24 HEURES DU MANS : ROMAN RUSINOV SE CONFIE…

 ROMAN RUSINOV

 

Roman Rusinov ?

Un jeune pilote Russe passionné des 24 Heures.

L’un de ces pilotes venus de l’Est et qui pilotent à merveille. Roman fait partie de cette génération de pilotes Russes avec Vitaly Petrov,  Mikhail Aleshin ou Anton Nebylitskiy

Né le 21 octobre 1981, c’est tout jeune et alors qu’il vivait à Moscou que le jeune Roman Rusinov, est atteint du virus de la course automobile.

A l’époque, son père Alexander, un homme d’affaires important, filait un sérieux coup de main aux organisateurs, dont René Metge, du 1er Rallye Paris-Moscou-Pékin.

Nous sommes alors au printemps 1991.

Rapidement, Roman s’installe à Paris où, parlant bien français, il va poursuivre ses études jusqu’en Terminale au très réputé lycée Charlemagne.

Il découvre le Kart chez Jean-Marie Vergne, au RKC à Cormeilles, dans le Val d’Oise.
Plutôt doué, il finit 3ème en ICA à Angerville, en 1998.

Il débute en monoplace l’année suivante, en Formule Campus.

Roman est un pilote qui roule très vite, mais qui a parfois du mal à finir ses courses, victime d’accrochages.
A la fin de la saison, il se classe 10ème du Championnat.

En 2000, intégré au GRAFF, il remporte la finale internationale Renault, se classant 2ème junior et 7ème du classement général final.

L’année suivante, il signe un podium au Grand Prix de Pau. Un an plus tard, il file en Angleterre, où il termine 3ème en Formule Palmer.

En 2003, il débute en F3000 avec le GP Racing, équipe avec laquelle il dispute 5 courses. Il signe une Pôle au Nurburgring.

C’est aussi l’année où il découvre l’endurance, gagne les 1000 km du Mans en LMP2 au volant d’une COURAGE.

En 2004, il dispute le Championnat LMS en GT2 avec une Ferrari 360 Modena, du Team JMB, associé à Stéphane Daoudi et Jaime Melo.

Ils remportent le Championnat.

En 2005, on le voit en A1 GP, puis en FIA GT avec la Maserati MC12 du Team JMB.

Les deux années suivantes, il est pilote-essayeur en F1 chez Jordan puis Midland F1 Racing.

 

En 2008, il revient en LMS avec une Lamborghini Murcialago de l’équipe Reuter et également en FIA GT.

Il s’aligne aussi dans le Championnat allemand GT3 avec une Galardo.

Il finit 3ème du Championnat LMS, associé à Peter Kox et remporte deux victoires.

En 2009, il repart en LMS avec le Team Reuter et dispute les 24 Heures du Mans avec la Ferrari du Team Modena. Il finit 7ème en GT associé à Léo Mansell.

Ces deux dernières saisons, suite à la crise financière, il avait pris deux années sabbatiques.

 

 

Soutenu par un important partenaire, le géant Russe Gazprom, qui veut promouvoir sa filiale pétrolière G Drive, Roman rejoint l’équipe Française Signatech.

Rencontré à SPA, puis à Magny cours il y a quelques jours, Roman nous a confié ses ambitions pour la saison 2012, en endurance, une discipline qu’il apprécie :

« Je reprends la compétition cette année après une coupure par manque de moyens financiers. Je préfère, en effet, m’engager dans des projets sérieux, qui sont sûrs d’aboutir plutôt que de m’engager dans des opérations peu sûres et qui débouchent sur rien ».

Et, il poursuit :

« Avec l’aide de G Drive, j’ai ainsi pu faire affaire avec l’équipe SIGNATECH. Je connais très bien Philippe Sinault depuis plus de 10 ans. J’ai toujours apprécié son équipe, laquelle soutenue par NISSAN et G Drive donc qui souhaitait tout naturellement un pilote Russe, je suis assuré de pouvoir viser la victoire en LMP2. »

Et, Roman d’enchainer :

« A SPA, j’ai découvert la voiture qui m’a semblé vraiment saine. Seul un incident mineur nous a empêché, avec mes équipiers Nelson Panciatici et Pierre Ragues de rallier l’arrivée.»

Depuis, Roman a participé à plusieurs séances d’essais dans l’optique des 24 Heures du Mans. Il nous raconte :

« Effectivement, nous avons roulé une fois à Lurcy Lévis, puis deux fois à Magny-Cours. Lurcy est important car il y a une très longue ligne droite qui permet de rouler à haute vitesse comme au Mans. Hélas, notre stratégie, est partie en vrac à cause de la pluie. A Magny, on a surtout travaillé pour bien préparer la semaine mancelle. On tournait, à tour de rôle par séries de 5 à 10 tours chacun avec Nelson et Pierre. Nous avons également roulé de nuit jusqu’à minuit à chaque sortie, et ce, afin de nous permettre de reprendre nos marques dans l’obscurité. »

 

Depuis, Roman est revenu au Mans, lors de la journée des essais préliminaires, dimanche dernier.

Et là, il a de nouveau pu reprendre contact avec la piste mancelle qu’il dit

« Apprécier énormément, tant ce circuit est mythique et légendaire ».

Et, à la veille du pesage, sa Signatech-Nissan est convoquée lundi après-midi à partir de 15 Heures, il nous confiait encore :

« C’est un réel bonheur de piloter au Mans. C’est vraiment magique quand tu te retrouves dans les Hunaudières ».

 

 

Sa voiture, l’ORECA SIGNATECH NISSAN, faisant partie des favorites de la catégorie LMP2, on devrait entendre parler de Roman, de Nelson et de Pierre, toute cette longue semaine.

Rappelons qu’en 2011, la voiture de l’équipe Berrichonne s’était classée seconde derrière la Zytek du Tem Greaves

Cette année, c’est la victoire que vise l’équipage de l’Oreca N° 26…

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Thierry COULIBALY et Patrick MARTINOLI

 

FIA WEC Sport

About Author

gilles