en 3’38’’181.

En plus de ce meilleur temps, le constructeur Français peut se féliciter de placer cinq voitures parmi les sept premières de la catégorie LM P2 !

 

En LM GTE Pro, Ferrari aura donc eu le mot de la fin grâce à Frédéric Makowiecki. Le pilote du Luxury Racing a conservé l’avance qu’il s’était procuré ce soir avant la pause.

Finalement, seul le meilleur temps de la catégorie LM GTE Am n’aura pas changé de main aujourd’hui. En dépit des gros efforts de Prospeed Compétition, qui est remonté de la 6ème à la 2ème place, la Porsche n°79 du Flying Lizard aura gardé l’avantage jusqu’au bout.

 

A retenir enfin, la très belle 29éme position de l’équipage Franchitti-Krumm-Motoyama au volant de l’Expérimentale DeltaWing Nissan Michelin du Team Américain Highcroft, dans l’excellent chrono de 3’42″612

 

Au vu de ces débats particulièrement serrés dans chaque catégorie, cette 80e édition des 24 Heures du Mans promet de ne pas manquer de sel !

Une course qui, d’après les dernières prévisions, devrait se dérouler sur le sec, pour la plus grande satisfaction des très nombreux fans attendus dans la Sarthe ce week-end.

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick MARTINOLI et Thierry COULIBALY

 

 

LA GRILLE DE DEPART DES 80émes 24 HEURES DU MANS

1. Lotterer/Fassler/Treluyer (Audi R18 e-tron) – Audi Joest – 3’23″787
2. Genè/Dumas/Duval (Audi R18 Ultra) – Audi Joest – 3’24″078
3. Davidson/Buemi/Sarrazin (Toyota TS 030 Hybrid) – Toyota – 3’24″842
4. McNish/Capello/Kristensen (Audi R18 e-tron) – Audi Joest – 3’25″433
5. Wurz/Lapierre/Nakajima (Toyota TS 030 Hybrid) – Toyota – 3’25″488
6. Jarvis/Bonanomi/Rockenfeller (Audi R18 Ultra) – Audi North America – 3’26″420
7. Leventis/Watts/Kane (HPD ARX –Honda) – Strakka – 3’29″622
8. Prost/Jani/Heidfield (Lola B12/60-Toyota) – Rebellion – 3’29″837
9. Belicchi/Primat/Bleekemolen (Lola B12/60-Toyota) – Rebellion – 3’31″866
10. Minassian/Ara/Bourdais (Dome-Judd) – Pescarolo – 3’33″066
11. Brabham/Chandhok/Dunmbreck (HPD ARX-Honda) – JRM – 3’34″641
12. Montagny/Baguette/Kraihamer (Pescarolo-Judd) – OAK – 3’35″584
13. Collard/Boullion/Hall (Pescarolo 03-Judd) – Pescarolo – 3’37″485
14. Martin/Charouz/Graves (Oreca-Nissan) – ADR – 3’38″181
15. Nicolet/Lahaye/Pla (Morgan-Judd) – OAK – 3’38″598
16. Ragues/Panciatici/Rusinov (Oreca-Nissan) – Signatech – 3’39″152
17. Thiriet/Beche/Tinseau (Oreca-Nissan) – TDS – 3’39″252
18. Perez-Companc/Kaffer/Ayari (Oreca-Nissan) – Pecom – 3’39″711
19. Firth/Hartley/Hughes (Oreca-Nissan) – Murphy – 3’39″877
20. Martin/Leinders/Heinemeir Hansson (Morgan-Nissan) – OAK – 3’39″899
21. Sims/Buurman/Iannetta (Lola-Judd) – Status – 3’40″280
22. Potolicchio/Dalziel/Kimber-Smith (HPD ARX-Honda) – Starworks – 3’40″471
23. Briere/Petersen/Nakano (Oreca-Nissan) – Boutsen – 3’40″727
24. A.Brundle/M.Brundle/Ordonez (Zytek-Nissan) – Graves – 3’40″738
25. Hancock/Dolan/Kurosawa (Zytek-Nissan) – Jota – 3’41″287
26. Tresson/Mailleux/Lombard (Oreca-Nissan) – Signatech – 3’41″982
27. Tucker/Bouchut/Diaz (HPD ARX-Honda) – Level 5 – 3’42″224
28. Zugel/Julian/Gonzalez (Zytek-Nissan) – Graves – 3’42″292
29. Franchitti/Krumm/Motoyama (DeltaWing Nissan) – Highcroft – 3’42″612
30. Frey/Meichtry/Hirschi (Oreca-Judd) – Race Performance – 3’43″619
31. Holzer/Schultis/Moro (Lola B12/80-Lotus) – Lotus – 3’45″664
32. Giroix/Badey/Johansson (Lola B12/80-Nissan) – Gulf – 3’47″244
33. Rossier/Thirion/Haezebrouck (Norma-Judd) – Extreme – 3’48″025
34. Makowiecki/Melo/Farnbacher (Ferrari 458) – Luxury – 3’55″393
35. Mucke/Turner/Fernandez (Aston Martin Vantage) – Aston Martin – 3’55″870
36. Gavin/Milner/Westbrook (Chevrolet C6 ZR1) – Corvette – 3’55″910
37. Bertolini/Beretta/Cioci (Ferrari 458) – AF Corse – 3’56″484
38. Garcia/Magnussen/Taylor (Chevrolet C6 ZR1) – Corvette – 3’57″181
39. Neiman/Pilet/Pumpelly (Porsche 997) – Flying Lizard – 3’57″606
40. Lietz/Lieb/Henzler (Porsche 997) – Felbermayr – 3’57″606
41. Abdulaziz/Curtis/Edwards (Porsche 997) – Prospeed – 3’58″035
42. Bergmeister/Long/Holzer (Porsche 997) – Flying Lizard – 3’58″717
43. Nygaard/Puolsen/Simonsen (Aston Martin Vantage) – Aston Martin – 3’58″725
44. Ehret/Montecalvo/Jeannette (Ferrari 458) – Luxury – 3’58″800
45. Ihara/Deletraz/Rostan (Lola B12/80-Nissan) – Gulf – 3’58″895
46. Ried/Roda/Ruberti (Porsche 997) – Felbermayr 3’59″181
47. Bornhauser/Canal/Lamy (Chevrolet C6 ZR1) – Labre – 3’59″186
48. Walker/Cocker/Wills (Ferrari 458) – JMW – 3’59″192
49. Fisichella/Bruni/Vilander (Ferrari 458) – AF Corse – 4’00″025
50. Perazzini/Griffin/Cadei (Ferrari 458) – AF Corse – 4’00″288
51. Pons/Narac/Armindo (Porsche 997) – IMSA – 4’00″332
52. Kaufmann/Aguas/Vickers (Ferrari 458) – AF/Waltrip – 4’00″691
53. Krohn/Jonsson/Rugolo (Ferrari 458) – Krohn – 4’02″323
54. Rodrigues/Ferté/Illiano (Ferrari 458) – JMB – 4’02″461
56. Bourret/Gibon/Belloc (Chevrolet C6 ZR1) – Labre – 4’02″969
56. Daniels/Palttla/Camathias (Porsche 997) – JWA – 4’03″661

 

 

 

Sport

About Author

gilles